Qu’est ce que la syringomyélie … ?

La syringomyélie … c’est QUOI  ?

——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Avant de vous parler de cette maladie, je  vous donne la  liste de «  »mes » » maladies dans l’ordre de gravité …..sachant que chacune des 3 dernières  maladies me rapproche de « la fin »…!!!

– neurodystrophie  chronique, ( mon cerveau n’envoie plus le signal de guérison au corps …)
– arthrose généralisée à toutes les articulations et gagnant du terrain rapidement,
– staphylocoque doré osseux, (attrapé après ma troisième opération !!)
– disques et hernies sur 6 étages lombaires et sacrées, (inopérables)
– coxarthrose, (inopérables)
– maladie de Kienböck, ( maladie du semi lunaire, os du poignet qui se nécrose .. 3 opérations et retrait également du scaphoïde aux 2 poignets, qui sont maintenus par une plaque et des vis  … j’ai encore 2 os et 2 tendons arrachés  et ne peux plus être opéré … )

et les plus belles, rares, et graves  pour la fin !!

– sclérose en plaque, ( plus connue et une vraie calamité !! )

– rétention liquide céphalique due au syndrome du « bébé secoué » proche de la maladie d’Arnold-Chiari (Hé oui j’ai la chance de venir de la DDASS et je sais maintenant pourquoi …. maltraitances !!! ) qui est très douloureuse avec des blocages et douleurs immondes au niveau du cou de la tête et des douleurs ou paralysies dans la partie supérieure du corps !!!je n’ose même pas vous parler du ressenti psychologique lors de la découverte de ces faits !!!! …. pffffffffff

– syringomyélie … TELLEMENT RARE QUE JE VOUS EN FAIS UNE DESCRIPTION COMPLÈTE CI-DESSOUS…….. 

je cumule, mais ne suis pas payé plus,  bien au contraire des politiciens …!!! 

et …….  je ne souhaite à personne de subir ne serait ce que le quart des souffrances de ces

maladies…… !!!

JE NE PEUX QUASIMENT PLUS ÉCRIRE .. NI MARCHER .. NI PARLER …..ETC…TOTALEMENT DÉPENDANT ET ALITE 24H/24 H !!!

.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

EXTRAIT DE LA PAGE  CI-DESSOUS

http://www.apaiser.asso.fr/articles.php?lng=fr&pg=64

EXTRAITE DU SITE DE L’ASSOCIATION APAISER.FR

http://www.apaiser.asso.fr/index.php?lng=fr

.

Au départ…

Une malformation congénitale…

Un traumatisme crânien et/ou vertébral…

Un virus…

Et un jour, vous vous retrouvez avec d’infernales fatigues, d’atroces douleurs,

des paralysies irréversibles.

Et cela sans possibilité de revenir à la case « Départ »

Au départ, plusieurs sentiments les fondateurs :

faire connaître cette terrible « maladie orpheline », la « dire » à nos conjoints,

médecins, amis… Afin qu’ils puissent entrer dans la compréhension de nos

souffrances et de nos douleurs

La plupart d’entre nous ont longtemps « ramé » à propos de leur maladie,

avant qu’elle ne soit définie.

Un grand allié, invention récente, je veux parler de l’Imagerie par Résonance

Magnétique Nucléaire…, appelée familièrement l’IRM, a permis de mettre en

évidence, respectivement, des déplacements, imperforations et cavités

dans le cervelet, la jonction médullaire et la moelle épinière.

Syringomyelia.jpg

Donc l’IRM a mis en évidence la syringomyélie.

Notre site à pour prétention de secouer le monde !

Principalement le monde médical, afin de faire connaître la syringo, que

nos douleurs soient sé-rieu-se-ment prisent en compte, que cesse la

mascarade des soignants.


Messieurs et Mesdames, il n’y a pas que les « cancéreux en phase Terminale » qui souffrent.!!!

Les antalgiques ont le don d’apaiser les douleurs… Mais… Mais nous sommes loin

du compte… Alors, on nous fait tester les neuro-stimulateurs, l’implantation de pompes

à morphine, des tri-thérapies et autres joyeusetés.( POUR MA PART JE PRENDS 2,40G DE

MORPHINE PAR JOUR PLUS NOMBRE XXX D’ANTI DOULEURS DIVERS ET AUTRES ANTI

DÉPRESSEURS, NEUROLEPTIQUES …. ETC….

CE TRAITEMENT ME STABILISE, MAIS NE PEUT EMPÊCHER LES MALAISES ET AUTRES

DÉSAGRÉMENTS LIÉS  A CETTE MALADIE, DONT J’AI RESSENTI QUASIMENT TOUS LES

MÉFAITS !!!

Un détail, en passant, je ne vous parlerai pas des effets pervers de toute la panoplie médicale.

Il y a également ceux que l’on dit « inopérables«  (J’EN SUIS). Il ne faut pas oublier

la complexité et la dangerosité à toucher cette partie noble de l’être humain.

Alors ? Quel est notre avenir… ?????

.

.

AUCUNE RÉPONSE CAR LES LABOS NE VEULENT PAS

CHERCHER POUR SI PEU DE PERSONNES !!!!!

.

.

.

La Carte des Syringos par département

.
Carte des syringos par département en Mars 2013

SYMPTÔMES ET EFFETS

(ce que je ressens !!!)

——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

*  Mal au dos (brûlures) après moindre petit effort
* Transpiration importante dans le dos principalement
* Douleurs aiguës et momentanées sur tout le tronc   

                                            * montée extrême de fièvre inexpliquée (à surveiller de près)

* Mouvements incontrôlés des épaules
* Maux de tête
* Bourdonnement momentané de l’oreille  droite
* Problèmes de déglutition
* Perte d’équilibre
* Sensation «de brouillé»
* Grande fatigabilité et manque de force général
* Problème de vision à gauche (nystagmus)
* Sursauts violents aux moindres bruits
* Mouvements limités du bras gauche
* Sensibilité profonde diminuée
* Douleurs aiguës et  momentanées sur l’avant bras
* Fourmis dans la main accentuées lors de mouvement : brûlures
* Raideurs et crampes dans la main et le bras
* Extrémités froides
* Sensibilité désagréable dans la main & le bras
* Annulaire et auriculaire toujours repliés
* Sensibilité profonde diminuée
* Fourmis dans la main accentuées lors de mouvements : brûlures
* Raideurs & crampes dans la main et le bras
* Extrémités froides
* Sensibilité profonde diminuée à gauche
* Impatiences au repos
* Jambes droite et gauche engourdies
* Extrémités froides gauches et droites
* Douleurs aiguës et momentanées au bas ventre 
* paralysies

etc ..

.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

http://www.apaiser.asso.fr/articles.php?lng=fr&pg=144

S’IL VOUS PLAÎT ALLEZ VISITER CE SITE TRÈS COMPLET…

LA RÉFÉRENCE !!!!!

POUR CETTE MALADIE … ……………..MERCI !!!!

 APAISER (Association Pour Aider et Informer les Syringomyéliques Européens Réunis)

http://www.apaiser.asso.fr ou tel 02 99 94 38 35 ou 04 73 96 56 57

——===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===——

AUTRES SITES INTERNET PRIS AU HASARD ET EN VOUS DISANT CE QUE J’EN PENSE …..

ET CE,  EN TOUTE FRANCHISE COMME D’HABITUDE ….

——===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===——

.

WIKIPEDIA.

simple  et ne s’avancent pas dans des théories fumeuses …. l’essentiel mais un peu de références seraient bienvenues … mais pour celui qui n’est ps concerné ça suffit !!!

.

LA SYRINGOMYÉLIE SELON WIKIPEDIA

Image d'un examen IRM
La syringomyélie est liée à la pénétration de liquide céphalo-rachidien dans la moelle épinière.

 Syringomyélie

——===ooOoo===————===ooOoo===——

  La syringomyélie est une maladie de la moelle épinière liée au développement d’une cavité en son centre qui tend à comprimer et à détruire progressivement la substance grise puis la substance blanche.

Physiopathologie
——===ooOoo===————===ooOoo===——

Les causes de l’apparition de la cavité intra-médullaire sont inconnues. Son évolution spontanée se fait vers un agrandissement avec altérations anatomiques de plus en plus importantes. Dans plus de 90 % des cas, la syringomyélie est associée à une malformation d’Arnold-Chiari : le bulbe et les tonsilles cérébelleuses  (deux structures du tronc cérébral normalement contenues dans la boîte crânienne) se trouvent en aval du foramen magnum (ce qui peut entrainer leur compression). Les signes et symptômes de la maladie sont donc causés par une compression et une destruction des structures de la moelle à partir d’une cavité qui grandit à ses dépens.

Histoire
——===ooOoo===————===ooOoo===——

En 1882 Otto Kahler et Friedrich Schultze publient le tableau clinique de la maladie. En 1890 Jules Dejerine et Georges Guinon montrent l’unicité de la maladie avec le panaris analgésique de Morvan découvert en 1883.

Diagnostic
——===ooOoo===————===ooOoo===——

L’apparition des signes est progressive, insidieuse, sur plusieurs années.

    -Syndrome lésionnel : il est responsable de douleurs et paresthésies (picotements, fourmillements) des membres supérieurs avec troubles moteurs (baisse de la force motrice), abolition des réflexes ostéo-tendineux, crampes, amyotrophie importante (fonte des masses musculaires). L’examen retrouve aussi une altération de la sensibilité dans le même territoire : anesthésie thermo-algésique (le patient ne ressent plus le chaud et froid, ni la douleur), sensation subjective de brulures. Les troubles trophiques sont fréquents (escarres, mal perforant).
    -Syndrome sous lésionnel (dans les stades avancés) : avec syndrome pyramidal et syndrome cordonal postérieur. Le syndrome pyramidal entraine des troubles de la marche, une hyperréflexie des membres inférieurs, un signe de Babinski. Le syndrome cordonal postérieur entraine une altération de la sensibilité profonde, aussi dite proprioceptive (celle qui permet de savoir, même les yeux fermés, dans quelle position se trouvent les membres).
    -En cas de malformation d’Arnold-Chiari, on peut retrouver (par compression du bulbe et des amygdales cérébelleuses) un nystagmus, des douleurs de la face (par atteinte du Ve nerf crânien ou de son noyau), une atrophie de la langue (atteinte du noyau du XII), une paralysie vélo-palato-pharyngo-laryngée (par atteinte des noyaux du X et du XI).

Évolution
——===ooOoo===————===ooOoo===——

Elle est variable, mais le plus souvent très progressive, sur plusieurs années. Dans de rares cas, la maladie devient très invalidante en quelques mois en raison d’une croissance rapide de la cavité syringomyélique

Traitement
——===ooOoo===————===ooOoo===——

Le seul traitement connu et efficace est celui de la malformation d’Arnold-Chiari, lorsqu’elle est associée à la syringomyélie : traitement chirurgical avec laminectomie étendue et plastie du trou occipital. Cette opération permet de faire régresser le syndrome sous-lésionnel, mais ne peut malheureusement pas améliorer le syndrome lésionnel (la cavité est toujours présente).

——===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===——

SUR LE SITE DE «  » DOCTISSIMO «  »

simpliste au possible …..un exemple

Les causes sont nombreuses :

Syringomyélies primitives (sans cause connue) ;
    Syringomyélies associées à une malformation d’Arnold-Chiari.

ils donnent deux causes et une non connue ….alors on laisse tomber dès les premiers mots !!

http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa-1017-syringomyelie.htm

Syringomyélie
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Qu’est-ce que c’est ?

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——

La maladie est définie par l’existence d’une cavité à l’intérieur de la moelle épinière. Cette cavité peut être plus ou moins longue et contient du liquide céphalo-rachidien sous tension. La moelle cervicale est la plus touchée. La cavité peut néanmoins s’étendre dans le tronc cérébral au niveau du bulbe.

.

Causes et facteurs de risque
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Les causes sont nombreuses :

    Syringomyélies primitives (sans cause connue) ;
    Syringomyélies associées à une malformation d’Arnold-Chiari.

Le syndrome d’Arnold-Chiari est une malformation du cervelet dont une partie est en position cervicale car engagée au travers du trou occipital lui-même malformé. Parfois silencieuse, cette anomalie peut expliquer une hypertension intra-crânienne ou certains troubles neurologiques.

    Syringomyélies secondaires à une paraplégie traumatique ou une méningite ;
    Syringomyélies révélant une malformation vasculaire ou une tumeur de la moelle.

Les signes de la maladie
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

La maladie se développe vers 25 à 35 ans et évolue lentement.

Le début de l’affection passe souvent inaperçu.

Le tableau clinique complet comprend :

    Des troubles moteurs et sensitifs lésionnels au niveau correspondant à l’innervation des racines partant de la moelle en général cervicale ;
    Des troubles trophiques ;
    Un syndrome sous-lésionnel.

Les troubles moteurs comprennent une atteinte asymétrique des mains avec déficit moteur et amyotrophie (fonte musculaire) des petits muscles réalisant un aspect de main très particulier. Les réflexes ostéotendineux sont abolis aux membres supérieurs.

Les troubles sensitifs sont des dysesthésies, des douleurs qui sont fréquentes dans les formes algiques de la maladie.

Un symptôme très particulier est souvent noté : il s’agit d’une hypoesthésie puis d’une anesthésie thermo-analgésique suspendue : en d’autres termes, le trouble sensitif ne concerne que la sensibilité au chaud, au froid et à la douleur (piqûre). Par contre, le tact, la sensibilité profonde sont conservés, ce qui est expliqué par l’anatomie (les voies sensitives véhiculant les sensibilités thermiques et douloureuses croisent la ligne médiane à chaque étage alors que les fibres qui véhiculent le tact fin montent dans la moelle du côté de leur entrée et ne croisent la ligne médiane que dans le bulbe).

Le trouble sensitif lésionnel est suspendu, limité entre deux niveaux radiculaires.

Les brûlures anesthésiques sont typiques : le patient peut en effet se brûler en touchant les objets chauds sans ressentir de douleur. La sensation de toucher (tact) est conservée mais pas la sensation de douleur.

Les troubles trophiques sont nombreux, parfois révélateurs: arthropathies nerveuses touchant l’épaule, cyphoscoliose, aspect dit succulent des mains, panaris, maux perforants…

Le syndrome sous-lésionnel s’observe en dessous de la lésion médullaire : il se traduit par une discrète spasticité (raideur musculaire, hypertonie), une exagération des réflexes (ROT), une diminution progressive de la force des membres inférieurs (paraparésie spasmodique). Un signe de Babinski est possible.

Examens et analyses complémentaires
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Les radiographies du rachis cervical montrent parfois des images évocatrices. Une malformation de la charnière entre la colonne cervicale et la base du crâne est toujours recherchée.

La ponction lombaire est normale.

La tomodensitométrie et surtout l’imagerie par résonance magnétique permettent le diagnostic.

Evolution de la maladie
——===ooOoo===————===ooOoo===——

L’évolution est imprévisible. Une syringomyélie peut présenter des périodes de stabilité prolongée mais aussi des périodes d’évolutivité avec risques d’aggravation rapide (troubles de la déglutition).

L’invalidité reste très longtemps modérée.

.

Traitement
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Le traitement neurochirurgical s’impose dans les formes douloureuses, les formes évolutives et les formes associées à une malformation d’Arnold-Chiari.

-===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo=== 

VULGARIS  medical.com

je ne sais pas pourquoi «  » vulgaris «  »??? car il faut avoir un BAC plus au moins une dizaine en plus pour comprendre !! tu m’étonnes qu’il y en a qui sont plus savants que leur médecin!!! pffff

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/syringomyelie

Syringomyélie

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Définition
——===ooOoo===————===ooOoo===——

La syringomyélie est une maladie relativement rare, se caractérisant par la présence dans la moelle épinière (plus particulièrement dans le segment cervical, correspondant à peu près au cou) d’une cavité se formant progressivement dans la substance grise, et contenant un liquide pathologique (jaunâtre). Ceci aboutit à la destruction progressive des fibres nerveuses spécialisées dans la sensibilité de la peau au chaud, au froid et à la douleur.

Généralités
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

La syringomyélie est une maladie qui se caractérise par la présence, à l’intérieur de la moelle épinière, d’une cavité qui, généralement non présente à la naissance. La partie de la moelle épinière la plus souvent concernée est la moelle cervicale (correspondant au cou). Cette cavité a également pour caractéristique de descendre plus ou moins bas à l’intérieur de la moelle épinière de la colonne vertébrale dorsale.

Les lésions consécutives à la syringomyélie sont avant tout la destruction des fibres nerveuses qui transportent les sensations sensitives (pour les cornes postérieures de la moelle épinière avec perturbations de la sensibilité) et motrices  (pour les cornes antérieurs de la moelle épinière avec perturbations de la motricité).

Quand ce sont les cornes postérieures de la moelle épinière qui sont concernés le patient souffre d’anesthésie (disparition plus ou moins complète de la sensibilité superficielle ou profonde) plus ou moins importante à la température et à la douleur dans le territoire qui correspond aux fibres nerveuses concernées. Il peut s’agir du cou, des membres supérieurs ou de la partie supérieure du thorax.

Quand il s’agit des cornes antérieures de la moelle épinière, le patient va souffrir de perturbations de sa motricité avec apparition, selon les cas, d’une faiblesse, d’une atrophie musculaire (diminution du volume des muscles) ou d’une abolition des réflexes (tendineux).

.

.

Classification
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

.

La syringobulbie est une affection analogue à la syringomyélie. La syringomyélie est susceptible d’évoluer vers la syringobulbie correspondant à des complications au cours de laquelle la cavité malformative se localise au niveau du bulbe au lieu de la moelle épinière (comme dans la syringomyélie). Au cours de cette affection qui ne comporte pas de lésions des organes eux-mêmes (pharynx, larynx, muscles du visage, oreille interne, oeil etc.) se sont les nerfs crâniens qui sont concernés, entraînant des troubles concernant les fonctions de ces nerfs à savoir :

    Perturbation de la déglutition (le fait d’avaler).
    Paralysie facial.
    Perturbation de la phonation (le fait d’émettre des sons).
    Anesthésie dans le territoire du nerf trijumeau (un des nerfs du visage).
    Syndrome labyrinthique (intéressant l’oreille interne) et s’accompagnant de nystagmus. Le nystagmus sont des mouvements involontaires d’oscillation de faible amplitude et de rotation du globe oculaire.

L’évolution de cette affection est péjorative. En effet, il peut apparaître des perturbations de fonctionnement des centres nerveux situés dans le bulbe rachidien et permettant normalement (physiologiquement) la régulation de la respiration ce qui aboutit parfois à des syncopes et au décès du patient.

.

Physiopathologie
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

.

Les modifications ressenties par les patients c’est-à-dire les symptômes, sont le résultat d’une destruction du neurone périphérique en l’occurrence le neurone qui permet de transmettre les sensations provenant de la périphérie vers la moelle épinière, au niveau de la lésion. Les symptômes lésionnels intéressent les membres supérieurs et leurs racines.

 
Causes
——===ooOoo===————===ooOoo===——

On distingue 2 mécanismes dans la syringomyélie :

    La syringomyélie dite hydrodynamique, due à un problème de circulation du liquide céphalorachidien entre les ventricules cérébraux (cavités situées au centre du cerveau) et le canal de l’épendyme (chenal situé à l’intérieur de la moelle épinière). Ce type de syringomyélie est dû à  :
        Une malformation congénitale du système nerveux central (malformation d’Arnold Chiarri).
        Une méningite.
        Une tumeur.
        Un traumatisme.

    La syringomyélie dite non hydrodynamique, lors de laquelle une lésion traumatique entraîne la formation de la cavité.

.

Symptômes
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

.

Ils dépendent de la localisation de l’atteinte des fibres nerveuses.

    Incapacité du patient à ressentir la sensation de chaud ou de brûlure sur les mains.
    Sensation de douleurs des mains.
    Troubles de la marche.
    Troubles de l’élocution avec paralysie de la langue.
    Troubles de la déglutition (difficulté à avaler).
    Paresthésies (sensations de picotements, de fourmillements) au niveau du visage.
    Atrophie musculaire pouvant commencer par les muscles de la main et entraîner ce que l’on appelle la main de singe ou la main de prédicateur.
    Atrophie (« rétrécissement ») de la peau accompagnée de plaies (panaris de Morvan).
    Troubles des réflexes.

Les symptômes que l’on appelle sous lésionnels concernent les membres inférieurs. Ce sont des paraplégies  (paralysies plus ou moins intenses) spasmodiques (s’accompagnant de contraction à type de spasmes) avec réflexes accentués et signe Babinski. Ces symptômes sont la traduction d’une atteinte du neurone moteur de la voie pyramidale. La voie pyramidale est une voie nerveuse principale appartenant au système nerveux central (encéphale et moelle épinière). Elle est constituée d’un groupement de fibres nerveuses possédant un trajet commun, et destinées à transporter les messages moteurs volontaires (influx nerveux permettant d’obtenir un mouvement, contrairement aux messages destinés à la perception des sensations). Elle relie les cellules nerveuses de forme pyramidale contenues dans l’écorce cérébrale (substance grise du cerveau) à d’autres cellules nerveuses contenues dans la moelle épinière.

.

Consultation médecin
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Le patient atteint de syringomyelie présente, au début, une anesthésie thermoanalgésie c’est-à-dire qu’il ne ressent pas les différences de température et la douleur. Néanmoins il concerve la sensibilité tactile c’est-à-dire qu’il à la sensation de ce qu’il touche. La sensibilité profonde est également concervée. Il s’agit d’une dissociation qui est le résultat d’une lésion très spécifique de la moelle épinière que l’on appelle lésion paramédiane.

L’examen neurologique du patient met en évidence également une aréflexie tendineuse (abolition des réflexes).

Certains patients présentent des fibrillations, des fasciculation (petits mouvements musculaires à peine perceptibles par l’examinateur mais bien décrits par les patients eux-mêmes). Il s’agit d’une sorte de trémulations, de petit sautillements correspondant à de légères contractions désordonnées des muscles. Ils sont le résultat d’une dégénérescence nerveuse.

.

Examen médical
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Le diagnostic de syringomyélie repose sur l’imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) qui permet de visualiser la cavité et parfois la ou les malformations au niveau de la moelle épinière.

.

Evolution de la maladie
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

La stabilisation, au cours de la syringomyélie, survient parfois et spontanément, mais l’évolution est très lente.
L’évolution de cette affection neurologique est variable selon la cause. De façon générale le traitement n’est pas toujours efficient mais surtout variable selon les individus et, répétons-le, la cause de la survenue de la syringomyélie.

Complications de la maladie
——===ooOoo===————===ooOoo===——

La maladie de Morvan appelée également panaris de Morvan (en anglais Morvan’s diseas ou eanalgesic panaris) a été étudié en 1883. Cette affection est le résultat soit d’une syringomyélie soit de la lèpre.

Le panaris de Morvan ou panaris analgésique est une affection se caractérisant par des troubles neurologiques concernant les membres et essentiellement les doigts.

Au cours de cette affection le patient présente :

    Des parésies (terme différent de paralysie indiquant une paralysie légère consistant en une diminution des possibilités de contraction des muscles).
    Une anesthésie (le patient ne ressent pas les sensations quelles qu’elles soient).
    Des névralgies (douleurs dues à des modifications de la structure nerveuse des nerfs périphériques).
    Des perturbations trophiques (modification de la peau) se traduisant par l’apparition de panaris analgésique (perte de la sensation douloureuse) concernant les dernières phalanges. Le terme trophicité désigne l’ensemble des phénomènes conditionnant la nutrition et le développement d’un tissu ou d’un organe.

L’évolution de la maladie de Morvan se fait le plus souvent vers l’apparition d’une nécrose associée parfois à des mutilations.

.

Diagnostic différentiel
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

La syringomyélie ne doit pas être confondue avec :

    La sclérose en plaques.
    La maladie d’Aran-Duchenne avec atrophie musculaire progressive (au cours de laquelle il n’y a pas de trouble de la sensibilité).
    La tumeur médullaire (le diagnostic est posé grâce à la tomodensitométrie ou à la résonance magnétique nucléaire et éventuellement à la myélographie).
    L’hématomyélie généralement de nature traumatique. Cette affection peut également être suivie d’une syringomyélie.
    La sclérose subaiguë combinée de la moelle.

.

Traitement
——===ooOoo===————===ooOoo===——

.

Le traitement de la cause passe par l’utilisation de psychotropes (médicaments du système nerveux central comme les somnifères, les anxiolytiques, les neuroleptiques).
Le traitement chirurgical, quand cela est possible, permet la décompression grâce à la pose d’un cathéter. Cette indication est surtout le fait d’une syringomyélie évoluant et devenant handicapante.

    La syringomyélie liée à une hernie des amygdales cérébelleuses (partie du cervelet) est traitée par décompression de la fosse postérieure (partie arrière du contenu du crâne) le plus souvent après une craniectomie (ouverture du crâne) sous-occipitale (en passant en arrière du crâne) et une laminectomie cervicale supérieure (intervention sur les vertèbres cervicales de la partie supérieure du rachis cervical) associée à une greffe de dure-mère (une des trois méninges, membranes, entourant et protégeant le système nerveux central).
    Quand il existe un obstacle à l’écoulement en dehors du quatrième ventricule cérébral il faut rétablir le flux de liquide céphalo-rachidien. Ceci s’obtient en élargissant l’ouverture.
    Quand la cavité due à la syringomyélie est relativement vaste, certains neurochirurgiens préfèrent tenter d’établir une décompression directe de la cavité liquidienne. Cette technique est au centre d’une polémique. En effet, son bénéfice selon certains neurochirurgiens semble lié à une certaine morbidité (en quelque sorte aggravation de la maladie) relativement élevée.
    En présence de malformation de Budd-Chiari on pratique une dérivation de l’hydrocéphalie (excès de liquide contenu dans le crâne) qui doit, en théorie, précéder toute tentative de réduction de la cavité due à la syringomyélie. Le traitement chirurgical est susceptible, en théorie, d’empêcher l’aggravation des symptômes liés à la syringomyélie. Certains patients sont même susceptibles de s’améliorer après l’intervention neurochirurgicale.
    La syringomyélie, due à un traumatisme ou à une infection, nécessite une technique de décompression et de drainage en utilisant de petites dérivations positionnées entre la cavité syringomyélique et l’espace situé en dessous de l’arachnoïde (une des trois méninges, membrane de protection, de recouvrement du système nerveux central).
    La syringomyélie, due à une tumeur (au sens large du terme) située à l’intérieur de la moelle épinière, nécessite une intervention neurochirurgicale dont le but est de retirer celle-ci quand ce geste est bien entendu possible. La décompression de la cavité kystique entraîne quelquefois une amélioration qui ne dure pas toujours dans le temps et qui s’associe quelquefois à des récidives.

————===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===————

Syringomyélie

——===ooOoo===————===ooOoo===——

 Le Centre de Référence – Syringomyélie

.

.

SI… JE VOUS ASSURE IL EXISTE, MAIS POUR Y ALLER, MALGRÉ LE PLAN FOURNI… LA C.P.A.M.

NE VEUT PAS !!! C’EST BIEN PLUS SIMPLE …

UNE SEULE RÉFÉRENCE OFFICIELLE,  … ET ENCORE ILS REDIRIGENT VERS L’ASSOCIATION

APAISER, ET UNE LISTE EXISTE AVEC UN NEUROCHIRURGIEN RÉFÉRENT….

….ETC….

ET VOILA, JE T’AI MIS LES RÉFÉRENCES, DÉMERDE TOI  !!!!  

DE TOUTE FAÇON LA C.P.A.M. NE VOUS PREND PAS EN CHARGE CE N’EST PAS LE

NEUROCHIRURGIEN SPÉCIALISE  DANS CETTE MALADIE LE PLUS PROCHE DE VOTRE DOMICILE …

ILS EN ONT NOMME QUELQUES UNS, UN PAR CHU, ET ENCORE PAS TOUS,

ET TANT MIEUX POUR TOI SI TU TOMBES SUR LE BON !!!

COUP DE CHANCE JE SUIS TOMBE AU CHU DE CAEN SUR UNE JEUNE

NEUROCHIRURGIENNE DE QUALITÉ, MAIS

JE NE POURRAI JAMAIS LA REVOIR CAR GRÂCE A NOTRE EXCELLENT GOUVERNEMENT,

ELLE VA FAIRE CARRIÈRE A LOS ANGELES (USA)ET ELLE A RAISON  !!!! 

LA BAS ILS ONT LE DROIT DE RENTABILISER LEURS PLU DE 15 ANNÉES D’ÉTUDES !!!

LES DONNÉES

Centre de Référence Maladies Rares pour la prise en charge et le traitement des Syringomyélie de l’Adulte et de l’Enfant
CHU   94275-LE KREMLIN BICETRE 

http://www.syringomyelie.fr/spip.php?rubrique2

QUI NOUS DIT DE FACON FORT SYMPATHIQUE ….

« se référer à  l’association APAISER « 

——===ooOoo===————===ooOoo===——

ET POUR FINIR ……….UN COMMENTAIRE SUR UN

SITE A «  »BLA,BLA …etc… » »daté de 2008, mis avec les fautes ..(gratuit)

.

.

que j’ai jugé dans la bonne moyenne des sites de docteurs du net qui sont tous bien plus savants les uns que les autres et n’ont pas eu besoin de faire médecine pour ne pas casser 3 pattes à un canard !!!!

——===ooOoo===————===ooOoo===——

La syringomyelie est une maladie invalidante qui vient juste d’être reconnue par le Ministère de la santé et qui a un centre de référence dirigé par le Pr Parker à Kremlin bicêtre. Malgré cela nous avons de la difficulté à nous faire prendre en charge car beaucoup de professionnels ignorent les conséquences de cette maladie qui touche tous les âges même les bébés. La recherche est peu attentionnée à cette maladie car nous ne représentons pas un pourcentage suffisant pour trouver une solution à nos douleurs. Certains d’entre nous ont perdu leur travail, ont été délaissé par leur conjoint. Les douleurs provoquées par cette maladie sont atroces et certains ont dû mal à vivre avec. En ce qui me concerne je suis atteinte de cette maladie du fait d’une malformation de chiari. J’ai ét opéré et l’opération n’a pas réussi et je suis insensible au chaud et au froid, j’ai des syndromes suspendus extremement douloureux, aténués par le centre anti douleur qui m’a prise en charge il y a 2 mois. Il y a des gestes quotidiens que je ne peut plus faire et nous ne pouvons avoir d’aide puisque nous ne sommes pas grabataire. Il y a en a qui sont en fauteuil roulant. Moi je n’ai qu’une main gauche atrophiée qui se crispe douloureusement l’hiver. Le neurochirurgien très ennuyé m’a dit qu’on ne pouvait rien pour moi et comme il ne connaisse pas l’évolution je peut me réveiller un matin tétraplégique. C’est dur de vivre avec cet avenir limité. Ces derniers jours sur internet j’ai trouvé une clnique à Barcelone (Institut Neurologique de Barelone Dr Royo)qui fait un geste opéatoire simple et d’après ces commentaires stoppe la maladie. Les Neurochirurgiens Français ne croient pas à cette solution car il n’y a pas assez de recul.   Je suis desespérée heureusement que nous avonsAPAISER une association reconnue d’utilité publique qui nous soutient, et qui nous aide. Qu’en pensez vous ? Pourrait -on faire connaître cette maladie afin que les généralistes et les neurologues soient à même de nous comprendre?
Cordialement…

——===ooOoo===————===ooOoo===——

——===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===————===ooOoo===——

Publicités

Apparence …. Les GROS ont aussi une Histoire

Apparence….

Les GROS ont aussi une Histoire

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Obélix, image tirée de l'album Astérix de Goscinny et Uderzo (DR)

L’obésité serait devenue une maladie et même une épidémie

qui menace l’humanité ! Qui l’eut cru il y a trois ou quatre

décennies, quand le monde vivait encore dans la hantise de la famine ?

L’embonpoint n’a pas toujours eu mauvaise presse au cours de l’Histoire.

Il lui est même arrivé d’être apprécié, avec des nuances toutefois selon

qu’il concerne les hommes ou les femmes.

C’est ce que nous vous proposons de découvrir par le texte et l’image…

——===ooOoo===————===ooOoo===——

L’Antiquité ne se soucie pas de l’embonpoint

Ô surprise, ce sont des femmes obèses qui inaugurent l’Histoire.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

La Vénus de Willendorf (Vienne, Autriche), 22000 à 25000 av. J.-C.)Les premiers témoignages que nous possédons des sociétés humaines concernent en effet les «Vénu du Paléolithique supérieur, statuettes féminines aux fesses protubérantes (elles sont appelées en termes savants «Vénus stéatopyges», du grec ancien «stéatos», graisse, et«pygê», fesse).

L’une des plus célèbres est la Vénus de Willendorf (Autriche), vieille d’environ vingt-cinq mille ans.

Gardons-nous de faire parler ces statuettes plus que de raison… On peut supposer qu’en ces temps très anciens, les humains avaient besoin d’une épaisse enveloppe de graisse pour supporter un climat beaucoup plus froid qu’aujourd’hui.

On peut aussi supposer que ces Vénus n’expriment pas la norme sociale mais la vision qu’avaient les hommes du Paléolithique de la Déesse Mère et de la fécondité.

Peut-être le cinéaste italien Federico Fellini avait-il une pensée pour elles quand il introduisait dans ses films des matrones opulentes et généreuses (à tous points de vue)?

Faisons un grand bond en avant. Nous voici sur les bords de la Méditerranée, sous la férule de Rome, au début de notre ère.

De femmes obèses, point, quoiqu’en pensent les cinéastes Fellini et consorts. Mais voilà le cortège de Bacchus (Dionysos en grec), dans lequel figure le satyre Silène, père adoptif du dieu, reconnaissable entre tous à sa joviale ivresse et à son ventre bedonnant (obésité androïde).

Faut-il en déduire que l’obésité chez les mâles romains est associée à la puissance, voire la démesure? Quelques bustes tardifs de notables et empereurs romains pourraient le donner à penser. Mais en l’absence de témoignages précis, gardons-nous de conclure. Nous pouvons seulement constater que la question du poids ne se pose pas chez les Romains.

Silène (maison de Silène, mosaïque, el-Jem, Tunisie, IIIe siècle)

——===ooOoo===————===ooOoo===——

L’obésité et la guerre

Glissons sur le haut Moyen Âge. L’époque féodale, à partir des Carolingiens (Charlemagne et ses descendants), met en lumière trois catégories de populations : la paysannerie, le clergé et les guerriers.

On peut penser que les paysans n’ont pas de problème d’obésité avec une nourriture à base de choux, légumineuses, fèves, châtaignes… Peu de viande et de poisson ; pas de sucre.

Les curés de paroisse ne sont guère mieux nourris que leurs ouailles. Quant aux moines, nombreux en ce temps, ils bénéficient dans les grandes occasions de quelques agréables compléments (salaisons et poisson fumé, vin) ainsi que de pain. Ils sont assurés d’un approvisionnement plus régulier.

La sédentarité et les travaux d’écriture leur valent de prendre facilement de l’embonpoint. D’où une réputation, parfois méritée, de personnages jouisseurs et hédonistes, portés sur la bonne chère… et la chair tendre.

Les guerriers, seigneurs et souverains, qui tiennent le territoire à la pointe de leur épée, bénéficient, cela va sans dire, des meilleurs mets : gibier, pigeons, vins etc. Grossissent-ils pour autant? Rien n’est moins sûr. Les exercices physiques, la chasse, les tournois et la guerre les en empêchent…

Mais les excès de table et les excès d’exercices leur sont souvent fatals. Le flamboyant Gaston Fébus, comte de Foix, meurt ainsi d’apoplexie à soixante ans, en 1391, au retour d’une chasse à l’ours.

Les chroniques font aussi état de quelques personnages dont la forte corpulence a dégénéré en obésité, avec des conséquences handicapantes.

C’est le cas du très illustre Guillaume le Conquérant, qui connaît une fin de vie douloureuse, privé de sa chère Mathilde et en butte à l’hostilité de ses fils. Il meurt à soixante ans, des suites d’une glissade de son cheval, sur le chemin de la guerre.

Son contemporain et rival, le roi de France Philippe 1er, connaît une situation bien plus humiliante. Ayant répudié sa première épouse, Berthe de Hollande, après vingt ans de mariage, il se remarie au grand scandale du clergé et de l’opinion. Menant une vie dissolue, il devient obèse au point de ne plus même pouvoir monter à cheval.

Quand il meurt à 56 ans, en 1108, son fils et successeur Louis VI hérite de sa propension à l’obésité au point de rester pour la postérité Louis le Gros. Mais il se montre excellent administrateur et grand batailleur, même si à la fin de sa vie, comme son père, il est incapable de monter à cheval et combattre.

Il faut sauter quatre siècles et traverser la Manche pour rencontrer une situation semblable avec le roi d’Angleterre Henri VIII. Tôt atteint par l’obésité, il ne ressemble en rien à l’éphèbe qui joue son rôle dans le feuilleton anglais Les Tudors. Dans les dernières années de sa vie, le roi aux six épouses doit être hissé dans les étages de son palais par un monte-charge. Ses portraits officiels témoignent cependant d’une forte autorité naturelle.

À défaut d’autorité naturelle, le roi de France Louis XVI ne manque pas de prestance, avec une taille de près de deux mètres et une forte corpulence musculaire. Cela ne le préserve pas d’une triste fin. Son contemporain le feld-maréchal russe Mikhaïl Koutouzov est mieux servi par la chance. Ce courtisan obèse, qui doit diriger les batailles en position assise, arrive grâce à son entregent à s’attribuer le mérite de la victoire sur Napoléon.

Winston Churchill (1874-1965)Ces exemples malheureux n’entament pas l’idée que l’on peut être gros et batailleur. Le meilleur exemple est, près de nous, Winston Churchill.

Jeune aristocrate au visage poupin, il fait preuve de témérité et d’audace dans les guerres coloniales tout comme dans les batailles électorales.

L’âge, l’embonpoint, les cigares et le whisky ne modèrent en rien son énergie. Quand, à 66 ans, le 10 mai 1940, il est appelé à diriger la lutte contre l’Allemagne nazie, c’est une force de la nature que découvrent ses compatriotes ; l’exact contraire de l’ascétique Hitler, 50 ans, buveur d’eau et végétarien. Cette prestance physique d’ours mal léché a sans doute contribué à la victoire sur le Mal.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Les méfaits du sucre

Nos ancêtres du Moyen Âge n’avaient guère d’occasion de prendre du poids même si, après l’An Mil, le perfectionnement des techniques agricoles, l’urbanisation et l’avènement d’une classe bourgeoise entraînent une très nette amélioration de l’alimentation.

Tout change au XVIe siècle à cause de… Christophe Colomb. Ayant posé le pied en Amérique, les Européens voient l’opportunité de produire désormais eux-mêmes le sucre dont raffolent les riches bourgeois. Ils transportent dans le Nouveau Monde les grandes plantations esclavagistes mises au point par les musulmans du sud de la Méditerranée.

Comme prévu, le sucre, plus abondant, devient d’un prix plus abordable. Sa consommation se diffuse dans la bourgeoisie et l’aristocratie, avec une conséquence prévisible : le développement de l’obésité.

Contre cette obésité, les femmes luttent en corsetant la poitrine et l’abdomen. On utilise pour cela les fanons des baleines. La vogue des corsets à «baleines» contribue du coup à intensifier la chasse aux cétacés. C’est, avec la traite négrière atlantique, l’une des conséquences de notre innocent attrait pour le sucre. Petite cause, graves conséquences.

Si les femmes se corsètent, les hommes, eux, souffrent plus classiquement de la goutte et l’hydropisie. Ces maladies liées à l’obésité et aux excès alimentaires atteignent les hommes mûrs de l’aristocratie du XVIIe et du XVIIIe siècles.

L’obésité devient un sujet de préoccupation tant pour les hommes que pour les femmes. Les médecins l’associent au tempérament flegmatique (paresse) et voient à l’opposé dans l’extrême maigreur un symptôme de mélancolie (dépression).

On commence à se soucier de régime alimentaire. Les premiers restaurants, qui apparaissent à Paris vers 1766, affichent clairement leur vocation diététique. On y sert des eaux minérales et des bouillons de viande dégraissée.

Mme de Sévigné, par Robert Nanteuil (Paris, musée Carnavalet)Au XVIIe siècle, Madame de Sévigné, dont les portraits révèlent les formes rondes, craint de ne plus pouvoir entrer dans ses vêtements et redoute de devenir une «grosse crevée».

Au siècle suivant, l’avocat Élie de Beaumont s’afflige dans ses mémoires de son obésité qui va de pair avec la mésestime de soi et l’impuissance sexuelle.

Plus près de nous, le journaliste Henri Béraud reçoit le prix Goncourt en 1922 avec Le martyre de l’obèse, un roman en partie autobiographique, qui exprime sa honte d’être réduit à un «bon gros» après avoir combattu dans les tranchées. Il est en 1944 condamné à mort pour faits de collaboration et in fine gracié par le général de Gaulle.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Embonpoint et pouvoir

Retable de la vierge au buisson ardent (détail: René 1er d'Anjou), cathédrale d'Aix-en-ProvenceDevenu un mal caractéristique des classes supérieures, l’embonpoint est, dès la fin du Moyen Âge, associé à l’image de l’autorité et du pouvoir. Au XIIIe siècle, l’oligarchie marchande, à Florence, est qualifiée de «popolo grasso» («les gras») par le petit peuple maigre qu’elle domine et oppresse.

René d’Anjou, beau-frère du roi de France Charles VII, se fait représenter à la fin de sa vie aux côtés de son épouse sans rien cacher de ses bourrelets. Autre portrait célèbre de la même époque, celui du chancelier Jouvenel des Ursins révèle là aussi un homme mûr et très corpulent, le genre de personne qu’il convient de ne pas contrarier.

Sautons les siècles et passons la Révolution. Nous arrivons à l’époque de Louis-Philippe 1er. En France comme dans le reste de l’Europe, la bourgeoisie d’affaires a pris le pouvoir. Cette bourgeoisie affiche son dédain des valeurs aristocratiques de l’Ancien Régime. Fi de la chasse, de la guerre et des exercices physiques. Seul compte à ses yeux le travail de bureau, obstiné et ingrat. L’embonpoint devient sa marque de fabrique.

Le romancier Honoré de Balzac, lui-même très enveloppé, dresse le portrait sans complaisance de cette bourgeoisie louis-philipparde. Le peintre Jean-Dominique Ingres en dresse le portrait tout court avec son étonnant Monsieur Bertin (1832).

Ce portrait de l’imprimeur et directeur du Journal des Débats montre un homme de 66 ans, considérable dans tous les sens du terme : autoritaire, brutal, solide… et très nettement en surpoids (le surpoids est un stade intermédiaire entre le poids «normal»et l’obésité).

Portrait de Monsieur Bertin (Jean-Auguste-Dominique Ingres, 1832, Louvre-Lens)

Les femmes de pouvoir en imposent également, de Catherine de Médicis et Marie de Médicis, régentes de France aux XVIe et XVIIe siècles, à l’impératrice Marie-Thérèse de Habsbourg et à la tsarine Catherine de Russie, au XVIIIe siècle. Toutes accèdent au pouvoir suprême à l’âge mûr.

Leurs portraits montrent des femmes très enrobées. Il est vrai qu’à l’exception de Catherine II, elles ont connu de très nombreuses grossesses et gagné à chaque fois quelques kilos supplémentaires. L’embonpoint ne les contrarie en rien dans l’exercice de l’autorité. Il ne les aide pas davantage.

La reine Victoria, au XIXe siècle, se classe à part. Petite et ronde, elle affiche dans ses jeunes années un certain charme que les grossesses, les tracas et les deuils ont vite fait de transformer en surpoids. Devenue veuve, elle ne s’habille plus qu’en noir, ce qui atténue son tour de taille et lui donne l’air respectable d’une grand-mère.

Rondeurs érotiques

Jusqu’au début du XXe siècle, les femmes du monde usent d’artifices vestimentaires de plus en plus contraignants pour dissimuler leurs excès pondéraux (corsets rigides, robes à crinoline).

Elles procèdent ainsi dans la crainte de déplaire mais c’est au détriment de leur confort et de leur liberté gestuelle. Inutile de dire qu’une dame en corset et robe à cerceaux est mal partie pour exercer une profession active.

Andromeda (Pierre-Paul Rubens, Gemaldegalerie, Berlin)

Les hommes leur en sont-ils reconnaissants? Dans Les vies des dames galantes, Brantôme raconte avec beaucoup de verve la vie amoureuse à la cour des derniers Valois. Ses propos illustrent l’ambivalence du regard masculin. Les canons de la beauté, de son point de vue, passent par la finesse de la taille. Mais quand il évoque les femmes qu’il a aimées, c’est à leurs rondeurs qu’il s’attache. Ainsi dissocie-t-il la beauté formelle du désir sexuel.

Les artistes contemporains, tels Véronèse, Titien ou les élèves du Primatice, apprécient tout autant les formes non pas obèses mais pulpeuses. Leurs modèles féminins ne seraient sans doute pas aujourd’hui acceptés par les agences de photos de mode… Un demi-siècle plus tard, Rubens, le grand peintre du baroque, témoigne d’une étrange attirance pour les débordements de la chair, bourrelets, menton, seins, fesses… dans ses évocations mythologiques. Quand il réalise le portrait de sa jeune femme Hélène Fourment, il se montre toutefois plus mesuré et réaliste, sans cacher sa tendresse pour ses rondeurs flamandes.

Un siècle plus tard, François Boucher, peintre de la gaudriole, témoigne sans retenue de son appétence pour les jeunes femmes bien en chair, appétence dont il n’a pas l’exclusivité. On peut le voir dans le portrait de Mlle O’Murphy, 17 ans, qui fut sa maîtresse et celle du roi Louis XV. À l’orée du XXe siècle, Auguste Renoir montre le même attachement pour les femmes aux formes pulpeuses, à commencer par la sienne.

Rien de tel e nos jours, à notre connaissance. Quand Botero sculpte ses personnages difformes, difficile d’y voir une quelconque empathie, encore moins une attirance sexuelle.

La tyrannie de l’hygiénisme

L’embonpoint et plus encore l’obésité connaissent un début de stigmatisation au milieu du XIXe siècle.

Le Second Empire réhabilite les valeurs aristocratiques. Les guerres coloniales remettent au goût du jour les hommes d’action, officiers de marine et aventuriers au profil émacié, tel le beau Savorgnan de Brazza.

Enfin, l’hygiénisme et le culte du surhomme, à la fin du XIXe siècle, exaltent la figure de l’athlète et homme du monde, aussi à l’aise dans les salles d’escrime que dans les salons. Ce mouvement est porté par le baron Pierre de Coubertin, qui restaure les Jeux Olympiques pour le seul profit de l’élite d’amateurs éclairés à laquelle il appartient.

L’émancipation féminine conduit aussi les femmes à cultiver la minceur. Avec la pratique de la bicyclette, très en vogue à la veille de la Première Guerre mondiale, elles acquièrent le droit de porter même des pantalons.

Dans les «Années folles» s’impose la femme libérée, du moins dans les classes supérieures. En 1922, tandis que le prix Goncourt récompense l’obèse Henri Béraud, Victor Margueritte fait scandale avec le roman La garçonne, archétype de ce nouveau modèle féminin, à la silhouette longiligne et sans rondeurs apparentes.

L’obésité devient dès lors vulgaire. Par un total renversement historique, elle devient le lot des classes populaires, jugées incapables de se maîtriser et se bien nourrir. Ainsi que le souligne l’historien Georges Vigarello (Les métamorphoses du gras, Seuil, 2010), on entre dans une nouvelle tyrannie pire que la tyrannie vestimentaire : la tyrannie mentale. Si l’on est gros, c’est qu’on le veut bien ou qu’on ne fait rien pour l’éviter.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Christophe de Margerie (1951)

Certaines personnalités échappent à la stigmatisation.

Churchill n’en est pas affecté. Plus près de nous, quelques rares patrons allient rondeur et compétence. Au premier rang de ceux-ci, Christophe de Margerie (62 ans), Pdg de Total, l’une des plus grandes entreprises du monde.

Un mouvement d’opinion encore timide prend naissance en Occident afin de rendre estime de soi et dignité aux personnes obèses ou en surpoids. Bagdad Café, un film de Percy Adlon (1987), fait figure de précurseur en montrant avec tendresse l’histoire d’amour entre une femme forte et un vieux cow-boy.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Menace sur la planète

Tout cela serait réconfortant si nous n’étions désormais menacés par une obésité inédite, produite par des nourritures industrielles frelatées dont on met à jour peu à peu les méfaits (vache folle, fromage à la légionellose, viandes aux hormones, saumon aux pesticides, «junk food» surdosée en sucre etc).

Les conséquences de cette aliénation se lisent dans la phénoménale croissance du taux de personnes en surpoids et obèses dans les pays développés comme dans les pays émergents (près d’un dixième de la population mondiale est d’ores et déjà considérée obèse). Plus grave que tout est le développement de l’obésité chez les enfants de moins de cinq ans, dont on sait qu’ils auront le plus grand mal, à l’âge adulte, à retrouver leur équilibre.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Bibliographie

——===ooOoo===————===ooOoo===——

Les métamorphoses du gras, histoire de l'obésité (Georges Vigarello, Seuil, 2010)

L’obésité est un sujet délaissé par les historiens.

La principale synthèse que nous connaissons sur le sujet est l’essai de Georges Vigarello : Les métamorphoses du gras, Histoire de l’obésité (Seuil, 2010).

L’auteur analyse avec beaucoup de perspicacité l’évolution de l’obésité dans les mentalités occidentales depuis le Moyen Âge. Il montre le passage de la prise de conscience à la stigmatisation.

——===ooOoo===————===ooOoo===——

sources :
hérodote.net
André Larané
Ma pom’
le net

Quelques mots sur Saint François d’Assise, mon ami depuis toujours

 

Quelques mots sur Saint François d’Assise, mon ami depuis toujours, celui grâce à qui j’ai passé diverses épreuves de ma vie…..
 
en premier lieu une petite histoire de St François, Ste Claire et des ordres Franciscains et des Clarisses … et par la suite je reviendrai régulièrement vous donner des nouvelles de ce couple exceptionnel de l’Histoire religieuse !!!
.
English: Saint-François-d'Assise's church, in ...

English: Saint-François-d’Assise’s church, in Paris (Paris XIX, France) Français : Église Saint-François-d’Assise, à Paris (Paris 19è, France) (Photo credit: Wikipedia)

 
.——===ooOoo===————===ooOoo===——
Biographie de François d’Assise et Claire d’Assise
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
Sa jeunesse et conversion
——===ooOoo===——
.

François (baptisé Jean) est né en 1181 ou 1182 dans la ville italienne d’Assise. Son père, un négociants d’étoffes précieuses nommé Pierre Bardonne, a sans doute donné ce prénom à son premier né à cause des rapports commerciaux étroits qu’il entretient avec la France. Il mène une jeunesse facile et heureuse auprès de sa famille et des ses amis. Il est le chef de la jeunesse dorée d’Assise. Il découvre l’amour courtois et la vie de troubadour. Son désir de devenir chevalier le poussera à participer à la guerre contre Pérouse, mais il sera fait prisonnier et restera en captivité pendant un an. Après une convalescence à Assise, il repart pour le front mais fera en chemin une rencontre marquante.
« Issu du monde des communes, il en partage l’idéal de liberté et d’association. […] Mais bientôt il découvre l’envers de la société nouvelle: la domination de l’argent, avec ses conflits et ses détresse. » Sur le chemin de Spolète, il rencontre un chevalier pauvre. Ne pouvant supporter d’éclabousser de ses richesses la véritable noblesse, François lui donne son équipement et rentre à Assise. Dès lors son attitude, déjà quelque peu changée par sa longue maladie, sera de plus en plus différente avec celle de sa jeunesse. Il cherche dans la méditation la présence de Dieu. Sa soif grandissante l’amène à s’occuper des lépreux. Il dit dans son testament:
Quand j’étais encore dans les péchés, la vue des lépreux m’était insupportable, mais le Seigneur lui-même me conduisit parmi eux et je les soignai avec compassion. Et quand je les quittai, ce qui m’avait semblé amer s’était changer pour moi en douceur, pour l’esprit et pour le corps.
.
——===ooOoo===——
.
Le début de sa vie de pauvreté
.
——===ooOoo===——
English: Saint-François-d'Assise's church, in ...

Église Saint-François-d’Assise, à Paris (Paris 19è, France) (Photo credit: Wikipedia)

 
Quittant sa famille, il se fit ermite. Un jour qu’il méditait à la campagne, il s’arrête pour prier dans l’église presque en ruine de Saint Damien. C’est alors que le crucifix devant lequel il est agenouillé lui parle et lui dit: « François, va et répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruine ». Prenant cette directive au sens littérale, François se met à restaurer les petites églises périphériques d’Assise. Pour ce faire, il vend à Foligno des étoffes prises à la boutique de son père pour offrir l’argent au prêtre de l’Église de Saint Damien, qui par crainte le refuse. À cause de ses origines, sa conduite fit scandale et son père, dans sa fureur, le traîne en justice devant l’évêque. C’est alors que François, accomplissant un geste hautement significatif pour lui et pour l’assemblée, se met à nu et donnant ses vêtements à son père, il dit: « Désormais, c’est en toute liberté que je pourrai dire: « Notre Père qui êtes aux cieux! » Pierre Bernardone n’est plus mon père, et je lui rends non seulement son argent que voici mais encore tous mes vêtements. » [Les mots changent selon les traductions mais le sens demeure le même.]
À partir de ce moment, François se fait maçon et rénove les églises et chapelles des environs d’Assise pendant trois ans. Il mendie pour se nourrir et couche dans les lieux qu’il restaure. Il reconstruit Saint Damien, Saint-Pierre et la Portioncule. C’est à celle-ci que François connaîtra un autre tournant de sa vie. Alors qu’il assiste à la messe, « il entendit lire l’évangile de l’envoi des disciples en mission » . Il découvre à ce moment ce que le Christ attend de lui et comprend le vrai sens des paroles de l’épisode du crucifix de Saint Damien. Il sait maintenant qu’il doit reconstruire l’Église en prêchant l’évangile et la paix. C’est donc en février 1208 que commence sa prédication itinérante.

.
——===ooOoo===——
.
La création de l’Ordre et la première règle; croissance de l’ordre
.
——===ooOoo===——
.
En avril suivant, ses premiers compagnons, vendant leurs richesses et les distribuant aux pauvres, se joignent à lui: il y a Bernard de Quintavalle, Pierre de Catane, Egide, Gilles, etc., portant ainsi le nombre de fils de François à six, et qui augmentera à sept, puis à douze. François ressent alors le besoin d’écrire une règle pour l’Ordre naissant et de la faire approuver par le pape.
Cette première règle est toute simple. Elle dit simplement de vivre selon l’Évangile. Cela implique une mobilité apostolique, de la même manière que les apôtres du Christ ont répandu la Bonne Nouvelle. Cette même mobilité les empêche d’exploiter un domaine comme le font les ordres monastiques; ils sont dès lors vouer à une pauvreté pascale, deuxième principe de la règle. L’absence de richesse met les premiers Franciscains sur un pied d’égalité: ils sont frères et forment une fraternité. Non seulement il n’y a pas de hiérarchie entre eux, mais ils se veulent les plus humbles de la sociétés; ils se font appelés les « Frères mineurs ». Enfin, le dernier principe de la règle est la soumission à l’Église.
François se rend à Rome en 1209 avec ses compagnons où le pape Innocent III, après réflexion, approuve l’Ordre des Frères mineurs et leur règle. Mieux encore, il leur permet de pratiquer la tonsure, ce qui les fait clercs et les soustrait de l’autorité des laïcs pour les placer sous la seule juridiction de l’Église.
François et ses compagnons reviennent à Assise et s’installent à côté de la ville, à la Portioncule. Dès ce moment, l’expansion de la fraternité franciscaine sera très rapide. Beaucoup d’hommes vinrent les rejoindre dans leur petite communauté, qui s’agrandit rapidement. « Le recrutement, sauf exception, se faisait parmi les gens simples, car François n’exigeait pas de ses frères les qualités intellectuelles et la formation réclamées chez les dominicains. » Des gens de toutes conditions furent admis: les clercs comme les laïcs, les célibataires et les gens mariés. En 1212 arriva pour la première fois une femme, Claire d’Assise.

.
-—===ooOoo===——

La fonda
tion de la branche féminine de l’Ordre
.
——===ooOoo===——
English: Saint-François-d'Assise's church, in ...

Église Saint-François-d’Assise, à Paris (Paris 19è, France) (Photo credit: Wikipedia)

.
.
Claire Favarone, jeune fille de petite noblesse d’Assise, entend parler de François et cherche à le rencontrer à partir de ses 16 ans, soit vers 1210. L’attachement que se portent mutuellement François et Claire décide celle-ci à entrer en religion. La nuit des Rameaux de l’an 1212, elle se consacre définitivement à Dieu dans la chapelle de la Portioncule. François lui coupe les cheveux puis elle reçoit sa vêture de religieuse. Elle s’installe à Saint Damien et fonde l’ordre des Pauvres Dames devenu les Clarisses. La première novice de Claire sera sa propre soeur. Puis de nombreuses femmes se joignent à elles. Mais toujours est-il qu’elles n’ont pas de règle précise. Quoiqu’il en soit, François eut raison de séparer les hommes et les femmes. En effet, chez les vaudois, cette distinction ne se dit pas. « Des abus en avaient été la conséquence. »
Le succès de cette branche féminine sera aussi considérable que le premier ordre. Cependant, les Clarisses n’avaient de règle officielle, bien qu’elles suivait celle que Claire leur prescrivait, c’est-à-dire vivre selon l’évangile. La règle officielle n’arriva qu’en 1253. La seule différence avec la règle des frères est qu’elle ne permettait pas l’apostolat mobile. C’est ainsi que le deuxième ordre franciscain devint officiel.

.——===ooOoo===——
.
L’ordre franciscain s’étend de par le monde
.
——===ooOoo===——
.

En 1212, François essaie de gagner en vain l’Islam une première fois en passant par la mer, mais il est rejeté sur le rivage. Il effectue une deuxième tentative par le Maroc, mais il tombe malade et ne peut aller plus loin. Il retourne alors à la Portioncule.
Les Fraternités se développent de plus en plus en Italie et le nombre de frères croît sans cesse. Le contact avec son fondateur et l’unité qu’il inspirait devient plus difficile.
En 1215, François se rend au VIe Concile de Latran. Il y rencontre sans doute saint Dominique. Du concile ressort la décision d’interdire la fondation d’ordres religieux nouveaux. Cela pose problème pour les Pauvres Dames, qui, bien qu’étant une extension de l’ordre franciscain, ne sont pas encore reconnues officiellement.
En 1217, à la Pentecôte, il se tient un chapitre général dans les champs qui entourent la Portioncule. Les multiples fraternités contiennent alors plusieurs milliers de « frères mineurs ». L’envoi de ceux-ci en Europe, afin de répandre l’ordre, est décidé. François doit partir en France, mais le cardinal Hugolin d’Ostie, rencontré à Florence, l’en empêche.
.
——===ooOoo===——
.
Le désordre de la Fraternité; la deuxième règle
.
——===ooOoo===——
.

Après le chapitre de la Pentecôte à la Portioncule en 1220, François part pour l’Égypte, confiant l’Ordre à deux vicaires, frère Mathieu et frère Grégoire de Naples. Il essaie d’y rencontrer le sultan pour le convertir, ce qu’il ne réussira pas, malgré l’entrevue courtoise qu’il a obtenu.
Malheureusement, « l’absence prolongé de François jeta l’Ordre dans un grand vide, encore aggravé par le manque total de nouvelles. » Deux tendances apparaissent: l’une va vers une nouvelle règle s’inspirant des anciens Ordres monastiques, l’autre conserve l’idéologie première. Une rupture est à craindre. Un frère rejoint François en Syrie, où il visite les Lieux Saints, et lui apprend les problèmes de l’Ordre. Il revient revient en catastrophe et se rend chez le pape Honorius III, lui demandant son aide, celui-ci lui accorde en la personne du cardinal Hugolin, un ami de François. Il le convainc alors que la règle est trop simple et que c’est cette même simplicité qui menace l’ordre. Il faillait également gouverner l’Ordre, ce qu’il ne peut se résoudre à faire personnellement, aussi donne-t-il sa démission et laisse la place à Elie Bombarone, qui devient alors vicaire général de l’ordre.
Reste le problème de la règle. François, aidé par plusieurs frère, écrit en 1221 une admirable règle que le Pape et les responsables de l’ordre rejettent. Elle est trop longue, trop dure, trop lyrique. Il retourne alors dans la solitude et rédige en 1223 une deuxième règle plus courte, plus précise qui est finalement adoptée.

.
——===ooOoo===——
.
Ses dernières années
.
——===ooOoo===——
.
Français : Vitrail représentant Saint François...

Français : Vitrail représentant Saint François d’Assise, dans l’église abbatiale Saint-Michel à Saint-Mihiel. (Photo credit: Wikipedia)


La transformation de son ordre attristait François au plus haut point. « La constitution d’un grand ordre à ses yeux à terme la tentation de posséder. Il ressentait cruellement chaque changement de son idéal primitif, chaque aménagement avec l’absolu. » Il se retira alors dans la solitude de la méditation avec quelques amis fidèles en ermitage de montagne. De plus en plus il cherchait la solitude pour cacher et oublier sa profonde tristesse. Soeur Claire l’aide à supporter cette amertume.
En décembre 1223, François fête Noël à Greccio d’une manière toute originale, c’est-à-dire en recréant la crèche de la Nativité. « Cette nuit-là, la Chrétienté retrouvait des yeux d’enfant. »
Au mois d’août 1224, François se retire pour méditer et jeûner sur le mont Alverne, qu’a mis à sa disposition le compte Roland de Chiusi, avec quelques frères. Un matin de méditation lui apparaît un séraphin au corps d’homme crucifié. C’est alors que le miracle se produit: les stigmates du Christ s’imprègne dans sa chair. Lorsqu’il retourne en société, la nouvelle du miracle se répand rapidement, malgré le fait qu’il essaie de cacher les marques. À dos d’âne, il reprend une tournée de prédication Mais bientôt une maladie d’yeux, l’ophtalmie, et ses saintes blessures l’empêche de continuer et il rentre, très malade, à la Portioncule.
Il se réfugie en 1225 à Saint Damien auprès de Claire, dans le jardin, où il compose le Cantique du Soleil. « Ce chant est considéré, à juste titre, comme le joyau le plus ancien et le plus précieux de la poésie italienne naissante. »
Pendant l’été 1225, Hugolin, qui est à Rietti avec le Pape, le fait venir pour qu’il se soigne. En 1226 François va à Sienne, où il rédige son testament. Il passe l’été à Bagnana et son état empirant, on le ramène à Assise. Il revient à la Portioncule où il meurt le 3 octobre. Son corps, après être passé à Saint Damien pour que Claire puisse le voir une dernière fois, est inhumé à l’Église de Saint-Georges devenue Sainte Claire.
En 1227, Hugolin est élu Pape et devient Grégoire IX. Il canonise son ami François en juillet 1228 à Assise.
.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
Le Christ et la Vierge apparaissant à saint Fr...

Le Christ et la Vierge apparaissant à saint François d’Assise, H/t, 48×32 cm, Louvre, Paris (Photo credit: Wikipedia)

——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
Si vous voulez voir la crypte de Saint-François , mode d’emploi ci-dessous ….
.
——===ooOoo===——
.
http:www//.sanfrancescopatronoditalia.it/webcam_tomba_san_francesco.php
.
LA CRYPTE DE SAINT-FRANÇOIS
La crypte de Saint-François
En ce moment vous êtes au cœur des Franciscains, sur le tombeau de saint François
.
Envoyer votre prière au tombeau de saint François
à l’adresse e-mail latuapreghiera@sanfrancesco.org
Les frères de la Sacro Convento confier le Saint Patron de l’Italie
.
——===ooOoo===——
.
Patrick
sources : divers sites du net et wikipédia

Interdit d’écrire des SMS en … marchant … !!!

——===ooOoo===——
.

interdit d’écrire des SMS en…
.
……… marchant …………!!!!!

si, si !!!!

.
——===ooOoo===——
.

Fort Lee, New Jersey; looking west from Center...

Fort Lee, New Jersey ( Photo crédit : Wikipedia )

Réglementations stupide ou utile ? Seul l’avenir nous dira la classification de cette décision réglementaire prise par les autorités de la (petite ?) ville de Fort Lee, New Jersey, USA, 35.000 habitants,
.
Cet arrêté qui sanctionne toute personne prise en flagrant délit de rédaction de SMS alors qu’elle est en train de marcher  sur le trottoir, tranquille peinard ( pas accoudé au comptoir …..) alors en voiture, c’est case prison sans toucher les 20.000 dollards de la banque en votre faveur, dixit le Monopoly …..


.
Décision prise pour la sécurité des citoyens, car selon une étude menée par le professeur Eric Lamberg, du département de la thérapie physique à la Stony Brook University, écrire pendant que l’on marche pourrait avoir des effets et des conséquences fâcheuses.

.

«Nous voulons faire prendre conscience qu’un véritable bouleversement se produit car l’écriture de SMS en marchant perturbe votre capacité de réaction face à un événement innatend « , a déclaré le Pr Lamberg .
.

.
les shérifs du coin, eux, ne plaisantent pas, et il semblerait qu’ils mettent même un certain zèle à appliquer cette loi , puisque ce seraient déjà 117 amendes d’un montant de 85 dollars qui auraient été distribuées en seulement quelques jours.
.
Il est vrai qu’aux Etats Unis, certaines lois sont plus ridicules que celle- ci,( page suivante …) qui malgré les sarcasmes, peut éviter à un piéton «  » écrivain de terrain » », de traverser une rue sans respecter les règles élémentaires de prudence …..

.

——======——
.
A Méditer !!!
.

——======——

.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

sources :

== http://abcnews.go.com/

== http://libn.com/2012/01/19/stony-brook-study-warns-of-texting-and-walking/

== http://www.northjersey.com/news/transportation/road_warrior/ROAD0511.html

200 000 fraudeurs privés de prestations sociales

—–===ooOoo===——

200 000 fraudeurs privés de prestations sociales

—–===ooOoo===——

 


………………………C’est en Grèce …..!



—–===ooOoo===——

« L’Etat grec a cessé le versement de diverses prestations sociales, dont des pensions de retraite, à 200.000 personnes soit coupables de fraude soit décédées (…). Ce chiffre représente environ 2% de la population grecque. La Grèce s’est lancée dans une campagne de lutte contre les fraudes aux prestations sociales pour essayer de réduire son endettement sous la pression de ses créanciers internationaux (…) L’assainissement du système des retraites et des prestations sociales devrait permettre à Athènes d’économiser jusqu’à 800 millions d’euros par an (…) »

Faudra-t-il que la France attende d’être en faillite pour prendre des mesures de bon sens ? Si la fraude était de même ampleur chez nous, elle pourrait concerner près d’1,5 million de personnes…


—–===ooOoo===——

 

patrick

sources

http://tempsreel.nouvelobs.com

brève Tibet

Des moines et nonnes mis à l’honneur pour

leur patriotisme et leur respect de la loi

—–===ooOoo===——

Tibet

Tibet (Photo credit: moniqca)

Cinquante-neuf monastères modèles et 6 773 moines et nonnes ont été mis à l’honneur jeudi par le gouvernement tibétain pour leur conduite modèle.

Le gouvernement a présenté à chacun des monastères modèles une plaque commémorative et 4 000 yuans pour chacun des membres de leur clergé respectueux de la loi.

En 2011, le gouvernement tibétain avait révélé un plan pour récompenser chaque année ses monastères et les membres de leur clergé faisant preuve de patriotisme et de bonne conduite en respectant la loi, dans le but d’encourager les moines à promouvoir le maintien d’un ordre religieux normal et d’améliorer la stabilité dans les monastères.

A men in lhassa

A men in lhassa (Photo credit: Wikipedia)

Cette mesure est considérée comme un bon moyen de mettre en oeuvre de façon globale les politiques religieuses du Parti communiste chinois (PCC) ainsi que les lois et règlements relatifs aux affaires religieuses, a affirmé Chen Quanguo, secrétaire du Comité du PCC pour le Tibet.

« Le monastère de Sera est un des premiers à recevoir cet honneur et nous en sommes très fiers », a indiqué Losang Chosphel qui y est moine. Il s’agit de l’un des trois plus importants monastères de Lhassa, la capitale du Tibet.

En 2011, le gouvernement tibétain a commencé à offrir des assurances retraite et médicale aux moines et nonnes de tous les monastères afin d’améliorer leurs conditions de vie.

Potala Palace, Lhasa

Potala Palace, Lhasa (Photo credit: ddanforth)

——===ooOoo===——

patrick

brève : petite histoire de l’Histoire

Un G.I. et sa femme content leur histoire

à Utah Beach dans la Manche

——====ooOoo====——

Le soldat Russel Taylor et sa femme française, Odile, étaient hier à Utah Beach. Le couple nonagénaire et franco-américain était accompagné d’une équipe de la télévision américaine NBC News qui a choisi de consacrer un reportage à leur histoire.

Russel Taylor a débarqué le 6 juin 1944 à Utah Beach. Il a de nouveau foulé la plage, 68 ans après, avec beaucoup d’émotions.
Russel Taylor a débarqué le 6 juin 1944 à Utah Beach.
Il a de nouveau foulé la plage, 68 ans après,
avec beaucoup d’émotions.

Russel Taylor a en effet débarqué le 6 juin 1944 sur la plage d’Utah Beach avec la première brigade d’ingénieur de l’armée américaine. Il a, par la suite, rencontrer sa future femme à Paris, alors qu’il était venu réparer des machines au QG du général Eisenhower. La jeune française y travaillait depuis la libération de Paris comme secrétaire et traductrice. Mariés en 1945, ils ont ensuite emménagé dans l’état du New Jersey, aux Etats-Unis. Ils y ont vécu toute leur vie.

Russel Taylor n’était venu qu’une fois à Utah Beach, dans les années 1970. Le vétéran de 93 ans a pu arpenter la longue bande de sable, avant de se prêter au jeu des caméras.

——====ooOoo====——

Patrick