Education … baisse de niveau !

« La grande braderie » des diplômes


—–===ooOoo===——

« L’inventivité n’a plus de limite quand il s’agit de trouver les moyens d’accorder des licences à des étudiants qui n’ont pas le niveau », se moquait mercredi matin Éric Zemmour sur la radio française RTL, alors qu’à partir de la rentrée 2012, les notes éliminatoires seront interdites pendant les trois premières années à l’université.

« Profitez, jeunes gens, c’est la grande braderie ! Jadis, la verve populaire des parigots avait une expression imagée : trouvé dans une pochette surprise. Tout le monde est d’accord, le ministère veut lutter contre l’échec, l’UNEF [syndicat] veut lutter pour l’égalité : la belle et bonne alliance pour toujours plus de médiocrité ! »

L’« objectif officiel » des pouvoirs publics ? « Conduire 50 % d’une classe d’âge à la licence.Objectif de la droite comme de la gauche », cherchez l’erreur ! « Et des syndicats, bien sûr. Toujours plus d’étudiants signifie toujours plus d’emplois de profs et plus de budgets. » La réforme de l’autonomie des universités de Nicolas Sarkozy (« dont il est si fier ») ? Courageux mais pas téméraire, le président sortant « a pris la précaution d’en débrancher le principe de sélection prévue » !

Certes, « certaines universités sélectionnent discrètement, mais au niveau du master [maîtrise], c’est-à-dire après la licence [baccalauréat québécois]. Pendant trois ans, après le bac [DEC québécois], sans compter les éventuels redoublements, les étudiants seront donc laissés à leur médiocrité et à leurs illusions. On retarde une fois encore le moment où leurs yeux se désilleront. On prolonge encore la garderie débutée au primaire et qu’on a prolongé avec le collège unique dans les années 70 et jusqu’au bac dans les années 90 ».

Dire que « le même jour, une étude officielle du ministère de l’Éducation nationale s’inquiétait de l’affaiblissement continu des élèves du primaire en grammaire et en orthographe ».

——===ooOoo===——


Des décennies sans résultats


——===ooOoo===——

L’enseignement de l’orthographe à l’école serait-il négligé ? C’est en tout cas ce que pense le ministère de l’Education nationale qui va envoyer une circulaire aux professeurs pour les accompagner dans leur pédagogie. L’Etat tient à rappeler que la maîtrise de la langue française est en régression depuis vingt ans. Dans le cadre d’une étude, il a été demandé à des élèves de faire une dictée d’une dizaine de lignes. Le résultat est édifiant. En 1987, ils étaient 26% à faire plus de quinze fautes. En 2007, les écoliers étaient 46% dans ce cas.
« Diverses évaluations montrent un effritement lent et progressif des compétences orthographiques. La maîtrise de l’orthographe d’usage régresse depuis vingt ans, mais plus encore l’usage correct de la conjugaison des verbes et la mise en oeuvre des accords », précise le communiqué du ministère de l’Education nationale.

Le ministère veut ainsi « recentrer l’activité pédagogique des professeurs des écoles sur un enseignement explicite, structuré » et « progressif ».

L’orthographe « doit s’apprendre à partir de notions claires ayant leurs propres règles permettant aux élèves de mieux comprendre et de rédiger des écrits » et elle « doit s’enseigner de manière complémentaire à la grammaire et au vocabulaire », poursuit-il.

Renforcer l’enseignement de l’orthographe dans les écoles primaires

Une circulaire, adressée « dans les prochains jours, à tous les enseignants des écoles primaires » définira « les principes clés pour favoriser cet enseignement ».

Cette circulaire est « accompagnée par la diffusion à tous les enseignants de cycle 3 (CE2-CM1-CM2) d’une plaquette d’orientations pédagogiques qui détaille la place de l’orthographe dans la maîtrise de la langue, les orientations pédagogiques qui en découlent et des exemples d’exercices types permettant aux élèves une meilleure assimilation de l’orthographe ».

En 2007, 46% des élèves de CM2 faisaient plus de 15 fautes

Le ministère rappelle qu’une étude, réalisée par la direction des études du ministère (Depp) sur « les performances des élèves de CM2 à vingt ans d’intervalle 1987-2007, a permis de constater que le niveau de compétence des élèves en orthographe est en baisse significative ».

« La même dictée d’un texte d’une dizaine de lignes a été proposée aux élèves de 1987 et de 2007. Le nombre d’erreurs a augmenté en moyenne de 10,7 en 1987 à 14,7 en 2007. Le pourcentage d’élèves qui faisaient plus de quinze erreurs était de 26 % en 1987, il est aujourd’hui de 46 %. Ce sont principalement les erreurs grammaticales qui ont augmenté de 7 en moyenne en 1987 à onze en 2007 ».

(avec AFP)

——===ooOoo===——

patrick

sources
AFP
RTL

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s