200 000 fraudeurs privés de prestations sociales

—–===ooOoo===——

200 000 fraudeurs privés de prestations sociales

—–===ooOoo===——

 


………………………C’est en Grèce …..!



—–===ooOoo===——

« L’Etat grec a cessé le versement de diverses prestations sociales, dont des pensions de retraite, à 200.000 personnes soit coupables de fraude soit décédées (…). Ce chiffre représente environ 2% de la population grecque. La Grèce s’est lancée dans une campagne de lutte contre les fraudes aux prestations sociales pour essayer de réduire son endettement sous la pression de ses créanciers internationaux (…) L’assainissement du système des retraites et des prestations sociales devrait permettre à Athènes d’économiser jusqu’à 800 millions d’euros par an (…) »

Faudra-t-il que la France attende d’être en faillite pour prendre des mesures de bon sens ? Si la fraude était de même ampleur chez nous, elle pourrait concerner près d’1,5 million de personnes…


—–===ooOoo===——

 

patrick

sources

http://tempsreel.nouvelobs.com

Publicités

Appel pour le maintien de l’Histoire et la Géographie en terminale S

L’appel du 11 avril 2012 –

par Bruno Benoit,

Président de l’APHG

—–===ooOoo===——

Je tiens à donner une dimension historique à cet éditorial, d’où cette référence au mot « Appel ». Avec cet éditorial je termine un cycle ouvert avec mon « édito » intitulé Mobilisons-nous. J’écris ces lignes avant le premier tour de l’élection présidentielle, sans savoir qui va l’emporter et qui dirigera la France pour les 5 ans à venir. J’espérais terminer ce cycle par un texte léger, détendu, un clin d’oeil digne de The Artists, car nous les « profs » nous sommes des artistes de la formation et qui ne sommes pas muets ! Or, il n’en est rien. La réunion publique qu’a tenue l’APHG le mercredi 11 avril 2012 à Paris au lycée Louis le Grand, lors de la présentation des
Actes de ses États Généraux, a fait remonter, indiscutablement, une nécessité de pousser un CRI devant l’urgence de la situation qui attend les futurs élèves de Terminales S à la rentrée 2012, cri qui tient à réveiller les sourds de tous bords, cri qui tient à sonner l’alarme face au danger qui menace toute une génération d’élèves, cri qui tient à avertir l’opinion publique qu’il y a nécessité à se faire entendre et à agir.

—–===ooOoo===——


Le combat que l’APHG mène depuis plus d?un an, fut au départ solitaire, mais n’a cessé au fil des mois de voir venir à elle de nombreux soutiens – de la société civile, des personnalités de la
culture et du monde politique – qui se sont publiquement manifestés lors de ses Etats généraux, le 28 janvier 2012. L’APHG n’est plus aujourd’hui seule à crier dans le désert pédagogique contre la réforme mise en place dans les lycées et qui affecte, au premier chef, l’Histoire et la Géographie, avec leur disparition en Terminales S, et ce pour la première fois dans l’histoire de
l’enseignement depuis la IIIe République. 

Pour cela, je lance un appel d’urgence pour la rentrée 2012, en attendant les décisions que prendra le futur Président de la République :

– J’appelle d’abord les collègues à réagir et à sortir d’un certain fatalisme. Vous êtes, dans vos établissements, les acteurs locaux decette action à mener urgemment. Dans le meilleur des cas, le candidat élu à la présidence et qui soutient le rétablissement de nos matières en Terminales S dès cette rentrée risque d’avoir du mal à rétablir dès cette rentrée l’enseignement obligatoire en TS compte tenu des décisions prises au niveau des rectorats et des établissements. De ce
fait, vous devez donc obtenir la création dans chaque établissement au minimum d’une option en Histoire-Géographie à la rentrée. N’avalez pas le discours de la dotation globale de fonctionnement que vous servent les chefs d’établissement. Battez-vous, faites connaître le
pourquoi de votre combat aux parents d’élèves et aux élèves de 1°S, mobilisez-vous dans votre établissement en menant des actions. C’est la seule façon d’obtenir cette création et d’éviter, comme nous le savons par des informations qui nous arrivent, que des élèves inscrits à cette option ne voient pas de création de celle-ci dans leur lycée. L’Histoire et Géographie sont aussi utiles que les mathématiques  pour un futur ingénieur et qui plus est, ces deux matières l’accompagneront dans toute sa vie professionnelle. Refusez les arguments mettant en avant que les élèves n’ont pas le goût pour  ces matières, cela est un argument spécieux, car  c’est en goûtant que l’on apprend à aimer. Je compte sur vous, car c’est vous qui êtes en première ligne et qui devez vous dresser contre cette réforme absurde. 

—–===ooOoo===——

– J’appelle les chefs d’établissement à prendre à compte l’intérêt des générations dont ils ont la charge et non à mettre en avant la fameuse dotation globale de fonctionnement. En effet, le futur Président, même s’il est acquis au rétablissement de l’Histoire et Géographie en Terminales S risque, dans le meilleur des cas, d’avoir du mal à rétablir dès cette rentrée l’enseignement obligatoire en TS compte tenu des décisions que vous avez prises au niveau de vos établissements. Mesdames et Messieurs les chefs d’établissement, l’Histoire et la Géographie ne doivent pas être les victimes de votre comptabilité horaire. Ces deux matières sont utiles, bien au-delà du lycée, par les horizons qu’elles ouvrent. Nombreux et nombreuses sont
celles qui ont suivi les filières scientifiques et qui ont mis en avant l »importance de ces deux matières dans leur réussite avec mention au bac, à différents concours et dans leur vie citoyenne et professionnelle. Ne sacrifiez pas ces deux matières sur l’autel d’une gestion bureaucratique et non citoyenne. Créez dans vos établissements, et ce pour le bien des élèves, au moins une option Histoire et Géographie en TS à cette rentrée. Je sais que de nombreux
chefs d’établissement ont compris ce besoin et ont ouvert l’option, voire offert l’option à tous les élèves de TS. Je les en remercie.

—–===ooOoo===——

– J’appelle l’Inspection générale à défendre à l’avenir les matières dont ils sont les représentants, tant dans leurs horaires que dans l’établissement de futurs programmes. Nous tenons à rappeler que l’APHG demande une refonte des programmes du primaire à la Terminale, programmes qui doivent être cohérents, adaptés et accessibles aux différents âges, structurants et pas seulement être des textes brillants intellectuellement.

—–===ooOoo===——

– J’appelle le ministère de l’Education nationale actuel et futur à établir un débat national avant de prendre des décisions qui, au-delà de la signature d’un décret, remettent en cause une approche républicaine de l’enseignement. L’APHG est prête à discuter avec la Degesco et autres représentants du ministère, comme elle l’a déjà fait, mais dorénavant en amont et non plus en
aval des décisions prises et imposées.

—–===ooOoo===——

– J’appelle les fédérations de parents d’élèves à ne pas penser qu’aux horaires et au bac, mais à inscrire leur réflexion dans la durée d’une formation complète et solide pour leurs enfants. Pour
cela, faites pression sur les chefs d’établissement pour que soit  ouverte cette option dans l’établissement où sont scolarisés vos enfants et non dans un autre établissement. N’ayez pas une vision que consumériste de l’Ecole, prenez de la hauteur par rapport à ce que doit être aujourd’hui une vie professionnelle pour un scientifique où sa culture historique et géographique pourra lui servir davantage que  sa culture scientifique. Au-delà de cette décision immédiate, mobilisez vous pour que les programmes retrouvent une cohérence propre à une maîtrise par les élèves des savoirs que nous, les professeurs d’Histoire et Géographie devons leur enseigner.

—–===ooOoo===——

– J’appelle les candidats à l’élection présidentielle à tenir leurs promesses de rétablissement de l’enseignement obligatoire de l’Histoire et Géographie en TS à la rentrée 2012. L’APHG a reçu des promesses quant à ce rétablissement, suite à des courriers et des rencontres, de la part (ordre alphabétique) de François Bayrou,Nicolas Dupont-Aignan, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon. Nous n’avons pas voulu ou pu rencontrer Mmes Joly et Le Pen et M. Sarkozy
(le bureau national assume cette décision). En revanche, je leur ai écrit le 16 avril (voir copie lettre à M. Sarkozy dans n° 418 de la revue). L’APHG n’a pas pris contact avec les trois autres candidats. Je tiens à rappeler que l’APHG est aussi l’association de ses membres qui en tant que citoyens et citoyennes peuvent agir de leur côté et nous en faire part. Il est évident qu’une fois le résultat connu, nous mettrons le Président de la République devant ses engagements pris ou nous continuerons notre mobilisation et notre combat.

—–===ooOoo===——

Cher(e)s collègues, cet appel du 11 avril 2012 s?inscrit dans la démarche que mène l’APHG depuis plus d’un an et conforte nos revendications qui, outre le rétablissement de l’enseignement obligatoire de nos matières en Terminales S sous forme de cours et non d’option, portent sur une refonte des programmes depuis l’école primaire, sur le retour de l’épreuve l’APHG dans diverses instances. À ce propos, il faut prendre l’habitude de consulter régulièrement notre site que Béatrice Louâpre-Sapir, que je remercie pour l’admirable travail fourni, nourrit régulièrement à la suite des rencontres et des courriers que nous avons.

Je suis conscient que les Etats Généraux ne sont qu’une étape, certes décisive, dans le combat que nous menons et que nous ne nous satisfaisons pas de leur succès. Nous sommes cependant une PME artisanale qui s’appuie sur l’énergie de quelques- uns au niveau national, mais surtout l’APHG compte sur le relais de ses régionales qui doivent être des cellules actives de son fonctionnement et par d’Histoire et Géographie en terminales S et non en 1°S, sur la formation permanente prise en charge par le Ministère et les rectorats pour les collègues, sur une véritable année de formation pour les jeunes collègues qui sortent des concours, sur un couplage
Capes-Agrégation qui permettra d’avoir un calendrier décent pour les épreuves de Capes.

—–===ooOoo===——  

Nous ne sommes pas de dangereux activistes et notre collègue Jacques Delpech, président de la Régionale de la Réunion, ne méritait nullement d’être maltraité en marge de la visite de Nicolas Sarkozy à la Réunion parce qu’il arborait une banderole sur laquelle était inscrite « Vive l’Histoire et la Géographie ». L’APHG a publié un communiqué de soutien à notre ami Jacques Delpech et je remercie Hubert Tison pour sa capacité à réagir à l’événement et à représenter
là même démultiplier l’action menée par le bureau et le conseil de gestion.

Cet éditorial clôture l’année scolaire 2011-2012. Je vous demande de rester, jusqu’aux vacances, vigilants, actifs, revendicatifs au nom de la défense d’un enseignement citoyen, républicain et porteur des grandes idées de notre Manifeste qui doit être affiché dans toutes les salles des professeurs et remis aux chefs d’établissement, aux représentants des parents d’élèves et aux IPR.

Très cordialement à vous.

Bruno BENOIT
Paris, Lyon 17 avril 2012

 

—–===ooOoo===——

 –

patrick

Les mariages arrangés reviennent à la mode au Japon

—–===ooOoo===——

Les mariages arrangés

reviennent à la mode au Japon

—–===ooOoo===——

Sélection sur CV et rencontres chaperonnées. Autrefois la règle, les mariages arrangés connaissent un retour en grâce, la faute (ou grâce) à une prise de conscience de l’utilité du couple, et à l’électrochoc d’une année catastrophe.


Les photographes professionnels croulent sous les demandes et facturent au prix fort. Sourires figés de célibataires maquillés, en kimono et coiffures travaillées, le cliché est destiné à un « book », qui vante les mérites d’un partenaire à saisir. Il est confié aux amis, à la famille, aux collègues de travail ou un professionnel qui prendra soin de le présenter à d’autres candidats à l’union, en fonction des critères recherchés.

On n’hésite pas à préciser le salaire et la position sociale de l’époux en devenir, car il n’est pas question d’un flirt ou d’une rencontre « et plus si affinités », le but affiché, c’est un mariage rapide et surtout utile : se trouver un conjoint adapté pour et pourquoi pas l’aimer.

Le phénomène est récent et les statistiques manquent, mais beaucoup s’accordent à constater que les mariages arrangés reviennent en force au Japon. Certains l’expliquent par le sentiment de solitude dans les grandes villes. D’autres n’hésitent pas à le désigner comme une conséquence directe du tsunami de l’année passée.

Du samouraï au salarymen
—–===ooOoo===——

« Mariage arrangé », c’est la traduction approximative trouvée par les étrangers pour décrire une coutume spécifique à l’archipel : les omiai . Littéralement il s’agit de « se regarder l’un l’autre », dans la pratique c’est une mise en relation par un proche ou un spécialiste de deux célibataires, qui considèrent que le temps est venu de se marier, et qui préfèrent un partenaire sérieux et correspondant à leurs critères objectifs à une rencontre amoureuse, aux issues incertaines.

La pratique a été installée par les samouraïs au 16e siècle pour renforcer les alliances militaires et s’assurer un soutien mutuel. Les autres classes aspirant à imiter leurs vaillants guerriers vont très vite l’adopter et les omiai deviennent la norme que la morale appelle à respecter.

L’arrivée des étrangers au milieu du siècle dernier va une fois de plus bouleverser la tradition. A partir du milieu du 20e siècle, les Japonais élevent le « mariage d’amour » (« Renai Kekkon ») considéré comme la modernité occidentale au rang d’idéal.

On ne compte plus que 70% d’omiai dans les années 60 puis 30% dans les années 90, d’après The Telegraph. Au début du 21e siècle, les mariages arrangés sont considérés comme un vestige du passé, et ne constituent pas plus de 6% des unions (2005).

Chaperonage post-tsunami
—–===ooOoo===——

Pourtant, les Japonais semblent être déterminés à renouer avec les traditions du passé. Une fois que les photos ont fait leur effet et que le partenaire idéal semble être déniché, l’heure est à la rencontre. Chez un ami, un parent ou dans un restaurant discret, c’est sous étroite surveillance de chaperons, souvent des mamans du futur couple, que l’entrevue a lieu.

Les attentes du premier rendez-vous sont grandes. Le but de la rencontre n’est pas de flirter mais de convoler. Une envie, ou une nécessité de mariage et d’engagement que les jeunes gens n’évoquent pas ouvertement… mais pas de place à l’ambiguïté.

Pas question d’organiser des rencontres avec des personnes qui ne seraient pas sur la même longueur d’onde. Le bouche à oreille préliminaire entre les familles et les amis est fait pour éviter tout malentendu, et le risque est important : ces dernières années, l’union ne paraissait pas être à la mode, et les sondages montrés des Japonais peu intéressés par les les affaires de coeur.

Mais c’était avant que le tsunami ne viennent bouleverser les mentalités estiment Sasaki Akiko. Guide touristique, elle a l’occasion de s’entretenir avec des personnes de tous milieux, et mesure les conséquences de la catastrophe.

Le 11 mars aurait permis à bon nombre de Nippons de se remettre en question et d’envisager l’avenir différemment. « Les gens se sentent très seuls dans les grandes villes. Beaucoup ont pensé que s’ils mourraient, personne ne s’en préoccuperaient donc ils ont pensé qu’ils devraient se marier » explique-t-elle au Telegraph.

Le mariage arrangé, solution à l’échec du mariage à occidental au Japon ? Le phénomène reste pour l’instant largement minoritaire, mais force est de constater que le système marital traverse une crise importante dans le pays, qui pousse naturellement les Nippons à privilégier les vieilles coutumes de leurs parents.

Mariages « aux deux yeux ouverts »
—–===ooOoo===——

Grandes gagnantes de cette mode inattendue : les agences matrimoniales, qui observent un afflux de demandes. A l’époque les familles qui estimaient ne pas avoir assez de contacts pour trouver la perle avaient recours à des nakodo, des entremetteurs traditionels de plus en plus rares.

Alors on se tourne vers les entreprises spécialisées, à condition qu’elles présentent leur rôle sous un nouveau jour. Fini les promesses de romances légères, de rencontres faciles et amusantes, les publicités présentant des candidats au physique attractif. Beaucoup d’agences mettent désormais en avant le sérieux et l’ancienneté de leur services.

Les Nippons ne veulent plus perdre de temps exigeant que les rencontres ne s’organisent qu’avec des cœurs solitaires à la recherche d’un mariage sûr et rapide. Les profils recherchés sont de plus en plus affinés, les demandent comprenne des prétentions de salaire ou de rang social, et les rencontres peuvent s’organiser à la mode traditionelle.

Les pro du « match-making » surfent sur la vague et se font experts respectés de l’omiai… avec succès : depuis le 11 mars 2011, leur activité a augmenté de 50%, du jamais vu.

Pour les partisans de ce retour vers le passé, les résultats sont bénéfiques. Sasaki Akiko assure que le taux de divorce baissera à mesure que la pratique se réinstallera et fait de cette conviction un proverbe : « Avec un mariage arrangé, vous y entrer avec les deux yeux ouverts, avec l’amour vous avez toujours un œil fermé ».

 

—–===ooOoo===——

patrick

sources

 http://japon.aujourdhuilemonde.com/

La vision politique de Léon XIII

La vision politique de Léon XIII

—–===ooOoo===——

Lorsqu’en 1878, à l’âge de 68 ans, le cardinal Pecci devient le pape Léon XIII, les observateurs attentifs attendent un règne de transition, un pontificat bref, après les 31 ans de Pie IX. Ce pontificat dura pourtant 25 ans et Léon XIII a fortement marqué le gouvernement de l’Église, notamment par sa vision politique.

À son arrivée sur le trône de Pierre, Rome est envahie depuis sept ans par les troupes du roi d’Italie, et le pape est prisonnier au Vatican. Le positivisme et le libéralisme sont les doctrines maîtresses de l’Europe. La France est tenue par les Républicains, dont l’anticléricalisme sert de programme de gouvernement. L’Allemagne est dirigée par Bismarck, qui met en œuvre le Kulturkampf contre les catholiques, pour affirmer l’identité prussienne du Reich. Autant dire que la situation politique de l’Église est préoccupante. Léon XIII a pourtant réussi l’exploit de replacer le Vatican au centre de la diplomatie européenne. Il a fait plier Bismarck et a permis aux catholiques français de ne pas être complètement exclus du jeu politique. Il a amorcé un rapprochement avec les Russes et les Anglicans, dont Newman est l’exemple le plus fameux. Son pontificat est donc un signe d’espérance, car la situation alarmante de 1878 a été renversée et, à sa mort en 1903, l’Église se porte mieux. Sa vision politique se fonde sur cinq principes majeurs, que nous allons esquisser ci-après.

Premier principe :

tout enraciner dans le Christ. Au fondement de la politique se trouve la pratique sacramentelle et la prière. Léon XIII a publié quinze encycliques mariales : une par an durant les quinze premières années de son pontificat. Pour lui, l’essor de la récitation du rosaire est aussi important pour le développement social que l’augmentation des salaires ou l’amélioration des conditions de vie des ouvriers. Le concept de Doctrine sociale de l’Église, que l’on fait débuter à partir de Rerum novarum (1891) est en fait, dans l’esprit de Léon XIII ; à rattacher d’abord à son encyclique sur le rosaire Supremi apostolatus officio de 1883.

Deuxième principe :

la fermeté sur les points doctrinaux. Le style de Léon XIII est peut être plus souple et plus florentin que celui de son prédécesseur, il n’en demeure pas moins intangible sur les principes de l’Église. Léon XIII ne renie nullement le Syllabus et n’accorde aucune concession sur la question romaine. Un exemple : après son élection le pape devait saluer la foule romaine. S’il la saluait depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre vers la place du même nom, cela aurait été interprété comme une acceptation de l’annexion de Rome par le Piémont. Léon XIII s’y est refusé et il a accordé sa bénédiction à l’intérieur de la basilique.

Troisième principe :

le développement de l’intelligence. Pour répondre aux doctrines erronées et aux attaques contre l’Église, il est nécessaire d’avoir un bagage intellectuel suffisant. Le pape a donc restauré l’étude de saint Thomas d’Aquin, qui fut étudié dans tous les séminaires. Il a encouragé le développement des écoles et universités chrétiennes, ainsi que l’engagement des catholiques dans le monde de la culture. Ses encycliques, dont il a fait un grand usage, sont des textes doctrinaux d’une grande densité, écrits pour former le peuple chrétien.

Quatrième principe :

s’accorder aux réalités du monde. La fermeté doctrinale doit s’accompagner d’une légitime adaptation et modernisation pour ce qui concerne les points non essentiels. La forme ou le symbole ne doivent pas faire oublier le but à atteindre. C’est ainsi qu’il interdit aux Italiens de participer à la vie politique de leur pays en maintenant le non expedit de Pie IX, mais en même temps il encourage les Français à s’engager dans le gouvernement de leur pays. Ce que l’on a pris, à tort, pour un ralliement à la république, est en réalité un acte de sagesse. Prenant acte de l’enracinement de la république chez le peuple français, de part les nombreuses victoires électorales, de la division irrémédiable et suicidaire du camp monarchiste, le pape a demandé à ce que les catholiques s’engagent aux côtés des républicains modérés afin de faire barrage aux radicaux. Il a ainsi engagé à distinguer la forme du gouvernement de sa législation. Or ce qui compte vraiment pour un peuple, c’est la législation du gouvernement. Preuve en est que l’Italie de l’époque était une monarchie, qui était pourtant très anticléricale et combattait violemment le pape. Cette politique d’union est loin d’avoir été comprise par l’ensemble des catholiques français. Ce faisant, par leur maximalisme, ils ont une part de responsabilité dans les attaques anticléricales des années 1900.

Cinquième principe :

développer la responsabilité des laïcs. Léon XIII a compris que le cléricalisme pouvait être une mauvaise chose pour l’Église. Il n’appartient pas aux évêques ou aux prêtres de se mêler de questions politiques, cela doit être du ressort des laïcs. Il est un des premiers papes à avoir développé une conception plus large du laïcat et à avoir encouragé l’engagement des laïcs en politique. C’est ainsi qu’en France des hommes comme Albert de Mun ou Denys Cochin ou pu se faire les chantres de l’engagement politique chrétien.

—–===ooOoo===——

De la vision aux résultats, il y a des pas à franchir qui sont parfois cruels en politique. Les immenses chantiers de Léon XIII sont loin d’avoir porté des fruits sous son pontificat. Ce n’est qu’après 1918 que les catholiques français cessent d’être ennuyés par le gouvernement, et ce n’est qu’en 1929 que le Vatican retrouve sa souveraineté. En politique, Léon XIII fut un semeur dont les fruits ont éclos souvent bien après lui. Dans ce geste auguste du semeur qui n’espère pas de moissons immédiates, réside l’espérance du politique qui sait que toute grâce vient de Dieu.

 

—–===ooOoo===——

patrick

sources

http://www.itinerarium.fr/

le premier ministre marocain snobe Annemie Turtelboom,

—–===ooOoo===——

Quand le premier ministre marocain
snobe Annemie Turtelboom, à la limite
de l’incident diplomatique

—–===ooOoo===——

La scène se passe le 11 avril à Rabat, capitale administrative du Maroc. Ce jour-là, le premier ministre marocain reçoit en audience Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères, et Annemie Turtelboom ministre de la Justice. Les deux Belges vont avoir droit à un accueil glaçant.
Abdelilah Benkiran ne semble pas concevoir qu’on puisse lui envoyer en audience une ministre de sexe féminin. Pendant tout l’entretien, il s’adresse donc ostensiblement à Didier Reynders. Pire, le premier ministre marocain explique à son visiteur qu’il parle fort bien le français et qu’il était donc « inutile de venir avec une interprète ». Le message est donc clair : je ne parle pas avec une femme. Annemie Turtelboom est sous le choc. Tous les dossiers du ressort de la ministre (et ce ne sont pas de petits dossiers: l’égalité homme/femme, les mariages forcés, ou encore le retour des condamnés à des peines de prison dans leur pays d’origine comme le prévoit l’accord de gouvernement) seront finalement abordés par Didier Reynders. En face, le Marocain ne quitte pas son chapelet de tout l’entretien.

benkiranblog
En sortant de l’audience, Annemie Turtelboom est furieuse. Si Didier Reynders n’avait pas été présent et si elle n’avait pas craint de déclencher un incident diplomatique majeur, elle aurait quitté la réunion en claquant la porte confie-t-elle sur le moment.
L’anecdote n’est pas sans valeur. Abdelilah Benkiran est membre du PJD, le parti de la justice et du développement, le parti islamiste, grand vainqueur des dernières élections législatives. Ces derniers jours, il s’est même permis de critiquer l’entourage du roi Mohammed VI, du jamais vu. “Le Printemps arabe n’est pas encore terminé. Il est encore là et pourrait bien revenir” aurait-il déclaré selon l’agence Reuters.
Deux semaines après l’incident, on temporise côté belge. La porte-parole d’Annemie Turtelboom précise que le premier ministre marocain a voulu faire une blague et qu’il a fini par s’excuser. Officieusement pourtant, ceux qui m’ont rapporté l’anecdote n’étaient pas sûrs d’avoir entendu ces excuses.

—–===ooOoo===——

patrick

sources

http://blogs.rtl.be

 

les filles sont mûres pour le mariage à 10 ans

——===ooOoo===——

Le Grand Mufti d’Arabie saoudite
réaffirme que les filles sont mûres
pour le mariage à 10 ans

——===ooOoo===——

C’est la même très haute personnalité islamique qui avait appelé à détruire toutes les églises du Moyen-Orient le mois dernier (lire).

 

Arabie Grand Mufti Sheikh Abdul Aziz al-Cheikh.  (AFP / Getty Images)

Arabie Grand Mufti Sheikh Abdul Aziz al-Cheikh. 

Le Grand Mufti d’Arabie saoudite a exprimé son soutien au mariage des filles mineures dans le royaume, condamnant ceux qui cherchent à élever l’âge légal du mariage.

Une jeune fille est prête à se marier à 10 ou 12 ans a déclaré Abdul-Aziz Al-Cheikh selon le journal basé à Londres Al Hayat, ajoutant que la loi islamique n’est nullement répressive pour les femmes.

“Ceux qui appellent à élever l’âge du mariage à 25 ans sont dans l’erreur absolue” a dit le Mufti dans une conférence à l’Université Islamique de l’Imam Mohamed Ben Saoud à Riyad.

Il a ajouté: “Nos mères et nos grands-mères se sont mariées quand elles avaient à peine 12 ans. Avec une bonne éducation une fille est prête à remplir toutes les tâches conjugales à cet âge.”

Cette déclaration du Grand Mufti arrive suite à des discussions au ministère de la Justice pour fixer un âge minimum pour le mariage.

Le Royaume conservateur est confrontée à une forte pression internationale pour élever l’âge minimum du mariage, suite aux critiques sur des affaires de fillettes forcées à se marier avec des hommes plus âgés.

En 2010, par exemple, La Commission Saoudienne des droits, un groupe affilié au gouvernement, a avait engagé un avocat pour aider une fille de 12 ans à divorcer de son mari âgé de 80 ans.

 

 

——===ooOoo===——

patrick

sources :

http://www.arabianbusiness.com/girls-ready-for-marriage-at-12-saudi-grand-mufti-455146.html

SOS Racisme appelle à battre Sarkozy

DE QUOI JE ME MÊLE ????

——===ooOoo===——

——===ooOoo===——

Une association de 491 adhérents
appelle à battre Sarkozy

——===ooOoo===——

SOS Racisme appelle à battre Sarkozy

——===ooOoo===——

Logo de l’association

Le bureau national de SOS Racisme s’est réuni aujourd’hui et a « décidé d’appeler à voter contre Nicolas Sarkozy pour le 2ème tour de l’élection présidentielle », a annoncé l’association.

Dans un communiqué, SOS Racisme a estimé « qu’en déclarant que Le Pen est compatible avec la République, Nicolas Sarkozy a franchi une ligne rouge que jamais aucun président de la République ni aucun candidat républicain à l’élection présidentielle n’avait franchie ».

« Face à cette déclaration lourde de sens, le bureau national de SOS Racisme a été réuni ce jour en urgence et a décidé d’appeler à voter contre Nicolas Sarkozy pour le 2ème tour de l’élection présidentielle », ajoute le communiqué.

 

——===ooOoo===——

patrick

sources

http://elections.lefigaro.fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/SOS_Racisme#Nombre_d.27adh.C3.A9rents