Joséphine de Beauharnais – L’égérie de Napoléon

Joséphine de Beauharnais (23 juin 1763 – 1814)

L’égérie de Napoléon

Joséphine de Beauharnais en impératrice (1763-1814)Elle est née le 23 juin 1763 à la Martinique, dans la riche plantation sucrière d’un lieutenant d’infanterie de marine, sous le nom de Marie-Josèphe-Rose de Tascher de la Pagerie, mais elle entrera dans la postérité sous celui de Joséphine de Beauharnais…

Cette belle créole épouse en premières noces, à 16 ans, le vicomte Alexandre de Beauharnais, un bel officier de trois ans son aîné. Le couple aura deux enfants : Eugène etHortense (future mère de Napoléon III). Mais Alexandre ne tarde pas à courir le guilledou en dépensant la fortune de sa femme.

Lasse d’être trompée, Rose se sépare de son mari dès avant la Révolution. Elle le retrouve alors qu’il s’est déjà illustré comme député aux états généraux, président de l’Assemblée nationale constituante puis général de la 1ère armée du Rhin. Ses états de service, notamment la prise de Mayence en 1793, ne l’empêchent pas d’être guillotiné en 1794.

Inattendue revanche

Incarcérée à son tour au couvent des Carmes, Rose noue une liaison avec un autre prisonnier, le beau général Lazare Hoche. Mais cette félicité ne dure pas. Après avoir vu son mari partir pour la guillotine, la jeune femme comprend que son tour va venir. Elle en tombe malade et ses geôliers sursoient à l’exécution de deux jours. C’est assez pour la sauver. Avec la chute de Robespierre, qui intervient entre-temps, tous les suspects – dont elle – sont libérés.

Veuve et pauvre, Rose est aussi très éprouvée par son incarcération. Sans doute viendra de là son incapacité à enfanter de nouveau…

Énergique, elle surmonte l’adversité et se rattrape en devenant l’une des femmes les plus en vue de la bonne société du Directoire et la maîtresse du «roi» Barras (séduisante, elle a néanmoins les dents si gâtées que les portraitistes veillent à la représenter lèvres serrées).

C’est ainsi qu’elle fait la connaissance du général Bonaparte, devenu un intime de Barras suite à la répression de l’insurrection royaliste de Vendémiaire. Éperdument amoureux de celle qu’il appelle Joséphine (pour n’avoir pas, dit-on, à prononcer le prénom usité par ses précédents amants), Bonaparte demande sa main. Il l’épouse sans formalités le 9 mars 1796 devant un officier d’état-civil. Coquette, la mariée se rajeunit à cette occasion d’une demi-douzaine d’années pour ne pas apparaître plus vieille que son fougueux mari…

Quelques jours plus tard, le général part pour l’armée d’Italie dont il a reçu le commandement en bonne partie grâce à l’entregent de son épouse. Insatiable, cette dernière le trompe néanmoins pendant ses équipées en Italie puis en Égypte avec un capitaine de hussards, un certain Hippolyte Charles.

Quand elle apprend que son illustre époux est revenu d’Égypte et a débarqué à Golfe-Juan, elle part à sa rencontre pour se faire pardonner. Mais elle se trompe de route. C’est ainsi que le général arrive à l’hôtel de sa femme, rue Chanteraine, pour s’apercevoir qu’elle n’est pas là ! Sa colère redouble d’intensité. Habilement, la femme adultère confie à ses deux enfants Eugène et Hortense le soin de plaider sa cause et son pardon. Ils y réussissent fort bien.

Joséphine de Beauharnais (23 juin 1763 - 29 mai 1814), 1801, par François Gérard (musée de l'Ermitage)

Impératrice pour la vie

Dès lors, Joséphine revient à de meilleurs sentiments tandis que l’étoile de son mari se hisse au firmament de la gloire. Pleinement solidaire de Napoléon, elle se va mettre à son service dans toutes les épreuves qui réclament du doigté, de bonnes relations et de la diplomatie, à commencer par le coup d’État de Brumaire.

Son fils Eugène devient un très honorable collaborateur du Premier Consul comme vice-roi d’Italie puis comme général. Il épousera une princesse bavaroise. Sa fille Hortense se sacrifie à l’intérêt du clan en épousant Louis, frère cadet de Napoléon et futur roi de Hollande, par ailleurs un incapable et un mauvais mari qu’elle n’aura de cesse de tromper.

Le Corse Napoléon et la créole Joséphine triomphent ensemble lors du sacre à Notre-Dame. Joséphine a surmonté l’hostilité que lui voue la famille Bonaparte. Son mariage civil a été renforcé par une cérémonie religieuse, la nuit précédant le sacre, devant le cardinal Joseph Fesch, oncle de l’empereur. Comble d’habileté, la nouvelle impératrice obtiendra aussi du peintre David que le célèbre tableau du sacre représente son couronnement et non celui de Napoléon 1er.

Mais incapable de donner à Napoléon l’héritier dont il a besoin, elle doit se résoudre au divorce pour raison d’État le 16 décembre 1809. Elle conserve le titre d’Impératrice des Français et une riche dotation incluant le château de la Malmaison. Elle y mène une vie active et épanouie, en mère et grand-mère attentionnée, au milieu de ses collections de fleurs et d’animaux. Napoléon, qui lui a gardé toute son affection, lui rend de fréquentes visites. C’est là, à la Malmaison, qu’elle meurt d’une fluxion de poitrine le 29 mai 1814, à 51 ans, peu après la chute de l’Empire, ayant pris froid en faisant visiter son domaine au tsar Alexandre 1er.

L'impératrice Joséphine reçoit le tsar Alexandre 1er à la Malmaison (Hector Viger, 1864, musée de la Malmaison)
Joséphine à la Malmaison

La Malmaison aujourd'hui (photo : Fabienne Vignolle, Herodote.net)Joséphine a acheté sous le Directoire acheté cette grande maison située en bordure du bois de Cucufa, à l’ouest de Paris, et dont le nom («mauvaise maison») rappelle que des brigands de grand chemin l’ont habitée dans une époque plus ancienne.

Désireuse de prendre une revanche sur le passé, elle la fait rénover avec le concours des architectes Percier et Fontaine et l’aménage luxueusement grâce à la bienveillante compréhension de son mari, y dépensant pas moins de dix millions de francs en une dizaine d’années.

La Malmaison est meublée dans le goût Empire avec des meubles qui rappellent l’Égyte pharaonique. Dès le Consulat, la Malmaison devient l’un des sièges du gouvernement. Napoléon y aménage un bureau de travail à l’allure d’une tente militaire. Il y retrouve Joséphine chaque semaine et y donne de grandes fêtes.

La Malmaison aujourd'hui (photo : Fabienne Vignolle, Herodote.net)

Dans le parc, qui compte alors plus de 700 hectares, Joséphine crée après son divorce une ménagerie pleine d’animaux exotiques et des serres chauffés où s’épanouit sa passion pour la botanique, les fleurs rares et les roses en particulier.

sources :

hérodote.net

André Larané

Fabienne Manière

Publicités

Histoire de l’Institut de France

. ——===ooOoo===—— .

 Histoire de l’Institut de France 

. ——===ooOoo===—— .

.

.

.

L’Institut de France est une institution de l’État, composée de cinq académies à la longue histoire. Pour le monde entier, il s’identifie avec la Coupole sous laquelle se tiennent les cérémonies solennelles des cinq académies, celles pour lesquelles les académiciens revêtent le costume de drap bleu foncé, brodé de ces rameaux d’olivier vert et jaune, qui lui valent son nom d’habit vert. L’épée de cour, par laquelle Napoléon remplaça la canne, est souvent une création originale, ornée des symboles qu’a choisis chaque académicien. Les amis du nouvel élu la lui offrent au cours d’une cérémonie qui précède la réception officielle.

.

.

La naissance des Académies et la création de l’Institut de France

.

Les académies forment un « parlement de savants », riche de son histoire, mais aussi de son rôle actuel. C’est l’essor des salons et des cénacles littéraires sous le règne de Louis XIII qui donne en 1635 à Richelieu l’idée de créer l’Académie française, dont il se déclare protecteur et à laquelle il confie le soin de veiller sur la langue française et d’en rédiger le dictionnaire. Ce Dictionnaire, toujours tenu à jour, a déjà connu huit éditions. D’une commission de l’Académie constituée pour rédiger les Inscriptions des médailles et des bâtiments royaux, Colbert fait en 1663 l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Elle est vouée à l’histoire, à l’archéologie et à la philologie, aussi bien pour l’Antiquité classique et le Moyen Âge occidental que pour les civilisations orientales. Une Académie des sciences s’imposait. Elle voit le jour en 1666. Lavoisier y fait établir en 1785 deux sections, une pour les sciences exactes et une pour les sciences de la nature. Cela explique qu’elle ait encore aujourd’hui deux secrétaires perpétuels. L’Académie des beaux-arts est née de la réunion de l’Académie de peinture et de sculpture créée par Mazarin lui-même en 1648, de l’Académie de musique créée en 1669 et de l’Académie d’architecture, créée en 1671. Elle comprend des artistes, des écrivains, des mécènes. Elle s’est élargie en 1985 par une section formée pour les arts du cinéma et de l’audiovisuel.

.

.

.Napoléon Bonaparte siégeant en habit d'académicien. Aquarelle d'Edouard Detaille.

.

.

Les académies de l’Ancien Régime ont été dissoutes, comme les autres institutions royales, en 1793. Mais le besoin demeurait d’une assemblée d’écrivains, de savants et d’artistes et la Convention, en son avant-dernière séance, le 25 octobre 1795, créait l’Institut de France. Il était formé de trois classes, puis en 1803 de quatre classes. Celle des sciences morales et politiques se vit supprimée par Bonaparte, qui était membre de l’Institut en sa section de mécanique mais reprochait à ceux qu’il appelait les « idéologues » leur hostilité de principe au régime. Elle est reconstituée en 1832 à l’initiative de Guizot. Désormais, il y a bien cinq Académies. Car, dès 1816, les classes de l’Institut ont repris leur nom d’autrefois : elles sont de nouveau des académies. Demeure l’Institut, qui les regroupe mais respecte leur indépendance. Les anciennes académies siégeaient au Louvre. Celui-ci étant devenu le grand musée que l’on sait, Napoléon décida de donner à l’Institut un nouveau siège, particulièrement prestigieux. Le 20 mai 1805, les membres de l’Institut franchissaient la Seine et s’installaient au Collège des Quatre-Nations.

.

Le Collège des Quatre-Nations

.

Comme tout homme d’État, Mazarin voulait laisser des traces de son passage. Proviseur du collège de Sorbonne, Richelieu avait fait édifier la superbe chapelle où s’élève encore aujourd’hui son tombeau. Trois jours avant sa mort, en mars 1661, Mazarin fondait un collège nouveau, destiné à assurer l’éducation gratuite de soixante jeunes gens originaires de quatre provinces qu’avait réunies à la France les traités de Wesphalie en 1648 et le traité des Pyrénées en 1659. C’étaient l’Artois, l’Alsace, une petite partie de la Savoie, le Roussillon et la Cerdagne. On appela cette nouvelle institution le Collège des Quatre-Nations.

.

.

.Le cénotaphe de Mazarin. Sculpture de marbre blanc d'Antoine Coysevox (1640-1720)

.

.

Le cardinal léguait quatre millions de livres pour financer la construction et une rente de soixante-cinq mille livres par an pour le fonctionnement, avant tout pour les bourses des étudiants. Son tombeau devait être placé dans la chapelle. Ce sera seulement son mausolée, le corps n’y ayant jamais été déposé. L’homme de confiance de Mazarin, Colbert, désigna l’architecte : Louis Le Vau, déjà architecte des agrandissements du Louvre. Il sera le principal architecte de Versailles. Le site choisi était prestigieux : sur l’emplacement de la porte de Nesles, face au Louvre. Le bâtiment sera une véritable scénographie urbaine : deux pavillons carrés encadrant la chapelle et sa coupole, le tout réuni en une vaste courbe. À la mort de Le Vau en 1670, François d’Orbay lui succède. C’est lui qui conçoit cette coupole haute de 44 mètres, une coupole circulaire à l’extérieur et en ellipse à l’intérieur. Le décor en est fait des médaillons des douze apôtres, des initiales de saint Louis  et d’une citation du prophète Ezéchiel  : « il siégera sous son ombre au milieu des nations ». Trois sculpteurs, Coysevox, Tuby et le Hongre collaborent pour élever le mausolée. Le Collège accueille ses premiers élèves en 1688. Il sera prospère jusqu’à sa fermeture en 1791. Il avait reçu les quarante mille ouvrages réunis par le cardinal dans son hôtel de la rue Vivienne, celui-là même qui allait accueillir la Bibliothèque royale et où se trouve encore aujourd’hui une notable partie de la Bibliothèque nationale de France. Ces livres forment la base de la bibliothèque Mazarine, ouverte au public dès ses débuts et aujourd’hui riche d’un demi-million de manuscrits et d’imprimés.

.

.

.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

sources :

== Institut de France 

== le net 

 

Brèves diverses

.

.

—–===ooOoo===——

Un prêtre victime de la Révolution en Normandie.

—–===ooOoo===——

.

.
La mémoire française de la Révolution est souvent l’objet de controverses (pas seulement historiques, loin de là…) et les débats autour du génocide vendéen, relancés par la publication du dernier ouvrage de Reynald Sécher, nous le rappellent quotidiennement ! Pourtant, la Révolution n’a pas été un long fleuve tranquille et a charrié dans son lit de nombreux cadavres, de la Corse à la Bretagne, en passant évidemment par Lyon, Avignon ou encore Savenay : si les manuels d’histoire accordent plus d’importance aux grands principes valorisés par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qu’à leur effective application (pourtant fort… nuancée !), les populations enracinées restent sensibles aux figures locales qui ont traversé la période, en y laissant parfois leur vie et quelques archives pas toujours accessibles, ou les redécouvrent, dans ce grand mouvement informel de recherche de « la mémoire des siens ».

Ainsi, dimanche 29 avril, la béatification de Pierre-Adrien Toulorge sera-t-elle suivie par 2.000 à 2.500 personnes à Coutances, dans la Manche… Le journal La Croix, dans son édition du 27 avril, raconte son histoire, si révélatrice et exemplaire au regard de la période agitée de la Terreur et des enjeux de sa mémoire souvent contrariée : « Pierre-Adrien Toulorge ou l’histoire d’un paradoxe : il y a quelques mois encore, dans la Manche, bien peu connaissaient la figure de ce prêtre guillotiné en 1793, en pleine Terreur. (…) Comme ses contemporains, il est profondément déstabilisé par la Révolution. Il cherchera d’ailleurs d’abord à fuir son destin sur l’île de Jersey. Pris de remords, il rentre sur le continent, où il prend le maquis et célèbre les sacrements clandestinement avant d’être arrêté. Lors de son procès, il cherche à tromper ses juges, avant de revenir sur sa déposition, réalisant qu’on ne peut sauver sa vie sur un mensonge.

« (…) Marc Beuve, président de l’association des Amis du P. Toulorge, se dit frappé par « la vérité et l’authenticité » du personnage. « Je ne sais pas si j’aurai eu son courage, confesse-t-il. L’accusation n’avait aucune preuve de son exil. Il faut être gonflé pour se laisser conduire à l’échafaud alors qu’un mensonge suffirait à vous sauver la peau. »

Bien sûr, la béatification est d’abord religieuse, mais cela n’empêche pas de réfléchir au contexte du martyre de ce prémontré guillotiné pour le simple fait d’avoir émigré à Jersey : la Terreur, qui est la période la plus triste et violente de cette Première République qui se voulait « libératrice » et, bien sûr, éternelle, a usé et abusé de la guillotine pour s’imposer et imposer sa conception du bien et celle de « l’homme nouveau » qu’elle entendait promouvoir, envers et contre tout, parfois contre (presque) tous !
.
.

Mongazon 2

Prêtre caché par une bergère

.
.
Certains me rétorqueront que toutes les grandes mutations se font dans une certaine tension qui peut s’avérer homicide, que cela soit la conquête des terres d’Amérique par les conquistadores ou les révolutions industrielles qui entraînèrent la mort de millions d’ouvriers et de mineurs (d’ailleurs au double sens du terme !) pour permettre l’industrialisation des sociétés contemporaines : une tension nécessaire pour accéder à un autre stade de développement humain, dit-on… Mais tension n’est pas toujours intention, me semble-t-il ! Or, dans le cas de la Terreur, l’intention de détruire des hommes mais aussi des communautés entières est, non seulement avérée, mais revendiquée, assumée, expliquée : « la fin justifie les moyens »… Il est une notion de « pureté » dans la logique de la Terreur (qui n’est qu’un moment de la Première République, et qui ne peut être confondue avec l’intégralité de ce régime auquel Napoléon donne un autre sens et un autre aboutissement que ceux avancés par ses premiers promoteurs…), une logique que l’on retrouve, sans doute, dans les paroles de La Marseillaise pourtant écrites avant même l’établissement de la République : « Qu’un sang impur abreuve nos sillons… ». Mais, contrairement à certains contre-révolutionnaires, je ne pense pas que Rouget de Lisle avouait par là-même une intention d’extermination ni même d’épuration humaine… Son chant est d’abord, on l’oublie un peu, un chant destiné à rassurer, à motiver les troupes françaises mais aussi à apeurer les soldats ennemis : les mots utilisés le sont plus de façon théâtrale qu’avec l’intention de mener une extermination froide d’ennemis vaincus ou prisonniers…

Or, la Terreur, elle, n’a pas cette excuse : ce sont bien des hommes vaincus, qu’elle sort de ses geôles pour les juger avec le couperet possible (c’est le cas de le dire !) en jugement dernier. Ce sont des hommes qui, dans le cas de ce prêtre, ne sont pas des combattants mais des opposants ou, pire (car l’intention prêtée à ceux que jugent les tribunaux révolutionnaires est parfois plus importante que les faits eux-mêmes…), des « suspects ».

Durant la Grande Terreur, la simple suspicion suffisait à envoyer à la guillotine ceux que la République accusait d’être des ennemis « par principe »… Pierre-Adrien Toulorge, accusé d’avoir simplement émigré, était coupable, selon le tribunal révolutionnaire, de beaucoup plus que cela : d’être « naturellement » un mauvais citoyen, un ennemi de la République, un « impur » qui devait être retranché de la nouvelle humanité révolutionnaire en étant définitivement tranché…

Aujourd’hui, la mémoire normande comme celle de l’Eglise lui rendent toute sa place dans la communauté, religieuse comme française, et sans chercher à juger ceux qui l’ont condamné : c’est mieux ainsi ! L’histoire ne doit pas être un « champ des vengeurs » après l’avoir été « des martyrs » : mais elle doit permettre de comprendre ce qui a entraîné tant d’horreurs et d’éviter, autant que faire se peut, qu’elles se reproduisent.

.
.

—–===ooOoo===———–===ooOoo===——

.

.

—–===ooOoo===——

.
Un peintre itinérant du XVe siècle : Antoine de Lonhy
.

—–===ooOoo===——

.

.
Jeudi 3 mai, le musée de Cluny consacrera sa conférence mensuelle au tableau récemment acquis d’Antoine de Lonhy, représentant saint Vincent-Ferrier prêchant, réalisé entre vers 1470-1480.
.
.

Artiste itinérant, Antoine de Lonhy est originaire de Bourgogne. Il demeure d’abord à Châlon-sur-Saone où il est sollicité par le chancelier Nicolas Rolin et par son entourage. Vers 1450, il part pour Toulouse où il s’installe pendant une dizaine d’années. Son activité est ensuite documentée à Barcelone où il réalise ponctuellement plusieurs commandes, mais sa résidence principale est alors dans le duché de Savoie à Avigliana.
.
.

.
.

Retable de la Mère de Dieu,
vers 1461-1462, ©MNAC Barcelone

Ses oeuvres ont d’abord été regroupées sous différents noms de conventions avant de lui être attribuées : le maître de la Trinité de Turin était un peintre de chevalet alors que le « maître des Heures de Saluces » était un enlumineur. L’activité documentée d’Antoine Lonhy attestait quant à elle son savoir faire de peintre verrier, de peintre de retable, de cartonnier et d’enlumineur. Son identification par François Avril a dès lors, réuni un corpus disséminé en Bourgogne (enluminures), à Toulouse (peinture murale et enluminures), Barcelone (vitraux et retable) et à Turin (retable, peintures murales, enluminures). Si certaines de ses oeuvres sont aujourd’hui perdues, comme le décor vitré réalisé pour le château de Nicolas Rolin à Authumes, il n’en reste pas moins un corpus abondant, notamment d’enluminures.
.
.

.
.

Trinité souffante – Antoine de Lonhy,
vers 1470-1480, Museo Civico, Turin

Ce panneau de l’artiste, le seul actuellement conservé en France, aurait pour pendant un saint Dominique conservé à Turin. Pour qui a-t-il été réalisé? Le sujet – un prédicateur espagnol – indiquerait peut être une exécution lors de son passage en Espagne? La réponse jeudi avec Sophie Lagabrielle, conservateur en chef au Musée de Cluny.
.
.

.
.

Saint Dominique, vers 1470-1480,

Galerie Sabauda, Turin
.
.

—–===ooOoo===———–===ooOoo===——

 .

 .

 .

 .

 .

 .

—–===ooOoo===——

Dis-moi qui t’informe je te dirai pour qui tu votes

—–===ooOoo===——
.

.
Quels électeurs pour quelles chaînes de radio et de télévision ? Quels journaux lisent les partisans de Mélenchon ou de Bayrou ? Une étude fait le point la question et démontre la couleur politique des médias.

.
—–===ooOoo===——
.

Publiée par le magazine Marianne, l’étude fait ressortir de nettes tendances :

1. Les médias tous public confondu
Ils attirent les électeurs de toutes sortes mais se raréfient, comme si la tendance était à l’engagement politique. Parmi les radios, seules RMC (49 % d’auditeurs de droite, 9 % du centre et 42 % de gauche), France Bleu (50 % d’auditeurs de droite, 9 % du centre et 41 % de gauche) et Europe 1 (49 %, 11 % et 38 %) attirent un public équilibré. Pour ce qui est de la presse écrite, la presse quotidienne régionale, la plus implantée, et les quotidiens gratuits peuvent également se targuer d’un public politiquement équilibré.

 

2. Les médias à fort public de droite
Ce sont aussi les électeurs les plus âgés. Côté télévision, TF1 rassemble 67 % de téléspectateurs de droite et le JT de M6, 49 %. NRJ se détache tout particulièrement parmi les électeurs de Marine Le Pen (33 % d’auditeurs), ce qui n’a bien sûr rien à voir avec l’orientation politique de cette station, qui tient à rester le plus neutre possible.

 

3. Les médias à fort public de gauche
Côté télévisions, le JT de France 2 capte 51 % d’électeurs de gauche, tout comme le « 19-20 » de France 3 (51 %, mais ce ne sont pas les mêmes) et le « Grand journal » de Canal + (59 %). Mais il ne s’agit pas des mêmes publics : France 2, tout comme Canal +, est regardée par un auditoire plutôt urbain, tandis que France 3 polarise la France périurbaine.

France Inter (72 %) et, dans une moindre mesure, France Info (49 %) séduisent les auditeurs de gauche, notamment la génération des soixante-huitards. A noter que Libération, très polarisé à gauche, possède un lectorat bien plus aisé que celui du Monde et du Figaro.

Enfin, concernant la presse hebdomadaire…
Paris Match penche nettement du côté droit : 65 % de ses lecteurs ont voté Sarkozy, Le Pen ou Dupont-Aignan (dont 20 % pour la candidate FN). Le Figaro Magazine (78 % de lecteurs de droite et du FN) et Valeurs actuelles (87 %) sont encore plus, et c’est logique, ancrés à droite.

Enfin, Marianne (74 % d’électeurs de gauche) dépasse le Nouvel Observateur (71 %) sur sa gauche, tandis que Le Point parvient tout de même à attirer 27 % d’électeurs de gauche.
.
.
—–===ooOoo===————===ooOoo===——
.
.

patrick

HABIT DU PREMIER CONSUL

 

—–===ooOoo===——

BONAPARTE PREMIER CONSUL

——===ooOoo===——

Sur le cadre d’origine, un cartouche porte l’inscription : « Donné par le Premier Consul au Second Consul ». Ce portrait, exécuté l’année même de la fondation de la Légion d’honneur, fut offert à Cambacérès. Bonaparte porte l’habit de velours rouge de Premier consul. Il désigne des parchemins sur lesquels on lit : « Bataille de Marengo – Traité de… Plaisance, Loeben, Campo-Formio…18 Brumaire, Concordat ».

 

 

Auteur : GROS Antoine-Jean (Baron) (1771-1835)

Date : 1802

Technique : huile sur toile

Dimensions : H. 2,05 m; L. 1,27 m

Lieu : Paris, Musée national de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie

Sujets : Bonaparte (Premier Consul), Consulat, Propagande

Descripteurs : Gros, portrait en pied, Marengo, Plaisance, Loeben, Campo-Formio, 18 Brumaire, Concordat

 

——===ooOoo===——

—–===ooOoo===——

HABIT DU PREMIER CONSUL

——===ooOoo===——

De retour en France, vainqueur après la bataille de Marengo le 14 juin 1800, Bonaparte fit étape les 28 et 29 juin à Lyon. À cette occasion, la municipalité de la ville lui offrit cet habit de Premier consul, en velours de soie uni rouge corail, brodé, or et argent, de motifs de feuilles d’olivier ; habit dit « à la française », à un seul rang de boutons, sans revers, fermé sur la poitrine mais s’évasant sur les cuisses, aux longues basques, comme on pouvait en porter à la Cour de France sous le règne de Louis XVI. Seul le col droit est typiquement à la mode du Consulat et le restera sous l’Empire.

Il s’agissait donc, avec son gilet et sa culotte, d’une tenue de cérémonies, destinées aux grandes occasions, contrairement à l’habit quotidien, croisé, à col rabattu, et aux broderies moins riches, comme on le peut le voir représenté sur le portrait du Premier Consul par Antoine-Jean Gros et que, du reste, Bonaparte délaissa après Marengo.

Le Premier Consul porta spécialement cet habit le dimanche de Pâques 18 avril 1802 (28 germinal an X), à la messe célébrée à Notre-Dame de Paris pour la signature du Concordat et au grand dîner qui s’ensuivit, aux Tuileries.

Las Cases l’évoque dans le Mémorial de Sainte-Hélène, au 10 janvier 1816 :
« L’Empereur s’est fait ouvrir les armoires, elles n’ont présenté que son linge et ses habits ; le tout était fort peu considérable, et pourtant il s’étonnait encore d’être si riche.
On y voyait son habit de Premier consul, en velours rouge, brodé soie et or ; il lui avait été présenté par la ville de Lyon ; circonstance qui faisait sans doute qu’il se trouvait ici, son valet de chambre sachant qu’il l’affectionnait beaucoup, parce qu’il lui venait, disait-il, de sa chère ville de Lyon. »

Finalement, Napoléon l’offrit à la fille du Grand Maréchal Bertrand, Hortense, future madame Thayer, pour qu’elle en fasse une robe ! Fort heureusement, elle s’en abstint et en fit plus tard don au prince Victor Napoléon à qui il fut acheté en 1979. Il est aujourd’hui conservé au château de Malmaison.

Cet habit fait partie de la collection de costumes du musée nationale des châteaux de Malmaison et Bois Préaux. Une collection désormais à admirer sous toutes les coutures avec la nouvelle application gratuite pour tablettes numériques développée pour Malmaison.

Date : 
1800 

Technique : 
Velours de soie uni rouge corail, brodé au passé or et argent 

Dimensions : 
H. 110 cm 

Lieu de conservation : 
Rueil-Malmaison, musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau 

——===ooOoo===——

—–===ooOoo===——

AUTRE HABIT DU PREMIER CONSUL

——===ooOoo===——

Cet habit à la française en velours de soie rouge brodé fut offert à Bonaparte par la municipalité de Lyon lors de son premier voyage dans cette ville, les 28 et 29 juin 1800, après Marengo. Il le porta notamment lors du Te Deum célébré à Notre-Dame de Paris à l’occasion de la signature du Concordat (28 germinal an X – 18 avril 1802).

 

——===ooOoo===——

 

Date : 1800

Technique : velours, soie, argent

Dimensions : H. 1,100 m

Lieu : Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau

Descripteurs : vêtement, broderies, velours, soie

Crédits : Fondation Napoléon, M.P. Moinet

——===ooOoo===——

 
patrick

sources 

napoleon.org