2 mai 73 Chute de Massada

——===ooOoo===——
.
2 mai 73

Chute de Massada
.
—–===ooOoo===——
.

Le 2 mai 73, la forteresse de Massada tombe aux mains des légionnaires. C’en est fini de la première guerre juive contre la domination de Rome.
.

—–===ooOoo===—–

.
L’ultime résistance

—–======——

Construite au IIe siècle avant JC, au temps des Maccabées (ou Asmonéens), la forteresse de Massada surplombe de 400 mètres les rives sauvages de la mer Morte. C’est le dernier îlot de résistance juive à l’occupation romaine.
.
Des membres de la secte extrémiste des zélotes s’y réfugient après avoir fait régner la terreur dans le pays. Armés d’un poignard, ils avaient coutume d’assassiner leurs compatriotes suspectés de collaboration avec l’occupant ! On les avait surnommés pour cette raison «sicaires», du latin sica, qui signifie poignard.
.
Au nombre d’un millier, avec leurs femmes et leurs enfants, sous la conduite d’un chef nommé Eleazar ben Jair, les Zélotes résistent pendant trois ans à plus de 15.000 légionnaires. Ceux-ci n’arrivent à accéder aux murailles qu’en aménageant une rampe artificielle depuis le pied du rocher.
.

Deutsch: Israel, Masada, Byzantinische Kirche ...

Ruines de l'église byzantine de Massada, en Israël. (Photo credit: Wikipedia)

Le seul récit que l’on ait de ce siège nous vient de l’historien juif Flavius Josèphe, qui assiste le général romain. Quand les assiégeants pénètrent dans la forteresse, ils doivent affronter l’incendie allumé par les Zélotes avant de découvrir les cadavres de ceux-ci. D’après l’historien, qui n’a pas lui-même vu l’intérieur de la forteresse, dix des assiégés auraient tué les autres avant de se suicider eux-mêmes. Tous seraient morts à l’exception de deux femmes et cinq enfants. Voici un extrait de son récit (traduction de René Harmand, Paris, 1911) :
.
«… Ensemble, ils embrassèrent, étreignirent leurs femmes, serrèrent dans leurs bras leurs enfants, s’attachant avec des larmes à ces derniers baisers ; ensemble, comme si des bras étrangers les eussent assistés dans cette oeuvre, ils exécutèrent leurs résolution, et la pensée des maux que ces malheureux devaient souffrir, s’ils tombaient aux mains des ennemis, était pour les meurtriers, dans cette nécessité de donner la mort, une consolation. Enfin, nul ne se trouva inférieur à un si grand dessein ; tous percèrent les êtres les plus chéris. Malheureuses victimes du sort, pour qui le meurtre de leurs femmes et de leurs enfants, exécuté de leur main, paraissait le plus léger de leurs maux !
Aussi, ne pouvant plus supporter l’angoisse dont ces actes une fois accomplis les accablait, et croyant que ce serait faire injure aux victimes de leur survivre même un court instant, ils entassèrent promptement au même endroit tous leurs biens et y mirent le feu ; puis ils tirèrent au sort dix d’entre eux pour être les meurtriers de tous ; chacun s’étendit auprès de sa femme et de ses enfants qui gisaient à terre, les entourant de ses bras, et tous offrirent leur gorge toute prête à ceux qui accomplissaient ce sinistre office. Quand ceux-ci eurent tué sans faiblesse tous les autres, ils s’appliquèrent les uns aux autres la même loi du sort : l’un d’eux, ainsi désigné, devait tuer ses neuf compagnons et se tuer lui-même après tous ; de cette manière, ils étaient assurés qu’il y aurait égalité pour tous dans la façon de porter le coup et de le recevoir. Enfin, les neuf Juifs souffrirent la mort et le dernier survivant, après avoir contemplé autour de lui la multitude des cadavres étendus, craignant qu’au milieu de ce vaste carnage il ne restât quelqu’un pour réclamer le secours de sa main et ayant reconnu que tous avaient péri, mit le feu au palais, s’enfonça d’un bras vigoureux son épée tout entière dans le corps, et tomba près de ceux de sa famille…»
.
.
Deuxième guerre juive

—–======——

En Judée même, le sentiment national n’est pas mort avec la prise de Massada.
.
Deux générations plus tard, l’empereur Hadrien est lui-même effrayé par la vigueur du particularisme juif. Il décide de le combattre par une campagne d’hellénisation : la circoncision est prohibée, Jérusalem rebaptisée «Colonia Ælia Capitolina» et un temple dédié à Jupiter Capitolinus est édifié sur les ruines du précédent. La Judée elle-même perd son nom. Elle est intégrée à la province de Palestine, ainsi nommée en souvenir des anciens habitants du littoral, les Philistins.

mosaic in massada עברית: פסיפס שהתגלה במצדה, O...

mosaic in massada (Photo credit: Wikipedia)

.
Mais un jeune exalté du nom de Bar Kochba («Fils de l’étoile») prend la tête d’une nouvelle révolte et s’empare de Jérusalem. Il malmène la légion égyptienne XXII Deiotariana chargée de faire régner l’ordre.
.
Hadrien se rend sur les lieux et appelle la Xe légion bretonne, sous le commandement du général Gaius Julius Severus, pour mater la rébellion. La campagne militaire va durer trois ans, de 133 à 135, et entraîner la mort de plusieurs centaines de milliers de Juifs. À son terme, la Judée sera durablement ruinée et les Juifs auront, qui plus est, l’interdiction de se réinstaller dans la ville de Colonia Ælia Capitolina, l’ancienne Jérusalem.

.
——===ooOoo===——
.
De Massada à Varsovie, le mythe à l’épreuve
—–===ooOoo===—–

.
Le souvenir de Massada a ressurgi avec brutalité en avril-mai 1943, lorsque les derniers juifs du ghetto de Varsovie se sont soulevés contre les SS allemands dans une tentative héroïque et désespérée. Ce fut pratiquement, contre les nazis, le seul acte de résistance armée au génocide des Juifs.
.
Le mythe de Massada a toutefois été mis à l’épreuve par les fouilles menées de 1963 à1965 par le général et archéologue Ygael Yadin, ainsi que le rappelle Le monde de la Bible (n°180, novembre-décembre 2007).
Si la rampe de terre construite par les Romains est avérée, de même que l’incendie des installations, rien ne vient démontrer la réalité du suicide collectif. Celui-ci relèverait sans doute d’une exagération épique propre à l’historien.

.
——===ooOoo===——
.
fin de la première guerre juive
contre la domination de Rome
8 septembre 70
Destruction du Temple
.
——===ooOoo===——
.

Jérusalem, capitale de l’ancien royaume de Judée, est mise à sac par l’armée romaine le 8 septembre de l’an 70 (*), après un siège atroce de deux ans.
.
Un roi cruel
—–======—–
Profitant des divisions entre les juifs, le général romain Pompée a conquis la Samarie et la Judée en 63 avant J-C. Un protégé des Romains, Hérode, en profite pour liquider la dynastie des Asmonéens et devenir roi de Judée (ou pays des Juifs) en l’an 37 avant JC.
.
De cet homme célèbre pour sa cruauté et son absence de scrupules, l’empereur romain Auguste aurait dit : «Mieux vaut être le porc d’Hérode que son fils»… Hérode a en effet lui-même tué certains de ses enfants mais, pratiquant la religion juive, il ne lui est jamais arrivé de consommer du porc (notons le jeu de mots sur fils [uios en grec, la langue d’usage d’Auguste] et porc !
.
C’est à la fin du règne d’Hérode le Grand que naît Jésus-Christ à Bethléem, au sud de Jérusalem.
.
À la veille de sa mort, en l’an 4 avant JC, le roi de Judée partage son royaume entre trois de ses fils. Mais sa dynastie s’arrête là. En l’an 6 de notre ère, l’empereur Auguste transforme la Judée en une province romaine gouvernée par un simple procurateur.

Les Arbres de Judée de la Cathédrale

Les Arbres de Judée de la Cathédrale (Photo credit: Mary.Do)

.
Première guerre juive
—–======—–
Décontenancés par les croyances monothéistes des habitants, les Romains laissent ceux-ci libres de s’organiser comme ils l’entendent sous l’autorité de leur Tribunal religieux, le Sanhédrin. Mais les Juifs ne manquent pas de se quereller et de se diviser sur la conduite à tenir vis-à-vis de l’occupant.
.
Les grands prêtres et le parti des Pharisiens s’accommodent de l’occupation étrangère tandis que dans les milieux populaires, la secte des Zélotes appelle à la résistance et veut hâter la réalisation des promesses divines.
.
Les Zélotes déclenchent une violente révolte en août 66. Ils massacrent les grands prêtres et s’emparent de Jérusalem. Mais les Romains, sous la direction du général Vespasien, mènent la reconquête avec détermination.
.
Vespasien étant devenu empereur, c’est à son fils Titus qu’il revient d’achever le siège de Jérusalem. Il ne s’agit pas d’une mince affaire car la population de la ville s’élève déjà à cette époque à environ 80.000 habitants. Les habitants sont déportés comme esclaves cependant que le Temple, haut lieu de la religion juive, est complètement détruit (à l’exception d »une partie de l’esplanade et d’un pan du mur d’enceinte, le Mur Ouest, futur «Mur des Lamentations»).
.
Le vainqueur, Titus, rentre à Rome où il reçoit un magnifique triomphe. Un arc est bâti en souvenir de ce triomphe à l’entrée des forums romains.


.
Ses bas-reliefs relatent les exploits des Romains en Judée et notamment le pillage des trésors du Temple, en particulier un fameux chandelier sacré à sept branches, la Ménorah (ce chandelier disparaît en 455 suite au pillage de Rome par les Vandales de Genséric).
.
La destruction de Jérusalem et du Temple ne met cependant pas fin à la première guerre juive… Au-dessus de la Mer Morte, la forteresse de Massada continue de résister sous la direction d’un chef zélote, Éleazar…

.
——===ooOoo===——
.
au temps des Maccabées
Nabuchodonosor s’empare
de Jérusalem
.
——===ooOoo===——
.

Le 16 mars de l’an 597 avant JC, Jérusalem tombe aux mains de Nabuchodonosor. Le puissant roi de Babylone reçoit la soumission du royaume de Juda.

Ce royaume était l’ultime survivance du royaume d’Israël fondé quatre siècles plus tôt par Saül, David et Salomon. Sa ruine entraîne l’exil à Babylone d’une bonne partie de sa population. L’exil, paradoxalement, va fortifier l’attachement des juifs à leur Dieu et à la loi de Moïse. À lui remonte le monothéisme rigoureux des juifs et tout ce qui fait la singularité de leur culture.

.
La vengeance de Nabuchodonosor

—–======—–
– Premier siège de Jérusalem : le roi Nabuchodonosor II s’empare de Jérusalem dès son avènement sur le trône de Babylone, en 605 avant JC. Il déporte un certain nombre d’habitants dans sa capitale. C’est la première déportation.

JUDAEA, Bar Kochba Revolt. 132-135 CE. AR Sela...

JUDAEA, Bar Kochba Revolt. 132-135 CE. AR Sela – Tetradrachm (28mm, 14.07 g, 11h). Undated issue (year 3 - 134/5 CE). Temple facade, the Ark of the Covenant within; star above / Lulav with etrog. Mildenberg 85.12 (O127/R44´); Meshorer 233; Hendin 711. Near EF, toned, light deposits. (Photo credit: Wikipedia)

– 2e siège de Jérusalem : le roi de Juda, Joachim, ne supporte pas le protectorat babylonien et complote avec les Égyptiens. Nabuchodonosor revient en force à Jérusalem huit ans plus tard, en 597. Sitôt la ville entre ses mains, il procède à une deuxième déportation, toutefois limitée à la famille du roi de Juda Yoyakîn et à son entourage (officiers de la cour, dignitaires, eunuques). À Babylone, le roi déchu est logé au palais royal.

– 3e siège de Jérusalem : Nabuchodonosor place sur le trône Sédécias, le fils d’un ancien roi de Juda. Mais celui-ci, à son tour, ne tarde pas à intriguer contre son maître et forme même une coalition avec les Égyptiens et les habitants de Tyr. On est en 586 avant JC. Nabuchodonosor prend Jérusalem pour la troisième fois. La répression ne se fait pas attendre. Le roi Sédécias, qui a tenté de s’enfuir par une brèche de la muraille, est capturé près de Jéricho, aveuglé et jeté au cachot en Babylonie cependant que ses fils sont mis à mort.

Lors de cette troisième occupation, le prestigieux Temple de Salomon est détruit de même que l’Arche d’Alliance qui contenait les Tables de la Loi sur lesquelles étaient gravés les Dix Commandements (voir le film de Steven Spielberg : Indiana Jones et l’Arche perdue ;-). Toute la population juive de Jérusalem est chassée du pays. C’est la troisième déportation.

Une bonne partie des proscrits sont emmenés en Mésopotamie. D’autres s’établissent autour de la Méditerranée et font souche jusqu’en Afrique du nord, formant la première diaspora.

Avec la prise de Jérusalem par Nabuchodonosor, c’en est fini de l’indépendance d’Israël pour… 2500 ans, jusqu’à la résurrection de l’État hébreu et de la langue du même nom au XXe siècle de notre ère (si l’on met à part l’autonomie du royaume de Judée sous les Asmonéens ou Maccabées, de 175 avant JC à la conquête romaine).

.

L’exil de Babylone

—–======—–
Les prophètes hébreux de l’époque, tels Jérémie et Ézéchiel, voient dans l’exil de Babylone la sanction méritée par le peuple hébreu pour avoir désobéi à Dieu.

À Babylone, cependant, les Juifs gagnent en prospérité et la religion israélite s’affermit.

Au bout de cinquante ans, Cyrus 1er, le Grand Roi des Perses, conquiert la Babylonie et une partie de la diaspora choisit de retourner en Judée tout en demeurant sous la tutelle des Perses.

Les Juifs de retour de Babylone reconstruisent le Temple dès 516 avant JC. À l’image de leurs cousins de Samarie, ils adoptent la langue akkadienne (ou araméenne) comme langue d’usage. Leur langue ancestrale, l’hébreu, reste employée pour la liturgie.

Vers 440 avant JC, en présence du gouverneur Néhémie, le sacrificateur Esdras lit solennellement les livres de la Loi de Moïse, «prescrite par l’Éternel à Israël». De ce jour, ces cinq premiers livres de la Bible, ou Pentateuque(du grec penta, cinq, et teukhos, livre) deviennent la loi de l’État.

.

Les Juifs rejettent les Grecs

—–======—–
Un siècle plus tard, l’empire perse s’effondre sous les coups que lui porte le Macédonien Alexandre le Grand. «Alexandre avait régné douze ans quand il mourut. Ses officiers nobles prirent le pouvoir chacun dans son fief», ainsi que le rappelle le premier livre des Maccabées, dans la Bible. «Tous ceignirent le diadème après sa mort et leurs fils après eux durant de longues années.»

La Palestine passe comme l’Égypte sous la tutelle des Lagides, descendants de Lagos, général d’Alexandre, puis en 198 avant JC sous la tutelle des Séleucides de Syrie, descendants de Séleucos.

Sous le règne de ces souverains hellénistiques de langue grecque, les prêtres du temple de Jérusalem codifient les rites religieux dans l’un des futurs livres de la Bible, le Lévitique. Des scribes laïcs complètent par ailleurs les récits des origines du peuple juif dans le livre dit le Deutéronome.

Les écrits bibliques prennent leur forme définitive et sont traduits en grec par les «Septante» (72 Sages) à Alexandrie (entre 301 et 150 avant JC).

La tradition juive garde cependant un mauvais souvenir du roi Antiochus Epiphane qui détourne beaucoup de Juifs de leurs coutumes. De jeunes Juifs «branchés» osent même bâtir à Jérusalem un gymnase (I Maccabées, 1, 14), autrement dit un lieu où l’on pratique des exercices sportifs en étant nus ! C’est un défi à la pudeur coutumière des habitants.

À la suite d’un soulèvement populaire, les Maccabées (ou Asmonéens) restaurent l’autonomie du pays sous un régime théocratique (175-134). Ils rétablissent les rites religieux juifs dans leur pureté.

.

——===ooOoo===——
.
campagne d’hellénisation
hellénisme
.
——===ooOoo===——
.

Depuis le XIXe siècle, les historiens appellent hellénisme la culture de langue grecque qui s’est développée dans l’ensemble du Moyen-Orient après les conquêtes d’Alexandre le Grand (333-323 avant JC). Le mot vient de Hellène, nom que se donnent les Grecs.

Les historiens différencient de la sorte cette culture de la culture grecque classique, qui s’est épanouie du IXe au IVe siècles avant JC sur les terres proprement grecques, autour de la mer Égée, en Sicile et au sud de la péninsule italienne (la Grande Grèce).

Avec Alexandre le Grand, les Grecs ont conquis l’empire perse. Ils ont de la sorte diffusé la culture d’Homère et Platon dans l’ensemble du Moyen-Orient, du Nil à l’Indus (le Pakistan actuel). La langue grecque est devenue la langue de communication habituelle en Orient jusqu’à la chute de Constantinople… en 1453 après JC, avant d’être supplantée par l’arabe.

Héritière de la culture grecque de l’époque classique (Ve siècle avant JC), la culture hellénistique a gagné en extension géographique ce qu’elle a perdu en créativité.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

patrick

sources
hérodote.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s