Le réchauffement climatique a déjà des conséquences irréversibles sur la nature

.
.——===ooOoo===——
.

Le réchauffement climatique a déjà

des conséquences irréversibles sur la nature

.
——===ooOoo===——
.

Dans son dernier rapport, publié le 8 mai sous l’égide du Professeur Jorgen Randers et intitulé « Prévision globale pour les quarante prochaines années », le célèbre Club de Rome confirme que la hausse attendue des émissions humaines de CO2 devrait bien provoquer une augmentation de 2°C de la température mondiale d’ici 2050 et de 2,8°C d’ici 2080 et cela même en tenant compte des facteurs de pondération que sont la décélération démographique (8 milliards d’habitants prévus en 2040 et la stabilisation de la croissance économique dans les pays développés).

Cette étude rappelle que l’homme émet à présent, en incluant la déforestation, prés de 10 milliards de tonnes de carbone par an (10 fois plus qu’en 1940), soit plus de deux fois la quantité que peut absorber la Terre dans ses sols, ses océans et ses forêts. Or, compte tenu de l’inertie des systèmes et processus de décisions et même si un nouveau traité international ambitieux prend la suite des accords de Kyoto, il faudra au moins 20 ans pour que nos émissions de gaz à effet de serre commencent à baisser au niveau mondial.

C’est dans ce contexte alarmant qu’il est intéressant de mettre en relation plusieurs études scientifiques internationales qui montrent que le réchauffement climatique accéléré (augmentation des températures moyennes mondiales de 0,8°C depuis un siècle et de 0,2°C par décennie depuis trente ans) a déjà des conséquences majeures et irréversibles sur la nature et l’ensemble du vivant.

Français : Evolution des émissions de CO2 aux ...

Français : Evolution des émissions de CO2 aux Etats-Unis entre 1990 et 2007 (Photo credit: Wikipedia)

Réalisée en 2005, la première étude concerne l’impact en Europe des canicules à répétition sur les plantes et plus généralement sur le cycle global du carbone. Cette étude montre que les canicules répétées ont entraîné une profonde modification des échanges gazeux et une diminution d’un tiers de la productivité végétale et agricole au cours du dernier siècle. Concrètement, les sols et forêts européennes ont émis plus de 500 millions de tonnes de CO2 en 2003, ce qui correspond à quatre ans de stockage de carbone par le milieu naturel européen.

Face à l’augmentation annoncée du rythme des fortes chaleurs et canicules, cela signifie que notre continent risque de devenir rapidement une source d’émission de carbone, ce qui ne ferait qu’aggraver encore le réchauffement général de la planète.

Une autre étude publiée dans la revue « Science » en 2009 montre que l’immense forêt tropicale d’Amazonie a stocké deux milliards de tonnes de CO2 par an en moyenne depuis 30 ans mais a émis trois milliards de tonnes de CO2 au cours de l’année 2005, particulièrement chaude et sèche. Au final, le bilan fait apparaître un solde négatif de cinq milliards de tonnes de CO2 relachées dans l’atmosphère, ce qui correspond à environ 15 % de l’ensemble des émissions humaines annuelles de CO2 en 2010 ou encore à l’ensemble des émissions annuelles européennes et russes de CO2.

la nature

la nature (Photo credit: cremona daniel)

Cette étude confirme les derniers travaux du GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Etude sur le Climat) qui montrent que le réchauffement accéléré du climat risque de provoquer sur à peine un demi-siècle le remplacement des forêts tropicales par de la savane dans tout l’est de l’Amazonie, ce qui se traduira par une augmentation très sensible des émissions de gaz à effet de serre qui viendra en retour aggraver le réchauffement climatique.

Une autre étude, publiée dans « Science » en juin 2008 par des chercheurs de l’INRA et du CNRS a porté sur l’adaptation de 171 espèces des plantes au changement climatique depuis un siècle. Elle montre que les espèces végétales sont remontées, en moyenne, de 30 mètres tous les 10 ans pour tenter de s’adapter aux nouvelles conditions thermiques et climatiques (Science). Cette étude montre que si certaines espèces parviennent à s’adapter tant bien que mal à ce changement climatique, d’autres ont beaucoup plus de mal à survivre et sont globalement menacées dans leur existence.

Un article publié en octobre 2011 dans la revue Nature Climate Change montre que le réchauffement climatique est en train de provoquer une réduction sensible de la taille d’une grande quantité d’espèces animales et végétales. Il semble que la raréfaction de l’eau et des éléments dont se nourrissent les plantes soit à l’origine de ce phénomène de rétrécissement des végétaux.

Dans le milieu marin, l’acidification des océans provoquée par l’augmentation de la concentration de CO2 est également en train d’entraîner une réduction de la taille des espèces marines, comme le confirme une étude publiée en 2009 par le biologiste Martin Daufresne.

La nature dans son plus simple appareil n°DSC09013

Enfin, une récente étude publiée dans la revue Nature confirme les conséquences biologiques majeures du changement climatique sur les espèces végétales. Cette étude qui porte sur 1 600 espèces de plantes montre notamment que les plantes fleurissent beaucoup plus rapidement que les modèles de prévisions admis par les scientifiques. L’étude montre que la floraison et l’apparition des feuilles se déroulent en moyenne cinq jours plus tôt par degré d’augmentation de température. Dans l’est des Etats-Unis, on observe par exemple que les cerisiers fleurissent une semaine plus tôt qu’en 1970 !

Cette évolution rapide peut sembler anodine, il n’en est rien. Elle risque en effet d’avoir des conséquences très dommageables sur l’ensemble du biotope car dans la biosphère, tout se tient : l’alimentation et la reproduction des espèces animales sont étroitement liées aux cycles de floraison des plantes.

Notre planète forme un système vivant d’une prodigieuse complexité et possède d’extraordinaires capacités d’adaptation face aux grandes ruptures climatiques, comme le montre sa longue histoire. Mais cette fois, la mutation environnementale à laquelle nous sommes confrontés est inédite par son ampleur et sa rapidité et personne n’est en mesure de prévoir comment la nature va réagir à ce bouleversement majeur et irréversible. Ce qui est certain, c’est que le cadre et les conditions de vie de notre espèce vont être affectés bien plus gravement et durablement qu’on ne l’imaginait jusqu’à présent car nous avons sous-estimé l’effet des interactions entre les multiples facteurs et composantes modifiés par le changement climatique. Nous devons également nous rappeler que l’homme fait partie intégrante de la nature et que la technologie, aussi puissante soit-elle, ne pourra pas à elle seul tout résoudre.

Sous l’effet de cette mutation violente de l’environnement, des tensions redoutables pourraient notamment apparaître dans ces prochaines décennies en matière de productions alimentaires car les capacités d’adaptation des milieux naturels et des sociétés humaines ont leurs limites et il y aura deux milliards de bouches supplémentaires à nourrir dans moins de quarante ans, c’est-à-dire l’équivalent des populations de l’Afrique et de l’Inde réunies ! Ces tensions potentiellement porteuses de conflits risquent de s’accompagner de mouvements de population d’une ampleur sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Parviendrons-nous à gérer l’accueil de ces centaines de millions de réfugiés climatiques sans faire « exploser » nos sociétés ?

 

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

sources :

http://www.nature.com

http://www.clubofrome.org/?p=703

http://www.notre-planete.info

Publicités

Parlez-vous français ?

 

.
——===ooOoo===——
.

Parlez-vous français ?

.
——===ooOoo===——
.

 JPEG - 43.9 ko.

L’Université au Moyen-ÂgeLa logique – la Réthorique.
Manuscrit francien 574

.

Le thème du déclin de la langue française est souvent balayé d’un revers de main par nos responsables politiques et culturels. Ces derniers font valoir que les discours sur la décadence sont le lot quotidien dans l’hexagone et qu’il faut savoir prendre du recul face à des affirmations un peu péremptoires. Dans l’absolu, je ne saurais leur donner tort. Pourtant, en nous y intéressant d’un peu plus près, il est un paradoxe apparent très intéressant concernant la santé de la langue française dans le monde. D’un côté, nous avons les déclarations officielles des décideurs politiques, culturels et économiques qui visent à nous rassurer : la langue de Molière ne recule pas, elle n’a jamais cédé un pouce face à d’autres idiomes et il n’y a rien à craindre à ce sujet. D’un autre côté, la réalité des chiffres et des tendances offre un tableau nettement plus pessimiste, pour ne pas dire alarmiste. Peut-on encore accorder du crédit aux habituels arguments irréfutables concernant l’expansion radieuse du français dans le monde ?

.

JPEG - 49.6 ko

Les trois livres de Tules 1547

.

« Au nom de l’exception culturelle française, notre langue et notre culture sont valorisées et défendues au plus haut niveau. » Ah, cette fameuse manie de l’exception culturelle !… Certes, certaines nations (pays scandinaves, monde germanophone, etc.) semblent avoir abandonné la partie de manière plus ou moins visible. Pourtant, nous ne sommes pas les seuls à avoir conscience de l’importance de notre langue et de notre culture, tant s’en faut ! Et surtout, cela fait bien longtemps qu’au niveau linguistique, nous avons lâché prise. Il ne s’agit pas d’être pessimiste : cet abandon est entièrement voulu et, avec une véritable volonté politique, nous pourrions reprendre la main en quelques décennies. Pourtant, plus le temps passe, moins nos dirigeants politiques semblent s’intéresser à la Francophonie et au sort de la langue et de la culture française dans le monde. Le mandat de Nicolas Sarkozy a été à cet égard particulièrement désastreux, même s’il ne peut être l’unique responsable du déclin du français dans le monde. Participer aux sommets de la Francophonie ne suffit plus, d’autant plus que même l’immense majorité des citoyens français ne saurait citer la date et le lieu du dernier congrès général de l’organisation (c’était à Montreux, en Suisse, en 2010). Aucune médiatisation, aucune proposition politique concrète, pas de plan ambitieux et public, rien qui permette de promouvoir l’organisme et ses objectifs à court et long terme. Comment se fait-il que les différentes réunions de l’Hispanité ou des sommets de la Communauté des Pays de Langue portugaise bénéficient d’une meilleure visibilité ? Peut-être parce que des moyens réels sont investis en ce sens ?

.


L’une des pages de l’ordonnance
de Villers-Cotterêts
.

« Les chiffres parlent pour nous : plus de 700 millions de francophones et 85 millions d’étudiants dans le monde ! » La plupart des données dans les médias sont généralement surévaluées. Il est impossible, lorsque l’on veut évaluer la population de langue française sur la planète, de se contenter d’additionner les chiffres officiels de chaque pays membre de la Francophonie. Pourquoi ? D’abord parce que le français n’y est pas officiel partout et que tous les Albanais (ils sont près de 3 millions) ou tous les Cambodgiens (ils sont un peu moins de 15 millions) ne pratiquent pas la langue de Molière. Ensuite parce que, même dans les pays où le français est langue officielle, une part non négligeable de la population ne le pratique pas. C’est notamment le cas dans une grande partie des pays africains. La République démocratique du Congo, par exemple, pourrait virtuellement être le plus grand pays francophone au monde (elle est peuplée de plus de 71 millions d’habitants). Mais, dans les faits, les Congolais ne sont que 3 millions à maîtriser réellement le français, contre 36 millions à utiliser le lingala comme lingua franca. Si l’Afrique est bien, démographiquement et économiquement, le plus grand « réservoir » pour la langue de Molière, rien n’est gagné en la matière. Pour rester réalistes, nous pourrions estimer la population francophone totale (locuteurs maternels et locuteurs secondaires) à 200 millions de personnes dans le monde, peut-être un peu plus. C’est une bonne base, mais notre place relative (neuvième langue la plus parlée dans le monde) montre à quel point nous avons chuté depuis la fin du xixe siècle ou même depuis 1950.

.

JPEG - 149.5 ko.

Classe au XXème siècle  Reconstitution

.

« Plus de 70 pays parlent le français, l’une des seules langues à être parlées sur les cinq continents ! » La Francophonie est en train de devenir une petite copie de l’Organisation des Nations unies. Cela peut sembler bien… si ce n’est que bon nombre des nations qui la composent ne font rien pour valoriser et diffuser le français, malgré l’argent reçu à cette fin. Le nombre de francophones au Vietnam et au Laos est devenu insignifiant ; il est en chute libre ou en voie de disparition au Liban, en Égypte, en Arménie, en Roumanie ou en Bulgarie ; il n’a jamais été réellement élevé et ne tend pas à le devenir au Cap-Vert, en Guinée équatoriale, en Slovaquie, en Pologne, en Hongrie, en Lituanie ou en Macédoine. Aucun de ces pays n’obtient des résultats probants dans la défense et l’illustration de notre langue, pour ne pas dire que la plupart d’entre eux s’en moque éperdument aujourd’hui. Alors pourquoi dépenser de l’argent et les maintenir dans la Francophonie ?

.


Agence intergouvernementale
de la Francophonie

.

La présence du français s’est réduite un peu partout, et il ne faut pas se cacher derrière l’argument des cinq continents : que peuvent peser moins de 20 millions de locuteurs natifs ou secondaires sur plus de 900 millions en Amérique ; environ 25 millions sur plus de 4 milliards en Asie ; ou un peu plus de 250 000 sur plus de 30 millions en Océanie ? Nos deux seuls véritables socles sont l’Afrique et l’Europe mais, partout, nous perdons du terrain dans l’apprentissage. Le chiffre de 85 millions d’apprenants, cité plus haut, est largement fantaisiste : nous sommes peut-être plus proches de 10 millions en tablant large, ce qui fait encore du français la troisième langue la plus apprise au monde, derrière l’anglais et l’espagnol. Sur le continent américain, les États fédérés canadiens non francophones ont relégué l’apprentissage du français au second plan derrière l’espagnol, de même que les États-Unis d’Amérique. Au Brésil, nous avons perdu la partie en faveur de l’espagnol et, dans les autres pays latino-américains, en faveur du portugais, le tout dans le cadre du Mercosur. Même en Chine ou au Japon, lorsque l’anglais et l’espagnol sont passés, il reste peu de place pour une autre langue occidentale. Quant à l’Europe orientale, elle vogue entre l’anglais et l’allemand, avec la pénétration récente et rapide de la langue de Cervantès.

Pourtant, rien n’est totalement perdu et il s’agit d’être réaliste, pas pessimiste. Le français n’aura pas à affronter un déclin démographique et culturel aussi massif que celui de l’allemand ou du japonais dans les décennies à venir. Deux actions-force sont à mener :

–         Réorganiser notre action culturelle et linguistique à l’étranger. Nous dépensions presque 900 millions d’euros en 2007 pour notre projection culturelle à l’étranger, soit 12,6% de notre budget total. C’est à la fois trop et trop peu. Trop, parce qu’avec des sommes nettement plus modestes, certains pays ont de meilleurs résultats que nous (200 millions d’euros suffisent au Royaume-Uni, 90 millions à l’Espagne). Et l’expansion « naturelle » de leur langue n’explique pas tout. Trop peu parce qu’il y a encore dix à douze ans, nous consacrions 20,5% de notre budget à cette tâche. J’ai conscience que la crise est passée par là, que le temps est l’austérité aveugle. Mais de deux choses l’une : soit nous assumons notre « mini » ONU impuissante avec un budget conséquent, soit nous coupons dans le vif pour coller au plus près de la réalité et nous pourrons alors dépenser moins d’argent pour plus de résultats. Il en va de même pour nos 144 Alliances françaises dans le monde : le plus grand réseau du monde mais des résultats moindres qu’un peu plus de 70 Instituts Cervantès. Un peu de ménage à faire ?

.

–        .

Favoriser l’enseignement systématique, notamment par des moyens financiers réels, du français en Afrique et, dans le même temps, aider au développement du continent. C’est à ce prix que notre « réservoir » linguistique sera effectif mais aussi que nous pourrons renforcer la présence commerciale (le français n’est encore que la sixième langue d’échanges au monde, la quatrième si on ne compte que les langues d’origine européenne) ou dans les nouvelles technologies (la langue de Molière est la huitième langue la plus représentée sur la toile, mais notre potentiel de croissance y est important). Ce n’est plus sur notre passé de langue diplomatique que se joue la concurrence, désormais, mais bien dans ces deux domaines : développement et informatique.

.

Nicolas Klein

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

sources :

 

http://www.academie-francaise.fr/

http://www.tlfq.ulaval.ca/

http://www.espacefrancais.com/home.php

http://veille-education.org/

http://www.languefrancaise.net

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_langue_fran%C3%A7aise

 

 

Nigeria : 17 lycéennes disparues / Juliana, témoigne …

.
——===ooOoo===——
.

Nigeria : 17 lycéennes portées disparues

.
——===ooOoo===——
.

Au Nigéria, 17 adolescentes chrétiennes ont disparu

alors qu’elles se rendaient dans leur nouveau lycée

.
——===ooOoo===——
.

Cela fait six mois que les parents de 17 jeunes filles chrétiennes âgées de 15 à 22 ans, sont sans nouvelles de leurs enfants. Les soupçons se portent sur les islamistes. Toute la communauté chrétienne de la ville de Tafawa Balewa, ville déjà ravagée par plusieurs attaques d’islamistes, est dans l’affliction et les responsables d’églises se concertent pour décider des démarches à entreprendre.


.

Nigeria : Chrétiens persécutés
.
En septembre 2011, le ministère de l’éducation de l’Etat de Bauchi, dans le nord du Nigeria, a décidé de fermer le lycée public de filles de la ville de Tafawa Balewa. Les 17 jeunes filles chrétiennes ont donc été transférées dans un nouveau lycée à l’extérieur de la ville. C’est lors de ce transfert qu’elles ont disparu.
.

Map locator of Nigeria.

Map locator of Nigeria. (Photo credit: Wikipedia)

.
D’après une source sur place, les disparitions de jeunes chrétiennes sont fréquentes dans le nord du pays où les musulmans mènent une véritable guerre sainte (djihad) contre la communauté chrétienne. Dans les 12 Etats du nord du Nigéria, régis par la charia (loi islamique), le groupe islamiste radical Boko Haram cherche, par des attaques toujours plus violentes, à chasser les chrétiens du pays.
.
.
Le week-end de Pâques a d’ailleurs été marqué par des attentats à la bombe contre deux églises dans la ville de Kaduna. On dénombre au moins 38 morts. Là encore Boko Haram est suspecté.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.
.

Flag of Nigeria

Flag of Nigeria (Photo credit: Wikipedia)

.
.
.
——===ooOoo===——
.

Nigeria : Juliana, témoignage édifiant d’une mère

.
——===ooOoo===——
.

Juliana, chrétienne nigériane dont les deux filles
ont disparu il y a 8 mois, continue de placer
sa confiance en Dieu malgré les épreuves.

.
——===ooOoo===——
.

En septembre 2011, 17 jeunes filles chrétiennes qui se rendaient dans leur nouveau lycée ont disparu. Parmi elles, se trouvaient Diana, 19 ans et Maryamu, 21 ans. Leur mère, Juliana, est toujours sans nouvelle d’elles. Ce n’est pas la première épreuve que traverse Juliana, mais sa foi reste intacte et l’aide à avancer. Malgré les difficultés, elle a toujours encouragé ses enfants à faire confiance à Dieu, à réfléchir à leur avenir et à prier pour que Dieu bénisse leurs projets.
.

Juliana-Nigeria
Veuve et gravement blessée
——======————===
Pour Juliana, la vie a basculé une première fois en 2004 quand des islamistes ont assassiné son mari. En plus du chagrin, elle a dû rapidement trouver un travail pour subvenir aux besoins de ses trois enfants. Puis, quelques années après, alors que la vie reprenait son cours, elle a été renversée par un chauffard. Gravement blessée à la jambe, elle a dû être amputée. Une fois sortie de l’hôpital, en janvier 2011, elle s’est installée avec ses trois enfants dans la ville de Tafawa Balewa.
.
Elle s’accroche à Dieu
——======———
Aujourd’hui encore, malgré la disparition de Diana et de Maryamu, elle tient ferme : « Le diable veut me faire douter de Dieu mais je ne le laisserai pas faire. Malgré l’incertitude, je m’accroche à Dieu et je veux entendre les paroles qu’Il a pour moi dans ce moment difficile. » Son fils Peter qui est à ses côtés, la conforte dans sa foi.

Abubakar Tafawa Balewa

Abubakar Tafawa Balewa (Photo credit: Wikipedia)

.
Tafawa Balewa : Sur la ligne de partage
——======————======——-
La ville de Tafawa Balewa est située sur la ligne de partage entre le nord du Nigeria, principalement musulman, et le sud, en majorité chrétien et animiste. En 2012, la communauté chrétienne de la ville a déjà été attaquée à plusieurs reprises par des islamistes, des violences revendiquées par les extrémistes de Boko Haram. En 2011, des affrontements avaient fait une quarantaine de morts.
.

.

.

.

.

.

.

.

.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

sources

— actualitechretienne
— Fil Rouge

 

Le réchauffement planétaire pousse les plantes à migrer en altitude

.
——===ooOoo===——
.

Le réchauffement planétaire

pousse les plantes à migrer en altitude

.
——===ooOoo===——
.

Une équipe internationale de chercheurs a découvert que le réchauffement planétaire déclenche la migration d’espèces végétales vers des altitudes plus élevées. Présentés dans la revue Science, les résultats révèlent que les plantes vasculaires se sont déplacées en altitude de 2,7 mètres, renforçant ainsi les risques de disparition des plantes situées à des altitudes plus élevées.

Sous la direction de l’Institute for Mountain Research à l’Académie autrichienne des sciences, des chercheurs d’Autriche, du Brésil, d’Espagne, de Géorgie, de Grèce, d’Italie, de Norvège, de Roumanie, de Russie, de Slovaquie, de Suède, de Suisse et du Royaume-Uni ont observé que la diversité des espèces en haute altitude des régions tempérées boréales a augmenté, mais a diminué en région méditerranéenne. Ils ont mis en évidence des changements de diversité spécifique dans 66 sommets de 17 régions européennes pour la période 2001-2008.

montagne_fleurs

© C. Magdelaine / notre-planete.info

Après l’évaluation de deux régions cibles dans la péninsule ibérique, les Pyrénées (Ordesa) et la Sierra Nevada (Grenade), l’équipe a confirmé la migration en amont des espèces.

« Ces découvertes confirment l’hypothèse selon laquelle l’élévation des températures force la flore alpine à migrer en amont », commentent les chercheurs. « Ainsi, les espèces rivales sont menacées par les concurrents, qui migrent vers des altitudes plus élevées. Ces changements menacent les écosystèmes alpins à long et moyen termes. »

Les données montrent que le nombre d’espèces poussant dans les hauteurs des montagnes européennes a augmenté de 8%. Cependant, l’augmentation ne touche pas toutes les régions, mais plutôt les régions tempérées et boréales. Des 14 régions d’haute altitude du basin méditerranéen, huit ont connu une diminution des espèces représentées.

Les chercheurs ont également constaté que les sites moins en amont de la région abritent les changements les plus marqués en terme de richesse spécifique, par rapport aux autres régions.

Sierra Nevada

Sierra Nevada (Photo credit: Wikipedia)

Les montagnes de la région méditerranéenne, principalement en Sierra Nevada, en Corse, dans les Apennins centraux et en Crête, sont également influencées par l’élévation des températures, qui entraîne une diminution des précipitations annuelles moyennes, et par conséquent, des périodes estivales plus longues et marquées par la sécheresse.

Cette élévation pèse davantage sur les espèces endémiques. Les régions montagneuses enregistrant les changements les plus importants au niveau de la diversité spécifiques se trouvent en région méditerranéenne, notamment en Europe du Sud, qui a un climat différent par rapport aux autres régions.

La recherche suggère que le changement climatique affecte les espèces basées sur l’humidité des sols plus que sur d’autres espèces. Il convient de faire remarquer, toutefois que les espèces endémiques d’altitude ne sont pas laissées intacts non plus.

« Par exemple, en Sierra Nevada, les observations ont révélé une diminution dans le nombre d’espèces emblématiques, telles que Androsace vitaliana subsp. nevadensis, Plantagonivalis et Artemisia granatensis », explique Joaquín Molero Mesa, professeur à l’université de Grenade en Espagne.

Le projet GLORIA a entraîné plusieurs travaux de recherches dans le monde entier. D’après les experts, il est impératif que les ensembles de données écologiques et les activités de suivi depuis la Terre soient mis à disposition. Ces informations aideraient les chercheurs à mieux comprendre l’impact du changement climatique des environnements de la planète.


.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

.

sources :

http://cordis.europa.eu/

http://www.sciencemag.org/content/336/6079/353.abstract

http://www.mountainresearch.at/index.php/de/

http://www.gloria.ac.at/europe/

http://www.fao.org/gtos/

Interdit d’écrire des SMS en … marchant … !!!

——===ooOoo===——
.

interdit d’écrire des SMS en…
.
……… marchant …………!!!!!

si, si !!!!

.
——===ooOoo===——
.

Fort Lee, New Jersey; looking west from Center...

Fort Lee, New Jersey ( Photo crédit : Wikipedia )

Réglementations stupide ou utile ? Seul l’avenir nous dira la classification de cette décision réglementaire prise par les autorités de la (petite ?) ville de Fort Lee, New Jersey, USA, 35.000 habitants,
.
Cet arrêté qui sanctionne toute personne prise en flagrant délit de rédaction de SMS alors qu’elle est en train de marcher  sur le trottoir, tranquille peinard ( pas accoudé au comptoir …..) alors en voiture, c’est case prison sans toucher les 20.000 dollards de la banque en votre faveur, dixit le Monopoly …..


.
Décision prise pour la sécurité des citoyens, car selon une étude menée par le professeur Eric Lamberg, du département de la thérapie physique à la Stony Brook University, écrire pendant que l’on marche pourrait avoir des effets et des conséquences fâcheuses.

.

«Nous voulons faire prendre conscience qu’un véritable bouleversement se produit car l’écriture de SMS en marchant perturbe votre capacité de réaction face à un événement innatend « , a déclaré le Pr Lamberg .
.

.
les shérifs du coin, eux, ne plaisantent pas, et il semblerait qu’ils mettent même un certain zèle à appliquer cette loi , puisque ce seraient déjà 117 amendes d’un montant de 85 dollars qui auraient été distribuées en seulement quelques jours.
.
Il est vrai qu’aux Etats Unis, certaines lois sont plus ridicules que celle- ci,( page suivante …) qui malgré les sarcasmes, peut éviter à un piéton «  » écrivain de terrain » », de traverser une rue sans respecter les règles élémentaires de prudence …..

.

——======——
.
A Méditer !!!
.

——======——

.

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

sources :

== http://abcnews.go.com/

== http://libn.com/2012/01/19/stony-brook-study-warns-of-texting-and-walking/

== http://www.northjersey.com/news/transportation/road_warrior/ROAD0511.html

——===ooOoo===——

Gregorios III : « une dictature

de la presse sur la crise syrienne »

——===ooOoo===——

.

.

.

.

« Il n’y a plus de Révolution, il n’y a plus de manifestations. Il y a seulement du banditisme et le monde entier refuse de le reconnaître ». Ces paroles ne sont pas celles du président syrien Bachar el-Assad, ni celles d’un de ses ministres, ou celles d’un membre d’un quelconque gouvernement arabe soutien du régime, mais celles du patriarche de l’Église grecque-catholique melkite, dont la résidence est à Damas.

Le prélat n’a pas fait usage de termes vagues pour décrire l’actuel état de crise dans lequel se trouve plongé la Syrie :« des éléments étrangers sont entrés dans le pays et ont même commencé à frapper les chrétiens, qui ont dû quitter Homs étant donné la dangerosité de la situation », a expliqué le patriarche qui n’a pas caché une certaine insatisfaction vis-à-vis de la situation jugée trop souple du Vatican à son égard. Grégoire III s’en est pris ensuite à la presse européenne avec laquelle il a eu affaire lors de récentes visites sur le Vieux Continent pour raconter ce qui était justement en train de se passer en Syrie. « Je n’excuse pas le régime comme j’ai pu l’entendre en France, mais je soutiens une réalité. Les journaux sont stéréotypés, ont des sources uniques et ne sont prêts à écouter personne, pas même moi », a avancé le prélat qui n’ pas hésité à parler d’une vraie « dictature de la presse au service des États-Unis ». Le patriarche a même raconté une anecdote arrivée au neveu d’un évêque travaillant à Dubaï (Émirats arabes unis), qui, alors qu’il se rendait un jour à son travail, a entendu derrière lui un homme annoncer au téléphone qu’il se trouvait à Homs, pendant que les troupes gouvernementales faisaient l’assaut de la ville, en tuant femmes et enfants.

syria

syria (Photo credit: themua)

« On a parlé de complot, mais c’est bien plus grave que cela : il y a une volonté internationale de nuire à la Syrie », a encore affirmé Grégoire III tout en se demandant comment certains États pouvaient changer en peu de mois « le régime qui a tant fait pour sa population », alors que ces mêmes Etats ne réussissent pas à mettre fin au conflit israélo-palestinien. « Aucune sanction n’a été approuvée contre les colonies israéliennes, a-t-il ajouté, alors qu’elles sont illégales. Tout le monde en est persuadé mais personne ne fait rien ».

Enfin, répondant à une question des journalistes relative aux actions de l’armée syrienne vis-à-vis de la population, le patriarche n’a pas hésité à affirmer que l’intervention des forces armées a été« tardive et trop légère » pour espérer mettre fin aux violences des bandes rebelles.

Un témoignage important sur la situation réelle de la Syrie qui tranche singulièrement avec ce qu’on peut trouver dans les principaux media, lesquels ne se préoccupent décidément pas d’informations claires et objectives. 

.
——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

Patrick

sources :

== http://www.agoravox.fr/

HOLLANDE : « LES CHINOIS TRICHENT SUR TOUT »

HOLLANDE : « LES CHINOIS TRICHENT SUR TOUT »

.——===ooOoo===——

.

.——===ooOoo===——

.

« Le problème, il est chinois. (…) Il faudra ouvrir le conflit. ». La citation de François Hollande, reproduite dans un livre publié cette semaine, est pour l’instant passée inaperçue. Et pourtant, elle pourrait faire des remous.

François Hollande

François Hollande (Photo credit: Wikipedia)

——===ooOoo===——

« Les Chinois trichent sur tout »: dans « La victoire empoisonnée », le livre du journaliste Eric Dupin paru jeudi aux éditions du Seuil, François Hollande se livre à une analyse d’une rare franchise, recueillie au cours de la campagne, micro ouvert. Nous l’avons relevée au cours de notre émission, enregistrée ce vendredi, avec Eric Dupin et Marie-Eve Malouines (France Info).

.

.
La voici :

=ooOoo=

.

« Je suis arrivé à un moment où je pense qu’il faut nommer l’adversaire. Je l’avais fait pour la finance. Il faudra le faire pour les Chinois. Le problème, il est chinois. Ils trichent sur tout. Sur la monnaie, en matière de recherche. La difficulté, c’est que beaucoup de grandes entreprises vivent avec des contrats chinois. Ce sont elles qui empêchent que nous soyons plus fermes à l’égard des produits de ce pays. Mais il faudra ouvrir le conflit en ayant le soutien d’un certain nombre de pays européens. »

.

.

Dans le flot des « quickbooks » qui sortent cette semaine, et de leurs révélations plus ou moins pertinentes, la citation est passée inaperçue.

.

.

——===ooOoo===————===ooOoo===——
.

.

Patrick

sources :

== arrêt sur images