PAPE FRANCOIS : Travailler sans cesse pour un monde plus juste et plus solidaire !

.

Le pape François lance un appel très vigoureux à la justice sociale et à la solidarité, à rassasier la « faim de dignité » qu’ont les plus pauvres, ce 25 juillet, en visite une favela de Rio de Janeiro, la communauté de Varginha, où il a été accueilli par un couple marié engagé dans la paroisse .

(cf. Zenit du 25 juillet 2013, pour leur témoignage, http://www.zenit.org/fr/articles/temoignage-de-rangler-dos-santos-irineu).

Une « favela  » de 50 000 personnes, sur un ancien marais. Le pape a traversé le quartier à pied malgré la pluie et il a été reçu chez une famille de 4 enfants, une visite prévue seulement hier. Quand la télévision lui a demandé: qu’est-ce que vous direz au pape quand il arrivera?  La mère de famille a répondu: « Attention, baissez la tête la porte est basse… » La maman avait l’intuition que le pape pourrait venir. Elle avait demandé à son mari de repeindre la maison dedans et dehors. Du coup, il a aussi repeint la maison des voisins.

Le pape était accompagné de ses proches collaborateurs: le secrétaire d’État, le cardinal Tarcisio Bertone, le cardinal Marc Ouellet – rayonnants devant l’accueil réservé au pape – , l’immense cardinal brésilien Joao Braz de Aviz, le cardinal Stanislas Rylko, cheville ouvrière de la JMJ, l’archevêque de Rio, Mgr Orani Joao Tempesta, et du curé de la paroisse Saint-Jérôme-Emilien, le père Marcio Queiroz.

Le pape a dit notamment: « Je voudrais lancer un appel à celui qui possède plus de ressources, aux autorités publiques et à tous les hommes de bonne volonté engagés pour la justice sociale : ne vous lassez pas de travailler pour un monde plus juste et plus solidaire ! Personne ne peut rester insensible aux inégalités qu’il y a encore dans le monde! »

Et d’insister: « Que chacun, selon ses possibilités et ses responsabilités, sache offrir sa contribution pour mettre fin à beaucoup d’injustices sociales. Ce n’est pas la culture de l’égoïsme, de l’individualisme qui souvent régule notre société, à construire et à mener vers un monde plus habitable, mais la culture de la solidarité qui voit dans l’autre non un concurrent ou un numéro, mais un frère. »

 

Allocution du pape François à Varginha

Chers frères et sœurs, bonjour!

C’est beau de pouvoir être ici avec vous ! Dès le début, en programmant ma visite au Brésil, mon désir était de pouvoir visiter tous les quartiers de cette Nation. J’aurai voulu frapper à chaque porte, dire  » bonjour « , demander un verre d’eau fraîche, prendre un  » cafezinho  » (un « petit café », ndlr) – pas un verre de rhum – parler comme à des amis de la maison, écouter le coeur de chacun, des parents, des enfants, des grands-parents… Mais le Brésil est si grand ! Et il n’est pas possible de frapper à toutes les portes ! Alors j’ai choisi de venir ici, de visiter votre ‘Communauté’ qui représente aujourd’hui tous les quartiers du Brésil. Qu’il est beau d’être accueillis avec amour, avec générosité, avec joie ! Il suffit de voir comment vous avez décoré les rues de cette ‘Communauté’ ; cela aussi est un signe d’affection, il naît de votre coeur, du coeur des Brésiliens qui est en fête ! Merci beaucoup à chacun de vous pour le bel accueil ! Je remercie les époux Rangler et Joana pour leurs chaleureuses paroles.

1. Dès le premier moment où j’ai mis pied sur la terre brésilienne et aussi ici, au milieu de vous, je me sens accueilli. Et il est important de savoir accueillir ; c’est encore plus beau que tout embellissement ou décoration. Lorsque nous sommes généreux dans l’accueil d’une personne, je vous le dis, et que nous partageons quelque chose avec elle – un peu de nourriture, une place dans notre maison, notre temps – non seulement nous ne restons pas plus pauvres, mais nous nous enrichissons. Lorsqu’une personne qui a besoin de manger frappe à votre porte, je sais bien que vous trouvez toujours une façon de partager la nourriture ; comme dit le proverbe, on peut toujours  » ajouter plus d’eau aux haricots  » ! Est-ce qu’on peut ajouter de l’eau aux haricots? Toujours! Et vous le faites avec amour, montrant que la véritable richesse n’est pas dans les choses, mais dans le coeur !

Et le peuple brésilien, en particulier les personnes plus simples, peut offrir au monde une précieuse leçon de solidarité, ce mot de solidarité, un mot souvent oublié ou tue, parce qu’elle gêne, quasi un gros mot!. 

Je voudrais lancer un appel à celui qui possède plus de ressources, aux autorités publiques et à tous les hommes de bonne volonté engagés pour la justice sociale : ne vous lassez pas de travailler pour un monde plus juste et plus solidaire ! Personne ne peut rester insensible aux inégalités qu’il y a encore dans le monde ! Que chacun, selon ses possibilités et ses responsabilités, sache offrir sa contribution pour mettre fin à tant d’injustices sociales. Ce n’est pas la culture de l’égoïsme, de l’individualisme qui souvent régule notre société, à construire et à mener vers un monde plus habitable, ce n’est oas elle, mais la culture de la solidarité, qui voit dans l’autre non un concurrent ou un numéro, mais un frère. Et nous sommes tous frères.

Je désire encourager les efforts que la société brésilienne fait pour intégrer toutes ses composantes, même les plus souffrantes et nécessiteuses, dans la lutte contre la faim et la misère. Aucun effort de “pacification” ne sera durable, il n’y aura ni harmonie, ni bonheur pour une société qui ignore, qui met en marge et abandonne dans la périphérie une partie d’elle-même. Une telle société s’appauvrit ainsi simplement et perd même quelque chose d’essentiel pour elle-même. Le laissons pas entrer dans notre coeur cette culture du déchet, parce que nous sommes des frères, personne n’est un déchet!

Rappelons-nous toujours ceci: c’est seulement quand nous sommes capables de partager que nous nous enrichissons vraiment ; tout ce qui se partage se multiplie ! Pensons à la multiplication des pains de Jésus. La mesure de la grandeur d’une société est donnée par la façon dont elle traite celui qui est le plus nécessiteux, qui n’a rien d’autre que sa pauvreté !

2. Je voudrais vous dire aussi que l’Église, “avocate de la justice et défenseur des pauvres contre les inégalités sociales et économiques intolérables qui crient vers le ciel” (Document d’Aparecida, p. 395), désire collaborer à toute initiative ayant le sens du vrai développement de tout homme et de tout l’homme. Chers amis, il est certainement nécessaire de donner du pain à celui qui a faim ; c’est un acte de justice. Mais il y a aussi une faim plus profonde, la faim d’un bonheur que seul Dieu peut rassasier. La faim de dignité! 

Il n’y a ni de véritable promotion du bien commun, ni de véritable développement de l’homme quand on ignore les piliers fondamentaux qui soutiennent une Nation, ses biens immatériels : la vie, qui est don de Dieu, valeur à préserver et à promouvoir toujours ; la famille, fondement de la vie ensemble et remède contre l’effritement social ; l’éducation intégrale, qui ne se réduit pas à une simple transmission d’informations dans le but de produire du profit ; la santé, qui doit chercher le bien-être intégral de la personne, aussi dans sa dimension spirituelle, essentielle pour l’équilibre humain et pour une saine vie en commun ; la sécurité, dans la conviction que la violence peut être vaincue seulement à partir du changement du coeur humain.

3. Je voudrais dire une dernière chose. Une dernière chose. Ici, comme dans tout le Brésil, il y a beaucoup de jeunes. Vous, chers jeunes, vous êtes particulièrement sensibles aux injustices, mais souvent vous êtes déçus par des faits qui parlent de corruption, de personnes qui, au lieu de chercher le bien commun, cherchent leur propre intérêt. À vous aussi et à tous, je répète : ne vous découragez jamais, ne perdez pas confiance, ne laissez pas s’éteindre l’espérance. La réalité peut changer, l’homme peut changer. Cherchez, vous les premiers, à apporter le bien, à ne pas vous habituer au mal, mais à le vaincre par le bien. L’Église vous accompagne, vous apportant le bien précieux de la foi, de Jésus Christ qui est « venu pour que les hommes aient la vie, pour qu’ils l’aient en abondance » (Jn 10, 10).

Aujourd’hui à vous tous, en particulier aux habitants de cette ‘Communauté’ de Varginha je dis : vous n’êtes pas seuls, l’Église est avec vous, le Pape est avec vous. Je porte chacun de vous dans mon coeur et je fais miennes les intentions que vous avez au fond de vous-mêmes : les remerciements pour les joies, les demandes d’aide dans les difficultés, le désir de consolation dans les moments de peine et de souffrance. Je vous confie tous à l’intercession de Notre Dame d’Aparecida, Mère de tous les pauvres du Brésil, et je vous donne avec grande affection ma Bénédiction.

Merci!

Pape François

ROME, 25 juillet 2013 

Source http://www.zenit.org

Publicités

Quelques mots sur Saint François d’Assise, mon ami depuis toujours

 

Quelques mots sur Saint François d’Assise, mon ami depuis toujours, celui grâce à qui j’ai passé diverses épreuves de ma vie…..
 
en premier lieu une petite histoire de St François, Ste Claire et des ordres Franciscains et des Clarisses … et par la suite je reviendrai régulièrement vous donner des nouvelles de ce couple exceptionnel de l’Histoire religieuse !!!
.
English: Saint-François-d'Assise's church, in ...

English: Saint-François-d’Assise’s church, in Paris (Paris XIX, France) Français : Église Saint-François-d’Assise, à Paris (Paris 19è, France) (Photo credit: Wikipedia)

 
.——===ooOoo===————===ooOoo===——
Biographie de François d’Assise et Claire d’Assise
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
Sa jeunesse et conversion
——===ooOoo===——
.

François (baptisé Jean) est né en 1181 ou 1182 dans la ville italienne d’Assise. Son père, un négociants d’étoffes précieuses nommé Pierre Bardonne, a sans doute donné ce prénom à son premier né à cause des rapports commerciaux étroits qu’il entretient avec la France. Il mène une jeunesse facile et heureuse auprès de sa famille et des ses amis. Il est le chef de la jeunesse dorée d’Assise. Il découvre l’amour courtois et la vie de troubadour. Son désir de devenir chevalier le poussera à participer à la guerre contre Pérouse, mais il sera fait prisonnier et restera en captivité pendant un an. Après une convalescence à Assise, il repart pour le front mais fera en chemin une rencontre marquante.
« Issu du monde des communes, il en partage l’idéal de liberté et d’association. […] Mais bientôt il découvre l’envers de la société nouvelle: la domination de l’argent, avec ses conflits et ses détresse. » Sur le chemin de Spolète, il rencontre un chevalier pauvre. Ne pouvant supporter d’éclabousser de ses richesses la véritable noblesse, François lui donne son équipement et rentre à Assise. Dès lors son attitude, déjà quelque peu changée par sa longue maladie, sera de plus en plus différente avec celle de sa jeunesse. Il cherche dans la méditation la présence de Dieu. Sa soif grandissante l’amène à s’occuper des lépreux. Il dit dans son testament:
Quand j’étais encore dans les péchés, la vue des lépreux m’était insupportable, mais le Seigneur lui-même me conduisit parmi eux et je les soignai avec compassion. Et quand je les quittai, ce qui m’avait semblé amer s’était changer pour moi en douceur, pour l’esprit et pour le corps.
.
——===ooOoo===——
.
Le début de sa vie de pauvreté
.
——===ooOoo===——
English: Saint-François-d'Assise's church, in ...

Église Saint-François-d’Assise, à Paris (Paris 19è, France) (Photo credit: Wikipedia)

 
Quittant sa famille, il se fit ermite. Un jour qu’il méditait à la campagne, il s’arrête pour prier dans l’église presque en ruine de Saint Damien. C’est alors que le crucifix devant lequel il est agenouillé lui parle et lui dit: « François, va et répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruine ». Prenant cette directive au sens littérale, François se met à restaurer les petites églises périphériques d’Assise. Pour ce faire, il vend à Foligno des étoffes prises à la boutique de son père pour offrir l’argent au prêtre de l’Église de Saint Damien, qui par crainte le refuse. À cause de ses origines, sa conduite fit scandale et son père, dans sa fureur, le traîne en justice devant l’évêque. C’est alors que François, accomplissant un geste hautement significatif pour lui et pour l’assemblée, se met à nu et donnant ses vêtements à son père, il dit: « Désormais, c’est en toute liberté que je pourrai dire: « Notre Père qui êtes aux cieux! » Pierre Bernardone n’est plus mon père, et je lui rends non seulement son argent que voici mais encore tous mes vêtements. » [Les mots changent selon les traductions mais le sens demeure le même.]
À partir de ce moment, François se fait maçon et rénove les églises et chapelles des environs d’Assise pendant trois ans. Il mendie pour se nourrir et couche dans les lieux qu’il restaure. Il reconstruit Saint Damien, Saint-Pierre et la Portioncule. C’est à celle-ci que François connaîtra un autre tournant de sa vie. Alors qu’il assiste à la messe, « il entendit lire l’évangile de l’envoi des disciples en mission » . Il découvre à ce moment ce que le Christ attend de lui et comprend le vrai sens des paroles de l’épisode du crucifix de Saint Damien. Il sait maintenant qu’il doit reconstruire l’Église en prêchant l’évangile et la paix. C’est donc en février 1208 que commence sa prédication itinérante.

.
——===ooOoo===——
.
La création de l’Ordre et la première règle; croissance de l’ordre
.
——===ooOoo===——
.
En avril suivant, ses premiers compagnons, vendant leurs richesses et les distribuant aux pauvres, se joignent à lui: il y a Bernard de Quintavalle, Pierre de Catane, Egide, Gilles, etc., portant ainsi le nombre de fils de François à six, et qui augmentera à sept, puis à douze. François ressent alors le besoin d’écrire une règle pour l’Ordre naissant et de la faire approuver par le pape.
Cette première règle est toute simple. Elle dit simplement de vivre selon l’Évangile. Cela implique une mobilité apostolique, de la même manière que les apôtres du Christ ont répandu la Bonne Nouvelle. Cette même mobilité les empêche d’exploiter un domaine comme le font les ordres monastiques; ils sont dès lors vouer à une pauvreté pascale, deuxième principe de la règle. L’absence de richesse met les premiers Franciscains sur un pied d’égalité: ils sont frères et forment une fraternité. Non seulement il n’y a pas de hiérarchie entre eux, mais ils se veulent les plus humbles de la sociétés; ils se font appelés les « Frères mineurs ». Enfin, le dernier principe de la règle est la soumission à l’Église.
François se rend à Rome en 1209 avec ses compagnons où le pape Innocent III, après réflexion, approuve l’Ordre des Frères mineurs et leur règle. Mieux encore, il leur permet de pratiquer la tonsure, ce qui les fait clercs et les soustrait de l’autorité des laïcs pour les placer sous la seule juridiction de l’Église.
François et ses compagnons reviennent à Assise et s’installent à côté de la ville, à la Portioncule. Dès ce moment, l’expansion de la fraternité franciscaine sera très rapide. Beaucoup d’hommes vinrent les rejoindre dans leur petite communauté, qui s’agrandit rapidement. « Le recrutement, sauf exception, se faisait parmi les gens simples, car François n’exigeait pas de ses frères les qualités intellectuelles et la formation réclamées chez les dominicains. » Des gens de toutes conditions furent admis: les clercs comme les laïcs, les célibataires et les gens mariés. En 1212 arriva pour la première fois une femme, Claire d’Assise.

.
-—===ooOoo===——

La fonda
tion de la branche féminine de l’Ordre
.
——===ooOoo===——
English: Saint-François-d'Assise's church, in ...

Église Saint-François-d’Assise, à Paris (Paris 19è, France) (Photo credit: Wikipedia)

.
.
Claire Favarone, jeune fille de petite noblesse d’Assise, entend parler de François et cherche à le rencontrer à partir de ses 16 ans, soit vers 1210. L’attachement que se portent mutuellement François et Claire décide celle-ci à entrer en religion. La nuit des Rameaux de l’an 1212, elle se consacre définitivement à Dieu dans la chapelle de la Portioncule. François lui coupe les cheveux puis elle reçoit sa vêture de religieuse. Elle s’installe à Saint Damien et fonde l’ordre des Pauvres Dames devenu les Clarisses. La première novice de Claire sera sa propre soeur. Puis de nombreuses femmes se joignent à elles. Mais toujours est-il qu’elles n’ont pas de règle précise. Quoiqu’il en soit, François eut raison de séparer les hommes et les femmes. En effet, chez les vaudois, cette distinction ne se dit pas. « Des abus en avaient été la conséquence. »
Le succès de cette branche féminine sera aussi considérable que le premier ordre. Cependant, les Clarisses n’avaient de règle officielle, bien qu’elles suivait celle que Claire leur prescrivait, c’est-à-dire vivre selon l’évangile. La règle officielle n’arriva qu’en 1253. La seule différence avec la règle des frères est qu’elle ne permettait pas l’apostolat mobile. C’est ainsi que le deuxième ordre franciscain devint officiel.

.——===ooOoo===——
.
L’ordre franciscain s’étend de par le monde
.
——===ooOoo===——
.

En 1212, François essaie de gagner en vain l’Islam une première fois en passant par la mer, mais il est rejeté sur le rivage. Il effectue une deuxième tentative par le Maroc, mais il tombe malade et ne peut aller plus loin. Il retourne alors à la Portioncule.
Les Fraternités se développent de plus en plus en Italie et le nombre de frères croît sans cesse. Le contact avec son fondateur et l’unité qu’il inspirait devient plus difficile.
En 1215, François se rend au VIe Concile de Latran. Il y rencontre sans doute saint Dominique. Du concile ressort la décision d’interdire la fondation d’ordres religieux nouveaux. Cela pose problème pour les Pauvres Dames, qui, bien qu’étant une extension de l’ordre franciscain, ne sont pas encore reconnues officiellement.
En 1217, à la Pentecôte, il se tient un chapitre général dans les champs qui entourent la Portioncule. Les multiples fraternités contiennent alors plusieurs milliers de « frères mineurs ». L’envoi de ceux-ci en Europe, afin de répandre l’ordre, est décidé. François doit partir en France, mais le cardinal Hugolin d’Ostie, rencontré à Florence, l’en empêche.
.
——===ooOoo===——
.
Le désordre de la Fraternité; la deuxième règle
.
——===ooOoo===——
.

Après le chapitre de la Pentecôte à la Portioncule en 1220, François part pour l’Égypte, confiant l’Ordre à deux vicaires, frère Mathieu et frère Grégoire de Naples. Il essaie d’y rencontrer le sultan pour le convertir, ce qu’il ne réussira pas, malgré l’entrevue courtoise qu’il a obtenu.
Malheureusement, « l’absence prolongé de François jeta l’Ordre dans un grand vide, encore aggravé par le manque total de nouvelles. » Deux tendances apparaissent: l’une va vers une nouvelle règle s’inspirant des anciens Ordres monastiques, l’autre conserve l’idéologie première. Une rupture est à craindre. Un frère rejoint François en Syrie, où il visite les Lieux Saints, et lui apprend les problèmes de l’Ordre. Il revient revient en catastrophe et se rend chez le pape Honorius III, lui demandant son aide, celui-ci lui accorde en la personne du cardinal Hugolin, un ami de François. Il le convainc alors que la règle est trop simple et que c’est cette même simplicité qui menace l’ordre. Il faillait également gouverner l’Ordre, ce qu’il ne peut se résoudre à faire personnellement, aussi donne-t-il sa démission et laisse la place à Elie Bombarone, qui devient alors vicaire général de l’ordre.
Reste le problème de la règle. François, aidé par plusieurs frère, écrit en 1221 une admirable règle que le Pape et les responsables de l’ordre rejettent. Elle est trop longue, trop dure, trop lyrique. Il retourne alors dans la solitude et rédige en 1223 une deuxième règle plus courte, plus précise qui est finalement adoptée.

.
——===ooOoo===——
.
Ses dernières années
.
——===ooOoo===——
.
Français : Vitrail représentant Saint François...

Français : Vitrail représentant Saint François d’Assise, dans l’église abbatiale Saint-Michel à Saint-Mihiel. (Photo credit: Wikipedia)


La transformation de son ordre attristait François au plus haut point. « La constitution d’un grand ordre à ses yeux à terme la tentation de posséder. Il ressentait cruellement chaque changement de son idéal primitif, chaque aménagement avec l’absolu. » Il se retira alors dans la solitude de la méditation avec quelques amis fidèles en ermitage de montagne. De plus en plus il cherchait la solitude pour cacher et oublier sa profonde tristesse. Soeur Claire l’aide à supporter cette amertume.
En décembre 1223, François fête Noël à Greccio d’une manière toute originale, c’est-à-dire en recréant la crèche de la Nativité. « Cette nuit-là, la Chrétienté retrouvait des yeux d’enfant. »
Au mois d’août 1224, François se retire pour méditer et jeûner sur le mont Alverne, qu’a mis à sa disposition le compte Roland de Chiusi, avec quelques frères. Un matin de méditation lui apparaît un séraphin au corps d’homme crucifié. C’est alors que le miracle se produit: les stigmates du Christ s’imprègne dans sa chair. Lorsqu’il retourne en société, la nouvelle du miracle se répand rapidement, malgré le fait qu’il essaie de cacher les marques. À dos d’âne, il reprend une tournée de prédication Mais bientôt une maladie d’yeux, l’ophtalmie, et ses saintes blessures l’empêche de continuer et il rentre, très malade, à la Portioncule.
Il se réfugie en 1225 à Saint Damien auprès de Claire, dans le jardin, où il compose le Cantique du Soleil. « Ce chant est considéré, à juste titre, comme le joyau le plus ancien et le plus précieux de la poésie italienne naissante. »
Pendant l’été 1225, Hugolin, qui est à Rietti avec le Pape, le fait venir pour qu’il se soigne. En 1226 François va à Sienne, où il rédige son testament. Il passe l’été à Bagnana et son état empirant, on le ramène à Assise. Il revient à la Portioncule où il meurt le 3 octobre. Son corps, après être passé à Saint Damien pour que Claire puisse le voir une dernière fois, est inhumé à l’Église de Saint-Georges devenue Sainte Claire.
En 1227, Hugolin est élu Pape et devient Grégoire IX. Il canonise son ami François en juillet 1228 à Assise.
.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
Le Christ et la Vierge apparaissant à saint Fr...

Le Christ et la Vierge apparaissant à saint François d’Assise, H/t, 48×32 cm, Louvre, Paris (Photo credit: Wikipedia)

——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
Si vous voulez voir la crypte de Saint-François , mode d’emploi ci-dessous ….
.
——===ooOoo===——
.
http:www//.sanfrancescopatronoditalia.it/webcam_tomba_san_francesco.php
.
LA CRYPTE DE SAINT-FRANÇOIS
La crypte de Saint-François
En ce moment vous êtes au cœur des Franciscains, sur le tombeau de saint François
.
Envoyer votre prière au tombeau de saint François
à l’adresse e-mail latuapreghiera@sanfrancesco.org
Les frères de la Sacro Convento confier le Saint Patron de l’Italie
.
——===ooOoo===——
.
Patrick
sources : divers sites du net et wikipédia

Petit texte à l’intention des donneurs de leçons,

.

 .
 .
Petit texte à l’intention des donneurs de leçons, 
 
les « saint Parfait » de notre société
juges de tout et n’importe quoi 
mais surtout pourfendeurs courageux
du catholicisme !!!
.
.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
.
chrétiens célèbres
Chrétiens célèbres
 
 
(( ce billet est adressé à divers journalistes et blogueurs qui utilisent ces méthodes …))
 
 
 

Cela fait quelques mois que je lis  les écrits de la presse de gauche à 90 %,, et quelques 

 
blogueurs gauchisants ou franchement incultes  !  
 
Je me demande bien pourquoi !!!
 

Journaliste
Arroseur.jpg
 
Ces 90% de journalistes écrivant des billets, articles, chroniques, etc…  ont la science infuse 
 
et utilisent une figure de style qui consiste à dénigrer et abaisser les personnages du sujet 
 
qu’ils traitent … ( voire, « mal traitent) !!!
 
Dans ce cas précis, le retrait de sa fonction de Benoït XVI, vous avez le droit de ne pas être 
 
croyant et de le dire, aucun soucis,;
 
 
Par contre vous êtes ridicules dans votre façon de traiter le pétrinien Benoît XVI !!!!
 

Notre Très Saint Père Benoit XVI a décidé de se retirer dans une vie de prières 
 
pour les raisons ci-dessous exposées. Remercions-le pour son magnifique 
 
pontificat, pour ces actes de grand courage et de grande liberté de paroles et de 
 
conscience …. 
 
prions pour lui !!!!!
 
Benoît XVI
Image illustrative de l'article Benoît XVI
Benoît XVI le 17 octobre 2010
Biographie
Nom de naissance Joseph Alois Ratzinger
Naissance 16 avril 1927 (85 ans)
Marktl (Bavière,Allemagne)
Ordination sacerdotale 29 juin 1951
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 19 avril 2005 (78 ans)
Intronisation 24 avril 2005
(7 ans, 9 mois et 23 jours)
Fin du pontificat 28 février 2013 (85 ans)
(théorique)
par renonciation
Précédent Jean-Paul II
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
27 juin 1977 par le
pape Paul VI
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 28 mai 1977
Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi
25 novembre 1981 – 13 mai 2005
Précédent Mgr Franjo Šeper Mgr William Levada Suivant
Archevêque de Munich et Freising
28 mars 1977 – 15 février 1982
Précédent Julius August Döpfner Friedrich Wetter Suivant

Blason
Devise et Armoiries
« Nos ergo debemus sublevare huiusmodi,
ut cooperatores simus veritatis. » (3Jo 1. 8)
(Nous devons servir de cette manière
que nous soyons coopérateurs de la vérité.)1
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
modifier Consultez la documentation du modèle
 
Effectivement, pourquoi ne pas respecter ce brave homme âgé et usé, et qui est très 
 
certainement, infiniment plus érudit que vous tous réunis au sain   des collaborateurs
 
de vos journaux et  sites …
 
 
Vous êtes « petits » , vous ne méritez aucunement que l’on s’arrête à vous lire et je résilie dès 
 
maintenant mon abonnement à vos courriels d’information … ils se reconnaîtrons !

Journalistes et rédacteurs à

Radio-Canada/CBC à Montréal en 1944.
 
 
Est ce que vous connaissez le sens du mot « respect » ?  Que savez vous de l’histoire Papale ? 
 
 
Vous choisissez comme l’a fait F. Hollande et autres socialistes ou gauchistes de tous poils 
 
de vous moquer, de vous gausser bêtement de cet homme qui se retire face aux difficultés
 
qu’il a évoquées pour justifier sa décision …. pas mal devraient prendre exemple et se taire, 
 
quand on connaît les manières d’agir de vos « idoles » tels F Mitterrand; l’homme aux mains 
 
ensanglantées du sang des algériens, et sûrement d’autres ( Rainbow Warrior  pour ne citer 
 
qu’un exemple ) !!! et je ne cite que F Mitterrand,  celui qui a menti sur sa santé, qui
écoutait illégalement des centaines de personnes, qui a vidé nos caisses en distribuant
l’argent du contribuable à tort et à travers, etc, etc …. ((je vous passe les socialo/
communistes d’avant guerre et ses débuts jusque mi 1942…. je peux vous faire un
exposé des faits et actes les concernant …  et ce n’est pas glorieux )) .
 
 
Je n’ai jamais lu personne chez vous s’exprimer sur ces sujets (????) , et cela vous fait devenir
 
 verts de colère quand nous évoquons les « méthodes socialistes/ gauchistes » résultant sur 
 
la mort de 100 millions (au bas mot)  d’êtres humains  et sur le souffle pestilentiel de cette
idéologie à vomir !
 
 
 
L’info à sens unique !!! 
 ——===ooOoo===——
 
 
Cela s’appelle «  »la dictature de la presse » », alors arrêtez vous donc sur les personnages de 
 
gauche et respectez donc un peu  l’Eglise … ( un antiquaire, des gars qui roulent étranger et 
 
prêchent le consommer patriotique, les collectionneurs de montres, etc…etc…. )
 
 
Vous ignorez sûrement les bienfaits que l’Eglise a apportés à l’humanité …. l’enseignement, 
 
les colonies de vacances, la charité, l’aide aux juifs pendant la dernière guerre mondiale sans 
 
omettre le soutien financier à l’effort de guerre,  les centres de soins, hôpitaux, etc, etc, …… !!!!!
existe -t-il des homologues de Soeur Emmanuelle, Mère Thérèsa, Saint Martin,
 
l’Abbé Pierre , etc….parmi les journalistes ou autres religions ????????

 

Sœur Emmanuelle

Description de l'image  SoeurEmmanuelle.jpg.
 
Alors en conclusion, essayez d’êtres impartiaux, de respecter autrui, et  traitez les sujets avec 
 
égalité …. l’Eglise est souvent la cible de vos critiques et moqueries, aussi je vous suggère d’en
 
faire de même avec , les juifs, les bouddhistes, les adorateurs de l’oignon, les musulmans,
les sectes innombrables qui pullulent …. mais  NON …..
 
 
 ——===ooOoo===————===ooOoo===——
«  »TOUJOURS L’EGLISE CATHOLIQUE !!! «  »
 ——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
 
Il en est de même sur de nombreux sujets, vous abusez
du pouvoir de la PRESSE et cela est inadmissible !!!

 .

Complexe ou solution de facilité …..  aisé de se moquer de ceux qui ne ripostent pas !!! 

Un peu de modestie mesdames et messieurs les cathophobes , nous Croyons en
Notre Seigneur et Dieu, la Vierge Marie, le Saint Esprit et tous les Saints, et en sommes
FIERS !!! 
 
.

La Bible, recouverte de symboles

catholiques romains.
.
 
Voici deux ou trois citations qui vous vont à ravir :
 
 .
« En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire » 
George Orwell
 .
« La liberté consiste moins à faire sa volonté qu’à ne pas être soumis à celle d’autrui.  »
Jean-Jacques Rousseau
 .
«  »Ah ! que de volumes n’écrirait-on point si l’on voulait dénoncer les ravages causés par la connerie absolue. » »
Boris Vian
 .
 » J’ai été enfant de choeur et militant socialiste. C’est dire si j’ai entendu des conneries. ». 
Michel Audiard
 .
 .
pour en finir je vous transmet un texte qui peut s’adapter à divers sujets, mais ici traitant 
 
de l’Histoire …. écrit par un illustre historien !!!! 
mettez le donc en pratique, respectez ces quelques règles et vous pourrez alors peut être parler 
de notre Religion, la connaissant un peu mieux, et surtout en respectant ceux qui croient !
Si quelques mots vous blessent je vous demande pardon, mais je voudrais vous ouvrir les
yeux, aux fins de dialogue et non d’insultes et mots virulents, vitriolés, et blessants !!!
.
RESPECT, voici un beau mot, s’accordant avec tolérance et ouverture d’Esprit !!!
 
 .
.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
 
.
.
L’« HENDÉCALOGUE » DE L’HISTORIEN
 .
 .
1. L’histoire, connaissance du passé humain fondée sur le témoignage, est
une discipline scientifique « riche de longs siècles d’expérience » (H.I. Marrou).
Elle est, comme les autres sciences, évolutive et perfectible.
 .
2. L’histoire a pour but et pour raison d’être la recherche d’une vérité
qu’elle sait d’avance relative. L’imperfection congénitale des moyens dont
l’historien dispose pour atteindre cette vérité ne doit pas lui être un motif
de découragement mais, au contraire, un stimulant, pour tenter de s’en
approcher toujours davantage.
 .
3. L’histoire est une science sociale, liée indissolublement aux autres
sciences de l’homme qu’elle ne doit jamais perdre de vue et avec lesquelles
elle doit collaborer fraternellement.
 .
4. L’histoire doit être totale. Rien dans le passé de l’homme ne doit lui être
étranger. Tout est objet d’histoire. Il n’y a pas de « faits historiques » et de
« faits non historiques ».
 .
5. Il n’y a pas d’histoire sans documents, le mot « document » étant pris
dans le sens le plus large : document écrit, figuré, transmis par le son,
l’image ou de toute autre manière.
 .
6. Il n’y a pas d’histoire sans érudition, c’est-à-dire sans élaboration critique
des témoignages, soit par l’historien lui-même, soit par un ou plusieurs
spécialistes. De toute manière, on ne s’improvise pas historien, il y
faut, outre la « vocation », une préparation méthodique.
 .
7. La méthode historique peut être définie comme l’ensemble des procédés
techniques, toujours perfectibles, que l’érudition met à la disposition de
l’historien.
 .
8. L’honnêteté d’esprit et le courage moral sont les qualités essentielles de
l’historien. « La première loi qui s’impose à lui est de ne rien oser dire qu’il
sache faux, la seconde, d’oser dire tout ce qu’il croit vrai » (Cicéron).
 .
9. L’honnêteté d’esprit implique le sens critique, l’historien devant être
sans cesse attentif aux dangers qui le guettent, et dont le plus insidieux
est l’anachronisme. Il doit, en particulier, être toujours prêt à « résister à
ses propres préjugés, à ceux de ses lecteurs, enfin aux illusions que les
contemporains eux-mêmes ont consacrées » (Michelet).
10. Honnêteté d’esprit ne signifie pas indifférence : « L’histoire est une
aventure spirituelle où la personnalité de l’historien s’engage tout entière »
(H.I. Marrou).
 .
11. Enfin l’historien doit s’efforcer d’être un écrivain et un artiste en
même temps qu’un savant, sous peine de manquer l’un des buts de l’histoire,
qui est de rendre la vie aux choses mortes par la force mystérieuse
et incommunicable de la sympathie et du talent.
 .
 .
Ch. SAMARAN (dir.), L’Histoire et ses Méthodes,
Encyclopédie de la Pléiade, Paris, 1961, p. XII-XIII.
 
 
 


——===ooOoo===————===ooOoo===——
 
Cela soulage de dire la vérité aux faussaires de
l’histoire et falsificateurs sans vergogne  ….
 .
 .
Je vous salue bien, mais sachez que ce n’est pas avec respect ! !! (( cela se mérite, par exemple
 .
quand un individu fait passer son DEVOIR, avant SES DROITS …))
 .
lien vers la charte du journaliste…. à revoir !!!!!!
 .
.
Et la lecture de vos écrits depuis quelques mois m’a amené à cette conclusion 
 .
 .
Signature :
……………………………………………………………….
Un ex lecteur qui met cette lettre sur son blog, en réponse à tous les journalistes ( cette façon 
 .
d’agir est-elle du journalisme ?!?!?! ) que j’ai pu lire adoptant ces méthodes quasi totalitaires !!!
 .
.
 .
Patrick 
 .
.
 
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
 

Giotto, Vierge à l’enfant (v. 1320)

. .
pour vous aider, et vous montrer la voie , cette prière à la Vierge Marie  :
 .

Vierge Marie, Mère du bel Amour,

Mère qui n’avez jamais abandonné un enfant qui crie au secours,

Mère dont les mains travaillent sans cesse pour vos enfants bien aimés,

car elles sont poussées par l’Amour divin et l’infinie Miséricorde qui

déborde de votre cœur, tournez votre regard plein de compassion vers moi.

Voyez le paquet de « nœuds » qui étouffent ma vie.

Vous connaissez mon désespoir et ma douleur.

Vous savez combien ces nœuds me paralysent.

Marie, Mère que Dieu a chargée de défaire les « nœuds » de la vie de

vos enfants, je dépose le ruban de ma vie dans vos mains.

Personne, pas même le Malin, ne peut le soustraire à votre aide miséricordieuse.

Dans vos mains, il n’y a pas un seul nœud qui ne puisse être défait.

Mère toute puissante, par votre grâce et par votre pouvoir d’intercession

auprès de votre Fils Jésus, Mon Libérateur, recevez aujourd’hui ce « nœud »……

(le nommer, si possible). Pour la gloire de Dieu, je vous demande de le défaire

et de le défaire pour toujours. J’espère en Vous.

Vous êtes l’unique Consolatrice que Dieu m’a donnée, vous êtes la forteresse de mes

forces fragiles, la richesse de mes misères, la délivrance de tout ce qui m ‘empêche

d’être avec le Christ.

.

Accueillez mon appel.

Gardez-moi, guidez-moi,

protégez-moi.

Vous êtes mon refuge assuré.

Marie, Vous qui défaites les nœuds,

priez pour nous.


Neuvaine à « Marie qui défait les nœuds »

 

Vierge de Vladimir (Russie,xiie siècle)

.
 
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
Charles Samaran 
Charles Samaran est un archiviste et historien français, né le 28 octobre 1879 à Cravencères (Gers)
et mort le 15 octobre 1982 à Nogaro (Gers), à plus de 102 ans.
>Académie des inscriptions et belles-lettres : membre (1941-1982)
>Comité des travaux historiques et scientifiques : président (1960-1982)
>Comité international de paléographie latine
>Commission du Vieux Paris
>Société archéologique, historique, littéraire et scientifique du Gers
>Société de l’École des chartes : membre Président (1943-1944)
>Société de l’histoire de France : secrétaire
>Société nationale des antiquaires de France : membre résidant

Bibliographie

Liste partielle des travaux de Charles Samaran :
La fiscalité pontificale en France au xive siècle (période d’Avignon et grand schisme d’Occident), Paris, A. Fontemoing, 1905.
La maison d’Armagnac au xve siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi de la France, Paris, A. Picard et fils, 1907.
Les diplômes originaux des Mérovingiens : fac-similés phototypiques avec notices et transcriptions, éd. Ph. Lauer, Ch. Samaran, préf. Maurice Prou, Paris, E. Leroux, 1908.
D’Artagnan, Capitaine des mousquetaires du roi, histoire véridique d’un héros de roman, Paris, Calmann-Lévy, 1912.
Jacques Casanova, Vénitien, une vie d’aventurier au xviiie siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1914.
Jean de Bilhères-Lagraulas, cardinal de Saint-Denis, un diplomate français sous Louis XI et Charles VIII, Paris, Éditions Honoré Champion, 1920. (Extrait par Paul-André Lesort).
La chronique latine inédite de Jean Chartier (1422-1450), Paris, Champion, 1928.
Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, Paris, CNRS, 1959.
L’ Histoire et ses Méthodes, Paris, Gallimard, « Encyclopédie de la Pleïade », 1961.
Pierre Bersuire, prieur de Saint-Eloi de Paris, 1290?-1362, Paris, Imprimerie nationale, 1962.
Paysages littéraires du Valois, de Rousseau à Nerval, Paris, Klincksieck, 1964.
La Gascogne dans les registres du trésor des chartes, Paris, Bibliothèque nationale, 1966.
D’Artagnan, capitaine des mousquetaires du roi, histoire véridique d’un héros de roman, Auch, impr. T. Bouquet, 1967.
La Fiscalité pontificale en France au xive siècle, période d’Avignon et grand schisme d’Occident, Paris, E. Boccard, 1968.
Inauguration d’une plaque sur la maison de Joseph de Pesquidoux à Perchède le 11 septembre 1971, Paris, Typ. de Firmin-Didot, 1972.
La maison d’Armagnac au xve siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi de la France, Genève, Slatkine-Megariotis Reprints, 1975.
Recueil d’études de Charles Samaran… une longue vie d’érudit, Genève et Paris, Droz, Librairie Champion, « Hautes études médiévales et modernes », 1978.


——===ooOoo===————===ooOoo===——
.


.