fier de mon fils Guillaume !!!!

.

.

.

A LA  UNE

.

la Presse de la Manche du 19 octobre 2012

.

.
Trois sauveteurs héroïques

.

.

L´incendie d´un appartement dans le quartier de Brécourt à Equeurdreville,

mercredi soir, n’a pas fait de victime, grâce à l’intervention courageuse de trois

jeunes habitants du quartier qui ont évacué de nombreux résidents. Nous avons

recueilli leurs témoignages.

.
A lire en page 2 2 de notre édition papier du jour.

http://www.lapressedelamanche.fr/fr/actualites/a-la-une/default.asp#actualite_134

.

.

.

.

.

je sors aujourd’hui de mon long silence, car gros problèmes de sante et en

plus je cumule une  panne d’ordinateur , et, là,  j’écris d’un autre, prêté

pour l’occasion par un ami ….

.

.

vous allez me dire pourquoi cette image et ce titre ????

.

tout simplement  car au centre de la photo il s’agit de mon Fils :

.

.

Guillaume !!!!

.

.

vous ne savez pas comme je suis fier de lui …., sauver un être humain

au péril de sa vie est un acte tellement beau, grand, chevaleresque et

courageux …. je ne peux exprimer mes sentiments en ce moment,

mais au milieu de tant de douleurs dues à la maladie je trouve là une

petite bouffée d’oxygène, sachant que l’éducation que j’ai donnée à mes

enfants, je peux moi aussi en être fier….

.

et le pire ( ou le mieux…) c’est qu’il ne m’a pas prévenu, c’est un de mes

beaux fils qui m’a téléphoné ce matin pour que nous regardions le 

journal….. courage et modestie, imaginez comme mon coeur est

plein de joie de reconnaissance et que mes prières l’accompagnent,

comme toute ma famille, ma tribu, mes 6 enfants et 13 petits enfants ….

.

merci  à  lui …….

.

j’essuie ma petite larme et vous dit à plus tard, le calvaire recommence ….  

mais ….. merci mon Dieu, d’avoir su guider la chair de ma chair …..

je suis récompensé une fois de plus !!!

.

.

.

Patrick 

La «  »Meuh Cola «  » , soda « made in » Normandie

.
——===ooOoo===——
.

La «  »Meuh Cola «  »

boisson artisanale et équitable

.

.
——===ooOoo===——
.

Il y a trois ans, le soda « made in » Normandie débarquait sur les étals pour se mesurer aux géants américains.

.

Depuis le concept a séduit le public et fait des petits.
.
« Je buvais du soda mais je voulais avoir une démarche artisanale, alors je suis devenu limonadier. » Sébastien Bellétoile résume son aventure d’entrepreneur du soda en une phrase. Installé à Saint-Pair-sur-Mer, cet artisan de 36 ans a pourtant investi corps et biens dans son entreprise. « Pour obtenir un semblant de recette qui convenait à ma femme et mes trois enfants, j’ai mis 3 mois et pris 4 kg, explique-t-il. J’ai vendu ma maison, une partie de la somme a permis de lancer l’entreprise Solibulles. »

Sébastien Bellétoile a misé sur une image normande et décalée pour ses sodas, devenus des produits emblématiques de la région.

Sébastien Bellétoile a misé sur une image normande et décalée pour
ses sodas, devenus des produits emblématiques de la région.

——===ooOoo===——
.

site officiel de la boisson 

http://www.la-meuh.fr/

.

pour en goûter …les commerces 

en distribuant , ici :

http://www.la-meuh.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=3&Itemid=6

.
——===ooOoo===——
.

.
.
À l’origine carrossier, le jeune entrepreneur s’était d’abord reconverti dans le commerce équitable avec un site Internet où il distribuait notamment un cola artisanal, jusqu’à un arrêt de la production. « J’ai décidé de me lancer. En trois semaines, le concept de la Meuh Cola était né. » Suivie de près par sa mascotte, une vache, choisie pour « le côté normand et décalé ». Au début, Sébastien Bellétoile a recours à un prestataire, installé à Cognac, pour réaliser l’embouteillage. « Il n’y avait pas plus près, les limonadiers de Normandie avaient tous disparu. »
.
.
Démarche éco-responsable

——======———–====—

Le « limeuhnadier » choisit d’utiliser des produits biologiques locaux ou issus du

" Camemberts de Normandie envahissant... ...

 » Camemberts de Normandie envahissant… Magny en Vexin !  » (Photo credit: Pierre Marcel)

commerce équitable, refusant l’acide phosphorique ou la caféine. « Je cherchais un produit de substitution pour le caramel colorant, trop controversé, et j’ai trouvé le marc de raisin. » Un retour aux sources puisqu’à l’origine du soda américain connu de tous, on trouve le « vin mariani, mélange de vin et de coca, succès du XIXe siècle. Le créateur du Coca-Cola l’a copié, mais avec la prohibition, il a remplacé le vin par du caramel pour garder la couleur d’origine ».

L’année dernière, la Meuh Cola et son goût citronné ont décroché le prix du commerce équitable, remis par la ministre Roselyne Bachelot. Jamais à cours d’idées et d’humour, Solibulles a décidé d’appeler sa nouvelle boisson rose, aux extraits de raisin, la Meuh Cola

Roselyne Bachelot - Narquin

Roselyne Bachelot – Narquin (Photo credit: Wikipedia)

Roseline. Destinée à un public féminin, elle sera distribuée cet été. La diversification de la production est aussi passée par la création d’une Limeuhnade, avec un goût à l’ancienne et une version allégée à la stévia. La Meuhlk, boisson énergisante, devrait être lancée en début d’année prochaine.
.
.
Une marque bien implantée

——======————====—-

Pour accompagner le rythme croissant de la demande, passé de 25 000 litres en 2009 à 70 000 aujourd’hui, Sébastien Bellétoile a investi il y a peu 85 000 € dans une petite chaîne de production. « On a choisi volontairement de fournir des petites surfaces au début pour arriver à suivre », explique l’artisan, qui travaille avec une salariée et un intérimaire.

English: I took photo with Canon camera.

I took photo with Canon camera. (Photo credit: Wikipedia)

.
Aujourd’hui, l’entreprise compte 530 clients qui sont à « 70 % en Basse-Normandie, les autres sont répartis dans toute la France ». La société va être amenée à se développer. « On compte s’installer dans un bâtiment plus adapté, dans le pays de la baie. Si tout va bien, le projet devrait aboutir d’ici avril prochain », confie-t-il avec l’espoir de doubler la production et un chiffre d’affaires de 130 000 €, certes à l’équilibre, mais qui ne lui permet pas encore de verser de gros salaires, ni d’embaucher. Il mise également sur la Prodicop, une coopérative de transformateurs, créée en avril dernier, qui distribue les produits de Solibulles et d’autres boissons artisanales.


.
Une petite troupe d’acteurs pourrait également endosser le costume de la vache mascotte pour des vidéos « meuhrantes » sur Internet. Une manière de renforcer le lien avec le public, de plus en plus attaché à la marque.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

sources :

Ouest-France

.

.

——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

 article et images Wikipédia

.
——===ooOoo===——
.

Meuh Cola est un soda équitable au cola, élaboré par Sébastien Bellétoile1, fabriqué dans la Manche et commercialisé en Normandie depuis le printemps 2010.

.

Meuh Cola
Illustration.

Pays d’origine Drapeau de la France France
Date de création 2010
Type Gazeuse
Principaux ingrédients Sucre de canne
Site web www.la-meuh.fr/


Au ton décalé, il a un goût original de cola légèrement citronné et son ingrédient principal est le sucre de canne. Sa caractéristique est d’être bio sans caféine.


La Meuh Cola est produite selon la démarche du commerce équitable avec des producteurs de canne à sucre des pays du sud comme le Paraguay .

.

Ces derniers sont souvent rassemblés en coopératives. Leur démarche et celle de la Meuh sont identiques : (sur)vivre dignement de son travail.

.
La Meuh Cola s’inscrit parmi les colas alternatifs locaux tels le Breizh Cola et le Beuk Cola en Bretagne, Anjou Cola en Anjou, Corsica Cola en Corse, Chtilà Cola dans le Nord de la France, Elsass Cola en Alsace, Fada Cola à Marseille, Auvergnat Cola et Bougnat Cola en Auvergne, Vendée Cola en Vendée, Alp’Cola et Montania Cola dans les deux Savoies et en Isère.

.

.
——===ooOoo===——
.

site officiel de la boisson 

http://www.la-meuh.fr/

.

pour en goûter …les commerces 

en distribuant , ici :

http://www.la-meuh.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=3&Itemid=6

.
——===ooOoo===——
.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Et si on s’intéressait à notre patrimoine culturel et religieux au lieu d’aller flirter avec «  » la religion de paix et de tolérance «  », dont nous pouvons constater chaque jour les bienfaits qu’ils commettent avec certificat  «  »attentat » », mention «  »très bien » » !!!!

.

——===ooOoo===——

Baptisé et fier d’être Chrétien 

n’en déplaise aux bien pensants avec 

l’argent des autres !!!

——===ooOoo===——

PATRIMOINE RELIGIEUX
.

——===ooOoo===——

.
Liste des églises menacées ou récemment démolies
.

——======——
.

A ce jour 224 églises menacées (dont 13 à Paris) et 14 récemment démolies figurent dans cette liste. 4 églises sont sauvées de la démolition mais leur avenir n’est pas totalement assuré
224 ÉGLISES MENACÉES
——======——

dont : Aisne (5) ; Alpes de Haute Provence (2) ; Alpes Maritimes (3) ; Ardennes (1) ; Ardennes (1) ; Aube (4) ; Aude (2) ; Aveyron (1) ; Bouches du Rhône (2) ; Cantal (1) ; Calvados (8) ; Charente (6) ; Charente-Maritime (3) ; Corse (2) ; Corèze (1) ; Côte d’Or (3) ; Cotes d’Armor (2) ; Creuse (1) ; Dordogne (2) ; Doubs (1) ; Drôme (1) ; Essonne (1) ; Eure (9) ; Eure-et-Loir (2) ; Finistère (5) ; Haute-Garonne (2) ; Gironde (1) ; Haute Loire (1) ; Hérault (4) ; Indre-et-Loire (4) ; Isère (1) ; Jura (2) ; Loire (0) ; Haute-Loire (1) ; Loire Atlantique (4) ; Loiret (3) ; Lot (2) ; Lot-et-Garonne (5) ; Maine-et-Loire (10) ; Marne (4) ; Mayenne (1) ; Manche (3) ; Meurthe-et-Moselle (1) ; Meuse (1) ; Moselle (1) ; Nièvre (2) ; Nord (13) ; Oise (0) ; Orne (4) ; Paris (13) ; Pas-de-Calais (5) ; Pyrénées Atlantiques (3) ; Pyrénées Orientales (1) ;Haut-Rhin (1) ; Rhône (3) ; Saône-et-Loire (2) ; Savoie (2) ; Haute-Savoie (4) ; Seine Maritime (8) ; Seine-et-Marne (5) ; Seine-saint-Denis (1) ; Somme (6) ; Tarn (11) ; Tarn-et-Garonne (2) ; Val d’Oise (2) ; Vaucluse (2) ; Vendée (2) ; Vosges (3) ; Yonne (2) ; Yvelines (2) ; Outre-mer (1)
.
——===ooOoo===——
.
je prends exemple des 3 églises menacées dans mon département , la Manche (50)

Bréhal (Manche) Une partie du clocher risque de s’effondrer : la commune paralysée – Ouest-France 19 juillet 2010 / (…) À la mi-juin, la municipalité charge l’entreprise Indélec de réaliser des travaux de mise aux normes du paratonnerre de l’église. Lors de l’exécution des travaux, l’entreprise constate que des pierres sont disjointes au sommet du clocher, rendant impossible la poursuite des travaux. « Nous avons dû faire appel à la communauté de communes Entre plage et bocage, qui a la compétence clos et couvert des églises du canton », explique Jules Périer, le maire de Bréhal. L’intercommunalité sollicite alors l’architecte des Bâtiments de France, qui conduit une expertise le 8 juillet. Le premier rapport oral de l’architecte est alarmiste et le rapport écrit reçu en mairie le 12 juillet conduit à une réunion d’urgence avec la directrice du cabinet du préfet et un représentant de la sous-préfecture, à la mairie de Bréhal. La décision d’établir un périmètre de sécurité est prise pour le jour-même. (…) Pendant toute cette période, l’église est fermée au public, les offices et cérémonies sont déplacés dans une église du canton. La priorité est la mise en sécurité du clocher. Pour cela, l’article 35 du code des marchés publics permet en cas d’urgence de se dispenser d’appel d’offres. Avec accord de la préfecture, une entreprise du Calvados s’est engagée à intervenir sous deux jours qui suivront réception de l’accord de la communauté. La communauté se réunit le mercredi 21 juillet, les travaux pourraient donc commencer dès la fin de semaine. Les travaux de mise en sécurité terminés, le périmètre de sécurité pourra être levé, si tout va bien, avant le fin juillet

.
L’église Saint-Paul à Granville , 19ème siècle

.
En péril, Saint-Pierre attend son mécène – Sébeville
.
Les Journées du patrimoine ont été l’occasion pour l’association les Amis de l’église (créée en 2010), de sensibiliser le public aux problèmes de l’édifice. Une église inscrite aux Bâtiments de France et qui peu à peu se détériore.

Pillée, ravagée lors de la Révolution, l’église Saint-Pierre, que l’on découvre au bout d’un tunnel de verdure, a tant bien que mal résisté aux événements, mais elle s’avoue vaincue devant l’érosion due à l’humidité. « C’est notre patrimoine qui s’en va », explique Sandrine Savary, présidente de l’association. Outre son histoire, nous avons de très beaux mobiliers religieux comme les 7 vertus catholiques qui ont été décapitées à la Révolution et qui ont été restaurées en 1882. Les statues de Saint-Jacques et Saint-Pierre sont classées. Il y a même une cheminée dans le clocher. À croire qu’il y a eu un ermite ! »

 

Couverte en paille jusqu’au milieu du XIX e siècle, l’église n’a dû sa sauvegarde qu’aux habitants et aux desservants qui ont offert ou racheter du mobilier religieux, comme l’autel qui vient d’Yvetot-Bocage. Quant aux petites dalles ornées de la croix pattée des templiers et qui contiennent des petites reliques, le mystère demeure… Depuis un an, l’association multiplie les actions pour récolter de l’argent afin d’entreprendre des travaux de drainage. « Nous recevons des dons, nous organisons des animations, mais l’idéal serait un mécène », espère Sandrine Savary.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

 

 

patrick

sources :

http://patrimoine.blog.pelerin.info

Et si on s’intéressait à notre patrimoine culturel et religieux au lieu d’aller flirter avec «  » la religion de paix et de tolérance «  », dont nous pouvons constater chaque jour les bienfaits qu’ils commettent avec certificat  «  »attentat » », mention «  »très bien » » !!!!

.

——===ooOoo===——

Baptisée et fier d’être Chrétien 

n’en déplaise aux bien pensants avec 

l’argent des autres !!!

——===ooOoo===——

PATRIMOINE RELIGIEUX
.

——===ooOoo===——

.
Liste des églises menacées ou récemment démolies
.

——======——
.

A ce jour 224 églises menacées (dont 13 à Paris) et 14 récemment démolies figurent dans cette liste. 4 églises sont sauvées de la démolition mais leur avenir n’est pas totalement assuré
224 ÉGLISES MENACÉES
——======——

dont : Aisne (5) ; Alpes de Haute Provence (2) ; Alpes Maritimes (3) ; Ardennes (1) ; Ardennes (1) ; Aube (4) ; Aude (2) ; Aveyron (1) ; Bouches du Rhône (2) ; Cantal (1) ; Calvados (8) ; Charente (6) ; Charente-Maritime (3) ; Corse (2) ; Corèze (1) ; Côte d’Or (3) ; Cotes d’Armor (2) ; Creuse (1) ; Dordogne (2) ; Doubs (1) ; Drôme (1) ; Essonne (1) ; Eure (9) ; Eure-et-Loir (2) ; Finistère (5) ; Haute-Garonne (2) ; Gironde (1) ; Haute Loire (1) ; Hérault (4) ; Indre-et-Loire (4) ; Isère (1) ; Jura (2) ; Loire (0) ; Haute-Loire (1) ; Loire Atlantique (4) ; Loiret (3) ; Lot (2) ; Lot-et-Garonne (5) ; Maine-et-Loire (10) ; Marne (4) ; Mayenne (1) ; Manche (3) ; Meurthe-et-Moselle (1) ; Meuse (1) ; Moselle (1) ; Nièvre (2) ; Nord (13) ; Oise (0) ; Orne (4) ; Paris (13) ; Pas-de-Calais (5) ; Pyrénées Atlantiques (3) ; Pyrénées Orientales (1) ;Haut-Rhin (1) ; Rhône (3) ; Saône-et-Loire (2) ; Savoie (2) ; Haute-Savoie (4) ; Seine Maritime (8) ; Seine-et-Marne (5) ; Seine-saint-Denis (1) ; Somme (6) ; Tarn (11) ; Tarn-et-Garonne (2) ; Val d’Oise (2) ; Vaucluse (2) ; Vendée (2) ; Vosges (3) ; Yonne (2) ; Yvelines (2) ; Outre-mer (1)
.
——===ooOoo===——
.
je prends exemple des 3 églises menacées dans mon département , la Manche (50)

Bréhal (Manche) Une partie du clocher risque de s’effondrer : la commune paralysée – Ouest-France 19 juillet 2010 / (…) À la mi-juin, la municipalité charge l’entreprise Indélec de réaliser des travaux de mise aux normes du paratonnerre de l’église. Lors de l’exécution des travaux, l’entreprise constate que des pierres sont disjointes au sommet du clocher, rendant impossible la poursuite des travaux. « Nous avons dû faire appel à la communauté de communes Entre plage et bocage, qui a la compétence clos et couvert des églises du canton », explique Jules Périer, le maire de Bréhal. L’intercommunalité sollicite alors l’architecte des Bâtiments de France, qui conduit une expertise le 8 juillet. Le premier rapport oral de l’architecte est alarmiste et le rapport écrit reçu en mairie le 12 juillet conduit à une réunion d’urgence avec la directrice du cabinet du préfet et un représentant de la sous-préfecture, à la mairie de Bréhal. La décision d’établir un périmètre de sécurité est prise pour le jour-même. (…) Pendant toute cette période, l’église est fermée au public, les offices et cérémonies sont déplacés dans une église du canton. La priorité est la mise en sécurité du clocher. Pour cela, l’article 35 du code des marchés publics permet en cas d’urgence de se dispenser d’appel d’offres. Avec accord de la préfecture, une entreprise du Calvados s’est engagée à intervenir sous deux jours qui suivront réception de l’accord de la communauté. La communauté se réunit le mercredi 21 juillet, les travaux pourraient donc commencer dès la fin de semaine. Les travaux de mise en sécurité terminés, le périmètre de sécurité pourra être levé, si tout va bien, avant le fin juillet

.
L’église Saint-Paul à Granville , 19ème siècle


.
En péril, Saint-Pierre attend son mécène – Sébeville
.
Les Journées du patrimoine ont été l’occasion pour l’association les Amis de l’église (créée en 2010), de sensibiliser le public aux problèmes de l’édifice. Une église inscrite aux Bâtiments de France et qui peu à peu se détériore.

Pillée, ravagée lors de la Révolution, l’église Saint-Pierre, que l’on découvre au bout d’un tunnel de verdure, a tant bien que mal résisté aux événements, mais elle s’avoue vaincue devant l’érosion due à l’humidité. « C’est notre patrimoine qui s’en va », explique Sandrine Savary, présidente de l’association. Outre son histoire, nous avons de très beaux mobiliers religieux comme les 7 vertus catholiques qui ont été décapitées à la Révolution et qui ont été restaurées en 1882. Les statues de Saint-Jacques et Saint-Pierre sont classées. Il y a même une cheminée dans le clocher. À croire qu’il y a eu un ermite ! »

Couverte en paille jusqu’au milieu du XIX e siècle, l’église n’a dû sa sauvegarde qu’aux habitants et aux desservants qui ont offert ou racheter du mobilier religieux, comme l’autel qui vient d’Yvetot-Bocage. Quant aux petites dalles ornées de la croix pattée des templiers et qui contiennent des petites reliques, le mystère demeure… Depuis un an, l’association multiplie les actions pour récolter de l’argent afin d’entreprendre des travaux de drainage. « Nous recevons des dons, nous organisons des animations, mais l’idéal serait un mécène », espère Sandrine Savary.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

 

 

patrick

sources :

http://patrimoine.blog.pelerin.info

Brèves diverses

.

.

—–===ooOoo===——

Un prêtre victime de la Révolution en Normandie.

—–===ooOoo===——

.

.
La mémoire française de la Révolution est souvent l’objet de controverses (pas seulement historiques, loin de là…) et les débats autour du génocide vendéen, relancés par la publication du dernier ouvrage de Reynald Sécher, nous le rappellent quotidiennement ! Pourtant, la Révolution n’a pas été un long fleuve tranquille et a charrié dans son lit de nombreux cadavres, de la Corse à la Bretagne, en passant évidemment par Lyon, Avignon ou encore Savenay : si les manuels d’histoire accordent plus d’importance aux grands principes valorisés par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qu’à leur effective application (pourtant fort… nuancée !), les populations enracinées restent sensibles aux figures locales qui ont traversé la période, en y laissant parfois leur vie et quelques archives pas toujours accessibles, ou les redécouvrent, dans ce grand mouvement informel de recherche de « la mémoire des siens ».

Ainsi, dimanche 29 avril, la béatification de Pierre-Adrien Toulorge sera-t-elle suivie par 2.000 à 2.500 personnes à Coutances, dans la Manche… Le journal La Croix, dans son édition du 27 avril, raconte son histoire, si révélatrice et exemplaire au regard de la période agitée de la Terreur et des enjeux de sa mémoire souvent contrariée : « Pierre-Adrien Toulorge ou l’histoire d’un paradoxe : il y a quelques mois encore, dans la Manche, bien peu connaissaient la figure de ce prêtre guillotiné en 1793, en pleine Terreur. (…) Comme ses contemporains, il est profondément déstabilisé par la Révolution. Il cherchera d’ailleurs d’abord à fuir son destin sur l’île de Jersey. Pris de remords, il rentre sur le continent, où il prend le maquis et célèbre les sacrements clandestinement avant d’être arrêté. Lors de son procès, il cherche à tromper ses juges, avant de revenir sur sa déposition, réalisant qu’on ne peut sauver sa vie sur un mensonge.

« (…) Marc Beuve, président de l’association des Amis du P. Toulorge, se dit frappé par « la vérité et l’authenticité » du personnage. « Je ne sais pas si j’aurai eu son courage, confesse-t-il. L’accusation n’avait aucune preuve de son exil. Il faut être gonflé pour se laisser conduire à l’échafaud alors qu’un mensonge suffirait à vous sauver la peau. »

Bien sûr, la béatification est d’abord religieuse, mais cela n’empêche pas de réfléchir au contexte du martyre de ce prémontré guillotiné pour le simple fait d’avoir émigré à Jersey : la Terreur, qui est la période la plus triste et violente de cette Première République qui se voulait « libératrice » et, bien sûr, éternelle, a usé et abusé de la guillotine pour s’imposer et imposer sa conception du bien et celle de « l’homme nouveau » qu’elle entendait promouvoir, envers et contre tout, parfois contre (presque) tous !
.
.

Mongazon 2

Prêtre caché par une bergère

.
.
Certains me rétorqueront que toutes les grandes mutations se font dans une certaine tension qui peut s’avérer homicide, que cela soit la conquête des terres d’Amérique par les conquistadores ou les révolutions industrielles qui entraînèrent la mort de millions d’ouvriers et de mineurs (d’ailleurs au double sens du terme !) pour permettre l’industrialisation des sociétés contemporaines : une tension nécessaire pour accéder à un autre stade de développement humain, dit-on… Mais tension n’est pas toujours intention, me semble-t-il ! Or, dans le cas de la Terreur, l’intention de détruire des hommes mais aussi des communautés entières est, non seulement avérée, mais revendiquée, assumée, expliquée : « la fin justifie les moyens »… Il est une notion de « pureté » dans la logique de la Terreur (qui n’est qu’un moment de la Première République, et qui ne peut être confondue avec l’intégralité de ce régime auquel Napoléon donne un autre sens et un autre aboutissement que ceux avancés par ses premiers promoteurs…), une logique que l’on retrouve, sans doute, dans les paroles de La Marseillaise pourtant écrites avant même l’établissement de la République : « Qu’un sang impur abreuve nos sillons… ». Mais, contrairement à certains contre-révolutionnaires, je ne pense pas que Rouget de Lisle avouait par là-même une intention d’extermination ni même d’épuration humaine… Son chant est d’abord, on l’oublie un peu, un chant destiné à rassurer, à motiver les troupes françaises mais aussi à apeurer les soldats ennemis : les mots utilisés le sont plus de façon théâtrale qu’avec l’intention de mener une extermination froide d’ennemis vaincus ou prisonniers…

Or, la Terreur, elle, n’a pas cette excuse : ce sont bien des hommes vaincus, qu’elle sort de ses geôles pour les juger avec le couperet possible (c’est le cas de le dire !) en jugement dernier. Ce sont des hommes qui, dans le cas de ce prêtre, ne sont pas des combattants mais des opposants ou, pire (car l’intention prêtée à ceux que jugent les tribunaux révolutionnaires est parfois plus importante que les faits eux-mêmes…), des « suspects ».

Durant la Grande Terreur, la simple suspicion suffisait à envoyer à la guillotine ceux que la République accusait d’être des ennemis « par principe »… Pierre-Adrien Toulorge, accusé d’avoir simplement émigré, était coupable, selon le tribunal révolutionnaire, de beaucoup plus que cela : d’être « naturellement » un mauvais citoyen, un ennemi de la République, un « impur » qui devait être retranché de la nouvelle humanité révolutionnaire en étant définitivement tranché…

Aujourd’hui, la mémoire normande comme celle de l’Eglise lui rendent toute sa place dans la communauté, religieuse comme française, et sans chercher à juger ceux qui l’ont condamné : c’est mieux ainsi ! L’histoire ne doit pas être un « champ des vengeurs » après l’avoir été « des martyrs » : mais elle doit permettre de comprendre ce qui a entraîné tant d’horreurs et d’éviter, autant que faire se peut, qu’elles se reproduisent.

.
.

—–===ooOoo===———–===ooOoo===——

.

.

—–===ooOoo===——

.
Un peintre itinérant du XVe siècle : Antoine de Lonhy
.

—–===ooOoo===——

.

.
Jeudi 3 mai, le musée de Cluny consacrera sa conférence mensuelle au tableau récemment acquis d’Antoine de Lonhy, représentant saint Vincent-Ferrier prêchant, réalisé entre vers 1470-1480.
.
.

Artiste itinérant, Antoine de Lonhy est originaire de Bourgogne. Il demeure d’abord à Châlon-sur-Saone où il est sollicité par le chancelier Nicolas Rolin et par son entourage. Vers 1450, il part pour Toulouse où il s’installe pendant une dizaine d’années. Son activité est ensuite documentée à Barcelone où il réalise ponctuellement plusieurs commandes, mais sa résidence principale est alors dans le duché de Savoie à Avigliana.
.
.

.
.

Retable de la Mère de Dieu,
vers 1461-1462, ©MNAC Barcelone

Ses oeuvres ont d’abord été regroupées sous différents noms de conventions avant de lui être attribuées : le maître de la Trinité de Turin était un peintre de chevalet alors que le « maître des Heures de Saluces » était un enlumineur. L’activité documentée d’Antoine Lonhy attestait quant à elle son savoir faire de peintre verrier, de peintre de retable, de cartonnier et d’enlumineur. Son identification par François Avril a dès lors, réuni un corpus disséminé en Bourgogne (enluminures), à Toulouse (peinture murale et enluminures), Barcelone (vitraux et retable) et à Turin (retable, peintures murales, enluminures). Si certaines de ses oeuvres sont aujourd’hui perdues, comme le décor vitré réalisé pour le château de Nicolas Rolin à Authumes, il n’en reste pas moins un corpus abondant, notamment d’enluminures.
.
.

.
.

Trinité souffante – Antoine de Lonhy,
vers 1470-1480, Museo Civico, Turin

Ce panneau de l’artiste, le seul actuellement conservé en France, aurait pour pendant un saint Dominique conservé à Turin. Pour qui a-t-il été réalisé? Le sujet – un prédicateur espagnol – indiquerait peut être une exécution lors de son passage en Espagne? La réponse jeudi avec Sophie Lagabrielle, conservateur en chef au Musée de Cluny.
.
.

.
.

Saint Dominique, vers 1470-1480,

Galerie Sabauda, Turin
.
.

—–===ooOoo===———–===ooOoo===——

 .

 .

 .

 .

 .

 .

—–===ooOoo===——

Dis-moi qui t’informe je te dirai pour qui tu votes

—–===ooOoo===——
.

.
Quels électeurs pour quelles chaînes de radio et de télévision ? Quels journaux lisent les partisans de Mélenchon ou de Bayrou ? Une étude fait le point la question et démontre la couleur politique des médias.

.
—–===ooOoo===——
.

Publiée par le magazine Marianne, l’étude fait ressortir de nettes tendances :

1. Les médias tous public confondu
Ils attirent les électeurs de toutes sortes mais se raréfient, comme si la tendance était à l’engagement politique. Parmi les radios, seules RMC (49 % d’auditeurs de droite, 9 % du centre et 42 % de gauche), France Bleu (50 % d’auditeurs de droite, 9 % du centre et 41 % de gauche) et Europe 1 (49 %, 11 % et 38 %) attirent un public équilibré. Pour ce qui est de la presse écrite, la presse quotidienne régionale, la plus implantée, et les quotidiens gratuits peuvent également se targuer d’un public politiquement équilibré.

 

2. Les médias à fort public de droite
Ce sont aussi les électeurs les plus âgés. Côté télévision, TF1 rassemble 67 % de téléspectateurs de droite et le JT de M6, 49 %. NRJ se détache tout particulièrement parmi les électeurs de Marine Le Pen (33 % d’auditeurs), ce qui n’a bien sûr rien à voir avec l’orientation politique de cette station, qui tient à rester le plus neutre possible.

 

3. Les médias à fort public de gauche
Côté télévisions, le JT de France 2 capte 51 % d’électeurs de gauche, tout comme le « 19-20 » de France 3 (51 %, mais ce ne sont pas les mêmes) et le « Grand journal » de Canal + (59 %). Mais il ne s’agit pas des mêmes publics : France 2, tout comme Canal +, est regardée par un auditoire plutôt urbain, tandis que France 3 polarise la France périurbaine.

France Inter (72 %) et, dans une moindre mesure, France Info (49 %) séduisent les auditeurs de gauche, notamment la génération des soixante-huitards. A noter que Libération, très polarisé à gauche, possède un lectorat bien plus aisé que celui du Monde et du Figaro.

Enfin, concernant la presse hebdomadaire…
Paris Match penche nettement du côté droit : 65 % de ses lecteurs ont voté Sarkozy, Le Pen ou Dupont-Aignan (dont 20 % pour la candidate FN). Le Figaro Magazine (78 % de lecteurs de droite et du FN) et Valeurs actuelles (87 %) sont encore plus, et c’est logique, ancrés à droite.

Enfin, Marianne (74 % d’électeurs de gauche) dépasse le Nouvel Observateur (71 %) sur sa gauche, tandis que Le Point parvient tout de même à attirer 27 % d’électeurs de gauche.
.
.
—–===ooOoo===————===ooOoo===——
.
.

patrick

Béatification du vénérable père Pierre-Adrien Toulorge

 

Béatification du vénérable père Pierre-Adrien Toulorge

——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Le père Pierre-Adrien Toulorge, martyr de la vérité, a été béatifié le dimanche 29 avril 2012 à la cathédrale de Coutances
Coutances, le 21 octobre 2011

.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

——===ooOoo===——

Cérémonies

——===ooOoo===——

.

Le père Pierre-Adrien Toulorge (1757 – 1793), sera béatifié dimanche 29 avril 2012 à 15h30 en la cathédrale Notre Dame de Coutances dans le diocèse de Coutances et Avranches, dont l’évêque est Monseigneur Stanislas Lalanne. La célébration solennelle se déroulera sous la présidence du cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, qui viendra spécialement de Rome et représentera le pape Benoît XVI.

Français : La cathédrale Notre-Dame de Coutanc...

La cathédrale Notre-Dame de Coutances (Manche). (Photo credit: Wikipedia)

Elle sera précédée et suivie d’autres manifestations :

Vendredi 27 avril en soirée : conférence sur le père Toulorge à l’abbaye de l’ordre prémontré de Juaye-Mondaye dans la Calvados.

Samedi 28 avril à Coutances : 18h vêpres, 18h30 conférence du père Bernard Ardura, président du Comité pontifical pour les sciences historiques, à la cathédrale, 21h spectacle à l’église Saint Pierre suivi des complies.

Dimanche 29 avril à Coutances : 15h30 célébration de la béatification à la cathédrale.

Lundi 30 avril : 11h célébration d’action de grâces à l’église de Muneville-Le-Bingard.

Mardi 1er mai : journée randonnée-Évangile pour les familles sur les lieux du père Toulorge au départ de Blanchelande à 10h30 et messe à Doville à 16h.

Mercredi 2 mai : messe au Centre d’ Accueil Diocésain à Coutances.

Par ailleurs, des expositions sont prévues rappelant la vie du père Toulorge et l’iconographie de martyrs. À cette occasion également, les figures de saints et bienheureux originaires de la Manche seront mises à l’honneur. Un comité de pilotage diocésain, sous l’égide du père Michel Le Blond, vicaire général, en collaboration étroite avec les responsables prémontrés, notamment, le père Gabriel Wolf, postulateur de la cause, est mis en place, afin de préparer ces manifestations concernant l’ensemble de l’Église, mais en particulier, le diocèse de Coutances et Avranches. C’est la première fois qu’une célébration de béatification se déroulera dans la Manche. En effet, depuis la communication de la Congrégation pour les Causes des Saints du 29 septembre 2005, chaque béatification, qui reste un acte pontifical, a lieu dans le diocèse concerné.

Français : Cathédrale de Coutances, Manche. Cr...

Cathédrale de Coutances, Manche. Croisée du transept et lanterne. (Photo credit: Wikipedia)

Le 2 avril 2011, le pape Benoît XVI avait autorisé la Congrégation pour les Causes des Saints à promulguer au titre de « martyr de la vérité », le décret de la prochaine béatification du religieux français originaire de la Manche et tué pendant la Révolution.

.

——===ooOoo===———–===ooOoo===——

.

——===ooOoo===——

SA VIE 

——===ooOoo===——

.

Pierre-Adrien Toulorge naquit le 4 mai 1757 à Muneville-le-Bingard. Formé au collège puis au séminaire de Coutances, il fut ordonné prêtre, et devint vicaire séculier de Doville, en décembre 1782, à 25 ans. Son curé prémontré, le père Jacques-François Le Canut (44 ans), était plein de zèle pastoral pour les 618 habitants de sa paroisse, dont la plupart connaissaient la misère. Dans les sermons conservés, le jeune vicaire Pierre-Adrien exalte la bonté miséricordieuse de Dieu, mais affirme avec force son inexorable justice à l’égard du pécheur endurci.

Depuis Doville, Pierre-Adrien Toulorge se rendait souvent à l’abbaye prémontrée de Blanchelande, fondée au XIIe siècle, quelques années après la fondation de l’ordre de Prémontré par saint Norbert. Conquis par cet idéal, Pierre-Adrien fut sans doute présenté par son propre curé. Comme Blanchelande était dépourvue de noviciat, le novice fut envoyé pour deux années à l’abbaye de Beauport.


Après le vote de la Constitution civile du Clergé, le père Toulorge poursuivit son ministère dans les paroisses des alentours, mais il n’était pas devenu fonctionnaire public. Lorsqu’il entendit parler de la loi du 26 août 1792 condamnant à la déportation tous les prêtres fonctionnaires publics qui n’avaient pas prêté serment, il se crut visé et décida, dans sa méprise, de partir pour l’île anglaise de Jersey. Ayant obtenu son passeport à la mairie de Neufmesnil, il le fit viser à Saint-Germain-sur-Ay, le 12 septembre. Les officiers municipaux ne prêtèrent pas attention à la méprise du père Toulorge et le laissèrent partir. A Jersey, il apprit qu’il n’était pas visé pas la loi de bannissement des prêtres réfractaires et qu’il aurait pu rester en France sans être inquiété. A la première occasion, il débarqua clandestinement à Portbail, puis s’enfonça dans le maquis. L’année suivante, en septembre 1793, Pierre-Adrien Toulorge fut capturé et jugé.
Le tribunal était convaincu de son bref séjour à Jersey, mais n’en possédait aucune preuve. Après quelques hésitations, et au risque de sa vie, Pierre-Adrien décida de dire toute la vérité, sachant qu’il était en fait poursuivi parce que prêtre catholique. La nuit précédant sa mort, il se confessa et, tandis que tous les autres clercs incarcérés s’endormaient, écrivit trois lettres impressionnantes – à son frère, à un ami et à une inconnue, où il ajoutait: « Je vous souhaite la bénédiction de Dieu. Le 12 octobre 1793, la veille de mon martyre. »

Le lendemain – dimanche – il se leva avec joie, déjeuna comme de coutume, montrant une grande sérénité. Après avoir prié son bréviaire, il demanda à plusieurs compagnons de lui accommoder les cheveux et de lui faire la barbe. Enfin, il demanda à ses confrères de dire avec lui les Vêpres. Arrivé à Complies, il entonna l’hymne Grates peracto jam die. Parvenu à l’avant-dernière strophe:

il ferma son Bréviaire et s’écria tout joyeux: « Ô, mes chers amis, il faut en rester là, je chanterai bientôt ce cantique en action de grâces au Ciel ! Il n’est pas encore temps pour moi de le chanter. Ô mes chers frères, je ne vous oublierai pas ! Je demande à Dieu qu’il vous protège ; je le prierai pour tous mes bienfaiteurs, mes amis et ennemis même. » Ses confrères tombèrent à genoux et implorèrent sa bénédiction. Il les bénit, le visage tout resplendissant d’une paix divine.
D’après un témoin oculaire, la guillotine était dressée en face de la maison du maire de Coutances. La foule était muette d’émotion en voyant ce jeune prêtre aller à la mort avec sérénité et paix. Conduit au pied de l’échafaud, revêtu d’une longue redingote verte, boutonnée jusqu’au col, le père Toulorge dit seulement : « Mon Dieu, je remets mon âme entre vos mains ! Je vous demande le rétablissement et la conservation de votre Sainte Église. Pardonnez, je vous prie, à mes ennemis. » Après l’exécution, le bourreau saisit la tête sanglante par les cheveux et la montra à la foule. Il était quatre heures et demie. Une charrette emporta le corps au cimetière Saint-Pierre.


Le procès de béatification fut entrepris en 1922 avec celui de 56 autres prêtres normands, mais tomba dans l’oubli à partir des années 1928-1930. A l’occasion du bicentenaire de la mort du Serviteur de Dieu, constatant l’attachement des fidèles de la région où il vécut et mourut, l’abbé général Mgr. Marcel van de Ven décida de reprendre la Cause de canonisation. Le procès informatif diocésain fut ouvert à Coutances le 1er décembre 1995 et conclu le 29 juillet 1996. L’excellente Positio sur le martyre de Pierre-Adrien – écrit du père Bernard Ardura OPraem (Frigolet/Rome) – a été examinée par les Consulteurs Historiens de la Congrégation pour les Causes des Saints, qui, lors du Congrès du 5 décembre 2000, ont émis un jugement unanime et positif. Nous attendons maintenant le jugement des cardinaux et puis des théologiens.

.
—–===ooOoo===——

La lettre d’adieu

—–===ooOoo===——

.
Mon cher frère [Jean-Baptiste]
Réjouis-toi, tu auras demain un protecteur dans le ciel, si Dieu, comme j’espère, me soutient comme il a fait jusqu’ici. Réjouis-toi de ce que Dieu m’ait trouvé digne de souffrir, non seulement la prison, mais la mort même pour notre Seigneur Jésus-Christ; c’est la plus grande grâce qu’il pouvait m’accorder; je le prierai pour toi de t’accorder une pareille couronne. Ce n’est pas aux biens périssables à qui il faut s’attacher. Tourne donc tes vües vers le ciel, vis en honnête homme et surtout en bon chrétien, élève tes enfants dans la sainte Religion Catholique, apostolique et romaine, hors laquelle il n’y a point de salut. Regardes toujours comme le plus grand honneur d’avoir eu dans ta famille, un frère qui ait mérité de souffrir pour Dieu. Loin donc de t’affliger de mon sort, réjouis-t-en et dis avec moi : Que Dieu soit béni ! Je te souhaite une sainte vie et le paradis à la fin de tes jours, ainsi qu’à ma sœur, à mon neveu et ma nièce, à toute ma famille. Je suis toujours avec une parfaite amitié ton frère Toulorge.

Le 12 octobre 1793.


.
—–===ooOoo===——

La prière pour sa béatification

—–===ooOoo===——

.
Seigneur notre Dieu, tu as accordé à ton Serviteur Pierre-Adrien Toulorge de demeurer, au milieu des épreuves, fidèle à sa foi, à l’Église, au Pape, à son Ordre religieux et à son Pays. Plutôt que conserver la vie et recouvrer la liberté au prix d’un mensonge, il préféra se sacrifier par amour de la Vérité, afin de gagner la Vie qui n’aura pas de fin et partager ta gloire. Tu l’as tellement comblé de ton Amour, qu’il pardonna à ses bourreaux, avant de remettre son âme entre tes mains.
Daigne, Seigneur, glorifier ton Serviteur Pierre-Adrien Toulorge et m’accorder, pas son intercession, la grâce de …, que j’implore avec confiance. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

.
—–===ooOoo===——

L’association des amis

—–===ooOoo===——

.

L’association (crée début 1994) regroupe aujourd’hui plus de 80 adhérents ne résidant pas tous à Muneville-le-Bingard et qui suivent régulièrement toutes nos actions entreprises. Nous commémorons au début du mois de mai la naissance du père Pierre-Adrien. Les deux premières années nous avons pu célébrer cet office devant les ruines de la maison natale du père Toulorge à la « Quièze ».

Le dernier dimanche du mois de juillet de chaque année, nous organisons un pèlerinage sur le mont de Doville : Nous nous retrouvons dans la chapelle St Martin de Doville pour un office concélébré par le père Lechat et le père Couppey. Cet office est préparé par le père Onfroy, curé de la paroisse St Jean Eudes et nous sommes plus de 80 personnes, dont une vingtaine d’habitants de Doville qui viennent se joindre à nous, ce qui est très important. Puis l’association offre le verre de l’amitié et nous prenons le repas en commun. Au début de l’après-midi nous descendons le mont de Doville et nous passons vers les points importants de l’histoire du père Toulorge (le moulin Regnault et le Hameau Roulland). Le deuxième dimanche d’octobre, nous commémorons sa mort, et le midi environ 170 convives participent au repas.

L’exposition préparée pour le bicentenaire a été renouvelée et se trouve en permanence dans l’église de Muneville-le-Bingard. De nombreux visiteurs passent, et il m’arrive même d’accompagner certains d’entre eux pour fournir les explications dont ils ont besoin.
A partir de 2004, l’accociation édite un bulletin d’information adressé à tous les adhérents lequel va porter à la connaissance de tous les membres la vie du père Toulorge, les évolutions éventuelles et les décisions que l’association prend tout au long de l’année.

.

—–===ooOoo===——

Le souvenir vivant

—–===ooOoo===——

.
La mort du père Toulorge fit une profonde impression sur la population de Coutances et des environs ; en particulier les curés de Muneville-le-Bingard s’emploient à développer son souvenir, à l’occasion des fêtes liturgiques : des Quarante Heures chaque année de 1858 et la célébration du centenaire de sa mort en 1893. A certains jours on compta 260 hommes et 340 femmes à la communion générale sur une population totale de 854 habitants. On profitait, en effet, des prédications du triduum eucharistique pour évoquer le souvenir de Pierre-Adrien – particulièrement durant les vêpres. Le père Jean-Baptiste Lechat (vice-postulateur) a rassemblé de nombreux témoignages de la vénération populaire pour le « martyr de la vérité ».
Cette vénération envers le Serviteur de Dieu est jusqu’à nos jours bien vivante. Elle se manifeste notamment par des pèlerinages – à Muneville, lieu de la naissance, ou dans les bois où il s’est caché pendant une partie de la période révolutionnaire.

Un pèlerin raconte : « Plus d’une cinquantaine de personnes [et parfois bien d’avantage] se rassemblent dans la vieille église du Mont de Doville, celle où Pierre-Adrien exerça son ministère de vicaire de 1782 à 1786. On y célèbre la messe dans un mélange de gravité, de ferveur et de jubilation. Après la collation champêtre qui suit la messe, se forme une colonne qui parcourt dans l’après-midi, sur les flancs du Mont de Doville, les chemins creux bordés de buissons et d’épines (les „buissonnières“) les lieux parcouru dans la clandestinité par le maquisard du Bon Dieu. On va jusqu’au Hameau Roulland où il fut reconnu le 3 septembre 1793, aux abords de l’abbaye Saint Nicolas de Blanchelande. » Le dimanche 25 juillet 2004, fête de saint Jacques, le postulateur général présida le pèlerinage toulorgien. Il le compara dans son homélie à la vie du Serviteur de Dieu et à la grande fête jacquaire de Compostelle.

Chaque année on fête à Muneville-le-Bingard l’anniversaire de la mort de Pierre-Adrien. Voici quelques extraits des allocutions ou des homélies de ces messes :

P. Bernard Ardura OPraem 1993 : Pierre-Adrien Toulorge mérite de devenir un exemple à l’aube du 3e millénaire. .. Ce prêtre est extrêmement actuel. Il nous montre comment un homme a pu passer d’une personnalité ordinaire à la sainteté. Il a compris combien Dieu l’appelait à l’absolu de l’amour.

P. Donatien De Clerck OPraem 1996 : On peut le dire, frères et sœurs : Les saints, les martyrs forment l’épine dorsale de la famille humaine. Si le monde, au cours des siècles, est resté habitable, en dépit de la haine, des abus, des oppressions, c’est grâce aux saints qui ont assumé leur devoir, qui n’ont pas fléchi devant l’injustice et le mensonge, qui à travers tout ont servi Dieu et leur prochain – comme notre cher Pierre-Adrien Toulorge.

P. Gabriel Wolf OPraem 2003 : Pierre-Adrien – un homme, par qui le soleil rayonne. Dieu nous donne son amour en toute liberté, et il en donne à chacun et à tous. Il nous faut être transparents pour lui. Vous avez appliqué cette transparence d’une très belle manière dans votre église de Muneville avec le splendide petit vitrail du Serviteur de Dieu. Il était un homme tout à fait baigné de l’Esprit Saint.


Mgr. Thomas Handgrätinger OPraem 2005 : Comme Pierre-Adrien dire et vivre chaque jour son « adsum ».

Louis Onfroy, le curé de la paroisse St-Jean Eudes, écrit sur l’actualité de Pierre-Adrien Toulorge : « Depuis que Muneville-le-Bingard fait partie de la paroisse Saint-Jean Eudes, le Père Pierre-Adrien Toulorge devient pour moi comme une présence vivante à toujours apprendre à connaître. Pierre-Adrien, je le reçois et je l’annonce, auprès des enfants et des jeunes comme un témoin, martyr de la vérité. Il est trop tôt pour dire ce qui est reçu, mais c’est accueilli et on pose des questions sur lui, sa vie, son combat pour la vérité, pour la foi. ‘ Il n’avait pas peur’, disait un jeune qui se préparait à la Confirmation. Pour moi, c’est un témoin pour aujourd’hui dans un monde de mensonge, d’égoïsme, d’individualisme. Les jeunes ont besoin de témoins d’aujourd’hui et d’hier.


Pierre-Adrien – sans que je m’y attache – c’est une présence vivante qui m’interpelle au travers de la vie des personnes, avec qui la référence que je fais à lui, les interpelle vraiment. Un signe (un petit): l’accueil sympathique qui est fait par les chrétiens de chez nous au fait qu’une grande salle de réunion à Saint-Sauveur porte son nom – un nom qui fait partie de la famille ! Pierre-Adrien cesse d’être doucement la propriété de la communauté de Muneville-le-Bingard, qui en est jalouse, qui l’entretient (l’Association des amis du P. Toulorge, l’entretien de la façade de sa maison natale, la marche sur les traces de ses cachettes pendant la Révolution). C’est légitime et on accueille positivement que son nom déborde l’ancienne paroisse. Dans cet accompagnement, j’ai le soutien de notre évêque Jacques Fihey et des deux prêtres, les P. Couppey et Lechat qui y sont très attachés. Je pourrais dire autre chose … tellement, c’est sa présence qui est là, mais c’est toujours au travers de la vie et de la pastorale que je vis avec d’autres, aujourd’hui. »

.
—–===ooOoo===——

Saint patron

—–===ooOoo===——

.

« J’ai eu l’idée de mon nom religieux en lisant l’Hagiologe édité à cette époque. Pour moi, le courage et l’engagement pour la vérité étaient le motif de choisir le nom de ce défunt confrère et ‘martyr’, et d’en faire le compagnon spirituel de ma vie religieuse. Si on reste sur le chemin de la recherche de la vérité, on est toujours sur la bonne voie. En ce sens je confie mon avenir à l’aide de Dieu et à l’intercession de Pierre-Adrien. Puissé-je suivre courageux, droit et conséquent le chemin de mon patron ! »

 .

—–===ooOoo===——

.

Causa Pierre-Adrien Toulorge

.
—–===ooOoo===——

.

Prières exaucées

.
—–===ooOoo===——

.

Le peuple chrétien invoque Pierre-Adrien Toulorge et obtient des grâces par son intercession. Ce religieux mort pour sa fidélité au Christ est vraiment un stimulant pour l’Église de Coutances et Avranches, ainsi que pour l’Ordre de Prémontré ; il l’est par-dessus tout pour les jeunes laïcs et religieux à la recherche d’authentiques valeurs pour leur vie à l’aube du nouveau millénaire. Ci-dessous quelques lettres avec mention de prières exaucées :

F.B. de M.-C. (F) a demandé l’intercession de Pierre-Adrien Toulorge auprès de Dieu pour que sa fille obtienne du travail ; elle vient de l’obtenir (1993). – G.L. de C. (F) a appelé 4 semaines le Seigneur et Adrien Toulorge pour qu’ils lui donnent d’accepter sa réalité avec ses difficultés de dialogue dans le couple (mariée depuis 19 ans, 7 enfants) ; elle a reçu une grande paix (1998). – L.L. de B. (F) remercie Pierre-Adrien Toulorge, Sœur Emilie Podoska et la bienheueuse Bronislave pour sa réussite scolaire au BEPC. – F.B. de M.-C. (F) a prié Pierre-Adrien Toulorge avec sainte Rita et bien d’autres pour la conversion de sa fille, agée de 39 ans ; elle est retournée vers l’Eucharistie ; les deux enfants de sa fille ont participé au catéchisme (1998, 2000). – J.V. de la Belgique a reçu la grâce d’être opérée avec succès ; elle remercie Dieu, tous les saints et surtout le père Pierre-Adrien Toulorge (2002). – Le vice-postulateur J.B.L. de L.G. (F) remercie P.A.T. qui à deux reprises, en 1998 et en 2003, l’a protégé (pas une égratignure) lors d’accidents de voitures, réduites à l’état d’épaves. – L.O. de St S.L., confie sa mission au service de l’Evangile qu’a vécu P.A. dans le don total au service de la vérité, il pense aux enfants, aux jeunes, aux travailleurs, aux retraités, aux malades, aux jeunes qui se préparent au mariage, à tous ceux qui ont des responsabilités à servire du bien commun dans nos cités (2003). – C. de ? (F), qui connaît tout le parcours autour de Blanchelande, remercie le père Toulorge pour son courage et sa loyauté de chrétien ainsi pour la protection de toute la famille et prie pour sa béatification (2003). – ? (F) a reçu des grâces par son intercession (2003). – ? (F) confie au Pierre-Adrien les soucis de sa famille, l’enfant malade à répétitions et inquiétant (2004). – Deux jeunes J. et J. de L. (F) disent « merci » au père Adrien Toulorge (2004) – et une autre E. prie de pouvoir continuer à apprendre la vie de Jésus, à l’exemple du père Toulorge (2004). – P.L. de ? (F) demande la grâce de veiller sur sa petite famille et que ses fils soient toujours remplis d’amour (2004). – M.F. et J.L. de ? (F) confient à Pierre-Adrien leurs enfants et petits-enfants (2004), – et E.O. de ? (F) son mari, sa mère, ses frères, son neveux et sa nièce (2004) – .J.H. de A. (F) remercie Dieu pour tous les prières exaucées sur l’intercession de Pierre-Adrien (2007), – D.M.M. de B. (Congo) pour sa santé, sa protection et le succès de ses études, pour sa femme, ses enfant et pour sa vigilance dans les tentations (2009), – M.L. de L.F. (F) constate, après une prière insistante, une amélioration de la situation de santé de sa mère, après une attaque cérébrale et des crises d’épilepsies : il est possible d’arrêter les médicaments (2009). – M.R. de C.F. (F) a trouvé, par l’intercession de Pierre-Adrien, un travail pour son fils (2009). – L.D.-B. de L. (F) éprouve la proximité du Serviteur de Dieu dans ses difficultés (2009). – F.O. de Y. (Cameroun) remercie pour la grande force reçue dans une période difficile : il a résisté à une secte, où il était enfermé malgré lui depuis 10 ans, un feu a détruit sa maison où se trouvait son enfant de deux mois (2009). – Nous avons reçu aussi des lettre écrites en prison avec des témoignages impressionnantes, p.ex. S.O. de T. (Cameroun), membre d’une groupe de prière et de la chorale de prison, a senti de nouveau force (2009) et M.-C. de K.-Z. (Afrique-central) peut penser plus positive (2009) ; le chapelain S.T. parle souvent de Pierre-Adrien. – Le prêtre G.J. de C. (Inde) remercie pour une grâce et veut propager la vénération du Serviteur de Dieu, – M.C. S.-E. de C.I. (Australie) serve après la lecture de la biographie plus d’intensivement son église (2009) – et Frère A.B. de K. (D) est devenu plus calme dans son cœur après des prières (2009).

Conformément aux décrets de Pape Urbain VIII, on doit déclarer, qu’on n’attribue pas un caractère surnaturel aux événements décrits, tant que l’autorité la plus élevée de l’Eglise ne s’est pas prononcée à leur sujet.

 

 

 

—–===ooOoo===——

Étapes importantes du procès:

—–===ooOoo===——

1922 Ouverture du procès de béatification, 1993 reprise, 1994 Nihil obstat
01.12.1995-29.07.1996 Procès diocésain à Coutances
05.12.2000 Jugement positif des Consulteurs historiens de la Congrégation pour les Causes des Saints sur la Positio super martyrio et fama martyrii (372 pages)
15.07.2010 Jugement positif des Consulteurs théologiens de la Congrégation
01.03.2011 Jugement positif des Cardinaux et Évêques de la Congrégation
02.04.2011 Le Pape Benoît XVI. a autorisé la Congrégation à promulguer le décret

 .

—–===ooOoo===————===ooOoo===——

.
patrick

sources

http://www.postulatio.info/

l’éolien à CHERBOURG

Le futur du port se dessine au Danemark

L’éolien offshore va redonner vie au port. Les élus se sont rendus au Danemark pour s’imprégner du bouleversement annoncé. 
Il fallait se rendre au pays de l’éolien pour se rendre compte de l’avenir de cette industrie dans le Cotentin. Une délégation composée d’élus de la Région, du Département et de la Communauté urbaine, s’est rendue à Copenhague lundi et mardi.

L'assemblage d'éoliennes est très gourmand en espaces.

L’assemblage d’éoliennes est très gourmand en espaces.

 

 

Plusieurs visites au programme : la première au Salon des énergies renouvelables, où les collectivités tenaient un stand. Inauguré par Laurent Beauvais et Jean-François Le Grand, il a permis de montrer pour la première fois, la présence de la Basse-Normandie dans ce secteur prometteur. Sur place, l’association West Normandy Marine Energy proposait à des industriels de la région l’opportunité de se faire connaître dans ce marché européen des énergies renouvelables.

Vision surprenante à Esbjerg : des milliers de pales d'éoliennes alignées sur le terre-plein du port.

Vision surprenante à Esbjerg :

des milliers de pales d’éoliennes

alignées sur le terre-plein du port.

Exemple, François Allais, des Chantiers Allais, qui emploient 120 personnes à Cherbourg. Bien entendu, le chantier naval est intéressé par ce marché, lui qui construit des navires de servitude pour les plateformes offshore. « Dans l’éolien, la demande de bateaux est aujourd’hui beaucoup plus importante que l’offre », expliquait-il. À Copenhague, François Allais était là pour montrer les produits qu’il développe pour ce marché spécifique.

Laurent Beauvais, président de la Région ; Jean Karl Deschamps, vice-président ; Jean-Michel Sévin, directeur de PNA et Jean-Pierre Laflaquière, coordinateur énergies renouvelables, devant une maquette de la sous-station électrique qui équipe chaque champ d'éoliennes.

Laurent Beauvais, président de la Région ; Jean Karl Deschamps,

vice-président ; Jean-Michel Sévin, directeur de PNA et

Jean-Pierre Laflaquière, coordinateur énergies renouvelables,

devant une maquette de la sous-station électrique qui

équipe chaque champ d’éoliennes.

Les Constructions mécaniques de Normandie sont, elles aussi, intéressées par ce marché de l’éolien offshore. Pour l’heure, Alstom n’a pas encore choisi celui qui réalisera les mâts des éoliennes. Les CMN en ont les compétences. Il s’agit essentiellement de chaudronnerie. Et ce marché serait une opportunité pour le chantier cherbourgeois de sortir de la crise.

carte du Cotentin 

cap de la Hague en haut

à gauche de la carte

carte du Cap de la Hague

au nord Ouest du Cotentin

Bref, on est allé voir et on s’est montré. La délégation a également visité une usine de fabrication de pales d’éoliennes, comme celle qui sera implantée à Cherbourg, et un port, celui d’Esbjerg, reconverti dans l’éolien offshore et qui pourrait servir de modèle à Cherbourg.

Une société danoise, LM Wind Power, est chargée par le consortium EDF Alstom de fabriquer les pales des éoliennes offshore. L'usine, construite à Cherbourg, sera la plus grande du monde. À partir de 2015, on y produira, chaque année, plus de 100 pales de 73 m.Page <B>6</B> Ouest-France

Une société danoise, LM Wind Power, est chargée par le consortium
EDF Alstom de fabriquer les pales des éoliennes offshore. L’usine,
construite à Cherbourg, sera la plus grande du monde. À partir de
2015, on y produira, chaque année, plus de 100 pales de 73 m.

 

 vue des courants du Raz Blanchard

au large du cap de la Hague

future implantation d’un 

parc d’éoliennes en mer

dans le Raz Blanchard

——====ooOoo====——
——====ooOoo====——

Patrick

Sources :

Thierry DUBILLOT. Ouest-France