Ça s’est passé un 22 mai ….

22 mai 337

Constantin reçoit le baptême et meurt

Constantin (buste du musée du Capitole, Rome)Malade, épuisé par un règne agité, l’empereur romain Constantin 1erexpire le dimanche 22 mai 337, jour de la Pentecôte chrétienne. Il n’a pas encore soixante ans. Il meurt à Ancyrona, dans les faubourgs de Nicomédie (aujourd’hui Izmit, au sud de la mer de Marmara), tandis qu’il tente de regagner en toute hâte sa capitale, Constantinople. Avant de rendre le dernier soupir, Constantin a le temps de recevoir le baptême des mains de l’évêque Eusèbe de Nicomédie. Ce baptême tardif et son action en faveur de l’Église lui valent d’être vénéré comme un saint par les chrétiens orthodoxes… bien que n’ayant pas eu sa vie durant un comportement des plus vertueux. Sa mère Hélène, chrétienne sincère qui pria pour la conversion de son fils, figure également parmi les saints.

Une dévotion sincère mais bornée par la politique

Dès ses jeunes années, Constantin est partagé entre la nouvelle religion héritée de sa mère Hélène et le culte très en vogue à son époque du Sol invictus (le Soleil invaincu),  qui amorce une évolution du polythéisme païen vers le monothéisme façon hébraïque ou chrétienne. Constantin n’est pas pour autant un modèle de bonté évangélique. Il fait la part des choses entre conscience privée et action publique. Ainsi a-t-il sans doute fait exécuter son beau-père l’ex-empereur Maximien Hercule, mais aussi son propre fils, sa femme Fausta, son beau-frère Licinius… Au pouvoir, il s’entoure de chrétiens, parmi lesquels son hagiographe l’évêque Eusèbe de Césarée, une ville de Palestine, qui prononce son panégyrique (éloge public) à la veille du trentième anniversaire de son accession au pouvoir, le 25 juillet 336. Il se mêle aussi très activement des affaires de l’Église et convoque un concile oecuménique (universel) à Nicée pour surmonter des divergences entre partisans d’Arius et partisans d’Athanase d’Alexandrie sur la question subtile de la divinité du Christ. Curieusement, oubliant ses précédentes décisions en faveur de l’unité doctrinale du christianisme, l’empereur cède à la fin de sa vie aux arguments d’un évêque arien, Eusèbe de Nicomédie, celui-là même qui le baptisera sur son lit de mort. Il remet en selle l’arianisme, condamné par le concile de Nicée. L’hérésie n’est définitivement éliminée qu’au siècle suivant, en 451, lors du concile de Chacédoine. Suivant la coutume alors en vogue chez les chrétiens, il attend l’imminence de sa mort pour recevoir le baptême, celui-ci lui assurant la rémission de ses (nombreux) péchés antérieurs.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

22 mai 1875

Le congrès socialiste de Gotha

Le 22 mai 1875, deux partis allemands tiennent un congrès commun à Gotha (Thuringe), une petite ville surtout célèbre pour son almanach des têtes couronnées. Les deux partis, qui se réfèrent tous deux au socialisme, veulent s’unir pour tenir tête au chancelier allemand Bismarck. À l’issue du congrès, le Parti ouvrier social-démocrate d’Allemagne, d’inspiration marxiste, doit s’effacer devant l’Association générale des travailleurs. Celle-ci est le plus ancien mouvement socialiste ouvrier d’Europe. Elle a été fondée en mai 1863 par Ferdinand Lassalle, un théoricien réformiste, et l’on peut la considérer comme l’ancêtre du Parti social-démocrate allemand actuel (SPD).

Un socialiste visionnaire

Ferdinand Lassalle (1825-1864) Ferdinand Lassalle, né de riches commerçants juifs de Breslau (sans rapport avec la France malgré son nom), est un disciple de Karl Marx qui a développé sa propre vision du socialisme. On lui doit la «loi d’airain des salaires» : Lassalle considère que dans un régime franchement capitaliste, les salaires des ouvriers ne peuvent jamais dépasser ce qui est strictement nécessaire à leur survie et à leur reproduction (d’où le sens du motprolétaire, d’après un terme latin qui désigne des personnes n’ayant pas d’autre utilité que la reproduction). Il préconise le développement d’associations et de coopératives ouvrières afin de briser cette «loi d’airain» et promouvoir le socialisme dans le cadre d’un État démocratique bourgeois. Ce faisant, il s’oppose violemment à Karl Marx, partisan d’une «dictature du prolétariat», étape indispensable selon lui à l’avènement du communisme. Ferdinand Lassalle meurt en duel par amour pour une femme de l’aristocratie, à 39 ans, le 31 août 1864, mais son association lui survit sans problème.

Naissance de la social-démocratie

L’Association générale des travailleurs arrive en force au congrès de Gotha avec 73 délégués face aux 56 du parti rival. Celui-ci, le Parti ouvrier social-démocrate d’Allemagne, a été créé en 1869 à Eisenach par Bebel et Liebknecht. D’inspiration marxiste, il est privé à Gotha du soutien de Karl Marx lui-même, en exil à Londres Wilhelm Liebknecht accepte la fusion des deux partis en faisant de grandes concessions aux thèses lassalliennes. Le programme de Gotha va être vivement critiqué par Karl Marx mais il ne va pas moins orienter les socialistes allemands vers la voie réformiste et l’acceptation des règles démocratiques. Cela explique les différences persistantes entre la gauche française, encline à rêver au«Grand Soir» (la révolution), et la gauche allemande, adepte d’un système de codécision (en allemand : «Mitbestimmung»), qui permet aux représentants des ouvriers de voter dans les entreprises sur des sujets les concernant.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

22 mai 1200 : Traité du Goulet

Le 22 mai 1200, Philippe Auguste et Jean sans Terre mettent provisoirement fin à un conflit de près d’un demi-siècle par le traité du Goulet, près de Vernon, dans le Vexin normand. Grand gagnant face au roi d’Angleterre en butte à la contestation de ses barons, le roi de France obtient le Berry et Évreux. Dans la foulée, le lendemain, il marie son fils Louis, 13 ans, avec Blanche de Castille, 12 ans. Celle-ci est la fille du roi Alphonse VIII de Castille. Elle est surtout la petite-fille de l’illustre Aliénor d’Aquitaine (80 ans) et la nièce du roi d’Angleterre. Elle se voit promettre la couronne d’Angleterre si Jean sans Terre devait mourir sans héritier direct. Comme le royaume de France est sous le coup d’un interdit pontifical, le mariage est célébré de l’autre côté de la frontière, sur les terres normandes de Jean sans Terre. Il n’en sera pas moins heureux et 14 ans plus tard, le jeune couple donnera naissance à Louis IX, ou Saint Louis.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

22 mai 1809 : L’archiduc Charles frôle la victoire à Essling

Le 22 mai 1809, aux abords d’Essling et Aspern, au bord du Danube, une partie de laGrande Armée, sous les ordres de Masséna, est écrasée par les Autrichiens. Le maréchal Lannes est blessé à mort. Napoléon 1er et le reste de la Grande Armée, momentanément bloqués au milieu du fleuve, sur l’île de Lobau, prendront leur revanche à Wagram, sept semaines plus tard.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Naissance de Gérard de Nerval le 22 mai 1808 à Paris

Gérard Labrunie, plus connu sous son nom de poète, Gérard de Nerval, est l’une des figures les plus émouvantes de la poésie française. Naviguant entre réalité et rêve, il a évoqué en des mots immortels les troubles de l’adolescence… et les charmes du Valois. Mais il souffrait de troubles mentaux et, à l’aube du 26 janvier 1855, on l’a retrouvé pendu dans la rue de la Vieille-Lanterne, dans le quartier du Châtelet, à Paris. Il avait 46 ans. La plus belle part du romantisme s’est éteinte avec lui.

Il a vécu tantôt gai comme un sansonnet, Tour à tour amoureux insouciant et tendre, Tantôt sombre et rêveur comme un triste Clitandre. Un jour il entendit qu’à sa porte on sonnait.

C’était la Mort ! Alors il la pria d’attendre Qu’il eût posé le point à son dernier sonnet ; Et puis sans s’émouvoir, il s’en alla s’étendre Au fond du coffre froid où son corps frissonnait.

Il était paresseux, à ce que dit l’histoire, Il laissait trop sécher l’encre dans l’écritoire. Il voulait tout savoir mais il n’a rien connu.

Et quand vint le moment où, las de cette vie, Un soir d’hiver, enfin l’âme lui fut ravie, Il s’en alla disant : «Pourquoi suis-je venu ?»

(Gérard de Nerval, Épitaphe)

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Décès  de Constantin 1er, Constantin le Grand le  22 mai 337 à Ancyrona (Empire romain)

Figure majeure de l’histoire romaine, Constantin le Grand est le dernier d’une longue suite d’empereurs originaires d’Illyrie (une partie de la Yougoslavie du XXe siècle). Ces hommes énergiques, militaires de basse extraction, ont redressé le vieil empire à la fin du IIIe siècle, lorsqu’il était menacé par les premières attaques des Barbares. Ils ont fortifié les villes et renforcé les légions des frontières. Constantin donne à l’empire une nouvelle capitale à l’emplacement d’une cité grecque du nom de Byzance, sur le détroit du Bosphore, entre Europe et Asie. Cette «Nouvelle Rome» va prendre le nom de son fondateur : Constantinople. Elle deviendra bien plus tard la capitale de l’empire ottoman. (depuis 1930, son nom officiel est Istanbul, ou Istamboul). Constantin est le premier empereur romain à avoir reconnu l’importance du christianisme. Un édit de tolérance publié à Milan en 313 met fin aux persécutions et lui vaut la sympathie des adeptes de la nouvelle religion. Lui-même se fait baptiser sur son lit de mort. Après lui, tous les empereurs romains à une exception près seront chrétiens.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Décès de Victor Hugo le 22 mai 1885 à Paris

Victor Hugo surpasse par sa puissance créatrice, son imagination et l’étendue de ses talents tous les écrivains de sa génération. Il s’est aussi impliqué dans la vie politique de son temps.Royaliste dans sa jeunesse, il s’engage contre la peine de mort («Se venger est de l’individu, punir est de Dieu»). Son roman Notre-Dame de Paris éveille l’intérêt du public pour le Moyen Âge et la conservation du patrimoine. Après la révolution républicaine de 1848, il se fait le champion de la «Révolution des peuples» et en appelle à la création des États-Unis d’Europe. Il vire à gauche («J’ai grandi !» dira-t-il en 1854 de ce moment-là) puis s’exile pour manifester son opposition à Napoléon III. Cet exil lui vaut une seconde naissance, réalisant son souhait secret («Je veux l’influence et non le pouvoir», avait-il écrit en 1848). Il publie ses chefs-d’œuvre : Les Contemplations, La Légende des SièclesLes Misérables… et devient pour les jeunes écrivains un maître respecté. Au lendemain de la proclamation de la IIIe République, en 1871, le vieillard revient en France et traverse Paris au milieu d’une foule reconnaissante. Ses funérailles, en 1885, sont grandioses autant qu’émouvantes. Aux côtés de son contemporain Louis Pasteur, le poète personnifie le triomphe de la République et la culture française.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

sources : hérodote.net

Éphéméride des saints de ce jour, 25 juillet

 

SAINT JACQUES LE MAJEUR
Apôtre († c. 42)

.
——===ooOoo===——
.

Saint Jacques le Majeur, fils de Zébédée et de Salomé, était frère de saint Jean l’Évangéliste. On le surnomma le Majeur, pour le distinguer de l’Apôtre du même nom surnommé le Mineur, qui fut évêque de Jérusalem. Il était de Galilée et vint au monde douze ans avant Jésus-Christ. Il exerçait la profession de pêcheur, ainsi que son père et Jean, son frère. Un jour qu’ils nettoyaient leurs filets dans une barque sur les bords du lac de Génésareth, Jésus appela les deux frères ; à l’instant, quittant leur barque et leur père, ils se mirent à sa suite et furent bientôt agrégés au collège des Apôtres.

Le choix que Jésus fit des deux frères pour être, avec Pierre, témoins de sa Transfiguration, et plus tard de sa prière au Jardin des Oliviers, montre assez l’affection dont Il les honorait. Après la dispersion des Apôtres, Jacques le Majeur vint en Espagne, dont Dieu le destinait à faire la conquête. Il la parcourut en tous sens et la féconda de ses sueurs ; mais il ne put convertir que neuf disciples. N’est-ce pas un sujet de consolation pour les prédicateurs dont les efforts ne sont pas toujours couronnés de succès ? Dieu se plaît ainsi à éprouver ses envoyés; ils sèment, d’autres recueilleront la moisson.

Du reste, Jacques eut une grande consolation: la Sainte Vierge, vivante encore, lui apparut et lui demanda de construire, en son honneur, une chapelle qui serait une protection pour l’Espagne. La Sainte Vierge a maintes fois prouvé depuis aux Espagnols qu’ils étaient sous sa sauvegarde.

Saint Jacques revint à Jérusalem, y prêcha la foi de Jésus-Christ et convertit beaucoup de personnes. L’Apôtre gagna à Jésus-Christ deux magiciens qui avaient cherché à le confondre par leur art diabolique. Un jour qu’il prêchait, une émeute, préparée à l’avance, se souleva contre lui ; on le conduisit au gouverneur Hérode, en disant : « Il séduit le peuple, il mérite la mort. » Hérode, homme sans conscience, visant avant tout à plaire, commanda de trancher la tête au saint Apôtre.

Le glorieux martyr appartenait à l’Espagne, qu’il avait évangélisée. Sa dépouille mortelle y fut conduite par quelques disciples. Il n’est peut-être pas au monde un ancien pèlerinage plus célèbre que celui de Saint-Jacques de Compostelle. Saint Jacques a été souvent le défenseur de l’Espagne contre les Sarrasins.

 .

.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Les autres Saints du jour…

.
——===ooOoo===——
.

— St Christophe, martyr (Ve siècle)

.

.
La tradition nous dit qu’il s’agissait d’un géant vivant en Asie Mineure. Il s’était établi passeur d’une rivière. Il fit passer un jour un enfant qui, au fur et à mesure de la traversée, devint de plus en plus lourd, au point qu’il ne pouvait plus le porter. L’enfant lui dit alors qu’il était le Christ portant le poids du monde.

Il semblerait qu’il soit mort martyr. Il est le patron des automobilistes et des voyageurs.

 .

.
— St Cucufat, martyr († 304)

.

— Ste Glosselinde, abesse († 608)

.
— St Magnéric, évêque († 596)

.

 

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

.

.

Patrick

sources :

— le net, divers sites …..

.
——===ooOoo===——
.
saint du jour
.
——===ooOoo===——
.

— SAINT BERNARDIN de SIENNE
——======————======——-
Franciscain
(1380-1444)

Le principal caractère de la vie de ce grand Saint, c’est son amour extraordinaire pour la très Sainte Vierge. Né le 8 septembre 1380, jour de la Nativité de Marie, Bernardin fut privé, tout jeune, de ses nobles et pieux parents ; mais il trouva dans une de ses tantes une véritable mère. Voyant un jour cette femme refuser de donner à un pauvre, il lui dit : « Pour l’amour de Dieu, donnez à ce pauvre ; autrement je ne prendrai rien aujourd’hui. »

Sa pureté était si grande, que le moindre mot inconvenant l’affligeait profondément : « Silence, disaient les étudiants quand ils le voyaient apparaître au milieu de leurs conversations trop libres, silence, voici Bernardin ! »

À dix-sept ans, il entra dans une confrérie de garde-malades, et soigna pendant quatre ans, dans un hôpital, avec un dévouement et une douceur rares, toutes les infirmités humaines. Se traitant lui-même avec la dernière dureté, il ne songeait qu’aux besoins des autres ; il parut surtout héroïque dans une peste affreuse, où il s’imposa mille fatigues et brava mille fois la mort.

L’inspiration du Ciel le conduisit alors chez les Franciscains, qui le lancèrent bientôt dans la prédication. Grâce à la bonté de sa Mère céleste, sa voix, faible et presque éteinte, devint inopinément claire et sonore ; Bernardin fut un apôtre aussi brillant par son éloquence que par sa science, et opéra en Italie de merveilleux fruits de salut.

Faisant un jour l’éloge de la Sainte Vierge, il lui appliqua cette parole de l’Apocalypse : « Un grand signe est apparu au Ciel. » Au même instant, une étoile brillante parut au-dessus de sa tête. Une autre fois, parlant en italien, il fut parfaitement compris par des auditeurs grecs qui ne connaissaient que leur langue maternelle.

Un jour, un pauvre lépreux lui demanda l’aumône ; Bernardin, qui ne portait jamais d’argent, lui donna ses souliers ; mais à peine le malheureux les eut-il chaussés, qu’il se senti soulagé et vit disparaître toute trace de lèpre.

Bernardin, allant prêcher, devait traverser une rivière et ne pouvait obtenir le passage de la part d’un batelier cupide auquel il n’avait rien à donner. Confiant en Dieu il étendit son manteau sur les eaux, et, montant sur ce frêle esquif, passa la rivière.

C’est à Bernardin de Sienne que remonte la dévotion au saint Nom de Jésus : il ne pouvait prononcer ce nom sans éprouver des transports extraordinaires. Il a été aussi un des apôtres les plus zélés du culte de saint Joseph.

 

.
——===ooOoo===——
.
autres saints du jour
.
——===ooOoo===——
.

— Amalbert (7e s.)
.
— Archange Tadini († 1912)
.
— Astère († 272)
.
— Baudille, Martyr à Nimes (3e s.)
.
— Colombe de Rieti († 1501)
.
— Dovmont († 1299)
.
— Ethelbert († 793)
.
— Étienne († 1697)
.
— Germain de Constantinople, Patriarche de Constantinople († 733)
.
— Lydie (1er s.)
.
— Nicétas et Jean († 11e s.)
.
— Outrille de Bourges, Évêque († 624)
.
— Protais Chong († 1839)
.
— Thallelaios (3e s.)
.
— Yves de Chartres, Évêque († 1116)
.

.

.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

.
——===ooOoo===——
.

Naissances

.
——===ooOoo===——
.

Honoré de Balzac
——======———

20 mai 1799 à Tours – 18 août 1850 à Paris
Le romancier Honoré de Balzac a peint dans la Comédie humaine les travers de la bourgeoisie française sous le règne de Louis-Philippe 1er.

.

.

.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

.
.
——===ooOoo===——
.

Décès

.
——===ooOoo===——
.

.

Christophe Colomb
——======————=
vers 1451 à Gênes (Italie) – 20 mai 1506 à Valladolid (Espagne)
Christophe Colomb, navigateur génois, compétent mais trop imaginatif, veut gagner l’Asie des épices, la Chine et les Indes, en navigant vers l’ouest, à travers la «mer Océane» (l’océan Atlantique). Il estime le voyage à une quinzaine de jours seulement à partir des îles Canaries.

Son projet paraît fou à la plupart des experts de son temps qui savent comme lt ronde mais évaluent avec plus de justesse sa circonférence et sont convaincus que les marins mourront d’épuisement bien avant d’atteindre leur but !…

Après avoir essuyé plusieurs échecs, Christophe Colomb plaide sa cause auprès de la reine Isabelle de Castille. La souveraine, toute à la joie d’avoir abattu le dernier royaume musulman d’Espagne, accepte de l’aider sans trop y croire.

Le marin quitte l’avant-port de Séville à la tête de trois petits navires (des caraques ou caravelles). Le 12 octobre 1492, après trois mois de navigation hasardeuse, il pose le pied sur une île inconnue peuplée de gens à la peau cuivrée.

Sans en avoir conscience, Christophe Colomb vient d’offrir ce jour-là aux Européens un Nouveau Monde ; il sera baptisé quinze ans plus tard Amérique, d’après le prénom d’un autre explorateur. Christophe Colomb appelle ses habitants Indiens car il reste convaincu d’avoir atteint les Indes !

.
.
——===ooOoo===——
.

.

 
Gilbert de La Fayette
——======————=

6 septembre 1757 à Chavagnac (Auvergne, France) – 20 mai 1834 à Paris
Le marquis Gilbert Motier de La Fayette (on écrit aussi Lafayette), «héros des deux Mondes», demeure après plus de deux siècles le principal trait d’union entre la France et les États-Unis.

Mais son rôle historique ne se résume pas à ses années de jeunesse passées à combattre aux côtés des «Insurgents» américains. Il a aussi joué un rôle moteur dans les débuts de la Révolution française et à nouveau dans la révolution des Trois Glorieuses qui vit le remplacement de Charles X par Louis-Philippe 1er à la tête de la France.

 Lafayette, par Jules Boilly (musée de Versailles)

 

 

.
.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

 .

.
.
——===ooOoo===——
.

Evénements

.
——===ooOoo===——
.

.

20 mai 325 : Le concile de Nicée condamne l’arianisme
——======————======——–======————=====

Le 20 mai 325, l’empereur romain Constantin 1er réunit à Nicée le premier concile oecuménique de l’Histoire en vue de condamner la doctrine d’Arius, l’arianisme, et, plus important que tout, maintenir l’unité de la jeune Église…

.

Les chrétiens divisés
——======————=
Comme le christianisme commence à s’enraciner dans les villes romaines (tout en restant très minoritaire), l’empereur ne veut pas que des querelles théologiques divisent les fidèles et affaiblissent la cohésion de son empire.

.

Or, vers 320, un prêtre d’Alexandrie nommé Arius s’est mis à prêcher une doctrine hétérodoxe. Il professe que Jésus-Christ et le Saint Esprit sont subordonnés à leur créateur, Dieu le Père. Selon lui, Jésus serait né homme et ne serait véritablement devenu Fils de Dieu qu’au jour de sa résurrection.

.

Arius met ainsi en cause l’un des fondements de la religion chrétienne, le dogme de la «Sainte Trinité», à savoir un Dieu unique en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint Esprit. Selon ses contradicteurs, sa doctrine ouvre la voie à un polythéisme de fait, avec plusieurs divinités de rang variable. Elle enlève aussi beaucoup de signification à l’incarnation, à la mort et à la résurrection de Jésus, dès lors que celui-ci n’est pas pleinement Dieu.

.

L’évêque d’Alexandrie, Athanase, s’élève contre Arius en rappelant que le Fils est l’égal du Père et partage avec lui et le Saint Esprit l’essence divine. Arius est excommunié par l’évêque, c’est-à-dire exclu de l’Église. Il poursuit néanmoins sa prédication avec un certain succès.

.

Dans son palais de Nicomédie (aujourd’hui Izmit, au sud de la mer de Marmara), l’empereur Constantin 1er craint un schisme au sein de la nouvelle religion dominante qui mettrait à mal l’unité de l’empire. Pour l’éviter, il convoque un concile (d’un mot grec qui signifie réunion) à Nicée. La ville est située sur la façade orientale du Bosphore, à 50 kilomètres de Bursa et non loin de la résidence impériale. Elle s’appelle aujourd’hui Iznik.

.

L’empereur met la poste impériale à la disposition des chefs élus de toutes les communautés chrétiennes, les évêques.

.

Affermissement du dogme
——======————======—–
C’est ainsi qu’à partir du 20 mai 325, à Nicée, se trouvent réunis pour la première fois des évêques de toute la chrétienté. Ils sont plus de 220 (la tradition retient le chiffre symbolique de 318). Parmi eux, une grande majorité d’évêques du Proche-Orient et d’Égypte…

On note seulement cinq évêques latins et plusieurs absents de marque dont l’évêque de Rome (auquel sera plus tard réservé l’appellation de pape), qui s’est fait représenter par deux légats.

Constantin 1er préside en personne à l’ouverture officielle du concile (bien que n’étant pas baptisé). Sous la conduite d’un évêque espagnol, Osius de Cordoue, l’assemblée va donner lieu à des affrontements de très haute tenue philosophique.

.

Les partisans d’Arius, au nombre de 22 seulement, considèrent qu’il ne peut y avoir d’équivalence entre Dieu le Père et son Fils Jésus-Christ. Celui-ci apparaît à leurs yeux comme un relais existant de toute origine entre Dieu et l’humanité. C’est une explication philosophique assez rationnelle de l’Évangile. Elle plaît aux théologiens de culture grecque.

.

Les extrémistes du bord opposé, Marcel d’Ancyre, Eusthate d’Antioche, Alexandre d’Alexandrie et le diacre Athanase, qui allait devenir patriarche d’Égypte, exigent une ferme condamnation des thèses d’Arius. Quelques Orientaux groupés autour d’Eusèbe de Césarée tentent de faire valoir un compromis en atténuant les formules des arianistes.

.

Finalement, la majorité des évêques et son porte-parole Marcel d’Ancyre réprouvent les thèses d’Arius. Ils s’entendent sur une nouvelle formulation dite théorie de la «consubstantiation» qui signifie que le Fils est consubstantiel au Père (en grec homoousios, c’est-à-dire «ayant la même essence»). Cette formulation s’exprime dans une nouvelle mouture du Credo («Je crois»), appelée depuis lors «Symbole de Nicée».

.

 

.

L’empereur Constantin prend acte de la défaite des arianistes. Il ordonne l’exil d’Arius ainsi que de la poignée d’évêques qui, au concile, sont restés fidèles à sa thèse. Parmi eux se trouve Eusèbe de Nicomédie.

.

En intervenant dans les querelles théologiques et en ouvrant en personne le concile de Nicée, l’empereur inaugure le «césaropapisme». Ce mot traduit une forme d’allégeance des autorités religieuses à l’empereur.

.

Résurgence et mort de l’arianisme
——======————======——–=
Le concile de Nicée se conclut dans l’euphorie. L’unité du dogme semble préservée. En fait, on va s’apercevoir rapidement que l’arianisme est resté vigoureux.

.

Constantin lui-même fait revenir Arius de son exil dix ans après le concile et se fait baptiser par l’évêque arien Eusèbe de Nicomédie sur son lit de mort, en 337. Ses successeurs Constance et Valens se rallient à la doctrine d’Arius de même que la plupart des Barbares implantés dans l’empire romain.

.

C’est seulement en 380, au concile de Constantinople, que l’empereur Théodose établit le catholicisme comme religion d’État. Au siècle suivant, au concile de Chalcédoine, les évêques renouvellent la condamnation de l’arianisme et y ajoutent une condamnation des doctrines opposées de Nestorius et du monophysisme égyptien.

.

Tandis que l’arianisme résistait de la sorte en Orient et séduisait les tribus barbares implantées un peu partout, la doctrine catholique de Nicée triomphait pour sa part dans les populations romanisées de l’Occident romain, grâce à la prédication vigoureuse de Hilaire de Poitiers.

.

Les Francs de Clovis seront les seuls Barbares qui auront le bon goût d’ignorer Arius. Tardivement christianisés, ils passeront directement du paganisme au catholicisme avec le baptême de leur chef à Reims. Plus proches de leurs sujets gallo-romains grâce à cette conversion, ils acquerront de la sorte un avantage politique sur les autres Barbares d’Occident.

.

Évêques, prêtres et clergé
——======————======—
Le concile de Nicée de 325 ne s’en tient pas à des débats sur le dogme religieux. Il jette aussi les bases d’une organisation centralisée de l’Église fondée sur une stricte hiérarchie du clergé.
Auparavant, durant les trois premiers siècles de son existence, l’Église n’avait pas de clergé institutionnel ni d’organisation centralisée. Dans les villes, chaque communauté se donnait un évêque (du mot grec episkopos qui signifie surveillant). Si l’élu était marié, il conservait sa femme mais vivait avec elle «comme avec une soeur».

.
A mesure qu’une communauté s’élargissait, l’évêque désignait des personnes pour le seconder auprès des fidèles les plus éloignés. Il choisissait ces personnes parmi des chrétiens âgés et réputés pour leur capacité à commenter les textes sacrés. Les impétrants étaient désignés par le mot grec presbuteros qui signifie vieillard et donnera en français le mot prêtre.

.
En s’élargissant aux campagnes environnantes, les communautés placées sous l’autorité d’un évêque prenaient le nom de diocèse, du grec dioikésis qui signifie administration. Ces circonscriptions, nées en Égypte, recoupaient les anciennes subdivisions administratives romaines.

.

Le Credo
——====
La liturgie catholique conserve le souvenir des luttes entre théologiens au concile de Nicée. Les fidèles ont accès indifféremment à deux Credo («Je crois»), qui sont les résumés de leur foi.

.
– Le premier, le plus ancien, est appelé Symbole des Apôtres. Il laisse planer une équivoque sur la nature du Fils de Dieu :

.
Je crois en Dieu, le Père tout-puissant
créateur du ciel et de la terre
Et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur
qui a été conçu du Saint Esprit,
est né de la Vierge Marie, (…).
– Le second, appelé Symbole de Nicée, est plus explicite. Il souligne à l’envi la nature consubstantielle du Père et du Fils :
Je crois en un seul Dieu,(…)
Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ,
le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles :
Il est Dieu, né de Dieu,(…)
Engendré, non pas créé, de même nature que le Père ; (…).

.
Depuis le concile de Constantinople de 381, le Credo confirme la place du Saint-Esprit dans la Sainte Trinité, aux côtés du Père et du Fils. Dans sa version catholique il précise qu’il «procède du Père et du Fils» et non «du Père par le Fils». Cet ajout, le Filioque, peu apprécié des évêques d’Orient, figurera bien plus tard parmi les griefs qui entraîneront le schisme entre les Église de Rome et de Constantinople !

.

.

.

——===ooOoo===——
.

.

.

 

 
20 mai 1498 : Vasco de Gama aborde à Calicut
——======————======——–======———
Le 20 mai 1498, Vasco de Gama aborde à Calicut, en Inde. À 29 ans, le navigateur portugais devient le premier Européen à rallier l’Inde par la mer, en contournant l’Afrique. C’est l’aboutissement du prodigieux rêve entretenu par les Portugais depuis près d’un siècle…

.

Sur la route des épices
——======————==

.
Vasco de Gama quitte Lisbonne et l’embouchure du Tage le 8 juillet 1497, avec trois lourdes nefs et une caravelle, ainsi que 160 hommes d’équipage.

.

Il fait escale sur l’île de Sainte-Hélène, au milieu de l’Atlantique sud, puis contourne le cap de Bonne Espérance découvert dix ans plus tôt par son compatriote Bartolomeu Dias et fait relâche le jour de Noël dans un havre qu’il baptise Natal (Noël en portugais). C’est aujourd’hui le port de Durban, capitale de la province sud-africaine du Natal.

.

Remontant le long de la côte afrcaine, la flotte atteint successivement les ports de Mozambique, Mogadiscio et Kilwa où des commerçants arabes venus du nord commercent avec les Africains de l’intérieur.

.Les grandes découvertes

Plus au nord encore, à Malinde, il sympathise avec le sultan local qui lui confie un pilote italien, venu là par l’Égypte et l’empire ottoman. Avec son aide, le navigateur coupe au large vers la péninsule indienne et la côte de Malabar.

.

C’est ainsi qu’il atteint Calicut (aujourd’hui Kozhikode), un port prospère du Dekkan indien. Le capitaine envoie à terre un émissaire et celui-ci a la surprise d’être abordé dans un mélange d’espagnol et d’italien par un marchand tunisien. À son interlocuteur, il déclare tout de go être venu chercher «des chrétiens et des épices».

.

Le marchand met en relations Vasco de Gama avec le seigneur local, le zamorin (ou samorin) Samutiri Manavikraman.

.

Après que deux émissaires eussent annoncé son arrivée, le navigateur est reçu avec tous les honneurs réservés à un grand ambassadeur.

.

Le zamorin refuse toutefois au Portugais de laisser une petite troupe dans sa ville. Il lui refuse aussi tout traitement de faveur en matière de taxes par rapport aux commerçants musulmans avec lesquels il est déjà en relations.

.

Ces derniers, pas rassurés pour autant, convainquent le zamorin que les Portugais se disposent à piller la ville. Vasco de Gama est aussitôt arrêté puis, au bout de quelques heures, autorisé à rembarquer et partir. Il lève l’ancre le 27 août 1498.

.

Vers la conquête des Indes

——======————=====
Malgré ce demi-échec, il est accueilli en grande pompe à Lisbonne, deux ans plus tard et le roi se montre déterminé à poursuivre l’aventure.

.

– 1500 : Pedro Alvares Cabral découvre le Brésil
——======————======——–======———
Manuel le Fortuné monte sans attendre une nouvelle expédition avec douze navires sous le commandement de Pedro Alvares Cabral (33 ans).

.

Celui-ci s’écarte plus que de raison de sa route et découvre une terre inconnue dont, tant qu’à faire, il prend possession au nom de son roi. Ce sera le Brésil… Là-dessus, il poursuit sa route sur les traces de Vasco de Gama, non sans perdre plusieurs navires dans les tempêtes. Il arrive à Calicut où ses relations avec le souverain et les marchands arabes se dégradent très vite. Une cinquantaine de Portugais sont tués.

.

Cabral exerce une répression terrible et fait bombarder la ville. Puis il descend la côte avec les navires qui lui restent et atteint un port vassal du zamorin, Cochin. Il aide leurs gouvernants à s’émanciper de la tutelle de Calicut puis prend le chemin du retour. Il atteint Lisbonne le 25 juillet 1501.

.

Sept navires sur treize et les deux-tiers des hommes manquent à l’appel mais les navires restants ont des épices plein les cales.

.

– 1502 : Vasco de Gama fonde l’empire portugais des Indes
——======————======——–======————======–
Le roi se voit encouragé à monter une nouvelle expédition, encore plus importante.

.

C’est ainsi qu’en février 1502, Vasco de Gama retourne aux Indes à la tête de 21 navires. Il porte cette fois le titre aussi nouveau que prestigieux d’Amiral des Indes. C’est qu’il ne s’agit plus seulement d’exploration mais de conquête.

.

Vasco de Gama fonde des comptoirs sur les côtes africaines et malgache, soumet les royaumes du littoral et sème la terreur à l’occasion, ne craignant pas de brûler par exemple un navire égyptien et son équipage.

.

De retour à Calicut , il bombarde le port en représailles des massacres exercés plus tôt contre l’équipage de Cabral. Puis il y installe de force une garnison sous le commandement de Vincente Sodré et, pour plus de sûreté, renforce son alliance avec le roi voisin de Cochin.

.

Sa mission accomplie, il rentre à Lisbonne en décembre 1503.

.

– 1510 : Afonso de Albuquerque conquiert Goa :
——======————======——–======——-
Vasco de Gama sera ensuite relayé par Afonso de Albuquerque, qui achèvera la conquête du Dekkan, ce qui lui vaudra d’être fait duc de Goa.

.

Beaucoup plus tard, en 1524, le roi Jean III sortira Vasco de Gama de sa retraite et le nommera vice-roi des Indes. L’explorateur mourra à Cochin quatre mois plus tard.

.

Faute d’armateurs et de commerçants en nombre suffisant, et victime de la concurrence impitoyable des Hollandais, la présence portugaise aux Indes va se réduire à la fin du XVIe siècle à quelques modestes implantations côtières, essentiellement le port de Goa.

.

 

.

.

.
——===ooOoo===——
.

 .

.

 
20 mai 1506 : Christophe Colomb s’éteint à Valladolid
——======————======——–======————


Le 20 mai 1506, Christophe Colomb meurt à Valladolid, en Espagne, richissime mais dans une grande solitude. Après avoir caressé des rêves immenses, le navigateur gênois va sombrer dans l’oubli jusqu’au XIXe siècle…

.

La Cour délaisse l’Amiral
——======————=====
Le 7 Novembre 1504, Colomb a 53 ans. Il rentre en Espagne de son quatrième et dernier voyage et accoste à San Lucar de Barrameda.

.

La reine Isabelle la Catholique, qui a favorisé Colomb depuis le début de l’aventure, meurt à la fin novembre 1504, moins d’un mois après le retour de l’Amiral de la mer Océane. Colomb est très affecté par la disparition de la souveraine. De son côté, le roi Ferdinand, qui est alors en guerre, se désintéresse de l’aventurier .

.Le célèbre texte de Waldseemüller (avec America dans la marge, au milieu)

Colomb est aigri et frustré par la perte d’une partie des privilèges qu’il avait obtenus au commencement de l’aventure. Malade et affaibli, il se retire à Séville, dans une maison qu’il a louée dans la paroisse de… Santa Maria. Il y vit seul, quasiment oublié par ses contemporains, abandonné par la plupart de ses compagnons d’aventure qui se sont enrichis grâce à lui.

.

L’Amiral est seul… mais fabuleusement riche. Les droits issus de ses découvertes sont énormes et les revenus supplémentaires qu’il réclame le sont tout autant ! A Saint-Domingue, son homme de confiance, Carvajal, veille sur ses possessions et en encaisse les revenus. Ses domestiques et lui ne manquent de rien. Durant au moins deux générations, les héritiers de Colomb vivront dans l’opulence.

.

L’un des fils de Colomb, Diego, qui a vingt-quatre ans, est à la cour. Ancien page, puis garde de la reine, enfin garde du roi, il est devenu un courtisan habile. C’est lui qui représente son père à la cour. En 1508, il épousera Maria Alvarez de Toledo y Rojas (Roxas), fille de Fernando Alvarez de Toledo, nièce du duc d’Albe, l’un des Grands d’Espagne. Son père, l’Amiral, n’aura pas eu le bonheur d’assister à ce mariage prestigieux.

.
Mort riche et abandonné!
——======————======–
En mai 1505, Christophe Colomb fait le voyage de Séville à Ségovie à dos de mulet. Un voyage de 500 kilomètres pour rencontrer le Roi. Son fils a réussi à obtenir pour lui une audience. Malgré ses revendications, il n’obtient toujours pas du roi l’exécution des promesses qui lui ont été faites. Il conserve le titre d’Amiral de la mer Océane mais il ne s’agit que d’un titre honorifique qui ne le met pas à égalité avec le Grand Amiral de Castille.

.Maison où mourut Christophe Colomb (gravuedu XIXe siècle d'après photographie)

A la fin d’avril 1506, la santé de l’Amiral décline. Sa goutte et l’arthrite le font souffrir. Colomb est alors transporté de Ségovie à Valladolid.

.
Seuls sont présents à son chevet ses deux fils Diego et Fernando et ses frères Bartolomeo et Diego, ainsi que des moines franciscains du couvent voisin.

.

Christophe Colomb, Amiral de la Mer Océane, vice-roi des Indes, meurt le jour de l’Ascension en murmurant : «In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum» (En tes mains Seigneur, je remets mon esprit).

.

Les obsèques sont célébrées dans la cathédrale de Valladolid, Santa Maria Antigua (Sainte Marie l’Ancienne). Colomb est ensuite inhumé par les franciscains au couvent de l’Observance, à Valladolid. Aucune personne de la cour n’assiste à la cérémonie.

.

L’historiographe officiel de la cour, Pierre Martyr d’Anghierra, ne mentionne même pas la mort de Colomb. Celle-ci n’est pas non plus enregistrée dans le registre officiel de la ville – laCronicon de Valladolid – où sont consignés les événements locaux !

.

Colomb, qui a donné à l’Espagne les plus grands territoires qui soient, est mort oublié parce qu’on n’avait plus besoin de lui ! Quatorze jours plus tard, le 2 juin 1506, le roi Ferdinand, qui n’eut jamais d’excessive sympathie à l’égard du navigateur génois, fait néanmoins restituer à Diego l’or, les bijoux et toutes les richesses et objets ayant appartenu à son père.

.

Quelques mois après la mort de Colomb, on s’aperçut que les «Indiens» et les pauvres colifichets ramenés par Colomb n’avaient rien à voir avec l’Asie des épices mais qu’ils étaient le cadeau de réception d’un Nouveau Monde ! Le roi fit alors ériger un monument à la gloire de l’Amiral avec l’inscription : «Por Castilla y por Leon Nuevo Mundo hallo Colon» (Pour la Castille et le Leon, Colomb trouva un Nouveau Monde).

.

Pérégrinations d’un cercueil
——======————======–
– Quelques années après la mort de Christophe Colomb, en 1513, ses restes sont transférés du couvent des franciscains de Valladolid à Séville à la demande de sa belle-fille, Marie de Tolède, nièce du roi.

.

À l’issue d’une cérémonie dans la cathédrale de Séville, la dépouille de l’Amiral est déposée à la Cartuja de Santa Maria de las Cuevas, le couvent des Chartreux de Sainte Marie des Grottes, sur la rive droite du Guadalquivir, en face de Séville.

.

Dans son ouvrage Vie et voyages de Christophe Colomb, publié à Paris en 1862, Roselly de Lorgues indique que le cercueil est déposé dans la chapelle du Christ que venait de faire construire le frère Diego de Lugan. Il précise aussi que l’Amiral avait été inhumé dans son cercueil avec les fers dont il avait été entravé lors du retour de son troisième voyage et qui ne l’avaient plus quitté depuis lors.

.

En 1526, la dépouille de son fils Diego le rejoint à la Chartreuse.

– En 1536, l’Amiral traverse l’océan Atlantique sans quitter son cercueil et gagne Saint-Domingue en vertu de sa dernière volonté qui était de reposer dans cette île. Le cercueil est enfin déposé dans la cathédrale nouvellement construite, à droite du maître autel.

.

On commence à reconnaître à don Cristobal Colon(Christophe Colomb) le mérite d’avoir offert un continent à l’Espagne et permis à ce pays de devenir le plus puissant du monde pendant une brève période. L’empereur Charles Quint ne disait-il pas que le soleil ne se couchait jamais sur son empire ?

.

.

Christophe Colomb..

.

Un très long oubli
——======———–

Ensuite, l’Amiral de la mer Océane sombre dans l’oubli au point que personne ne se souvient plus avec certitude de l’endroit où il est inhumé ! Ce n’est qu’à l’orée du XIXe siècle qu’il retrouve la faveur des historiens et du public.

.

Le 22 juillet 1795, le traité de Bâle donne à la France l’île de Saint-Domingue en compensation de territoires pyrénéens. Les Espagnols sont obligés d’évacuer l’île. L’amiral Don Gabriel de Aristagabal organise, avec les Français, le transfert des restes supposés être ceux de Colomb vers la Havane, dans l’île de Cuba, encore colonie espagnole.

.

C’est ainsi que le 20 décembre 1795, au cours d’une cérémonie officielle, les restes de Colomb sont transférés depuis le navire français La Découverte sur le vaisseau espagnol San Lorenzo afin d’y être transportés à La Havane. Au cours de cette cérémonie, 290 ans après sa mort, Christophe Colomb reçoit pour la première fois les honneurs officiels de la Marine de son pays, l’Espagne, associés aux honneurs rendus par la Marine française à un grand marin.

.

En 1899, après la guerre hispano-américaine, lors de l’indépendance de Cuba, nouveau transfert ! Les restes présumés de Colomb reviennent à Séville.

.

En 1902, un monument est dédié à Colomb dans la cathédrale de Séville où, derrière le choeur, repose déjà son fils, Hernando… Mais si l’on est certain de l’authenticité des restes d’Hernando, il n’en va pas de même de ceux de son père, conservés dans un petit coffre. Et la république de Saint-Domingue continue de revendiquer avec fierté l’honneur d’abriter les seuls véritables restes de l’illustre navigateur, en un lieu dit le phare de Colomb !

.
Une énigme policière
——======————===
Pour lever le doute sur l’identité réelle des restes conservés à Séville, une exhumation partielle a eu lieu en juin 2003. Des tests d’ADN ont été effectués sur les ossements et comparés avec ceux de son fils Hernando. Ils pourraient être aussi comparés avec les restes de certains autres membres de la famille Colomb qui ont été parfaitement identifiés.

.
L’exhumation a été pratiquée par des spécialistes de l’université de Grenade en présence de deux descendants de Christophe Colomb, Jaime Colon de Carvajal et son épouse Anunciada.
Les scientifiques ont soulevé une draperie qui couvrait le tombeau de Christophe Colomb et cachait une porte en forme d’écu. Derrière se trouvait un coffret portant l’inscription :«Voici les os de Christophe Colomb, premier amiral du Nouveau monde». Ensuite, ils ont extrait les restes de son fils, Hernando Colomb. Les ossements du père et du fils, ainsi que ceux du frère du célèbre navigateur, Diego Colomb, exhumés en septembre 2002 à Santiponce, près de Séville, ont été transportés pour analyse à l’université de Grenade.

.
L’enquête doit comporter des études anthropologiques, dentaires et radiologiques à résonance magnétique (IRM), selon José Antonio Lorente, directeur du Laboratoire d’identification génétique de l’Université de Grenade, qui coordonne les recherches et est entouré d’experts des Universités de Saint-Jacques de Compostelle, de Rome, de Leipzig (Allemagne) et de Barcelone.

.
L’étude se propose de «déterminer si les restes qui sont dans la cathédrale de Séville appartiennent réellement à Christophe Colomb. Depuis des années plusieurs endroits du monde prétendent posséder les reste du navigateur; selon M. Lorente, le but de cette étude est, entre-autres, de vérifier si les restes qui se trouvent à Saint-Domingue appartiennent également à Christophe Colomb ou à une autre personne».

.
Les recherches porteront notamment sur l’étude du chromosome « Y » puisque ce chromosome se transmet de père en fils et que l’identité d’Hernando Colomb a pu être authentifiée. La République dominicaine affirme que les restes authentiques du navigateur se trouvent toujours en territoire dominicain, au Phare de Colomb. L’Espagne affirme qu’ils sont à Séville.

.
Et si le corps de Christophe Colomb n’avait jamais quitté le couvent de Valladolid ? Plusieurs auteurs l’ont envisagé. Cette hypothèse a été développée entre autres par Gianni Granzotto dans son ouvrage Christophe Colomb… Le navigateur avait été inhumé (avec ses chaînes) dans la crypte du couvent des Franciscains de Valladolid. Ce couvent n’existe plus. Au-dessus de sa tombe initiale se trouve aujourd’hui une auberge. Il est difficile d’aller vérifier s’il s’y trouve encore quelque chose.

 

 

.

.

.
——===ooOoo===——
.

 .

.

 

20 mai 1802 : Bonaparte légalise l’esclavage
——======————======——–======—

Le 20 mai 1802, le Premier Consul Napoléon Bonaparte rétablit l’esclavage dans les colonies qui restent à la France…

.
Une première abolition très limitée
——======————======——–=
L’esclavage a été en théorie aboli huit ans plus tôt par le décret de Pluviôse. En réalité, cette mesure sans précédent votée par les députés de la Convention n’a pris effet qu’en Guadeloupe et à Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti).

.

– La Martinique, occupée par les Anglais, n’en a pas profité et les planteurs ont pu conserver leurs esclaves grâce à la bienveillance des occupants.

.

– Dans l’océan Indien, les colons de l’île de la Réunion et de l’île de France (aujourd’hui l’île Maurice) ont réussi à s’opposer à l’application du décret.

.

– Quant à la grande île de Saint-Domingue, elle a attendu le départ des Anglais, chassés par Toussaint Louverture en octobre 1798, pour appliquer le décret et abolir l’esclavage. Encore les anciens esclaves n’ont-ils troqué leur statut que pour celui de travailleurs forcés…

.

Le Premier Consul, pragmatique, aurait sans doute souhaité s’en tenir au statu quo. Mais il est pris de court par la restitution à la France de l’île esclavagiste de la Martinique à la paix d’Amiens (25 mars 1802) et plus encore par les velléités indépendantistes de Saint-Domingue.

.

Les colonies en ébullition
——======————=====
À Saint-Domingue, Toussaint Louverture ne veut pas en rester à sa victoire sur les Anglais.

.

Le 8 juillet 1801, le leader noir chasse les Espagnols de la partie orientale de l’île et se nomme Gouverneur général à vie de l’île réunifiée.

.

Il mène une politique indépendante et signe des contrats de commerce avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.

.

C’est plus que n’en peut supporter Napoléon Bonaparte. Dès 1799, celui-ci caresse le désir de reconstituer un empire colonial aux Amériques «conformément aux lois et règlements antérieurs à 1789».

.

Profitant du répit offert par la paix signée à Lunéville avec l’Autriche, il décide de rétablir à Haïti la souveraineté française.

.

Le 14 décembre 1801, une flotte de 36 navires appareille de Brest avec 23.000 hommes sous le commandement du général Leclerc pour reprendre Saint-Domingue. L’expédition est plus importante que celle que Bonaparte conduisit en Égypte trois ans plus tôt… Son échec sera encore plus dramatique !

.

Le 2 mai 1802, une autre flotte de 11 navires débarque 3500 hommes en Guadeloupe sous le commandement du général Antoine Richepance. Elle a pour mission de restaurer l’ordre dans l’île où un conseil animé par des officiers de couleur a pris le pouvoir.

.

Un décret mal inspiré
——======————===
Dans ce contexte, le Premier Consul est encouragé à abolir le décret de Pluviôse par Cambacérès, avocat des planteurs, et sa propre femme, Joséphine de Beauharnais, issue d’une riche famille créole de la Martinique, les Tascher de la Pagerie ; l’un et l’autre mettent en avant les difficultés des milieux d’affaires coloniaux depuis l’abolition de 1794.

Il signe enfin le décret par lequel il légalise à nouveau l’esclavage dans les colonies oùil perdure.

.

L’esclavage revient à priver les hommes de couleur de leur citoyenneté et les travailleurs des plantations de leur salaire ; les maîtres ont le droit de punir leurs esclaves sans passer par la justice civile.

.

Par-delà son caractère immoral, le décret du 30 floréal va avoir pour la France un résultat désastreux en poussant à la révolte les anciens esclaves de Saint-Domingue et en précipitant la perte de l’île.

.

Mais le Premier Consul ne s’en tient pas à la légalisation de l’esclavage. Animé par un sentiment «raciste» qui le distingue de la plupart de ses contemporains, encore pétris de l’esprit des Lumières, il prend plusieurs mesures qui renouent avec le préjugé de couleur des décennies précédentes et l’aggravent nettement…

.

Naissance du préjugé de couleur
——======————======——–=
Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les souverains européens toléraient l’esclavage aux colonies mais n’assimilaient pas les esclaves aux Noirs. Ils ne tenaient pas ceux-ci pour une race inférieure vouée à l’esclavage comme l’atteste la présence d’un certain nombre d’Africains dotés de fonctions élevées à la cour de Versailles et dans d’autres cours européennes, y compris Saint-Pétersbourg, avec l’aïeul africain du poète Pouchkine.

.

Au milieu du siècle, deux mentalités se développent et s’opposent, parfois au sein des mêmes personnes :

.

– L’une est inspirée par la raison et l’humanité, en conformité avec l’«esprit des Lumières» et la doctrine chrétienne. Elle porte les élites pensantes à dénoncer l’esclavage et les préjugés à l’égard des autres races. Elle est illustrée par les fort beaux textes de Voltaire et Montesquieu sur ce thème et mieux encore par la mobilisation contre la traite de Wilberforce en Angleterre et Grégoire en France.

.

– L’autre est née du fantasme d’invasion lié à l’arrivée d’Africains de plus en plus nombreux dans les colonies mais aussi en métropole, comme serviteurs ou enfants des colons de passage (à l’exemple d’Alexandre Dumas père) ou «petits nègres» offerts aux dames de la bonne société (image ci-contre).

.

On commence à se prémunir contre cette menace en érigeant des barrières réglementaires, intellectuelles et morales. C’est la naissance du «préjugé de couleur».

.

Voltaire, qui n’en est pas à une contradiction près, formule quelques sentences formellement «racistes» au sens moderne du mot, c’est-à-dire établissant une hiérarchie entre ce qu’il est convenu d’appeler les «races» humaines. Quant à Montesquieu, s’il est à l’abri de semblables inepties, il ne rechigne pas plus que Voltaire à investir dans le commerce triangulaire.

.

Plusieurs ordonnances, sous le règne de Louis XVI, dénoncent les unions mixtes et légifèrent contre l’immigration noire en métropole, en fait limitée à quelques centaines d’individus, au motif que «terre de France ne porte pas esclave». Le 9 août 1777 est créé un système de «dépôt» dans les ports pour les esclaves qui accompagnent leur maître.

.

Après la Révolution, le Premier Consul reprend cette tradition tardive. «Je suis pour les blancs, parce que je suis blanc. Je n’ai pas d’autre raison, et celle-la est la bonne,» aurait-il déclaré au Conseil d’État en 1802. Il exclut de l’armée des officiers «de couleur», parmi lesquels le père d’Alexandre Dumas.

.

Bonaparte supprime aussi d’un trait de plume l’Institution nationale des Colonies, créée 5 ans plus tôt à l’instigation de l’abbé Grégoire pour promouvoir les enfants des colonies quelle que soit leur couleur de peau. Les 22 élèves noirs de l’institution, qui étaient appelés à devenir officiers, sont affectés comme simples tambours dans autant de régiments.

.

 
Le décret du 30 floréal An X (20 mai 1802)
——======————======——–======–
AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, BONAPARTE, premier Consul, PROCLAME loi de la République le décret suivant, rendu par le Corps législatif le 30 floréal an X, conformément à la proposition faite par le Gouvernement le 27 dudit mois, communiquée au Tribunat le même jour.

.
DÉCRET.

——====
ART. Ier Dans les colonies restituées à la France en exécution du traité d’Amiens, du 6 germinal an X, l’esclavage sera maintenu conformément aux lois et réglemens antérieurs à 1789.

.
II. Il en sera de même dans les autres colonies françaises au-delà du Cap de Bonne-Espérance.

.
III. La traite des noirs et leur importation dans lesdites colonies, auront lieu, conformément aux lois et réglemens existans avant ladite époque de 1789.

.
IV. Nonobstant toutes lois antérieures, le régime des colonies est soumis, pendant dix ans, aux réglemens qui seront faits par le Gouvernement.

 

.

.
.
——===ooOoo===——
.

.

.

20 mai 1949 : Schoelcher et Éboué au Panthéon
——======————======——–======——

Le 20 mai 1949, sur une initiative du sénateur Gaston Monnerville, métis originaire de Guyane, la République française transfère au Panthéon les cendres de Victor Schoelcher, en reconnaissance de son action en faveur des esclaves, ainsi que du Guyanais de race noire Félix Éboué, gouverneur du Tchad rallié à la France libre de De Gaulle.

.

 

L’un des plus écoutés est Victor Schoelcher,
——======————======——–======—-

riche philanthrope catholique, libéral et républicain. Né en 1804 dans la famille d’un fabricant de porcelaine, il accomplit un long voyage de 18 mois au Mexique à l’instigation de son père qui veut lui enlever ses idées républicaines. De passage aux Antilles, le jeune homme découvre l’esclavage

.

.

Beaucoup plus tard, en 1840, il accomplit un nouveau périple dans les colonies à esclaves de la France. C’est pour y noter une situation proprement explosive. Il milite dès lors pour une abolition concertée avec les planteurs.

.

 

– Cyrille Bissette :
——======——–
Parmi les abolitionnistes les plus radicaux figure un négociant métis de Fort-de-France (Martinique), Cyrille Bissettte, né en 1795. Sa mère est une demie-soeur de Joséphine de Beauharnais. Ce «libre de couleur» plaide dans son île pour une abolition immédiate. Cela lui vaut d’être marqué au fer rouge et envoyé au bagne de Brest. Le jugement est cassé et il peut continuer de défendre sa cause en métropole.

.

 .

 .

 .

 .

 .

.

.

.

.

.

Félix Éboué (1884-1944)

——======————===

26 décembre 1884 à Cayenne, Guyane(France) – 17 mai 1944 à Le Caire(Égypte)
Petit-fils d’esclave, Félix Éboué devient administrateur colonial. Il est nommé gouverneur de la Guadeloupe par le gouvernement du Front populaire. C’est le premier Noir dans cette fonction.

.

En 1938, il se voit proposer le gouvernement du Tchad par le ministre des Colonies Georges Mandel.

.

Arrive la guerre. Le 16 juillet 1940, comme tous les gouverneurs coloniaux, Félix Éboué reçoit de Londres un télégramme du général de Gaulle lui demandant de rompre avec le gouvernement de Vichy et de rallier la France Libre. Il est le seul à annoncer son ralliement le 26 août 1940. Grâce à lui, le Tchad devient la première terre française «libre».

.

Félix Éboué contribue de la sorte à légitimer l’entreprise gaullienne en dépit des réticences de ses propres subordonnés et des officiers présents au Tchad. En dépit aussi de ce que ses fils sont prisonniers en Allemagne et sa fille en France, au pensionnat des demoiselles de la Légion d’Honneur, à la merci du gouvernement de Vichy.

.

Les autres colonies de l’Afrique Équatoriale Française (AEF) ne tardent pas à suivre son exemple, cependant que l’Indochine, occupée par les Japonais, Madagascar et l’Afrique Occidentale Française restent fidèles à Vichy.

.

De Gaulle tente le 23 septembre 1940 de débarquer à Dakar, capitale de l’AOF, mais il échoue assez piteusement. Nononstant cet échec, les combattants de la France libre peuvent entamer leur contre-offensive à partir du Tchad cependant que Félix Éboué devient gouverneur général de l’AEF.

 .

 

.

.
.
——===ooOoo===——
.

.

.

 

 .

.
.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

.

.

Patrick

Sources :

== Hérodote.net

== le net ……

 

.
——===ooOoo===——
.
saint du jour
.
——===ooOoo===——
.

— Yves Hélory,
—-=====—-
fêté le 19 mai, est né à Minihy-Tréguier, en Bretagne, au temps de Saint Louis (XIIIe siècle). Fils de gentilhomme, il fait de brillantes études de droit et devient juge ecclésiastique à Rennes.
Sa réputation d’intégrité lui vaut d’être nommé curé de Trédez mais il continue de plaider pour les pauvres. Il met ses biens et son manoir de Kermartin à leur disposition. Vénéré dès avant sa mort (1303), Yves de Tréguier est bien évidemment devenu le patron des avocats.
..

.
Sanctus Yvo erat Brito,
Advocatus et non latro,
Res miranda populo.
.
Saint Yves était Breton,
Avocat et non voleur,
Chose étonnante pour le peuple.

.
——===ooOoo===——
.

Naissances

.
——===ooOoo===——
.

Moustafa Kémal
—–=====—–
19 mai 1881 à Thessalonique (Empire ottoman) – 10 novembre 1938 à Istamboul (Turquie)
Menacée de dépeçage suite à sa défaite dans la Grande Guerre de 14-18, lorsqu’elle s’appelait encore empire ottoman, la Turquie est sauvée par Moustafa Kémal.

D’une énergie peu commune, noceur, grand buveur, indifférent à la religion et notoirement athée, ce stratège de talent veut bâtir une nation turque homogène.

Après avoir repoussé une armée d’invasion grecque, il chasse un million de Grecs dont les ancêtres étaient établis en Asie mineure depuis l’Antiquité, proclame la République turque, déplace la capitale à Ankara, abolit le califat, symbole de l’universalisme musulman, inscrit la laïcité dans la Constitution et supprime par voie d’autorité tous les symboles du passé ottoman, multiculturel et islamique…

.
——===ooOoo===——
.

 

Hô Chi Minh
—-====—-

19 mai 1890 à Kimlien (Viet-Nâm) – 3 septembre 1969 à Hanoi (Viet-Nâm)
Hô Chi Minh, de son vrai nom Nguyên Tat Thanh ou Nguyên Ai Quôc, est à l’origine du Vietnam moderne.

Militant communiste et anticolonialiste de la première heure, il participe à la fondation du parti communiste français, au congrès de Tours, en 1920, puis dénonce la présence française en Indochine.

En mai 1941, pendant l’occupation japonaise, il fonde le Vietminh ou Front pour l’indépendance du Viêt-nam (on écrit aussi Viêt-Minh) avec Pham Van Dong et Vô Nguyên Giap.

Ho Chi Minh portrait in c. 1946. This is a gif...

Ho Chi Minh portrait in c. 1946. (Photo credit: Wikipedia)

Réfugié à Canton, en Chine, il est jeté en prison par le chef chinois anticommuniste Tchang Kaï-chek mais les Alliés anglo-saxons forcent celui-ci à le libérer. Le révolutionnaire adopte alors le surnom d’Hô Chi Minh (Celui qui éclaire) et prend la direction de la résistance contre les Japonais en Indochine même.

Hô Chi Minh proclame l’indépendance de son pays sitôt après le départ des Japonais, le 2 septembre 1945. Il fonde la République Démocratique du Viêt-nam mais se heurte d’une part aux ambitions hégémonique de la Chine, d’autre part, à la volonté du général de Gaulle, chef du gouvernement provisoire de la République française, de rétablir la souveraineté de la France dans toutes ses anciennes colonies.

Un accord d’autonomie, négocié avec Jean Sainteny, est remis en cause par les jusquauboutistes des deux camps et son échec débouche sur une première guerre d’Indochine (1946-1954). Elle voit s’affronter le Vietminh et l’armée française. Les accords de Genève consacrent en 1954 l’indépendance de l’Indochine mais aussi la partition du Vietnam avec, au sud du 45e parallèle, le Sud-Vietnam pro-occidental, et au nord, le Nord-Vietnam communiste et dirigé par Hô Chi Minh.

Dans le contexte de la «guerre froide» entre les États-Unis et les puissances communistes, Hô Chi Minh obtient le soutien de l’URSS et en profite pour envahir le Sud-Vietnam. Celui-ci est aussitôt secouru par les Américains. Il s’ensuit une seconde guerre d’Indochine (1963-1975).

Hô Chi Minh meurt avant le triomphe de son camp et la réunification du Vietnam. Saigon, capitale de l’ancien Sud-Vietnam, est rebaptisée de son nom.

 

.
——===ooOoo===——
.

Décès

.
——===ooOoo===——
.

 

Alcuin
—=–

732 à York (Northumbrie, Angleterre) – 19 mai 804 à Tours
Moine anglo-saxon, Alcuin a joué un rôle primordial dans la renaissance carolingienne et le retour du latin. Il suit d’abord des études à l’école abbatiale d’York, sous la direction d’un disciple de Bède le Vénérable, Aelbert. Il devient maître en 766 et acquiert très vite une réputation de grand savant.

En mars 781, envoyé en mission auprès du pape, il rencontre à cette occasion le roi des Francs Charles (futur Charlemagne) à Pavie. Le roi le prend à son service et Alcuin va dès lors enseigner les arts libéraux à la cour d’Aix-la-Chapelle. Parmi ses élèves les enfants des dignitaires mais aussi les dignitaires eux-mêmes, les prélats et le souverain lui-même !

Alcuin encourage Charles à se faire couronner empereur en 800. Avec les autres clercs anglo-saxons de la cour, il généralise l’emploi du latin dans la rédaction des textes officiels, les capitulaires. En 801, il se retire définitivement dans la prestigieuse abbaye Saint-Martin de Tours dont le roi Charles l’a pourvu cinq ans plus tôt. Sous sa direction, le scriptorium de l’abbaye, l’endroit où sont copiés les manuscrits, prend un essor considérable jusqu’à devenir la première école de copistes d’Occident.

.
——===ooOoo===——
.

 

Claude-Henri de Saint-Simon
——======————===
17 octobre 1760 à Paris – 19 mai 1825 à Paris
Héritier des Lumières et de Jean-Jacques Rousseau, Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon, compte parmi les grands utopistes du XIXe siècle. Petit-cousin du mémorialiste de Louis XIV, il s’enrichit en spéculant sur les biens nationaux puis sombre dans le dénuement.

À travers de nombreux ouvrages, dont Le Nouveau Christianisme (1825), il se présente comme le prophète d’une nouvelle religion fondée sur la fraternité et la foi dans le progrès et l’industrie. Dans le premier numéro de sa revue L’Organisateur (1819), il publie une célèbre parabole, dans laquelle il oppose l’utilité sociale des producteurs et des savants à l’inutilité des dirigeants politiques, religieux et militaires…

Le saint-simonisme va exercer une influence profonde sur l’élite française du Second Empire. Il séduit l’historien Augustin Thierry et le philosophe Auguste Comte, fondateur du positivisme (tous les deux furent les secrétaires de Saint-Simon), les banquiers Jacob et Isaac Pereire, qui organisent le crédit en France, le polytechnicien Michel Chevalier, rédacteur du traité de libre-échange de 1860, Prosper Enfantin, un autre polytechnicien, qui convainc le diplomate Ferdinand de Lesseps de l’intérêt ducanal de Suez, etc.

.
——===ooOoo===——
.

 

William Gladstone
——======—–
29 décembre 1809 à Liverpool (Angleterre) – 19 mai 1898 à Hawarden (Flinshire, Angleterre)
William Gladstone anime le parti whig (libéral) sous le règne de Victoria. D’une grande rigueur religieuse, il plaide pour l’émancipation des catholiques et des israélites…

 

 


.
——===ooOoo===——
.

Thomas Edward dit Lawrence d’Arabie
——======————======——
16 août 1888 à Tremadoc (Grande-Bretagne) – 19 mai 1935 à Moreton (Grande-Bretagne)
Fils illégitime d’un baronet anglais, Thomas Edward, plus tard surnommé Lawrence d’Arabie (Lawrence of Arabia) fait des fouilles archéologiques en Mésopotamie quand il est surpris par la Grande Guerre.

Il a alors l’idée de soulever les Arabes contre leurs oppresseurs turcs, alliés des Allemands et des Austro-Hongrois. Avec le concours des services secrets britanniques (Intelligence Service), il organise les troupes de Fayçal, fils du chérif de la Mecque, s’empare du port d’Akaba et entre pour finir à Damas. Mais les Alliés violent leurs promesses faites aux Arabes et les Français s’arrogent un mandat sur la Syrie…

De dépit, Lawrence renonce à toute responsabilité. Il raconte ses exploits dans un volumineux livre à succès : Les sept piliers de la sagesse. Le cinéaste David Lean en a tiré un film à grand spectacle : Lawrence d’Arabie (1962).

 

.
——===ooOoo===——
.

Evénements
.
——===ooOoo===——
.

19 mai 1536 : Ann Boleyn décapitée
——======————======–
Le 19 mai 1536, Ann Boleyn est décapitée sur ordre de son mari, le roi d’Angleterre Henri VIII Tudor. Ce dernier avait pris le risque d’une excommunication et d’une rupture avec Rome pour pouvoir l’épouser mais après deux ans de mariage, il n’avait pas supporté de gros soupçons d’adultère. La fille d’Ann Boleyn et d’Henri VIII n’en règnera pas moins sur le pays. Elle en sera le plus grand souverain de toute son Histoire sous le nom d’Elizabeth 1ère.


.
——===ooOoo===——
.

 

19 mai 1635 : La France dans la guerre de Trente Ans
——======————======————======
Le 19 mai 1635, Richelieu, au nom de la France, déclare la guerre à l’Espagne. La France entre de cette façon dans la guerre de Trente Ans qui ravage l’Allemagne. Elle va y gagner l’Alsace, en prenant le risque d’une invasion qui n’est évitée que par la victoire de Rocroi, 8 ans plus tard…


.
——===ooOoo===—-
.

 

19 mai 1643 : Le grand Condé triomphe à Rocroi
——–===-===—————-====-==———
Le 19 mai 1643, le duc d’Enghien (23 ans) anéantit à Rocroi, dans les Ardennes, les redoutables « tercios » de l’infanterie espagnole. En souvenir de sa victoire, on le surnommera le « Grand Condé » après qu’il aura hérité du titre de duc de Condé sous le nom de Louis II…


.
——===ooOoo===——
.

 

19 mai 1802 : Création de la Légion d’honneur
——-=======————–=======——–
Le 19 mai 1802, le Premier Consul Napoléon Bonaparte publie un décret qui porte création de l’Ordre national de la Légion d’honneur. Les premiers dignitaires en seront le comte de Lacépède, un naturaliste (civil), qui sera nommé Grand Chancelier, et le général Dejean (militaire), Grand Trésorier…


.
——===ooOoo===——
.

 

19 mai 1804 : Des maréchaux pour la gloire de l’Empire
——======————======————======—
Le 19 mai 1804, au lendemain d’un sénatus-consulte qui a établi l’Empire et promulgué la Constitution de l’An XII, Napoléon 1er, empereur d’un jour, porte à la nouvelle dignité de maréchal dix-huit de ses fidèles. Cette première promotion est donc composée de quatorze généraux : Berthier, Murat, Moncey, Jourdan, Masséna, Augereau, Bernadotte, Soult, Brune, Lannes, Mortier, Ney, Davout, Bessières. À ces généraux, s’ajoutent, en raison de leurs services rendus, quatre maréchaux honoraires dits « sénateurs ayant le titre de maréchaux del’Empire » : Kellermann, Lefebvre, Pérignon, Sérurier…


.
——===ooOoo===——
.

 

19 mai 1974 : Élection de Valéry Giscard d’Estaing
——======————======————====
Le dimanche 19 mai 1974, Valéry Giscard d’Estaing (48 ans) devient le troisième président de la Ve République… Le nouvel élu est le fondateur et le chef d’une formation centriste, les Républicains Indépendants, ancêtre de l’UDF (Union pour la Démocratie française)…


.
——===ooOoo===——
.

 

19 mai 1978 : Les paras sautent sur Kolwezi
——–=======————=======——-
Le 19 mai 1978, 405 parachutistes français de la Légion étrangère sautent sur Kolwezi, une cité minière du Katanga ou Shaba (Zaïre, ex-Congo belge) où des rebelles ont pris en otage les 3000 expatriés belges et français (plusieurs dizaines ont déjà été massacrés). L’intervention a été décidée dans la nuit par le président Valéry Giscard d’Estaing. C’est un succès. Les Européens survivants sont évacués et l’ordre revient dans la ville. Les paras déplorent un mort…

 


.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

 

Patrick

Sources :

== Hérodote.net

== le net ……

== Wikipédia

 

Éphéméride du 18 mai

.
——===ooOoo===——
.
Saint du jour
.
——===ooOoo===——
.

— Saint Eric de Suède
(+ 1161)

Martyr d’origine anglaise. Eric IX était roi de Suède depuis 1150. Il usa de toute son influence pour évangéliser ses sujets par la codification des lois de son royaume qu’il rédigea dans un esprit chrétien, sans vouloir les forcer à la conversion.

Il décida de conquérir la Finlande, autant pour l’expansion de son domaine que pour y porter l’Évangile.
Il fut assassiné à la sortie d’une messe à Turku, port situé au sud-est de la Finlande.

.
——===ooOoo===——
.
Autres Saints du jour
.
——===ooOoo===——
.

— SAINT FÉLIX de CANTALICE
Capucin
(+ 1587)

Félix vit le jour à Cantalice, bourgade située au pied de l’Apennin. Dès le bas âge, il manifesta de telles marques de prédestination que ses compagnons l’avaient surnommé  » le petit Saint « . Ses parents, qui étaient de pauvres laboureurs, l’employèrent de bonne heure à garder les troupeaux. Cette vie allait bien à l’âme méditative de l’enfant : peu enclin aux conversations oiseuses, il recherchait les lieux solitaires, et y répétait souvent le Pater et l’Ave et les quelques formules pieuses qu’on lui avait apprises. Lorsque les autres bergers se livraient au sommeil, lui s’agenouillait devant un arbre sur l’écorce duquel il avait gravé une Croix.

À neuf ans, Félix passa au service d’un riche bourgeois qui lui confia d’abord la garde de ses troupeaux, puis le chargea du labourage de ses terres. Le jeune homme aima son nouvel emploi qui lui permettait d’assister tous les jours à la Messe avant de se rendre aux champs. Cet humble travailleur, sans instruction, qui n’avait fréquenté aucune école, avait beaucoup appris du Saint-Esprit. Comme il l’avouait plus tard, il ne connaissait que six lettres : cinq rouges et une blanche. Les cinq rouges étaient les cinq plaies du Sauveur, et la blanche était la Vierge Marie.

Dieu lui inspira d’embrasser un genre de vie plus parfait. À un parent qui lui objectait les austérités de la vie religieuse, il répondit :  » Je veux être religieux tout de bon ou ne pas m’en mêler « . Il alla frapper à la porte des Capucins. À la vue de ce paysan du Danube, le Père Gardien, voulant l’éprouver, lui dit : « Vous venez sans doute ici pour avoir un habit neuf et y vivre sans rien faire. Ou bien vous croyez que vous allez commander aux religieux comme vous commandiez à vos bœufs. Renoncez à ce projet et n’y pensez plus « . Mais le postulant répondit à ce compliment si humblement et si sensément que le terrible Gardien l’admit sur-le-champ.

Devenu profès, le Frère Félix fut fixé au couvent de Rome avec les attributions de quêteur. Il resta quarante ans dans cet humble emploi, allant chaque jour, la besace sur le dos, pieds nus, et récitant son chapelet, quêter la subsistance de ses frères. Les humiliations, comme les peines corporelles, étaient pour lui ses roses du Paradis ; il ne craignait pas de s’appeler lui-même l’âne du couvent des Capucins.  » Mais où est-il donc, votre âne ? Frère Félix « , lui demanda-t-on un jour. –  » C’est moi !  » répondit l’humble religieux.

Dans sa vieillesse, le Cardinal protecteur de l’Ordre lui offrit de le faire décharger de ses fatigantes fonctions.  » Monseigneur, répondit Félix, laissez-moi mon office de quêteur : un soldat doit mourir l’épée à la main, un âne sous sa charge, et Frère Félix sous sa besace « .

La mortification allait de pair avec son esprit de pauvreté et d’humilité : il se privait même des satisfactions les plus légitimes, telles que de s’approcher du feu l’hiver.  » Allons, Frère âne, disait-il à son corps, il faut que tu te réchauffes sans feu ; car c’est ainsi que doivent être traitées les bêtes de somme… Loin du feu, Frère âne, loin du feu ! C’est devant le feu que saint Pierre renia son Maître. « 

Il supporta patiemment de douloureuses infirmités et Dieu rappela à lui le Frère Félix, le 18 mai 1587.
.

.

.
— Saint Jean Ier
Pape
(+ 526)

Son pontificat débuta en 523. C’est lui qui instaura la fête de la naissance du Christ. Il fit volontairement une erreur de date (décembre au lieu de mars ou avril) afin de supprimer une fête païenne qui se déroulait le 25.

Le roi des Ostrogoths voulut l’utiliser pour obtenir la libération d’otages détenus par l’empereur de Constantinople. Le Pape s’y rendit en ambassade malgré lui mais ne remplit son office comme l’aurait souhaité le roi barbare. Avec ce voyage, il est le premier pape à se déplacer hors de Rome. Théodoric, furieux du pouvoir de ce pape qui lui tenait tête, l’exila à Ravenne et l’y laissa mourir de faim. Il décéda le 18 mai 526.
.

.

.
— Bienheureuse Blandine Merten
Ursuline
(+ 1918)

Née à Duppenweiler en Allemagne, Blandine Merten entra dans l’Ordre de sainte Ursule (Ursulines) où elle sut joindre la vie contemplative aux tâches quotidiennes de l’éducation humaine et chrétienne des jeunes adolescentes. Sa dévotion eucharistique était grande.

 » Celui qui aime Dieu, n’a pas besoin d’accomplir des actes exceptionnellement élevé, il lui suffit d’aimer « , répétait-elle souvent.

.

.

.
— St Merole, martyr († 785)

.

— David et Saint Tatchan († 693)

.
— Dioscore († 303)

.
— Étienne († 893)

.
— Potamon (4e s.)

.
— Quinibert (9e s.)

.
— Théodote (4e s.)

.

.

.
——===ooOoo===——
.

Naissances

.
——===ooOoo===——
.

Karol Wojtyla (Jean-Paul II)
18 mai 1920 à Wadowice (Pologne) – 2 avril 2005 à Vatican
Le Polonais Karol Wojtyla, pape en 1978 sous le nom de Jean-Paul II, conduit les Polonais et les autres peuples d’Europe orientale à rejeter la domination soviétique et le communisme en usant de quelques mots forts : «N’ayez pas peur !».

Il survit à un attentat, sur la place Saint-Pierre, à Rome, en 1981, mais reste très affaibli. Dès lors, son pontificat prend l’allure d’un long chemin de croix. Il parcourt le monde comme aucun pape avant lui, prêchant ici l’insoumission, là la justice, ailleurs le retour à la foi (104 voyages et 129 pays visités, Italie non comprise, au cours de ses 27 ans de pontificat).

 

.
——===ooOoo===——
.

Décès

.
——===ooOoo===——
.

Sejong
7 mai 1397(Corée) – 18 mai 1450(Corée)
Quatrième roi de la dynastie Yi, Sejong le Grand monte sur le trône en 1418. On lui attribue l’invention de l’alphabet coréen, le hangeul.

Le roi est un humaniste néo-confucéen, auteur de nombreux poèmes. C’est aussi un organisateur et un chef énergique. Il établit la frontière de son royaume sur le fleuve Yalu (ou Yalou) qui marque encore la limite entre la Chine et la Corée.

 .

.

Pierre Augustin Caron de Beaumarchais
24 janvier 1732 à Paris – 18 mai 1799 à Paris
Ce fils d’un honorable horloger parisien connaît une ascension sociale foudroyante. Anobli sous le nom de Beaumarchais, il incarne mieux que quiconque l’Ancien Régime finissant, avec ses vices, son amoralisme, sa vanité, sa sociabilité et sa joie de vivre.

Génial touche-à-tout, il acquiert une immense fortune et la perd, spécule et vend des armes aux Insurgents américains, mène des missions secrètes au service du roi et écope de la prison, s’attire les faveurs du public avec ses deux écrits majeurs : Le Barbier de Séville et Le Mariage de Figaro, et échappe de peu à la guillotine sous la Révolution, tout cela sans jamais se départir de sa gaieté…

 

.
——===ooOoo===——
.

Evénements
.
——===ooOoo===——
.

18 mai 1152 : Mariage d’Aliénor et Henri
Le 18 mai 1152, à Poitiers, Aliénor d’Aquitaine (30 ans environ) épouse Henri de Plantagenêt (20 ans), comte d’Ajou et de Touraine.


.
.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

18 mai 1163 : Concile de Tours
À Tours où il s’est réfugié, le pape Alexandre III convoque un concile. Le 18 mai 1163, il prononce l’excommunication de l’empereur d’Allemagne Frédéric Barberousse et la déposition de son concurrent, le pape Adrien IV, que l’empereur a le front de soutenir…
.
.

18 mai 1302 : Les « Matines de Bruges »
Au petit matin du 18 mai 1302, à Bruges, en Flandre, des insurgés en armes massacrent les soldats de la garnison française. Ce sont les «Matines de Bruges».
.
La journée réduit à néant le rêve des rois capétiens d’annexer les Flandres…
.
.

 

18 mai 1632 : Mourad IV fait étrangler son grand vizir
Le 18 mai 1632, à Constantinople (aujourd’hui Istamboul, ou Istanbul), le sultan ottoman Mourad IV fait étrangler son grand vizir, Recep Pacha. Plusieurs frères du sultan, dont Bajazet, futur héros d’une tragédie de Racine, sont également victimes de sa colère.

.
Par ces actes brutaux, le sultan met un terme provisoire à l’anarchie inaugurée l’année précédente par la révolte des janissaires (troupes d’élite au service du sultan).
.
.

18 mai 1804 : La Constitution de l’an XII institue l’Empire
Par le sénatus-consulte du 18 mai 1804, le Sénat français déclare : « Article premier. Le gouvernement de la République est confié à un empereur, qui prend le titre d’Empereur des Français… » Ce texte curieux, aussi appelé « Constitution de l’An XII », établit l’Empire français sans abolir formellement la République !
.
Napoléon Bonaparte échange son titre de Premier Consul contre celui d’Empereur, sous le nom de Napoléon 1er. C’est la récompense que lui accordent les Français pour avoir rétabli (provisoirement) la paix et la prospérité sans sacrifier les conquêtes de la Révolution.


.
L’acte législatif fondateur du Sénat sera suivi pour la forme d’un sacre solennel à Notre-Dame de Paris le 2 décembre suivant.
.
.
18 mai 1822 : Itubide empereur du Mexique
Le 18 mai 1822, le général Augustin de Iturbide se fait couronner empereur du Mexique sous le nom d’Augustin 1er.

Profitant de la révolution libérale qui a éclaté en Espagne en 1820, l’ambitieux général a réussi à arracher l’indépendance de la Nouvelle-Espagne, désormais connue sous le nom de Mexique. Fugace empereur du Mexique, il est détrôné au bout de quelques mois…

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

Sources :

== Hérodote.net

== le net ……


Éphéméride du 15 mai

.
——===ooOoo===——
.
Sainte du jour
.
——===ooOoo===——
.

— SAINTE DENISE
(† 251)

En Asie Mineure, voyant des chrétiens se faire lapider pour leur foi, elle se jeta sur leurs corps pour souffrir le martyr avec eux. Elle fut séparée de ses compagnons puis fut torturée et décapitée. Elle n’avait que seize ans.

.
——===ooOoo===——
.
Autres Saints du jour
.
——===ooOoo===——
.

St Michel Garicoïts († 1863)
.
Ste Jeanne de Lestonnac (1556-1640)
.
Sts Paul et André, martyrs († 251)
.
St André Abellon, dominicain († 1450)
.
St Barbaros, soldat romain († 361)
.
Ste Dymphne de Gheel, vierge et martyre (VIe s.)
.
St Dimitri († 1591)
.
St Éléazar, moine († 1481)
.
St Franchy, ermite (VIIe s.)
.
St Isaïe de Rostov, évêque († 1090)
.
St Rhétice, évêque d’Autun (IVe s.)
.
St Rupert, Duc de Bingen (IXe s.)
.
St Victorin et Cassius, martyrs († 260)

.
——===ooOoo===——
.

Journée internationale des familles

.
——===ooOoo===——
.

Proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution du 20 septembre 1993.

La Journée internationale des familles est l’occasion de mieux faire connaître les questions relatives à la famille ainsi que les processus sociaux, économiques et démographiques ont une incidence sur les familles.

Cette manifestation reflète l’importance que la communauté internationale attache à la famille, cellule de base de la société, ainsi que l’intérêt qu’elle porte à la situation des familles dans le monde.

Elle incite les gouvernements à faire porter leurs efforts sur la politique familiale.

Les gouvernements, organisations non gouvernementales, établissements d’enseignement, groupes religieux et individus peuvent aider à faire connaître les fonctions remplies par les familles et leurs problèmes, leurs points forts et leurs besoins, en organisant des manifestations à l’occasion de la Journée internationale des familles.

.
——===ooOoo===——
.

Evénements
.
——===ooOoo===——
.

15 mai 218 : Élagabal proclamé empereur
Le 15 mai 218, Élagabal, aussi appelé Héliogabale (14 ans), est proclamé empereur romain par la 3e légion établie en Syrie. Cet adolescent syrien et à peine romanisé, grand-prêtre héréditaire du dieu Baal d’Émèse, est le cousin du précédent empereur, Caracalla, et le petit-fils de Septime Sévère.

Auguste, statue en bronze (musée national d'Athènes)

Il abandonne le soin du gouvernement à sa grand-mère, Julia Maesa, veuve de Septime Sévère. Il tente d’introduire à Rome le culte de Baal et finit assassiné par les prétoriens (les soldats de sa garde) quatre ans plus tard, le 11 mars 222, au terme d’un règne déplorable. Un autre cousin lui succède, Alexandre Sévère (13 ans) !…

.
——===ooOoo===——
.

15 mai 756 : Naissance de l’émirat de Cordoue
Un émirat est fondé à Cordoue le 15 mai 756 par Abd er-Rahman 1er, un prince omeyyade rescapé d’un coup d’État survenu à Damas l’année précédente. Il fait d’al-Andalous (nom arabe de l’Espagne) le premier État musulman indépendant…

.
——===ooOoo===——
.

15 mai 1525 : Fin de la guerre des Paysans
Le 15 mai 1525, la défaite de Thomas Münzer, chef des paysans de Thuringe, à Frankenhausen met un terme à la guerre des Paysans qui a ravagé pendant plusieurs mois l’Allemagne du sud, faisant environ 100.000 victimes. Ces malheureux s’étaient soulevés pour réclamer l’abolition du servage et l’allègement des taxes. Martin Luther, chef de la Réforme religieuse, avait pris parti contre eux en appelant les nobles à écraser leur révolte de la façon la plus brutale qui soit.

.
——===ooOoo===——
.

15 mai 1582 : Guillaume d’Orange agressé


Le 15 mai 1582, à Anvers, première tentative d’assassinat contre le prince Guillaume d’Orange, chef des Provinces-Unies protestantes, en guerre contre leur ancien souverain, le roi Philippe II d’Espagne.

.
——===ooOoo===——
.

15 mai 1685 : Louis XIV humilie Gênes
Le 15 mai 1685, dans la Galerie des Glaces du château de Versailles, le doge de Gênes, Francesco Maria Imperiale Lercaro en personne, s’incline devant le Roi-Soleil en lui exprimant son « extrême regret de lui avoir déplu »…

.

Bombardement de Gênes (gravure, BNF)

Le bombardement de Gênes

La flottille de Seignelay et Duquesne ont tiré plus de 10.000 bombes

et boulets furent tirés pendant six jours, rasant les trois-quarts de la

ville ; on remarque les galiotes à fond plat de forme hexagonale qui

portent les bombardes (Anonyme, Cabinet des Estampes de la

Bibliothèque Nationale de France)

.
——===ooOoo===——
.

15 mai 1768 : Choiseul achète la Corse à Gênes
Le 15 mai 1768, à l’initiative du ministre Choiseul, le roi Louis XV achète la Corse à la République de Gênes. Celle-ci est trop heureuse de se débarrasser d’une île en permanence insoumise. Le chef de la résistance corse, Pasquale Paoli, est vaincu le 9 mai de l’année suivante par les Français. Quelques semaines plus tard, une certaine Laetitia Bonaparte donne le jour à un petit Napoleone.

.
——===ooOoo===——
.

15 mai 1846 : Abrogation des « corn laws »
Le 15 mai 1846, le Parlement de Westminster abroge les « corn laws ». Ces lois avaient été votées en 1815 à l’initiative des grands propriétaires terriens afin de protéger les agriculteurs britanniques contre les importations à bas prix de céréales du Nouveau Monde.

L’industrie étant désormais en mesure de relayer l’agriculture comme moteur de l’économie, le gouvernement anglais ne voit plus aucune utilité à ces lois protectionnistes.

En les abrogeant, Londres permet aux ouvriers de se nourrir à moindre prix, ce qui a pour effet de relâcher la pression sur les salaires de l’industrie. Désormais en situation d’exporter plus facilement, les industriels vont en profiter pour conquérir les marchés de la planète !

Les économistes anglais, au premier rang desquels Richard Cobden (1804-1865), font de la loi de 1846 un acte de foi dans les vertus du libre-échange. Ils ne vont avoir de cesse d’y rallier leurs concurrents. Richard Cobden va ainsi négocier avec le Français Michel Chevalier le traité franco-anglais de 1860.

C’est le début d’une deuxième « mondialisation », après la très brève période de libre-échange inaugurée par le traité Eden-Rayneval en 1786.

.
——===ooOoo===——
.

15 mai 1891 : Léon XIII publie l’encyclique Rerum Novarum


Le 15 mai 1891, le pape Léon XIII publie l’encyclique Rerum Novarum (Les Choses Nouvelles). Dans cette « lettre circulaire » (étymologie grecque du mot encyclique) adressée à tous les catholiques, le souverain pontife exprime sa compassion pour les ouvriers avec une audace inhabituelle.

En avance sur la plupart des responsables de son époque, il condamne la cupidité de la bourgeoisie, la concentration des richesses entre les mains « d’un petit nombre d’hommes opulents et de ploutocrates »… ainsi que la prétention des socialistes à vouloir supprimer la propriété. Il y voit un remède pire que le mal.

Le pape dénonce plus précisément le travail des enfants et les horaires excessifs. Il condamne les patrons qui versent des salaires insuffisants et affirme le droit des ouvriers à se syndiquer.

.
——===ooOoo===——
.

15 mai 1902 : Méliès présente Le Voyage dans la Lune
Le 15 mai 1902, Georges Méliès présente Le Voyage dans la Lune. Il s’agit du premier film de fiction avec trucages. Sept ans après l’invention du cinéma, le 7e Art naît véritablement ce jour-là.

Georges Méliès (1861-1938), French filmmaker a...

Georges Méliès (1861-1938 Photo credit: Wikipedia)

.
——===ooOoo===——
.

15 mai 1919 : Les Grecs entrent à Smyrne
Le 15 mai 1919, les Grecs débarquent à Smyrne et massacrent les Turcs de la ville. Les Alliés présents sur place s’abstiennent d’intervenir. Quant au sultan Mahomet VI, il fait tout ce qu’il peut pour s’attirer la bienveillance des vainqueurs, à la grande indignation de l’opinion turque.

Apprenant le débarquement des Grecs en Anatolie, Moustafa Kémal (38 ans), héros de la guerre relégué comme inspecteur militaire en Anatolie (la Turquie d’Asie), décide d’organiser la résistance. Il entre en rébellion contre le sultan et rassemble les troupes qui lui restent en vue de sauver la Turquie dont les Alliés préparent le dépeçage par le traité de paix de Sèvres…

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

Sources :

== Hérodote.net

== le net ……

Éphéméride du 13 mai

.
——===ooOoo===——
.
Saints du jour
.
——===ooOoo===——
.

Rolande

——===
Fille de Didier, roi des Lombards, Rolande est contrainte d’épouser le futur empereur Charlemagne. Répudiée au bout d’un an, elle meurt en exil près de Liège.
.
St Servais, Évêque de Tongres († 384)
.
Agnès de Poitiers (6e s.)
.
André-Hubert Fournet, prêtre et fondateur des Filles de la Croix († 1820)
.
Argentea et Vulfran († 931)
.
Flavien († 595)
.
Gabriel l’Ibère (11e s.)
.
Glycère (2e s.)
.
Jean d’Iviron et Euthyme († 1005)
.
Jean le Silenciaire († 558)
.
Nicéphore Ier, Patriarche de Constantinople († 829)
.
Onésime (4e s.)
.
Pausiaque (6e s.)
.
Serge le Confesseur (9e s.)

.

——===ooOoo===——
.

Naissances
.
——===ooOoo===——

.
1655
13 mai
Naissance du futur pape Innocent XIII

——======————======————===
Le 13 mai 1655 naît en Italie Michelangelo dei Conti, le futur pape Innocent XIII. Intronisé pape le 8 mai 1721, il choisit son titre en hommage à l’un de ses ancêtres, Innocent III ; il succède au pape Clément XI. Durant son court pontificat, il prit parti pour les jacobites en la personne du prétendant au trône d’Ecosse, Jacques François Stuart. Il meurt le 7 mars 1724 à Rome.
.

.
——===ooOoo===——
.

Sebastião Pombal
13 mai 1699 à Lisbonne (Portugal) – 8 mai 1782 à Pombal (Portugal)

——======————======————======————======————=


Sebastião José de Carvalho e Melo (on écrit aussi Melho de Carvalho) entre au gouvernement du Portugal à l’avènement du roi Joseph 1er, en 1750. Peu après le tremblement de terre de Lisbonne, il devient Premier ministre et révèle alors ses talents d’organisateur et sa clairvoyance. Pragmatique, il lance une enquête dans tout le pays sur les indices avant-coureurs du séisme. C’est la première fois que l’on tente une explication scientifique des tremblements de terre.

Le Premier ministre encourage autant que faire se peut l’industrie portugaise (notamment le commerce du vin de Porto). Il modernise surtout l’administration, bride la noblesse et engage un bras de fer avec les Jésuites, auxquels il reproche leur monopole sur l’éducation. Ils sont finalement expulsés du pays sous le fallacieux prétexte d’avoir inspiré un attentat contre le roi.

Le Premier ministre n’en reste pas là et use de son pouvoir et de son argent pour contraindre le pape Clément XIV à supprimer la Compagnie de Jésus dans toute la chrétienté en 1773 (ce n’est sans doute pas ce qu’il a fait de mieux car les Jésuites étaient d’excellents pédagogues et, en Amérique latine, protégeaient les Indiens contre les colons). Carvalho e Melo sera en 1769 (à 70 ans !) honoré par le roi du titre de marquis de Pombal, nom sous lequel il restera dans l’Histoire.

.
——===ooOoo===——
.

Marie-Thérèse de Habsbourg
13 mai 1717 à Vienne (Autriche) – 29 novembre 1780 à Vienne (Autriche)

——======————======————======————======————=====
Marie-Thérèse hérite en 1740 de son père Charles VI les États héréditaires de la maison des Habsbourg (grand-duché d’Autriche, royaumes de Bohème et de Hongrie,…) tandis que son mari François de Lorraine se voit proposer la fonction symbolique d’empereur du Saint Empire romain germanique (on dit aussi empereur électif d’Allemagne).

Aussitôt confrontée à la convoitise de ses voisins, le roi de Prusse Frédéric II et le roi de France Louis XV, la souveraine recueille dans la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) ses galons de grand chef d’État.

Marie-Thérèse, qui se veut la Mère de ses peuples, va régner avec sagesse sur 14 millions de sujets sans manquer de donner le jour à 16 enfants, dont Marie-Antoinette, qui sera reine de France. On lui doit la construction du palais de Schönbrunn, équivalent autrichien de Versailles.

.
——===ooOoo===——
.

Pie IX
13 mai 1792 à Senigalia (Marches, Italie) – 7 février 1878 à Rome (Italie)

——======————======————======————======————====


Giovanni Ferretti, élu le 16 juin1846 sous le nom de Pie IX est d’abord perçu comme un homme d’ouverture. Les catholiques libéraux ainsi que les républicains italiens reportent sur lui leurs espoirs d’ouverture de façon quelque peu exagérée. Ils devront déchanter après l’échec des soulèvements révolutionnaires de 1848.

Effrayé par ceux-ci, le pape va lui-même perdre ses dernières illusions libérales et se faire le chantre du conservatisme. Sa crainte de la modernité s’exprime dans le Syllabus, un court exposé des errements idéologiques de son époque.

L’occupation des États pontificaux et de Rome elle-même par les troupes italiennes en 1870 raffermit le pape dans ses convictions… Fort d’une nouvelle autorité spirituelle octroyée par le concile Vatican I, Pie IX va se considérer comme prisonnier de l’État italien dans sa résidence romaine du Vatican et ne plus cesser de s’opposer aux États-Nations, de la France républicaine à la Prusse bismarckienne.

.

.
1840
13 mai
Naissance d’Alphonse Daudet

——======————======——
Alphonse Daudet naît à Nîmes le 13 mai 1840.’N’ayant pu passer son baccalauréat, il devient maître d’études au collège d’Alès et écrit « Le Petit Chose » (1868). Il publie « Les Amoureuses » en 1859 et rencontre son ami Frédéric Mistral en 1860. L’année suivante, il entre au service du duc de Morny en tant que secrétaire. Le duc meurt en 1865 et Daudet se consacre à l’écriture de contes et de romans tout en collaborant à des journaux comme Le Figaro. Atteint de la syphilis, il meurt le 16 décembre 1897 à Paris. Ses œuvres les plus célèbres sont « Lettres de mon moulin » (1869),  » l’Immortel » (1883) ou encore « Tartarin de Tarascon » (1872).

.

.

.
——===ooOoo===——
.

Décès

.

——===ooOoo===——
.

.

Frédéric Le Play

——======——
11 avril 1806 à La Rivière-Saint-Sauveur (Calvados, France) – 13 mai 1882 à Paris
Frédéric Le Play est le précurseur de la sociologie. Il fut aussi le premier économiste à se pencher sur la condition ouvrière.

.

.

.

——===ooOoo===——
.

Evénements

.

——===ooOoo===——

.

.

1239
13 mai
Le bûcher de l’Inquisition sévit au Mont-Aimé

——======————======————======——


Robert le Bougre fait brûler 183 personnes en Champagne suite à une rafle à Provins : c’est le bûcher du Mont-Aimé. Cathare repentit et désormais inquisiteur, Robert le Bougre est souvent désigné comme le symbole de la violence parfois arbitraire de l’Inquisition. Ses excès sont tels qu’il sera relevé de ses fonctions par le pape et condamné à la prison à perpétuité.

.
1572
13 mai
Election du pape Grégoire XIII

——======————======——
Ugo Boncompagni est né à Bologne. Il succède le 13 mai 1572 en tant que Grégoire XII au pape Pie V. Juriste lors du concile de Trente en 1545, il devient évêque en 1558. Il reste célèbre pour être l’auteur de la bulle pontificale, en 1582, instaurant le 1er janvier, comme premier jour du calendrier qui prend son nom, le calendrier grégorien. Développant les séminaires pour contrer les réformistes, son pontificat se termine en 1585.

.
1610
13 mai
Richelieu invente le couteau de table

——======————======————==


Le cardinal de Richelieu, agacé par les gens qui se curent les dents avec la pointe du couteau à table, fait arrondir les lames. Il invente ainsi le couteau de table, car jusque là, on se servait de son poignard pour couper la viande. Au siècle précédent, François Ier a lancé la mode de l’assiette et Henri III celle de la fourchette. Peu à peu apparaît sur les tables raffinées le couvert individuel. Ce n’est qu’au XIXème siècle que sera ajouté le verre.

.
1648
13 mai
Le parlement veut réformer l’État

——======————======———-
Le parlement de Paris, la Cour des aides et la Chambre des comptes décident de se réunir en assemblée afin de statuer sur les affaires de l’État. Chacun d’eux réagit ainsi à la politique du cardinal de Mazarin consistant à augmenter les impôts. Le mois suivant, rassemblés à la chambre Saint-Louis du Palais de justice, les représentants mettront au point une charte de vingt-sept articles afin de réformer l’État. Parmi eux, il sera question de supprimer les intendants, d’interdire l’emprisonnement d’un individu pendant plus de 24h sans être jugé et surtout, de ne lever aucun impôt qui n’ait été auparavant validé par le parlement. La régente Anne d’Autriche finira par accepter la charte sans y apposer sa signature. Elle fera plutôt arrêter le conseiller Broussel, déclenchant la Fronde parlementaire.
.

13 mai 1702

Début de la guerre de la Succession d’Espagne

——======————======———–===——-=


Le 13 mai 1702, la Grande Alliance, qui regroupe les principales puissances de l’Europe du nord, y compris l’Angleterre, déclare la guerre à Louis XIV, roi de France, et à son petit-fils, roi d’Espagne. C’est le début de la longue et dramatique guerre de la Succession d’Espagne…

.
1717
13 mai
Naissance de Marie-Thérèse d’Autriche

——======————======———–===-
Marie-Thérèse d’Autriche naît le 13 mai 1717 à Vienne. Fille de Charles VI du Saint-Empire romain germanique, elle doit mener la guerre de Succession d’Autriche contre la France, la Prusse, la Saxe, le Piémont-Sardaigne et l’Espagne. C’est finalement son cousin par alliance qui est élu sous le nom de Charles VII. A la mort de celui-ci, elle fait élire son époux, François-Etienne de Lorraine. Elle devient ainsi impératrice consort des Romains et règne jusqu’en 1780.
.
1753
13 mai
Naissance de Lazare Nicolas Marguerite Carnot

——======————======————======——
C’est le 13 mai 1753 que naît Lazare Nicolas Marguerite Carnot, à Nolay. Ce mathématicien, physicien, général et politique français, grand-père du président Sadi Carnot, fut l’un des fondateurs de la géométrie moderne avec son ouvrage « Géométrie de position » en 1803. Membre de la Convention nationale, il fut l’un des députés qui vota l’exécution de Louis XVI. Il meurt exilé en Allemagne, le 2 août 1823, après avoir été l’un des directeurs du Directoire.

.
1779
13 mai
Signature du traité de Teschen

——======————======——
Le traité de Teschen, signé le 13 mai 1779 par la Prusse et l’Autriche, fait suite à la guerre de Succession de Bavière, qui a opposé la monarchie des Habsbourg à la Prusse. Suite à l’intervention de Catherine II de Russie, Joseph II du Saint-Empire et Frédéric II de Prusse trouvèrent une entente et signèrent le traité. Cette signature, effectuée sous la garantie de la France et de la Russie, mit fin à la guerre de Succession.

.

.

13 mai 1849 : Le Parti de l’Ordre remporte les législatives

——======————======————======————=====


Aux élections législatives du 13 mai 1848, précédées d’une intense campagne électorale, s’opposent pour la première fois deux mouvances bien définies :
– d’un côté le « Parti de l’Ordre », qui réunit tous les conservateurs (royalistes légitimistes et royalistes orléanistes, bonapartistes,…) autour d’un slogan : Ordre, Propriété Religion,
– de l’autre, la gauche républicaine qui a emprunté aux révolutionnaires d’antan le nom de « Montagne », de quoi effrayer pour de bon les modérés.
Entre ces deux extrêmes, les républicains modérés (les « hommes de 48 », tels Lamartine, Marie,…) sont laminés. Le scrutin ne leur donne qu’environ 70 sièges sur 715. Les montagnards en remportent 200 et le Parti de l’Ordre 450 ! Les conservateurs et les monarchistes, qui auraient toutes les raisons de se réjouir, s’inquiètent en fait de la poussée de l’extrême-gauche montagnarde et de sa solide implantation géographique, qui coïncide encore peu ou prou avec les départements dévoués à la gauche… La Seconde République, qui s’est disqualifiée lors des tragiques Journées de Juin 1848, va dès lors tourner le dos aux idéaux républicains…
.

1871
13 mai
La loi des garanties est promulguée en Italie

——======————======——
Promulgation de la loi italienne des Garanties qui assure au pape, parmi ses principales prérogatives : l’inviolabilité de sa personne, l’immunité diplomatique, la jouissance des territoires et palais du Vatican, de Latran et du Saint-Siège – à titre résidentiel uniquement. La loi prévoit également de lui verser une rente dont le montant s’élève à 3,225 millions de lires . L’annexion des Etats pontificaux l’année précédente (20 septembre 1871) contraint le parlement à débattre sur la « Question romaine », à savoir quel statut est censé occuper la « Ville éternelle » au sein du nouveau royaume d’Italie de Victor-Emmanuel II, capitale politique mais également siège temporel du souverain pontife.

.
1882
13 mai
Naissance de Georges Braque

——======————======——
Le peintre français Georges Braque naît à Argenteuil dans le Val-d’Oise, le 13 mai 1882. D’abord influencé dans son art par l’impressionnisme, il passa ensuite au fauvisme, avant de faire une rencontre déterminante avec Picasso. Devenus amis, ils deviendront tous les deux les initiateurs d’un nouveau courant artistique, le cubisme. Il s’attela également à la sculpture et à la création de vitraux. Il meurt à Paris le 3 août 1963.

.

.

13 mai 1888

Le Brésil en finit avec l’esclavage

——======————======——

Esclaves dans une plantation de café (Marc Ferrez, 1855, (DR)
Le 13 mai 1888, au Brésil, la princesse Isabel (Isabelle), fille de l’empereur Dom Pedro II, profite d’un déplacement de son père à l’étranger pour promulguer une loi dite Aurea qui met fin à l’esclavage…
.
1917
13 mai
Apparition de la Vierge à Fatima

——======————======——
Francisco, Lucia et Jacinta, 3 enfants de Fatima, un petit village portugais, sont témoins d’une apparition lumineuse tandis qu’ils gardent leurs moutons. Ils racontent que la Vierge les a convié à six rendez-vous successifs tous les 13 du mois et qu’elle leur a confié trois secrets à ne révéler qu’au pape. Le lieu des apparitions (Cova da Iria) deviendra un pèlerinage mondial très fréquenté et une immense basilique sera construite à proximité.

.
1926
13 mai
Premier vol au-dessus du Pôle Nord

——======————======————
A bord du ballon dirigeable « Norge », le Norvégien Roald Amundsen, l’Italien Umberto Nobile, l’Américain Lincoln Ellsworth et 12 hommes d’équipage survolent le Pôle Nord. L’expédition, partie de l’île de Spitzberg (Norvège) le 11 mai est arrivée à Teller (Alaska) le 15 mai. Elle a accompli un périple de 5 500 kilomètres. Les explorateurs rapporteront des données scientifiques nouvelles sur cette région peu connue.
.
13 mai 1930 : Première traversée aéropostale de l’Atlantique Sud

——======————======————======————======———
Le 13 mai 1930 s’achève la première traversée aéropostale de l’Atlantique Sud. Un hydravion Latécoère, piloté par Jean Mermoz, relie Saint-Louis-du-Sénégal à Natal, au Brésil, en 52 heures. Trois ans plus tôt, le même aviateur avait réalisé la première liaison Toulouse-Dakar.
.
1931
13 mai
Election de Paul Doumer à la présidence de la République Française

——======————======————======————======————=

Paul Doumer (Aurillac, 22 mars 1857 - Paris, 6 mai 1932)
Né le 22 mars 1857, Paul Doumer fut le 14e président de la République française. Professeur de mathématiques et journaliste, il a rejoint le parti radical, et est élu président le 13 mai 1931, succédant à Gaston Doumergue. Il fut victime d’un attentat perpétré par un émigré russe le 6 mai 1932. Blessé par plusieurs balles, il a succombé à ses blessures le lendemain. Albert Lebrun lui a succédé à la tête de l’État.

.
1937
13 mai
« J’ai épousseté le buste d’Électre »

——======————======———
Electre est représentée pour la première fois par la troupe de Jouvet. A la confluence de la tragédie classique et de la modernité, la pièce de Giraudoux emprunte à la première le choix des thèmes et du mythe et à la seconde l’enquête policière et la psychologie. Le chœur de la tragédie antique est ainsi réinvesti dans le rôle du mendiant. Electre, le personnage qui donne le nom à la pièce, est dans une quête de vérité concernant la mort de son père. La révélation de celle s’accompagnera de la vengeance de la main d’Oreste.

.
13 mai 1940 : Churchill présente son cabinet de guerre

——======————======————======————===
Le 13 mai 1940, trois jours après avoir été nommé Premier ministre par le roi George VI, Winston Churchill (66 ans) présente son cabinet de guerre à la Chambre des Communes. Empruntant une formule adressée par le nationaliste italien Giuseppe Garibaldi à ses Chemises rouges en 1860, l’orateur lance à l’adresse des députés et de ses concitoyens : « Je n’ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur ! » En France, Hitler a lancé une guerre-éclair fulgurante et chacun s’attend à une invasion de la Grande-Bretagne elle-même. Le vieux Lion va changer le destin.
.
1943
13 mai
Les Alliés chassent l’Afrikakorps

——======————======——–
La défaite soudaine et complète de l’Afrikakorps achève la libération de l’Afrique du Nord. Entre 1941 et 1943, l’Afrikakorps, corps expéditionnaire allemand placé sous le commandement du maréchal Rommel, a affronté les forces alliés en Libye, en Égypte et en Tunisie. Après cette victoire, les Alliés commencent à envisager un débarquement en Italie.

.
1958
13 mai
Alger se soulève pour rester français

——======————======————=

Le général Raoul Salan entre le général Jacques Massu et Jacques Soustelle, le 13 mai 1938 (DR)
La formation d’un ministère Pflimlin, favorable à l’ouverture de négociations avec le Front de libération nationale (FLN), suscite la colère des partisans de l' »Algérie française ». Ceux-ci en appellent au général de Gaulle pour maintenir la souveraineté de la France sur l’Algérie. La crise s’étend à la France métropolitaine. Le président de la République, René Coty, appelle alors le général de Gaulle au gouvernement. L’insurrection aura raison de la IVème République et de Gaulle instaurera rapidement la Ve République.

.
1968
13 mai
Grande manifestation contre de Gaulle

——======————======————===


Les syndicats ouvriers (syndicats ouvrier (CGT, CFDT)) déclenchent une grève générale et appellent à rejoindre les étudiants qui manifestent depuis le début du mois. Une foule de 800 000 personnes (170 000 selon la police) envahit les rues de Paris aux cris de « 10 ans, ça suffit ! », en allusion au dixième anniversaire du retour au pouvoir de De Gaulle. Les manifestants dénoncent aussi la société de consommation et le chômage inhérent au régime capitaliste.
Voir aussi : Histoire de Paris – De Gaulle – Syndicat – Manifestation – Dossier histoire de Mai 68 – Histoire de la Cinquième République
.
1981
13 mai
Jean-Paul II victime d’un attentat

——======————======———-
Des coups de feu sont tirés contre le pape Jean-Paul II sur la place Saint-Pierre à Rome, devant une foule de 20 000 fidèles. Le tireur, un Turc de 23 ans du nom de Mehmet Ali Agça, aurait été manipulé par les services secrets soviétiques. Jean-Paul II attribuera sa miraculeuse survie à l’intervention de la Vierge de Fatima et ne renoncera pas aux déplacements et à l’actiondiplomatique. Il circulera désormais parmi la foule dans une voiture blindée surnommée la « papamobile ».

.
.
1993
13 mai
Human Bomb terrorise l’école maternelle de Neuilly

——======————======————======————=


Un homme cagoulé doté d’une arme de poing et d’explosifs fait éruption dans une classe maternelle de Neuilly-sur-Seine et prend en otages les 21 enfants et leur institutrice. Dépressif et en proie à des problèmes financiers, l’homme se fait appelé HB, pour Human Bomb, et menace de faire sauter la classe s’il n’obtient pas 100 millions de Francs. Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur, prend en charge l’affaire tandis que Nicolas Sarkozy, maire de Neuilly et ministre du Budget, prend lui-même part aux négociations. Quinze enfants sont progressivement relâchés avant que le GIGN n’interviennent après deux jours de pourparlers. L’homme est alors abattu et les enfants libérés.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

sources :

== diverses ….

Hérodote.net,

l’internaute

diverses pages du Web