AUCUNE HESITATION !!!

—–===ooOoo===——
.
Pour prendre du recul : « Je pense que les catholiques français se rendraient coupables d’une grande irresponsabilité en « boudant » cette main qui leur a été tendue »


.
—–===ooOoo===——

« A l’approche des élections, je me permets de vous faire partager, dans le document joint à ce message, un petit exercice auquel je me suis astreint depuis 2010 : répertorier toutes les prises de position du Président Sarkozy en faveur de l’identité chrétienne de notre pays, des valeurs chrétiennes en général et de tout ce qui va avec. Prenez svp 5 mn pour le parcourir : ce n’est pas long.

Comme vous le constaterez vous-mêmes, quelle que soit l’absence de sympathie que peut inspirer la personnalité du chef de l’Etat actuel, quel que soit par ailleurs le jugement mitigé que l’on peut porter sur le bilan de sa politique économique et sociale, il est une réalité qu’il me semble impossible de nier, à moins de malhonnêteté intellectuelle :

AUCUN autre président de la Vème République ne s’est engagé avec autant de conviction dans la défense de principes et de valeurs intimement liés à la religion chrétienne, comme Sarkozy l’a fait à Rome, à Vézelay ou à Domrémy. Aucun autre président ne s’est entremis aussi loin en faveur de la protection des chrétiens d’Orient.

Aucun autre président, à ma connaissance, n’a osé inviter une dizaine de jeunes prêtres à l’Elysée la veille de Noël, en les encourageant à porter leur parole dans la société.

Aucun président ne s’est opposé activement, comme l’a fait Sarkozy, à la légalisation de l’euthanasie, alors-même qu’une cinquantaine de personnalités de la « gauche-caviar » (A. Comte-Sponville, G. Bedos, N. Baye, B. Cyrulnik…) signaient un manifeste demandant aux candidats de s’engager « solennellement » en faveur d’une telle légalisation et que le candidat socialiste faisait publiquement sienne cette idée.

Certes, tout est loin d’être parfait. Certains diront que tout cela n’est qu’opportunisme politique et flatterie d’une frange de l’électorat français qui pourrait faire la différence en 2012. Je ne pense pas que ce soit uniquement cela : le jeu n’en valait pas la chandelle, à en juger par la déferlante de haine que chacune de ses prises de position a valu à Sarkozy dans certains médias. Et quand bien même ce ne serait que de l’opportunisme politique, nous devrions, nous aussi, nous montrer « opportunistes » et saisir ces signaux qui nous ont été envoyés par l’équipe au pouvoir.

A titre personnel, je pense que les catholiques français se rendraient coupables d’une grande irresponsabilité en « boudant » cette main qui leur a été tendue. Il est probable que l’opportunité ne se représentera pas, et que les politiques de droite tireraient rapidement les leçons de l’échec de cette stratégie, pour aller voir ailleurs. Quant à la gauche, qui anticipe l’échec de la politique dite « conservatrice » de Sarkozy, elle ne manquerait pas d’en retirer la conclusion que les catho ne pèsent vraiment plus rien et peuvent être traités comme quantité négligeable. »

.
——===ooOoo===——
.
contenu du document
.
—–===ooOoo===——
.

POSITIONS PRISES PAR LE PRESIDENT SARKOZY
ET PAR LES MEMBRES DE SON GOUVERNEMENT
EN FAVEUR DE LA RELIGION ET DES VALEURS CHRÉTIENNES
HÉRITAGE CHRETIEN, VALEURS CHRETIENNES

.
—–===ooOoo===——
.

– Décembre 2007 : Lors de sa visite à Rome, dans son « discours du Latran », Sarkozy affirme
que « L’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur » et prône une « laicité
positive ». Le Père Guy Gilbert fait partie de la délégation présidentielle.
– Tribune dans Le Monde du 9.12.2009 : non à tout ce qui pourrait apparaître comme « un défi
(…) à l’héritage (…) de la civilisation chrétienne et des valeurs de la République ».
– 30 sept. 2010 : Sarkozy à Vézelay, où il célèbre « l’héritage chrétien ».
– 8 oct. 2010 : Visite de Sarkozy au Vatican ; le président assiste à Saint-Pierre de Rome, dans
la chapelle Ste-Pétronille, à une prière pour la France et se joint au « Notre-Père ». Recevant
un chapelet des mains du Pape, il lui en demande un second que le Pape lui remet volontiers.
– 13.01.2011 : Le ministre chargé des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, dénonce
l’absence de mention des fêtes chrétiennes dans un agenda distribué par la Commission
européenne à plus de trois millions de lycéens et étudiants européens, alors que des fêtes
juives, hindoues, sikhes et musulmanes sont évoquées : « Cet oubli est l’illustration d’une
Europe qui n’assume pas ses racines chrétiennes et, ce faisant, se renie. On ne doit pas avoir
honte de l’Europe des clochers, qui est constitutive de notre identité. Rien n’obligeait à
évoquer les fêtes religieuses. Si on choisit de le faire, alors faisons-le jusqu’au bout ». La
Commission a reconnu son erreur.
– 07.02.2011 : Dans une tribune publiée dans Le Figaro, Laurent Wauquiez défend « l’Europe
des clochers » et l’ « identité chrétienne » de l’Europe. Il réitère sa vision dans la Croix du 16
février.
– 4 mars 2011 : Au Puy-en-Velay, Sarkozy célèbre l’héritage chrétien : « La chrétienté nous a
laissé un magnifique héritage. (…) Nous sommes obligés par cet héritage. Nous devons non
seulement le transmettre, mais l’assumer sans complexes » ; « Je le dis aux tenants de la
diversité, il n’y a pas de diversité sans identité ». Le Président a ensuite déjeuné avec Mgr
Brincard, évêque du Puy, chez les soeurs de Saint-Jean. Le président s’est vu confier un bâton
de pèlerin, « peut-être pour que je sois à mon tour le pèlerin de cette Europe qui puise si
profondément ses racines dans l’histoire ». Laurent Wauquiez, qui l’accueillait en tant que
maire du Puy, avait affirmé : « Une identité refoulée est une identité qui se venge et nourrit
l’intolérance ».
– 12 janvier 2012 : Répondant à la suggestion de la candidate écologiste, Eva Joly, d’accorder
des jours fériés aux juifs et aux musulmans pour Kippour et l’Aïd, Luc Chatel, ministre de
l’Education, évoque l’héritage chrétien de la France : « Je pense qu’il y a beaucoup trop de
jours fériés. En plus, on a un héritage chrétien qu’il faut assumer dans notre pays. J’invite
Mme Joly à sillonner la France et à se rendre compte de cet héritage », a-t-il dit en soulignant
que les religions concernées ne demandaient pas ces jours fériés.
– 10 février 2012 : Sarkozy, exposant ses « valeurs pour la France » au Figaro Magazine,
répond à la question « Regrettez-vous le discours du Latran où vous mettiez en avant les
racines chrétiennes de la France ? » : « Mais enfin, la France a des racines chrétiennes, et
même judéo-chrétiennes, c’est une réalité historique qu’il serait absurde de nier ! Voyez le
long manteau d’églises et de cathédrales qui recouvre notre pays. La France est née de la
rencontre entre la volonté des rois et celle de l’Eglise. Jeanne d’Arc, dont on vient de fêter le
600ème anniversaire de la naissance, est au carrefour de cette double volonté. Dire cela ne
signifie pas qu’on appartient à une Eglise, ni qu’on adhère moins aux valeurs de la
République ou au principe de laïcité. N’amputons pas la France d’une partie de son
histoire ».
2. CHRETIENS D’ORIENT
– 15 nov. 2006 : au cours de son voyage en Algérie, Sarkozy se rend avec sa délégation au
monastère de Tibéhirine. Confronté à l’opposition du président Bouteflika, Sarkozy avait
répondu à ce dernier : « je compte m’y rendre, s’il le faut sans journalistes et avec un de vos
collaborateurs ».
– 2008 : Un programme d’accueil aux Irakiens persécutés, pour la plupart chrétiens, est mis en
place ; le but de Sarkozy est d’accueillir des Irakiens « appartenant à ces minorités
religieuses vulnérables ».
– 8 nov. 2010 : 37 Irakiens chrétiens blessés dans l’attaque de la cathédrale syriaque
catholique de Bagdad, sont acheminés par la France par avion médicalisé spécialement affrété
par le ministère des Affaires étrangères, pour y recevoir des soins.
– 5 janvier 2011 : dans un entretien à 20 minutes, Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires
étrangères, déclare : « C’est pour moi une préoccupation majeure que dans certaines parties
du monde, on ne puisse pas exercer librement ses croyances (…). C’est la raison pour
laquelle je vais prendre un certain nombre d’initiatives avec mes collègues européens pour
assurer la protection des chrétiens d’Orient ». Idem dans Le Figaro Magazine du 08.01.2011.
– 5 janvier 2011 : lettre co-signée par Michèle Alliot-Marie et trois de ses homologues
européens, demandant à C. Ashton d’inscrire la question des chrétiens d’Orient à l’ordre du
jour du conseil des Affaires étrangères de l’UE, de faire des « propositions concrètes » et de
réfléchir aux moyens d’apporter « secours et protection » aux personnes menacées.
– 7 janvier 2011 : en présentant ses voeux aux autorités religieuses, le Président de la
République dénonce « un plan particulièrement pervers d’épuration religieuse du Moyen-
Orient » ; « ; « si je pouvais, ici, utiliser le mot de martyr, alors je dirais que les martyrs
d’Alexandrie ou de Bagdad (…) sont collectivement nos martyrs ».
– 7 janvier 2011 : dans un entretien à La Croix, Laurent Wauquiez, ministre chargé des
Affaires européennes, déclare : « J’ai vécu en Egypte, un des lieux que j’aimais beaucoup en
Egypte est l’église copte située au sud du Caire. S’il y a bien un enseignement que j’ai retenu
dans mon engagement auprès de Soeur Emmanuelle, c’est l’importance de la diversité
religieuse. L’Orient a une tradition de brassage des cultures religieuses. Cette liberté
religieuse est inscrite dans ses racines. Ce n’est pas une terre monocolore religieusement, elle
ne l’a jamais été et n’a aucun intérêt à le devenir. La défense de cette diversité religieuse, qui
passe notamment par les chrétiens d’Orient, est une chose que nous souhaitons voir, avec
Michèle Alliot-Marie, fortement défendue par la politique européenne qui va se mettre en
place ».
– 24 mai 2011 : De retour d’une mission au Liban, l’ancien premier ministre J.-P. Raffarin
attire l’attention d’Alain Juppé sur la situation des chrétiens arabes, au cours d’une réunion du
groupe UMP au Sénat.
– 8 juillet 2011 : Sarkozy reçoit à l’Elysée le nouveau patriarche maronite du Liban, Mgr
Bechara Raï.
– 22 décembre 2011 : Alain Juppé reçoit des parlementaires dans le but d’évoquer avec eux la
situation des chrétiens d’Orient dans le contexte des printemps arabes.
– 28 février 2012 : Alain Juppé publie une tribune dans La Croix sur « Les chrétiens d’Orient
et les printemps arabes ». Il conclut en disant : « Le message que je souhaitais leur adresser
est simple : la France a été, est et restera à vos côtés ».
– 8 mars 2012 : Entretien d’Henri de Raincourt, ministre chargé de la Coopération, avec le
Patriarche grec-catholique d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem,
Gregorios III Laham.
3. QUESTIONS MORALES : UN EXEMPLE, L’EUTHANASIE
– 25 janvier 2011 : François Fillon s’oppose à une légalisation de l’euthanasie. Dans une
tribune au Monde, le Premier ministre affirme : « La question est de savoir si la société est en
mesure de légiférer pour s’accorder le droit de donner la mort. J’estime que cette limite ne
doit pas être franchie ». Dans la nuit du 25 au 26 janvier, le Sénat vide de sa substance la
proposition de loi visant à instaurer un « droit à demander une assistance médicale pour
mourir ».
– 7 sept. 2011 : Sarkozy, recevant la famille de Eddy de Somer, redit son opposition à un
« droit de mourir ».
– 10 février 2012 : Sarkozy, exposant ses « valeurs pour la France » au Figaro Magazine, redit
son opposition à une loi sur l’euthanasie : « L’euthanasie légalisée risquerait de nous
entraîner vers des débordements dangereux et serait contraire à notre conception de la
dignité de l’être humain. La loi Léonetti est parfaitement équilibrée, elle fixe un principe,
celui du respect de la vie ».
4. POLITIQUE FAMILIALE
– 10 janvier 2012 : Sarkozy qualifie de « folie » l’idée de supprimer le quotient familial,
évoqué par F. Hollande. Le chef de l’Etat estime qu’ « abroger le quotient familial aurait des
conséquences absolument dramatiques pour notre politique familiale et pour toutes les
familles françaises. Jamais je n’accepterai qu’on remette notre politique familiale en cause »
(voeux au monde la santé, à Mulhouse). Plusieurs membres du gouvernement et de l’UMP
abondent dans ce sens (Copé, Pécresse, Jacob, Méhaignerie, Lachaud).
– Février 2012 : Claude Greff, secrétaire d’Etat à la Famille, annonce son intention de
revaloriser le mariage. Hervé Mariton, député de la Drôme et promoteur de l’idée de « famille
durable », confirme : « Ce n’est pas notre rôle d’obliger des gens à vivre ensemble, mais nous
pouvons dire que la stabilité, la durée, et la politique familiale sont de bonnes choses. Nous
devons cesser d’être sur la défensive sur ces questions ».
– 7 février 2012 : En déplacement dans le Tarn, Sarkozy fait l’éloge de la politique familiale :
« L’honneur de la France, c’est d’avoir construit, depuis des décennies, une politique
familiale qui permette aux femmes de compter sur un cadre institutionnel stable et
protecteur » ; le Président juge par ailleurs « fascinant l’acharnement que mettent certains à
vouloir détruire ce qui marche », allusion à l’intention de F. Hollande, entre autres mesures,
de moduler le quotient familial pour les plus riches.
5. « PETITS SIGNAUX » :
– 2 octobre 2010 : Sarkozy se fait projeter « Des Dieux et des hommes ».
– 5 décembre 2010 : en marge de la visite présidentielle en Inde, Valérie Pécresse, ministre de
l’Enseignement supérieur, visite à Calcutta l’ancien couvent de Mère Teresa.
– 1er mai 2011 : F. Fillon et son épouse, A. Juppé et C. Guéant, soit « le triumvirat du
Gouvernement », comme ironise Le Nouvel observateur, assistent à la béatification de Jean-
Paul II. La France est le seul pays de poids, en dehors de l’Italie, à avoir envoyé à Rome son
chef de gouvernement.
– 26 juillet 2011 : Le Père Guy Gilbert est désigné par le président de l’Assemblée nationale,
B. Accoyer, et par le président du Sénat, G. Larcher, pour assister Dominique Baudis, le
Défenseur des droits.
– 11 novembre 2011 : Après avoir inauguré le musée de la Grande guerre à Meaux, Sarkozy
se recueille devant la stèle rendant hommage à Charles Péguy, à Villeroy, en Seine-et-Marne.
– 7 décembre 2011 : Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur et
conseiller UMP de Paris, juge « choquant » que la mairie de Paris finance, « même
indirectement, des spectacles tels que Golgota Picnic ».
– 22 décembre 2011 : Sarkozy reçoit une dizaine de jeunes prêtres à dîner à l’Elysée : un
aumônier de prison, un aumônier militaire, des curés de campagnes et de banlieue, l’aumônier
de l’Assemblée nationale, le père Rougé, ainsi que le fondateur du cercle Léon XIII, le père
Grosjean. « Au nom de quoi faudrait-il ignorer ce que vous représentez ? Vous offrez une
espérance. Les gens ont besoin d’espérance », leur dit le chef de l’Etat. Il redit son
attachement aux racines chrétiennes de la France, déplore la disparition des « grandes voix
catholiques » et enjoint les prêtres à « sortir des catacombes » : « Dites ce que vous avez à
dire à la société, pas seulement à vos fidèles. A l’heure où l’on écoute des experts en tout,
pourquoi ceux qui défendent une religion n’auraient-ils pas le droit à la parole ? ».
– 6 janvier 2012 : Sarkozy se rend en Lorraine (Domrémy-la-Pucelle (Vosges) puis
Vaucouleurs (Meuse)), pour célébrer le 600ème anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc,
le 6 janvier 1412. Cette étape du chemin johannique n’avait pas reçu la visite d’un chef de
l’Etat depuis celle du général de Gaulle, en 1961. A Domrémy, le Président s’est recueilli
dans la petite chapelle et dans la maison de Jeanne d’Arc. A Vaucouleurs, il a affirmé : « Pour
l’Eglise, Jeanne est une sainte, pour la république, elle est l’incarnation des plus grandes
vertus françaises ». En 2008, Sarkozy avait déjà envoyé sur place Rachida Dati, qui y avait
reçu un accueil chaleureux.
– 9 janvier 2012 : Sarkozy remet à l’Elysée les insignes d’officier de la Légion d’honneur au
cardinal Vingt-Trois.
6. POSITION PERSONNELLE
– 2003, Sarkozy publie La République, les religions, l’espérance, avec Thibaud Collin et le
RP Philippe Verdin (Pocket).
– 23-30 décembre 2010 : Article du Point sur la foi de Sarkozy (« Quand le président parle à
Dieu ») ; Sarkozy « voue une admiration sans limite aux moines, aux missionnaires, aux
moniales, ces petites mains qui assurent un témoignage chrétien partout dans le monde, en
dépit parfois du danger » (n° 1997).

.
—–===ooOoo===———–===ooOoo===——

.

AUCUNE HESITATION !!!

votons Nicolas SARKOZY

.
—–===ooOoo===———–===ooOoo===——

patrick

anonyme

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s