Scoutisme : Hisser le drapeau blanc ? – France Catholique

See on Scoop.itreligion Catholique, Chrétienne

C’est la dernière fois que j’écris un article sur le scoutisme.

Savez-vous, dirigeants du Scoutisme, ce que vous avez fait ? Vous représentiez la dernière institution publique se défendant de lacérer une liberté fondamentale bien oubliée, la liberté d’association.

Pat Lec‘s insight:

C’est la dernière fois que j’écris un article sur le scoutisme.

Savez-vous, dirigeants du Scoutisme, ce que vous avez fait ? Vous représentiez la dernière institution publique se défendant de lacérer une liberté fondamentale bien oubliée, la liberté d’association. On aurait dû se rebeller, dans un pays épris de liberté, que quiconque ose vous trainer devant les tribunaux, pire, devant la Cour Suprême, pour vous contraindre à modifier vos règles d’adhésion au scoutisme, règles pourtant déjà bien édulcorées.

Et pourtant, car nous ne sommes plus soumis à une Constitution encadrant les pouvoirs du gouvernement et les relations entre citoyens, mais à une espèce de credo culturel, fruit d’une élite détentrice du pouvoir et cherchant à se substituer à notre Constitution, pourtant, donc, chefs Scouts, vous avez été poursuivis en justice, et n’avez gagné que d’un cheveu. Et nous avec vous, ne l’oubliez pas. [NDT : une controverse a récemment vu le jour aux USA au sujet de l’admission d’homosexuels notoires dans le scoutisme. Au nom de la "non-discrimination" les "politiquement bien-pensants" voulaient faire interdire une règle de base — pas d’homosexualité dans le scoutisme. Il s’en est fallu de peu …. Semi-victoire : le scoutisme a encore le droit de rejeter la candidature d’homosexuels dans son encadrement.] Vous formiez la dernière institution dont la mission était nettement spécifiée, pour la santé morale, sociale, formatrice, des garçons. Il n’est pas étrange que quand garçons et filles sont instruits à la maison au lieu d’aller à l’école, les garçons sont tout-à-fait réceptifs ; ils ne courent pas à l’échec comme souvent à l’école. Non parce que suivre ses études à la maison est spécialement bénéfique pour les garçons, mais parce que nos écoles sont devenues nuisibles pour eux.

N’avez-vous pas lu l’ouvrage du Professeur Summers, "The War on Boys" (En guerre contre les garçons) ? N’avez-vous pas remarqué que les garçons, naturellement agressifs, plutôt agités, remuants, parfois prêts à se rebeller pour un rien, ont ces défauts spécifiques qu’une école féminisée et bureaucratisée est mal outillée à maîtriser, et ne saurait développer ? Ne pas couver. On a peine à croire que de nos jours les enseignants ignorent tout de la nature des garçons ; ils ont besoin d’histoires, d’aventures chevaleresques, et en les privant on les fait languir. Ou bien ils l’acceptent passivement, ou bien ils succombent à cette féminisation.

Pour un garçon, où que se porte son regard, ou bien il se plie au programme féministe, ou bien il décroche.

Partout, sauf chez les Scouts. N’aviez-vous pas remarqué ? Pensiez-vous vraiment qu’on vous détestait malgré votre participation à la formation des garçons pour une saine vie d’adultes ? Quand les conseils municipaux vous expulsaient de vos locaux tout en votant des subventions pour les parades "Gay Pride" et en embauchant plus de policiers pour le maintien de l’ordre, pensiez-vous qu’ils étaient inconscients ou incohérents ? Pensiez-vous vraiment qu’ils voulaient soutenir les bons vieux idéaux, souhaitant simplement que vous accueilliez un ou deux garçons sexuellement perturbés ?

Alors qu’on vous condamnait pour votre opposition à accepter comme chefs de troupe des hommes sexuellement tentés par des enfants, avez-vous noté qu’en même temps ces bonnes âmes s’acharnaient contre les évêques camouflant des prêtres ayant succombé à la même tentation ? Trouvez-vous celà bien cohérent ? N’avez-vous pas compris qu’on vous déteste à cause des vertus que vous défendez encore, même si c’est moins rigoureux que naguère ?

Vous pourrez bien dire que vous deviez lâcher un peu de lest pour atténuer la pression des poursuites judiciaires et faire bénéficier un plus grand nombre de jeunes du bien apporté par le scoutisme. [NDT : au début de la polémique, il n’était même pas question d’admettre des jeunes homosexuels dans les troupes de scouts. C’est peut-être en cédant sur ce point que le scoutisme a échappé à l’obligation d’admettre des homosexuels dans l’encadrement.] Saviez-vous ce que vous faisiez ? Vous vous proclamez maintenant sans préjugés sur la nature des garçons — savez-vous de quoi il s’agit ? Rappelez-vous que les garçons sont faits pour les filles, et les filles pour les garçons ; qu’un garçon deviendra un homme, et, quand il rencontrera la femme qui l’acceptera, il deviendra un mari, puis un père à son tour.

Ce n’est pas un repli tactique, c’est une reddition sans conditions. Vous avez descendu les couleurs. Vous avez renié votre raison d’être. Vous êtes comme ce malheureux David Blankenhorn [NDT : président de l’Institut pour les Valeurs Américaines, qui vient de tourner sa veste et de se proclamer désormais partisan du "mariage gay".] qui, pendant des années a mené le combat pour rappeler que les enfants ont besoin d’un papa, et se faisait alors injurier partout. Désormais, M. Blankenhorn a renoncé, et déclare soutenir cette impossibilité logique et biologique du "mariage de même sexe" ; et il ne sait pas qu’il rend incompréhensible sa croisade en faveur de la paternité.

Car en négligeant le fait biologique visible pour tous, nous ne prêterons pas non plus attention à l’anthropologie, moins évidente. Si le sexe ne compte pas pour le sexe, il ne comptera pour rien d’autre non plus.

Blankenhorn a abandonné le principe de base. Vous aussi. Vous êtes désormais un arbre mort à cœur. Vous donnerez encore des signes de vie, comme le font les arbres morts. Vous porterez du feuillage et donnerez de l’ombre. Mais vous êtes morts.

Vous êtes bien comme l’Association des jeunes Chrétiens (YMCA : Young Men’s Christian Association), quelques années après l’abandon de la référence chrétienne et l’arrêt des activités physiques, éducatives, spirituelles pour jeunes hommes. Vers l’époque où la "faune du Village" [NDT : vraisemblablement Greenwich Village, quartier New-Yorkais "d’avant-garde".] lançait son chant odieux et révoltant contre les garçons de YMCA. N’allez pas imaginer que votre reddition calmera vos adversaires. On vous harcèlera pour vous faire accepter des chefs de troupe homosexuels, puis admettre des filles de "genre masculin" se disant "garçons", puis le Prince de Galles et des habitants de la galaxie d’Alpha du Centaure, puis toutes les filles pour toutes les activités, comme ils ont fait au Canada ; au Canada où l’effectif va s’amenuisant, comme dans l’Église du Canada, car nul ne se dressera pour défendre le néant.

Vous avez trahi vos amis pour calmer vos adversaires. Pourvu qu’ils vous traitent plus gentiment que vous nous avez traités.

Source : http://www.thecatholicthing.org/col..

See on www.france-catholique.fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s