Aung San Suu Kyi a refusé de prêter serment à la Constitution militaire

——===ooOoo===——

Aung San Suu Kyi a refusé de prêter serment

à la Constitution militaire mais compte

faire son entrée très bientôt au Parlement birman

——===ooOoo===——

Elle l’avait dit et tout le monde, en Birmanie et ailleurs, le savait: Aung San Suu Kyi, triomphalement élue député le 1 avril, n’allait pas entrer au Parlement birman pour y faire de la figuration, mais bien pour continuer inlassablement à faire avancer la démocratie.

Elle vient de le montrer à la fois concrêtement et spectaculairement, en boycottant la rentrée parlementaire où son absence a été aussi remarquée et médiatisée que l’aurait été sa présence.

Motif? Le serment que tout nouveau député doit prononcer le premier jour de la séance parlementaire et au cours duquel il doit jurer de “protéger” la Constitution.

C’est là que le bât blesse! Car si Aung San Suu Kyi et les autres députés de son parti, la Ligue Nationale pour la démocratie, sont bien d’accord pour “respecter” cette Constitution tant qu’elle existe, ils refusent de la “protéger”.

Aung San Suu Kyi a refusé de prêter serment à la Constitution militaire mais compte faire son entrée très bientôt au Parlement birman

Et l’on n’est pas là dans quelque discussion de salon autour de la sémantique mais bien au coeur d’une vraie – et très sensible – question. Comment, en effet, oublier que c’est sur les bases de cette même Constitution, élaborée par l’ex-junte militaire au pouvoir pendant plus de 20 ans, que le pays a sombré dans le chaos économique et la répression tous azimuths! Et que c’est justement pour en finir avec cette situation et cette Constitution militaire que le peuple birman a massivement élu des députés démocrates dans tout le pays!

Si Thein Sein, le Président actuel et son nouveau gouvernement civil sont véritablement prêts à accepter la démocratisation en marche, alors ils doivent accepter le changement progressif d’une Constitution issue d’un lourd passé que chacun veut croire définitivement révolu, expliquent les militants de la L.N.D.

Pour autant, Aung San Suu Kyi ne veut aucunement dramatiser ni entrer dans un conflit frontal avec le pouvoir en place.

Elle a tenu, au contraire, a réaffirmé sa confiance en la sincérité – ou au pragmatisme – du nouveau Président et en sa volonté d’accompagner le changement de la société birmane. “Nous voulons toujours travailler en collaboration avec le gouvernement, particulièrement parce que nous pensons que le président Thein Sein est sincère dans ses efforts de réformes“, a-t-elle déclaré avec son habituelle et tranquille assurance au cours d’une conférence de presse, et une solution va très vite être trouvée, ce n’est qu’un retard technique”.
Avant d’ajouter: “Nous ferons très bientôt notre entrée au Parlement et continuerons de servir notre pays et la démocratie à la fois à l’intérieur de l’Assemblée nationale mais aussi de l’extérieur des institutions, comme nous l’avons fait depuis plus de 20 ans“

Nul doute que le message a été reçu 5 sur 5 par le gouvernement birman qui se trouve, une fois encore, et chaque fois un peu plus, incité – ou contraint – par Aung San Suu Kyi à ce que la démocratie avance toujours plus et toujours plus vite en Birmanie!

Pierre MARTIAL
Ecrivain-journaliste

 

——===ooOoo===——

 
patrick

sources :
http://www.aungsansuukyi.fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s