Éphémérides du 23 avril

——===ooOoo===——

Le Dicton du Jour

Pluie de Saint Georges
Coupe aux cerises la gorge.

——===ooOoo===——

Saints du jour

——===ooOoo===——

–Saint Georges, Saint martyr (+ 303)



Au 4ème siècle, tous les sujets de l’empereur Dioclétien sont instamment invités à offrir des sacrifices aux dieux de l’empire. Cet ordre est tout spécialement appliqué aux militaires, car il est le signe de leur fidélité aux ordres impériaux.
A Lydda, en Palestine, un officier, originaire de Cappadoce, refuse. Il est exécuté pour refus d’obéissance. La popularité de son culte sera telle que la piété populaire ne pourra se contenter des maigres données de l’histoire.
On le fait couper en morceaux, jeter dans un puits, avaler du plomb fondu, brûler dans un taureau de bronze chauffé à blanc, donner en nourriture à des oiseaux de proie.
Chaque fois, saint Georges ressuscite et en profite pour multiplier les miracles.
A ces fiorutures morbides, s’ajoute au 11ème siècle, la légende de la lutte victorieuse de saint Georges contre un dragon malveillant qui symbolise le démon. Ce dont on est sûr, c’est qu’au 4ème siècle, l’empereur Constantin lui fait édifier une église à Constantinople. Cent ans après, on en compte une quarantaine en Egypte. On les voit s’élever en Gaule, à Ravenne, en Germanie.
En France, 81 localités se sont placées sous sa protection et portent son nom. On ne compte pas avec précision le millier d’églises dont il est le titulaire. Il est le patron céleste de l’Angleterre et de l’Ethiopie.
On a voulu nier son existence. L’absence de précisions ne font pas disparaître la mémoire de ce martyr de Palestine.
Saint-Georges est le patron des archers, des armuriers, des bouchers, des cavaliers, des soldats, des scouts, des travailleurs agricoles, et de plusieurs villes, régions et pays (l’Angleterre, notamment). Il est invoqué pour avoir le courage de supporter stoïquement des insultes et pour écarter les risques d’être atteint d’une maladie de peau. Enfin, il soulage les personnes victimes d’une chute.

Lecture
–Saint Georges dont nous faisons mémoire aujourd’hui passa d’une forme de milice à une autre, changeant sa charge terrestre de tribun contre son entrée dans l’armée du Christ. Comme un soldat bien discipliné, il se débarrassa en tout premier du poids de ses biens de la terre, en donnant tout aux pauvres. Une fois libre et sans encombres, il endossa la cuirasse de la foi, et put ainsi se jeter au cœur de la bataille comme un vaillant soldat du Christ. Nous pouvons tous en tirer une grande leçon :il n’est pas possible de bien combattre et avec courage le bon combat de la foi si on vit dans la panique de perdre les biens de ce monde
(Pierre Damien, Sermon 13 ).

——===ooOoo===——
autres Saints du jour

——===ooOoo===——

 

 

–Saint Adalbert de Prague Evêque de Prague, martyr (+ 997)


Evêque de Prague. Après des études à Magdebourg, ce fils d’un magnat de Bohème revint dans son pays où il fut choisi pour devenir évêque de Prague. Il vécut cette charge pastorale avec beaucoup d’abnégation d’autant que le clergé lui-même, par sa conduite, neutralisait les efforts de réforme du saint évêque. Il se retira quelque temps pour devenir moine au Mont-Cassin, et quand il revint à Prague, il fut très mal reçu par ses fidèles. Il se dirigea alors vers Gdansk puis vers le nord de la Pologne pour évangéliser ces régions encore païennes. Et c’est au cours de cette mission qu’il fut arrêté par des païens, avec ses deux compagnons. Chargés de fer, ils moururent percés d’un coup de lance. Leurs reliques sont désormais à Gniezno.


Autre biographie:
Fils d’un couple princier de la Bohème, il reçoit à la naissance le prénom de Vojtech, qu’il changera quelques années plus tard pour choisir celui de son mentor, le saint archevêque Adalbert de Magdebourg. Après avoir été nommé évêque de Prague en 983, il tente d’évangéliser les peuples de la Hongrie et de la Bohème, mais sans succès. Il décide alors d’abandonner sa charge et se rend à Rome, où il devient moine bénédictin (en 990). Renvoyé dans son diocèse par le Pape Jean XV, il fonde le monastère de Brevnov, mais se retrouve à nouveau aux prises avec des problèmes politiques. Il retourne donc brièvement à Rome (en 995), puis rentre à nouveau dans son pays pour tenter cette fois d’évangéliser les peuples de la Poméranie. Mais là encore, le succès n’est pas au rendez-vous et la mission se termine tragiquement : arrêté avec ses compagnons par les Prussiens, il sont assassinés non loin de Gdansk. Malgré les difficultés qu’il rencontre tout au long de sa vie, Saint-Adalbert acquiert tout de même une grande renommée et devient l’ami de l’empereur Otton III (956-997) Saint-Adalbert est invoqué par les mamans qui éprouvent de la difficulté à endormir leur enfant nouveau-né.

–BIENHEUREUX ALEXANDRE SAULI (+ 1592)
Confesseur. Originaire de Milan en Lombardie, il entra chez les Barnabites et s’y consacra sans réserve au service de Dieu. Saint Charles Borromée, évêque de Milan, se réjouit de son influence. Alexandre fut élu supérieur général de sa congrégation à trente-deux ans, mais Dieu l’appelait à d’autres ministères. Il fut sacré par saint Charles Borromée pour devenir évêque d’Aléria dans l’île de Corse où il se trouvadans la pauvreté, sans église ni maison. Il rendit confiance aux prêtres, établit un séminaire, restaura les églises abandonnées. A l’intention de son clergé, il écrivit un livre intitulé « Entretiens » dont saint François de Sales fit l’éloge. La ville de Gênes aurait voulu qu’il en devint évêque, il refusa. Il ne quitta son île que sur ordre du Pape Grégoire XIV qui lui confia le diocèse de Pavie.

 
–Saint Euloge Evêque d’Edesse en Syrie (+ 387)
Evêque d’Edesse en Syrie, il fut victime de la décision des autorités impériales qui ordonnait de remplacer la hiérarchie catholique par des pasteurs soutenant l’hérésie arienne. Il mourut, dit-on, un Vendredi Saint.

 
–Saints Félix, Fortunat et Achillée martyrs (+ 212)
Saint FBIENHEUREUX ALEXANDRE SAULIelix, saint Fortunat et saint Achillée, martyrs et fondateurs de l’Eglise de Valence en Gaule. Ils y avaient été envoyés par saint Irénée de Lyon et leurs exploits apostoliques entraînèrent leur arrestation, puis leur martyre.
Les actes qui nous les décrivent sont surtout le fruit de la ferveur populaire.
Saint-Félix écarte les risques de mourir d’asphyxie.

 
–Saint Georges de Ptolémaïs Martyr (+ 1752)
Les Eglises d’Orient unissent à la fête de saint Georges, le Grand Martyr, la mémoire de saint Georges de Ptolémaïs, martyr originaire de Chypre. Il était au service d’un ambassadeur occidental à Saint Jean d’Acre (Ptolémaïs). Il avait coutume de faire les courses chez une paysanne turque qui avait une fille avec qui il aimait converser. Les voisines, furieuses d’avoir perdu cette clientèle, accusèrent saint Georges, devant le juge, d’avoir promis d’embrasser l’Islam et d’épouser la fille. Ce que notre saint nia devant le tribunal. Rien ne le fit fléchir et il reçut la sentence de mort avec sérénité. Les Turcs qui l’entouraient le criblèrent de balles, puis s’amusèrent à percer son corps inanimé à coups de glaives.

 
–Saint Gérard de Toul Evêque (+ 994)
St-Gérard (Gérald) de Toul Fils d’une noble famille de Cologne, en Allemagne, il est placé à l’école de la cathédrale pour y être instruit. Lorsque sa mère décède, victime de la foudre, il décide d’entrer en religion. Quelques années plus tard, sa réputation de piété se rend jusqu’à l’archevêque Bruno de Cologne, qui le consacre évêque de Toul. Il encourage le développement intellectuel et spirituel de son diocèse en y attirant des moines irlandais, écossais et grecs. Il s’occupe fait rebâtir la cathédrale et fonde de nombreux monastères dans son diocèse. Il se dévoue aussi pour soulager les populations accablées par la famine de 982 et par l’épidémie de peste qui s’en est suivie.

 

–Bienheureux Gilles Un des six premiers compagnons de saint François d’Assise (+ 1262)
Confesseur. A l’âge de vingt ans, frère Egide ou Gilles d’Assise, quitte ses boeufs pour suivre le Poverello dont il est la quatrième recrue. Il voyagea d’abord beaucoup. Il se rendit à Tunis où les Maures le renvoyèrent en Italie au lieu de lui donner la couronne du martyre qu’il désirait. Nous le trouvons sur les routes de la Terre Sainte, pèlerin gagnant son pain comme journalier dans les fermes ou comme fossoyeur dans les cimetières. Les trente dernières années de sa vie se passèrent dans les ermitages franciscains des environs de Pérouse où le pape Grégoire IX et des cardinaux venaient prendre conseil de lui. Les « fioretti » de saint François ont recueilli de lui une centaine de propos toujours pleins de profondeur et souvent pleins d’humour, raillant les dissertations cérébrales des théologiens comme des « secrétions sans importance. » Saint Bonaventure, le grand théologien, qui l’avait connu disait de lui : »Cet illétré pratiqua la vertu à un degré sublime et mérita d’être élevé aux sommets de la contemplation. Je l’ai vu ravi en extase. Il semblait mener ici-bas une vie angélique plutôt qu’humaine. »

 
–Bienheureuse Hélène Valentini (+ 1458)
Hélène Valentini d’Udine, elle devint tertiaire augustine (OESA, ordre des ermites de saint Augustin) à la mort de son mari après avoir été une épouse modèle pendant 25 ans. Elle était réputée pour sa charité et ses austérités personnelles. Culte confirmé en 1848 par Pie IX.


–Saint Ibar (Vé.s)
Iberius ou Ivor. Missionnaire en Irlande, contemporain des saints Kiaran, Ailbe, Déclan, etc… à l’époque de saint Patrick, ou un peu plus tôt, comme certains auteurs le pensent.
Saint Ibar prêchait principalement dans le Leinster et dans le Meath.
(10 000 saints éd:Brépols)

Autre biographie:
Missionnaire en Irlande appelé aussi Iberius ou Ivor.
Avec les saints Kieran, Ailbe, Declan et d’autres, il évangélisa les régions de Leinster et de Meath. Il était peut-être arrivé en Irlande avant saint Patrick quoique celui-ci soit considéré comme le premier évangélisateur de l’Irlande. Il fonda le monastère Beggery sur l’île de Beg Eire (‘petite Irlande’), actuellement dans le comté de Wexford.
Certaines sources disent qu’il a été ordonné évêque à Rome d’autres que c’est saint Patrick qui l’ordonna. Il partageait son temps entre sa mission apostolique avec son neveu saint Abban (ou Abbain) dans le pays et la contemplation dans son monastère où il mourut vers l’an 500 et où se trouvaient ses reliques jusqu’à sa destruction…

 

–Saint Lazare le Bulgare (+ 1802)
Martyr. Il était un pauvre berger dans la région de Pergame en Asie Mineure. Une femme turque l’accusa d’avoir tenté de l’outrager. Il fut mis en prison et soumis à la torture pour le contraindre à adhérer à la religion musulmane. Ses gardes s’enivrèrent et s’amusèrent de lui : ils lui brûlèrent les membres et la langue avec des fers rougis, lui serrèrent les tempes avec des osselets et lui posèrent une couronne incandescente sur la tête. Ainsi brisé, il fut pendu recevant la couronne du martyr.

 

–Bienheureuse Marie-Gabrielle Sagheddu (+ 1939)
Originaire de la Sardaigne, elle entra comme religieuse au monastère de Grottaferrata, près de Rome, à l’âge de 21 ans. Influencée par les écrits du P. Couturier, l’apôtre de l’Unité, elle offrit sa vie pour l’oecuménisme. Atteinte de douloureuses maladies, elle offrit sa vie à cette intention à l’âge de 25 ans. Jean Paul II a célébrée sa béatification le 25 janvier 1983, au terme de la Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens.
–Saint Marole Évêque de Milan (+ 423)
D’origine syrienne, il succède à Vénère sur le siège épiscopal de Milan, Lombardie, en 408. Il était ami du pape saint Innocent Ier.
–Sainte Pusinne moniale (5ème s.)
Elle et ses soeurs reçurent le voile des mains de saint Alpin, évêque de Châlons-sur-Marne. Elles vécurent dans la maison paternelle où elles avaient créé un petit monastère. A la mort de son père, Pusinne quitta sa famille pour se retirer dans un ermitage à Bansion, à côté de Corbie près d’Amiens.
–Bienheureuse Thérèse-Marie de la Croix fondatrice de la Congrégation des Carmélites de Sainte-Thérèse (+ 1910)
Née à Campo Bisenzio en Toscane, Teresa Manetti fonde à Florence la Congrégation des Carmélites de Sainte-Thérèse, carmélites contemplatives ayant une action apostolique: prière, adoration, éducation de la jeunesse. Elle prend le nom de religieuse de Thérèse-Marie de la Croix.
Béatifiée le 19 octobre 1986 à Florence (Italie) par Jean-Paul II

 

 

——===ooOoo===——

Naissances célèbres

——===ooOoo===——

–William Turner
23 avril 1775 à Londres (Angleterre) – 19 décembre 1851 à Londres (Angleterre)
William Turner manifeste très tôt des prédispositions pour la peinture. Après des débuts classiques, l’artiste évolue vers un art proprement révolutionnaire qui met en valeur la lumière et l’eau. Il aime plus que tout saisir les couleurs changeantes de la Tamise…
Bien après sa mort, sa peinture va inspirer à Claude Monet une nouvelle façon de peindre qui débouchera sur l’impressionnisme.

–Alphonse Bertillon
23 avril 1853 à Paris – 13 février 1914 à Paris
Alphonse Bertillon a fondé l’anthropométrie, un système de classement des photos sur la base de onze caractères fondamentaux, le «bertillonnage». Il a aussi et surtout imaginé d’enquêter sur les empreintes digitales…

Description de cette image, également commentée ci-après

Alphonse Bertillon, autoportrait, 1900

–1858 Max Plank, prix Nobel de physique en 1918.

Naissances : Max Planck

–1867 Johannes Fibiger, physiologiste, prix Nobel de physiologie et de médecine en 1924 pour ses travaux contre le cancer.
–1897 Lester Bowles Pearson, prix Nobel de la Paix en 1957.

Naissances : Lester Bowles Pearson

–1902 Halldór Laxness, prix Nobel de litterature en 1955.

 

——===ooOoo===——

décès célèbres

——===ooOoo===——

–Miguel de Cervantès
18 juin 1547 à Alcalá de Henares (Castille, Espagne) – 23 avril 1616 à Madrid (Castille, Espagne)
Miguel de Cervantès participe à la bataille navale de Lépante contre les Ottomans (1571) et y perd la main gauche («pour la gloire de la droite», dira-t-il plus tard), ce qui lui vaut d’être parfois qualifié de «manchot de Lépante» ! Capturé par les Barbaresques, il séjourne pendant cinq ans à Alger comme esclave.

C’est après ces tribulations et quelques autres qu’à l’âge canonique de 57 ans, il publie la première partie de Don Quichotte ! Le roman recueille un immense succès, y compris à l’étranger car la langue castillane jouit d’un grand prestige dans toutes les cours européennes peu ou prou liées à la dynastie des Habsbourg.

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait imaginaire de Cervantes

Notons que Cervantès, l’écrivain blasé et moqueur, est contemporain du peintre d’origine crétoise Domenikos Theokopoulos (1541-1614). Surnommé El Greco (Le Grec) dans son pays d’adoption, celui-ci exprime mieux qu’aucun autre l’âme mystique religieuse de l’Espagne, au temps de la Reconquista (la croisade contre les Maures d’Espagne qui s’achève avec leur expulsion de Grenade) et de la Contre-Réforme catholique.

 

–23 avril 1616 : Shakespeare et Cervantès au paradis des poètes
Le même jour, le 23 avril 1616, meurent William Shakespeare et Miguel de Cervantès.
Ne croyons pas pour autant qu’ils sont morts le même jour ! L’Angleterre, réticente aux innovations du continent, vivait encore avec le calendrier julien tandis que l’Espagne avait de longue date adopté le grégorien. De sorte que Cervantès a devancé Shakespeare de onze jours au paradis…

Naissances et Décès: William Shakespeare

–23 avril 1833 : Frédéric Ozanam fonde la Conférence de Charité
Le 23 avril 1833, Frédéric Ozanam, 20 ans, étudiant en droit à la Sorbonne, fonde avec cinq amis, près de l’église Saint-Sulpice, à Paris, la première Conférence de Charité pour venir en aide aux pauvres, victimes collatérales de la révolution industrielle. C’est le début de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, association spirituelle à vocation caritative, qui regroupe aujourd’hui 700.000 hommes et femmes dans 141 pays. Frédéric Ozanam a été béatifié par le pape Jean-Paul II le 22 août 1997.
–23 avril 1848 : Élections à l’Assemblée constituante
Le 23 avril 1848 ont lieu les élections des députés à l’Assemblée constituante de la IIe République. À cette occasion, les Français votent pour la première fois au suffrage universel : c’est la mort du suffrage censitaire (du mot cens qui désignait le montant minimal d’impôt à partir duquel un homme adulte avait le droit de voter). Avec le suffrage universel, le droit de vote n’est plus soumis à des conditions de revenu… mais seulement de sexe ou de statut (les femmes en sont encore privées, ainsi que les militaires, pour des motifs de neutralité). Le suffrage universel amène à l’Assemblée une majorité conservatrice, les paysans ayant massivement voté pour les notables locaux. Cette modération apaise les réticences de la bourgeoisie à l’égard du suffrage universel.
–23 avril 1896 : Edison fait son cinéma
Le 23 avril 1896, quatre mois après la première séance publique des frères Lumière, le génial inventeur américain Thomas Edison donne une première représentation de cinéma aux États-Unis avec le projecteur Vitascope au Music-hall Koster and Bial’s de New York…

Description de cette image, également commentée ci-après

Thomas Edison en 1914

–1951 Charles G. Dawes, prix Nobel de la Paix en 1925.

–1958 Knut Lundmark, astronome.

–1998 Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais, speakerine célèbre dont la voix demeure associée à « La Séquence du Spectateur ».

 

——===ooOoo===——

événements

——===ooOoo===——

–1904 Les Etats-Unis rachètent à la France la concession du canal de Panama.

–1917 Buster Keaton fait sa première apparition dans un film : « The Butcher Boy ».

Evènements : Buster Keaton

–1919 Promulgation de la loi fixant la durée de la journée de travail à 8 heures, en France

–1920 A Ankara, l’Assemblée nationale turque s’attribue l’exercice des pouvoirs législatif et exécutif et délègue ses pouvoirs à un Conseil des ministres présidé par Mustafa Kemal Atatürk : le premier gouvernement national sera formé le 3 mai

Evènements : Mustafa Kemal Atatürk

–1961 Charles de Gaulle condamne le « quarteron des généraux en retraite » et s’attribue les pleins pouvoirs en vertu de l’art. 16 de la Constitution

Evènements : Charles de Gaulle

–1975 Le président américain Gerald Ford déclare que la guerre du Vietnam est terminée, tandis que le gouvernement de Saïgon démissionne et que la panique s’empare de la capitale du Sud.

–1984 Robert Gallo annonce la découverte d’un nouveau virus, proche de celui du Sida (dont la première publication date du 20 Mai 1983). Après une polémique féroce, il sera démontré que les deux virus sont identiques.

–1990 Admission au sein de l’ONU de Namibie

Drapeau de Namibie
–1995 Le candidat socialiste Lionel Jospin crée la surprise en arrivant en tête du premier tour de l’élection présidentielle avec 23,3% des voix, devant Jacques Chirac 20,8% et Edouard Balladur 18,5%.

–1998 Marc Dutroux, pédophile présumé inculpé pour la séquestration et le meurtre de jeunes filles, s’échappe du Palais de justice de Neufchâteau en Belgique puis est repris par les forces de l’ordre quatre heures plus tard.

–1999 L’OTAN attaque le siège de la télévision serbe de Belgrade et tue une dizaine de personnes.

–2000 Dans l’île Sipadan, Malaisie, des hommes armés débarquent dans un hôtel et font des otages parmis les 21 personnes de 7 nationalités différentes (trois Allemands, deux Français et une Franco-Libanaise, deux Finlandais, deux Sud-Africains, neuf Malaisiens et deux Philippins), dont 10 touristes qui n’avaient rien trouvé de plus amusant que d’aller passer des vacances dans un pays ou règne une guerre civile ! Bonjour les cons !

La marine malaisienne protège

les touristes contre les attaques

terroristes potentielles

——===ooOoo===——

 

23 avril 1616Shakespeare et

Cervantès au paradis des poètes

——===ooOoo===—–

William Shakespeare et Miguel de Cervantès sont morts le 23 avril 1616 (ou peut-être le 22, les chroniques étant imprécises à ce propos).

Ne croyons pas pour autant qu’ils sont morts le même jour ! L’Angleterre, réticente aux innovations du continent, vivait encore avec le calendrier julien tandis que l’Espagne avait de longue date adopté le grégorien. De sorte que Cervantès a devancé Shakespeare de onze jours au paradis : -)

Ces deux géants de la littérature lèguent à l’humanité des personnages plus vrais que nature. Ils ont nom Don Quichotte et Hamlet, Sancho Pança et Othello, Rossinante et Falstaff, Dulcinée et Juliette…

Un auteur universel


William Shakespeare naît à Stratford-upon-Avon dans la famille d’un riche commerçant. D’après la tradition, il est baptisé le 26 avril 1564 dans l’Église de la Sainte Trinité. C’est dans la même ville qu’il finit sa vie entouré d’honneurs avant d’y être inhumé à l’âge de 52 ans. C’est encore à Stratford qu’il se marie à 18 ans avec une jeune femme illettrée de 8 ans son aînée, Ann Hathaway. Le couple aura trois enfants.

William Shakespeare

Cinq ans plus tard, William part à Londres où il peut écrire sous la protection du comte de Southampton auquel il dédie son premier recueil de poèmes, Vénus et Adonis.

La troupe de Shakespeare se produit d’abord dans le nouveau théâtre du Globe, sur la rive droite de la Tamise, puis, après 1608, dans la salle des Black Friars.

Le poète et dramaturge anglais se montre excellent connaisseur de la nature aussi bien que des hommes (il cite pas moins de 108 plantes dans Roméo et Juliette). Il fréquente les tavernes avec la même aisance que les châteaux. Ses succès théâtraux et ses qualités d’investisseur lui permettent de jouir à Stratford-upon-Avon d’un coquet patrimoine.

William Shakespeare

Shakespeare est le plus fécond de tous les artistes qui s’épanouirent à Londres, à la fin du XVIe siècle, sous le règne brillant et agité d’Elizabeth 1ère. Christopher Marlowe, qui aurait pu rivaliser avec lui, fut prématurément tué dans une taverne.

Shakespeare n’en demeure pas moins très mystérieux. On ne connaît qu’un mot écrit de sa main. C’est son nom. Cette précieuse relique est conservée au British Museum. On a longtemps aussi imaginé ses traits d’après le portrait dit de Chandos (en haut à gauche), hélas réalisé après sa mort.

En mars 2009, le professeur Stanley Wells a authentifié le portrait dit Cobbe comme étant celui du poète. Ce tableau réalisé en 1609, de son vivant, serait donc plus près de la réalité que le précédent. Tant mieux car il nous révèle un homme du monde, tout à fait séduisant, à mille lieues du poète exalté et sombre que donne à imaginer la lecture de ses oeuvres.

Le film Shakespeare in Love (1998) tire parti des obscurités de la biographie de Shakespeare pour en tirer une piquante intrigue et, par la même occasion, dresser le portrait de cette époque pleine de bruit et de fureur.

Soldat de fortune


Né en 1547 à Alcalá de Henares, en Castille, Miguel de Cervantès est aussi représentatif de l’Espagne de Philippe II que Shakespeare de l’Angleterre élizabéthaine… Mais il est vraisemblable qu’il ignorait tout de son contemporain.

Fils d’un chirurgien couvert de dettes et d’une juive convertie, il se révèle un aventurier à l’image de son héros et des conquistadors qui conquirent l’Amérique et firent la gloire de l’Espagne. Après des études en Castille et en Andalousie, il est engagé à 22 ans par le cardinal Acquaviva, légat pontifical. Il l’accompagne à Rome puis rejoint la Sainte Ligue pour participer à la bataille de Lépante contre les Ottomans. Il perd dans la bataille la main gauche («pour la gloire de la droite», dira-t-il plus tard), ce qui lui vaudra d’être parfois qualifié : «Manchot de Lépante» !

Mais ses ennuis ne font que commencer. Il est plus tard capturé par les Barbaresques et emmené comme esclave à Alger. Il y reste pendant 5 ans. Le 19 septembre 1580, son maître Hassan Pacha s’apprête à prendre la mer pour Constantinople lorsque son captif est racheté in extremis par les pères Trinitaires pour 500 écus.

Cervantès se marie et s’établit à Séville où il est nommé commissaire aux approvisionnements des galères du roi Philippe II qui prépare la Grande Armada en vue d’envahir l’Angleterre. Ses aventures nourrissent ses premiers ouvrages. Il fait jouer plusieurs pièces aujourd’hui perdues et publie Galatée (1585). Mais il n’est pas au bout de ses peines. Jalousies et affaires douteuses lui valent plusieurs emprisonnements.

Cervantès

Cervantès attend l’âge canonique de 57 ans pour publier la première partie de Don Quichotte ! C’est seulement alors que s’affirme sa maîtrise de l’écriture.

Mis en vente à 1200 exemplaires dans les boutiques de Madrid le 16 janvier 1605, le roman recueille immédiatement un immense succès. Son succès à l’étranger bénéficie du très grand prestige dont jouit alors la langue castillane dans toutes les cours européennes peu ou prou liées à la dynastie des Habsbourg.

La deuxième partie de Don Quichotte est publiée en 1625, après la mort de l’écrivain, et la popularité de son héros ne se dément pas. Tous les Espagnols connaissent au moins la première phrase du roman : «En un lugar de la Mancha cuyo nombre no quiero acordarme…». –

Les deux visages de l’Espagne


Notons que Cervantès, l’écrivain blasé et moqueur, est contemporain du peintre d’origine crétoise Domenikos Theotokopoulos (1541-1614). Surnommé El Greco (Le Grec) dans son pays d’adoption, celui-ci exprime mieux qu’aucun autre l’âme mystique religieuse de l’Espagne, qui a mené la Reconquista (la croisade contre les Maures de Grenade) et se lance avec la même ardeur dans la Contre-Réforme catholique.

——===ooOoo===——

23 avril 1671, Vatel

au purgatoire des maîtres d’hôtel

——===ooOoo===——

Dans la nuit du 23 au 24 avril 1671, le Grand Condé perd son maître d’hôtel dans des conditions tragiques qui ont été portées à la postérité par deux lettres de la marquise de Sévigné à sa fille, Madame de Grignan.

Du service de Fouquet à celui de Condé
François Vatel est un fils de laboureur né vers 1625. Il s’est illustré comme maître d’hôtel à Vaux-le-Vicomte, auprès de Nicolas Fouquet.

Description de cette image, également commentée ci-après

François Vatel 

Après la disgrâce de son mécène et un exil prudent à l’étranger, il est entré au service de Louis II de Bourbon, prince de Condé, comme «contrôleur général de la Bouche de Monsieur le Prince».

Après plusieurs années de patience, le héros de Rocroi a la satisfaction de recevoir le roi Louis XIV et la Cour dans son superbe château de Chantilly, au nord de Paris.

Cette réception doit marquer son complet retour en grâce et le pardon du roi après sa participation à la Fronde nobiliaire.

Une réception de la plus haute importance
Pris de court par l’annonce de la visite royale, quinze jours à peine avant la date fatidique, Vatel doit nourrir pendant trois jours, du jeudi soir au samedi, 600 courtisans et un total de plusieurs milliers de personnes, domestiques compris.

Le jeudi soir, les invités d’honneur occupent pas moins de 25 tables dans le château magnifiquement illuminé. Le souper est suivi d’un spectacle de deux heures avec un feu d’artifice à peine terni par les nuages. Mais le contrôleur général se désole de ce que quelques rôtis ont manqué à certaines tables. Toute la nuit, il court de çà, de là, à l’affût du moindre désordre.

Au petit matin, le retard de la «marée» qui amène les poissons et les coquillages de Boulogne met le comble à son désespoir. Il gagne sa chambre et se transperce à trois reprises avec son épée. La marée arrive sur ces entrefaites et l’on fait la macabre découverte de son cadavre tandis qu’on le cherche pour en prendre possession.

Le Roi-Soleil, informé par Monsieur le Prince, se montre affligé par un sens de l’honneur aussi aigu mais la fête n’en continue pas moins jusqu’à son terme.

Célébrité posthume
Référence obligée en matière de grande cuisine, Vatel n’a pourtant qu’une recette à son actif : la crème Chantilly, qu’il aurait inventée à Vaux-le-Vicomte, chez Fouquet, mais baptisée du nom du château de son dernier bienfaiteur.

Il est devenu une légende en raison de son suicide et de la publicité qu’en a faite la marquise de Sévigné :

marquise de Sévigné

«À quatre heures, Vatel va partout, il trouve tout endormi. Il rencontre un petit pourvoyeur qui lui apportait seulement deux charges de marée; il lui demanda : « Est-ce là tout ?  » Il lui dit : « Oui, Monsieur. » Il ne savait pas que Vatel avait envoyé à tous les ports de mer. Il attend quelque temps; les autres pourvoyeurs ne viennent point ; sa tête s’échauffait. Il croit qu’il n’y aura pas de marée ; il trouve Gourville, et lui dit : « Monsieur, je ne survivrai pas à cet affront-ci ; j’ai de l’honneur et de la réputation à perdre. » Gourville se moqua de lui ; Vatel monte à sa chambre, met son épée contre la porte, et se la passe au travers du coeur, mais ce ne fut qu’au troisième coup, car il s’en donna deux qui n’étaient pas mortels : il tombe mort. La marée cependant arrive de tous côtés ; on cherche Vatel pour la distribuer, on va à sa chambre; on heurte, on enfonce la porte ; on le trouve noyé dans son sang ; on court à M. le Prince, qui fut au désespoir. M. le Duc pleura; c’était sur Vatel que roulait tout son voyage de Bourgogne. M. le Prince le dit au Roi fort tristement : on dit que c’était à force d’avoir de l’honneur à sa manière ; on le loua fort, on loua et on blâma son courage…»

Mademoiselle de Montpensier rapportera plus tard ce drame à sa manière dans ses Mémoires : «Un maître d’hôtel, qui avait paru et qui était en réputation d’être un homme très sage, se tua parce que M. le Prince s’était fâché d’un service qui n’était pas arrivé à temps pour le souper du roi.» (cité par Dominique Michel).

—–===ooOoo===——

Bertillon inventeur de la police scientifique

—–===ooOoo===——

Le 24 octobre 1902, Alphonse Bertillon démontre pour la première fois à ses compatriotes l’utilité des empreintes digitales en criminologie.

Description de cette image, également commentée ci-après

Alphonse Bertillon,

autoportrait, 1900.

Précurseur malgré lui


Chef du service de l’identité judiciaire à la préfecture de police de Paris où il est entré en 1879, à 26 ans, comme simple commis, Alphonse Bertillon a fondé l’anthropométrie, un système de classement des photos sur la base de onze caractères fondamentaux (taille du crâne, des membres…).

Grâce à la «signalisation» systématique des criminels et délinquants, l’inventeur aboutit à quelques succès dans l’identification des récidivistes et lui vaut une immense popularité. L’opinion publique en vient même à le comparer à Pasteur. Son classement anthropométrique est parfois encore appelé «bertillonnage» en son honneur.

Mais le système anthropométrique demeure aléatoire. Il est bientôt concurrencé par la comparaison des empreintes digitales, une technique mise au point aux Indes britanniques et adoptée par Scotland Yard en 1901, à l’initiative du commissaire Edward Henry.

Alphonse Bertillon est d’abord tenté de nier l’intérêt de cette technique concurrente, anglaise qui plus est. Mais, sollicité après un meurtre qui a eu lieu chez un dentiste parisien, il met en évidence les similitudes entre les empreintes digitales recueillies sur place et celles d’un obscur repris de justice auquel il a eu affaire quelques mois plus tôt.

Ce premier coup d’éclat de la police scientifique consacre la gloire de Bertillon… et la supériorité du fichier d’empreintes digitales.

 

  • Types criminels
    Planche parue dansIdentification anthropométrique (1893)

  • Relevé du signalement anthropométrique
    Planche parue dansIdentification anthropométrique (1893)

  • Francis Galton
    Photographies anthropométriques prises par Bertillon lors de la visite du psychologue britannique dans son laboratoire en 1893.

——===ooOoo===——

 
patrick

ave l’aimable concours de hérodote.net

( dont André Larané…)

sources

hérodote.net

wikipédia

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s