Comment la gauche a mené l’Education nationale à la dérive

Republican leader Jules Ferry, premier: 1880-8...

Republican leader Jules Ferry, premier: 1880-81, 1883-85. (Photo credit: Wikipedia)

—–===ooOoo===——

.

Comment la gauche a mené l’Education nationale à la dérive

.

.
—–===ooOoo===——

.
Il y a longtemps que la gauche tient l’éducation nationale, avec plus ou moins l’accord du reste de l’arc politique, pour sa chose.

.

Plusieurs raisons à cela. D’abord l’héritage des Lumières. Faire progresser la société en diffusant les Lumières dans le peuple : quoi de plus conforme aux idéaux de la gauche ?

.

Ensuite l’histoire, ou du moins la lecture qu’en a imposée l’idéologie socialiste : l’école, grand œuvre de Jules Ferry et des grands républicains de la génération de 1880 – ce qui occulte le fait que la Révolution avait désorganisé l’éducation populaire, que la loi Guizot (1833) avait déjà conduit à une scolarisation d’au moins 80 % des enfants, que Jules Ferry et les siens ne remettaient nullement en cause le monopole de la bourgeoisie dans l’enseignement secondaire et supérieur. La démocratisation de ce dernier doit en revanche beaucoup, c’est une justice à lui rendre, à un homme politique socialiste injustement décrié, Guy Mollet. Elle devait se réaliser en grand dans les années soixante.

.

Troisième connivence : la couleur politique de la majorité des membres de l’institution, non seulement les enseignants, en majorité orientés à gauche (dans une proportion d’environ 2/3) et surtout l’appareil de la rue de Grenelle, de l’inspection générale aux grands syndicats dont le poids s’exerce lourdement sur les politiques menées par ce ministère, que le gouvernement soit de droite ou de gauche.

.

Ces accointances historiques entre la gauche et la grande tache éducative ne devraient cependant pas occulter ce fait massif : si l’opinion ressent, à juste titre, une dégradation de la machine éducative française, que le classement Pisa de l’OCDE met en valeur[1], et qui se traduisent par un retour de l’illettrisme à un niveau qui n’est pas si éloigné de ce qu’il était sous la Monarchie de Juillet, c’est principalement à la gauche qu’on le doit.

.

On retrouve, en ce domaine comme en d’autres, le traditionnel primat de l’idéologie sur les faits qui caractérise les politiques de la gauche, pas seulement marxiste.

.

Dans le légitime et massif mouvement de démocratisation de l’enseignement lancé après la guerre, deux virus, d’abord anodins mais qui devaient se révéler avec le temps profondément destructeurs, se sont infiltrés, jusqu’à en annihiler une partie des effets.

.

Le premier est celui du faux égalitarisme.

.

François Guizot.

François Guizot. (Photo credit: Wikipedia)

Le plan Langevin Wallon élaboré en 1947 par des universitaires membres du parti communiste fixait l’objectif d’une filière unique (ou tronc commun) pour tous les élèves de l’enseignement primaire et du premier cycle du secondaire. On peut dire que ce plan est depuis 60 ans la charte de l’éducation nationale.

.

Au départ, le tronc commun avait pour but de donner les mêmes chances aux enfants des différentes classes sociales et à cet égard, il était justifié. Jusqu’en 1965, le secondaire comprenait en effet trois filières : les uns restaient à l’école élémentaire jusqu’au certificat d’études, les autres allaient au collège d’enseignement général, puis à l’École supérieure, les autres au lycée. Les options étaient analogues dans l’enseignement privé. Une seule filière désormais : l’école élémentaire (11e-7e), puis le collège (6e-3e), puis le lycée (2e-Terminale). La démocratisation devant être aussi une promotion. L’âge limite de la scolarité obligatoire fut porté dès 1959 de 14 à 16 ans (en attendant 18 ou 20).

.

Le système dériva dès lors qu’on considéra qu’il fallait mettre dans les mêmes classes, non seulement les élèves de différentes origines sociales mais encore de différents niveaux, vocations ou goûts. C’est ce qu’accomplit la réforme Haby (1975), du nom du ministre de l’éducation nationale de Giscard.

.

À tout le moins restait-il des différences de rythme : les moins à l’aise pouvaient redoubler. La réforme Jospin de 1989 interdit pratiquement cette possibilité. Il fut acquis que tout le monde devait avancer sur le même chemin et du même pas, qu’il ait assimilé ou non ce qu’on lui avait enseigné.

.

De même, les diplômes techniques furent-ils peu à peu alignés sur le modèle du baccalauréat : tout dernièrement le bac technique en quatre ans a été, dans un but d’uniformité, ramené à trois.

.

La situation du lycée professionnel, déjà malade, s’est aggravée avec la suppression des écoles normales d’apprentissage (en 1991) et des classes technologiques des collèges : au lieu d’anciens ouvriers face à des élèves se sachant destinés à l’être, on voit désormais des professeurs à bac + 7 face à des paumés : confrontée à une telle situation, une enseignante s’est récemment suicidée par le feu à Béziers.

.

Mettre dans le même moule et faire avancer au même rythme des élèves de niveaux et aptitudes très différents multiplie les effets pervers : ceux qui ne suivent pas n’ont aucun moyen de se raccrocher (malgré le développement récent de devoirs assistés, publics ou privés) ; les moins doués vivent l’école comme une source d’humiliation permanente, voire comme un bagne. Ils prennent l’habitude au fil des ans d’écouter sans comprendre, ce qui n’est pas la meilleure manière de former des citoyens.

.

.

—–===ooOoo===————===ooOoo===——

.

.
patrick

sources :

veille éducation 

Publicités

JUSTICE OU INJUSTICE ???

faites vous une opinion …….
.
.
.
 —–===ooOoo===———–===ooOoo===——
.
.
Abonné à la lettre d’information de l’Institut pour la Justice

je vous copie leur dernier message d’information , que je 

trouve nécessaire, en remerciant les membres actifs de ce 

site  » d’utilité publique  » à mon humble avis …..

.

D’autant plus que, de par  mon ancienne profession, je me sens 

doublement concerné, en tant que Gendarme retraité trop tôt

malgré lui, mais aussi en tant que Citoyen Républicain, conscient 

que parfois la justice ne va pas dans le sens qui semblerait le 

plus logique et juste, selon une majorité de citoyens !!! 

Elle, la justice, semble parfois oublier que dans un jugement ou 

une mise en examen, il y a LES VICTIMES !!!!

De même, le traitement de tous sur un pied d’égalité, n’est pas 

toujours évident dans les mesures prises et décisions de 

jugement .

.

bien sûr personne ne peut prétendre détenir la « vérité suprême »,

mais le bon sens, ne semble pas être l’apanage de tous !!

certains ne devant pas avoir répondu présent lors de la 

distribution…. du bon sens !!!! 

.


Ce n’est qu’une opinion, la mienne, et je suis entièrement 

d’accord avec moi ….. Et vous, qu’en pensez vous ?????

.

Aussi, vous faisant part  cet appel, mais vous mets également 

à disposition les deux liens concernant  cette association .

Libre à vous de vous joindre à ce combat, si vous le jugez 

utile et vous sentez concerné .
.
—–===ooOoo===———–===ooOoo===——
 .
Faites passer !!!
 .

Institut pour la justice 
 .
.
Le Centre d’analyses et de publications sur la justice a pour mission d’éclairer le débat public sur la justice pénale en s’appuyant sur une expertise indépendante et novatrice en droit et en criminologie.
 .
.
L’Institut pour la Justice, association loi de 1901, a été créé au printemps 2007 par un groupe de citoyens responsables et indépendants pour promouvoir une justice plus protectrice des citoyens et plus équitable pour les victimes, conditions indispensables au maintien de la paix sociale et civile.
.
.
—–===ooOoo===———–===ooOoo===——
.
Soyez des citoyens responsables
.
tenez vous informés et oeuvrez
.
pour une justice responsable et 
.
égale pour tous !!!
.
—–===ooOoo===———–===ooOoo===——
Copie du texte : 

.
—–===ooOoo===——
.

Chers amis,

Le policier qui a neutralisé dimanche dernier le braqueur en cavale Amine Bentounsi a été MIS EN EXAMEN POUR HOMICIDE VOLONTAIRE.

Ce père de famille a été suspendu de ses fonctions, et son salaire risque d’être divisé par deux.

C’est ce que nous redoutions. Mais jusqu’au bout, nous avons voulu croire que la Justice n’allait pas oser le faire.

Et voilà que si !!

Mais savez-vous exactement qui était Amine Bentounsi ???

Voici son portrait, publié dans le journal Le Parisien le 27 avril 2012 :

«  A 13 ans, Amine Bentounsi était le plus jeune incarcéré de France, après avoir multiplié des vols avec violence. Sa vie n’aura été qu’une succession d’allers-retours en prison. En septembre 1994, notre édition Seine-et-Marne du Parisien titrait « La terreur du quartier n’a que 12 ans ». Il avait alors déjà cambriolé les locaux de l’Opac – l’office HLM -, volé des voitures, agressé deux employées d’un centre social, battu une voisine avec un cric pour lui voler son magnétoscope. (…)

« Il était ingérable, se souvient un animateur. (…) Une fois, il a volé le scooter d’un collègue et a tourné en furie quand on est venu le récupérer. » Une enseignante du quartier se rappelle qu’Amine avait été renvoyé en Algérie, chez sa grand-mère, pour calmer sa dérive : « Il était revenu après avoir brûlé sa maison, ses parents n’ont jamais pu le remettre sur le droit chemin. »

« A 19 ans, Amine escalade à la corde la façade du bâtiment Bleuet, à Collinet, pour braquer le siège de l’Opac. (…) La cour d’assises lui inflige dix ans d’interdiction de séjour à Meaux et quatre mois de prison. Quelques mois plus tard, en octobre 2001, il participe au spectaculaire braquage de la poste de Collinet, qui s’est soldé par une fusillade sur des policiers, au milieu des passants. (…)

« En août 2005, il a braqué avec deux complices le magasin Champion de Saint-Pathus, avec séquestration d’employés. Ce sera sa plus lourde condamnation : dix ans de réclusion, prononcés en 2007. (« Amine était une tête brûlée, un manipulateur », Le Parisien du 27 avril 2012).

C’est donc cet individu ultra-dangereux qui s’est retrouvé face à des policiers, un revolver chargé à la main, dimanche dernier.

Le journal Ouest-France raconte :

« Amine Bentounsi, se serait retranché entre deux voitures avant de braquer un revolver à 6 coups de calibre 35 en direction du policier à pied. Ce dernier aurait fait usage de son arme à quatre reprises en situation de légitime défense, selon lui. L’arme de la victime a été retrouvée avec le barillet plein. »

Et pourtant, un juge a décidé de le poursuivre pour HOMICIDE VOLONTAIRE.

Alors que les premières enquêtes indiquent que la balle a ricoché, et que c’est donc la raison pour laquelle le voyou a été touché dans le dos. Le policier ne lui aurait jamais tiré dans le dos ; selon son avocat.

Cette décision de Justice vous vise personnellement, ainsi que moi-même, et tous nos concitoyens.

En effet, poursuivre les policiers qui ne font que leur travail et se défendent en essayant d’arrêter les délinquants dangereux, est une atteinte directe à notre droit le plus fondamental :

Celui de vivre sans être menacé par des malfaiteurs, et d’être protégé par les forces de l’ordre !!

Mais ce que beaucoup de Français ignorent, c’est qu’une minorité active de magistrats a décidé de prendre parti pour les criminels contre les forces de l’ordre chaque fois que cela leur est possible.

Ils multiplient les remises en liberté de récidivistes, au point d’exaspérer la police et de faire peser une terrible menace sur tous les citoyens.

En revanche, ces mêmes magistrats poursuivent impitoyablement les gendarmes et policiers qui s’avisent de faire leur travail !

  • le 30 septembre 2009, un magistrat met en examen un policier qui avait tiré au flash ball sur un manifestant qui lui lançait des pavés, à Montreuil (Seine-Saint-Denis) ;
  • le 4 mai 2010, un magistrat met en examen et incarcère un policier qui avait assommé un délinquant en essayant de faire cesser une bagarre entre deux bandes de jeunes d’une cité de Chambéry. Et comme ce délinquant avait 3,57 grammes d’alcool dans le sang, le policier est poursuivi pour «  violence volontaire sur personne vulnérable », ce qui lui fait encourir 10 ans de prison !
  • le 19 septembre 2010, un magistrat de Montpellier a mis en examen un policier de la brigade anti-criminalité pour violence avec arme. Le policier s’était défendu contre un homme qui l’avait sauvagement agressé dans un parking souterrain, après avoir été surpris en train de crever les pneus d’une voiture. L’individu «  de forte corpulence, a sorti un couteau et tenté d’atteindre mon collègue au thorax » a précisé un autre policier présent sur les lieux. Mais pour le juge, pas de doute, c’est le policier qui était dans son tort !!

C’est d’autant plus intolérable que, à l’inverse, les criminels qui agressent les policiers bénéficient souvent d’une scandaleuse impunité :

  • le 13 août 2010, des repris de justice essayent de tuer un policier à coups de marteau sur la tête, aux Tarterêts. Par chance, ils sont arrêtés. Mais le tribunal décide de les remettre en liberté, sans avoir passé un seul jour en prison ;
  • le 27 août, des policiers frappent à la porte d’un délinquant notoire, Samir Démiri. Celui-ci les laisse entrer, puis sort soudain un couteau de cuisine qu’il applique sous la gorge d’une policière. Ses collègues parviennent à la protéger et à neutraliser Samir. « Rien ne prouve qu’il a utilisé son couteau avec l’intention de porter un coup », plaide son avocat au tribunal. Un argument qui suffira pour convaincre le tribunal de ne l’envoyer en prison que quelques mois !!
  • Le 12 août, à Perpignan, trois jeunes ont tabassé des policiers. Le juge les a libérés sans amende, ni dommages intérêts, et sans passer une seule minute en prison !

Résultat, les délinquants hésitent de moins en moins à agresser physiquement les forces de l’ordre :

En 2011, 14 policiers et gendarmes sont morts dans l’exercice de leurs fonctions. Dans le même temps, plus de 10.000 ont été blessés !!

Alors vraiment, j’espère que vous n’allez pas hésiter une seconde pour transmettre ce message partout autour de vous.

Tous les jours, certains magistrats remettent en liberté des délinquants et des criminels dangereux sous prétexte que ceux-ci présenteraient « toutes les garanties de réinsertion ».

Et tous les jours, ces mêmes délinquants et criminels récidivent !

  • Le 28 février 2012, un homme a été condamné pour la 48e fois, pour vol. Son avocate a demandé la non-application de la peine plancher prévue pour les récidivistes. Une demande immédiatement accordée par le juge ;
  • Le 30 mars 2012, un homme qui avait été condamné à la perpétuité pour meurtre, et qui était sorti au bout de 17 ans (comme c’est en général le cas), a été arrêté après avoir dévalisé une maison. Le procureur a requis 4 mois de prison ferme. Le tribunal a jugé que c’était encore trop, et l’a condamné à 4 mois de bracelet électronique !

L’assassin de Laetitia Perrais, à Nantes, était un récidiviste qui avait été condamné 15 fois par la Justice, dont deux fois en Cour d’assises, mais qui était totalement libre à 31 ans.

Mais bien entendu, ce n’est jamais la faute de la Justice. Et la minorité active de magistrats laxistes n’est jamais inquiétée.

Dans le cas d’Amine Bentounsi, personne n’a eu l’idée de demander des comptes au juge qui avait laissé sortir un voyou aussi dangereux, pourtant condamné à dix ans de prison en 2007.

En revanche, les syndicats de magistrat trouvent parfaitement normal de mettre en examen le policier qui a risqué sa vie pour le rattraper !!

Vraiment, la coupe est pleine.

C’est pourquoi j’espère que vous allez faire circuler ce message dans tout le pays.
Il est urgent de faire cesser cette dérive perpétrée par une minorité active de magistrats qui appartiennent au « syndicat de la magistrature » (syndicat minoritaire mais très influent).

Au tribunal de Bobigny, où le syndicat de la magistrature est notoirement puissant, le taux de peines plancher fermes pour les récidivistes est de… 2 %, dix fois moins que dans le reste de la France !!!

Et vendredi, la dérive des militants du syndicat de la magistrature vient de franchir un cap intolérable. 

Dans un communiqué de presse, le syndicat de la magistrature a appelé officiellement à soutenir un candidat contre un autre (en l’occurrence François Hollande contre Nicolas Sarkozy).

Cette prise de position politique de juges censés être « indépendants » est inouïe. Du jamais vu en démocratie.

Tout cela parce que François Hollande a promis de supprimer deux lois auxquelles le syndicat de la magistrature s’était violemment opposé (parlant de loi « ignominieuses »):

  • La loi sur les peines plancher, qui imposait des peines minimales aux multi-récidivistes, votée en 2007
  • La loi sur la rétention de sûreté, qui visait à neutraliser après leur peine les criminels sexuels les plus dangereux, votée en 2008

Tout cela, aussi, parce que Nicolas Sarkozy a fait des engagements que le syndicat de la magistrature juge « populistes » : la construction de 24 000 nouvelles places dans les prisons, et la possibilité pour les victimes de faire appel des jugements (un droit réservé aujourd’hui aux condamnés et au parquet).

Mais peut-on accepter qu’un syndicat de magistrats politisés essaie aujourd’hui de peser sur l’élection présidentielle ? 

Le pire, c’est que le nom de « syndicat de la magistrature » risque d’induire en erreur les citoyens qui pourraient penser de bonne foi que c’est le syndicat modéré et majoritaire !
C’est pourquoi, aujourd’hui, à quelques jours du scrutin, il est de notre devoir à tous d’informer les citoyens sur la réalité de leur action.

Les électeurs doivent pouvoir choisir leur vote dimanche en toute connaissance de cause.

Vous et moi sommes parfaitement capables d’informer des millions de nos concitoyens. Notre dernière campagne a réuni près de deux millions de personnes.

Votre mobilisation est donc efficace pour faire changer les choses, à partir du moment où nous parvenons à être assez nombreux.

Un grand merci d’avance, au nom de toutes les victimes que votre action permettra d’épargner, et pour tous les gendarmes et policiers courageux, qui sont injustement traînés devant les tribunaux.

Laurence Havel
Institut pour la Justice

.

—–===ooOoo===——

.

PS : que des juges poursuivent les policiers devant les tribunaux dès que ceux-ci font usage de leur arme, y compris pour se défendre, n’est pas « seulement » une scandaleuse injustice à leur égard.

C’est aussi une grave menace contre vous : car cela encourage les autres policiers à fermer les yeux, ou à arriver « trop tard » quand on les appelle pour une agression.

Ce n’est pas de la paranoïa. Le 14 octobre dernier, une jeune policière avait été tuée à coups de sabre par un forcené à Bourges (Cher).

« A l’époque, les collègues n’avaient pas su comment réagir. Ils n’avaient pas osé sortir leur arme », ont expliqué deux officiers. « On a tous la crainte de se retrouver dans la situation de notre collègue », selon Christophe Carrez, représentant départemental Unité-SGP-FO.

Cette affaire nous concerne donc tous directement. Merci de participer le plus rapidement possible. Plus nous laisserons faire, moins nous avons de chances d’être bien protégés le jour où nous serons nous aussi victimes d’un délinquant ou d’un criminel.

PS 2 : pour voir la dernière vidéo de l’Institut pour la Justice, cliquez ici : www.rassemblementjustice2012.fr/bilan/ 

.

—–===ooOoo===———–===ooOoo===———–===ooOoo===——

supplément 

—–===ooOoo===——

.

Décret du 21 septembre 1792

La Convention nationale déclare :

1° Qu’il ne peut y avoir de Constitution que celle qui est acceptée par le Peuple ;

2° Que les personnes et les propriétés sont sous la sauvegarde de la Nation.

Décret des 21-22 septembre 1792

La Convention nationale décrète à l’unanimité que la royauté est abolie en France.

Déclaration du 25 septembre 1792

La Convention nationale déclare que la République française est une et indivisible.

Constitution du 24 juin 1793

DECLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN

.

Declaration_des_droits_de_l-homme_AE-II-3701_original.jpg

modification de mon « p’tit mot de bienvenue » …..

.

Bonjour,

.

J’ai mis à jour le but final de ce « blogounet », alors j’ai refait ma page de présentation et vous en saurez un peu plus sur  » ma pom » « …. et voilà !!!

.

La politesse  voulait que je me présente, je l’avais fait  succinctement,  et maintenant que je me suis fait quelques relations, je vais  ajouter quelques détails personnels ….. sympa, non ? Je ne sais pas si tel est votre cas, mais j’aime bien savoir avec qui je dialogue, communique, appelez ces liens comme vous l’entendrez …..

.

.

——===ooOoo===——

.

Je suis âgé de 52 ans, et si nous comptabilisons uniquement les anniversaires, j’ai fêté mon treizième anniversaire cette année … Hé oui, je suis né un 29 Février, première blague que m’a faite la vie !!!

(ne vous creusez pas la tête à chercher, c’était en 1960…)

.

« ma Pom’ « 

.

Enfance normale, mais pas élevé par mes parents qui ne me voulaient pas ( cela ne m’a pas traumatisé outre mesure ), d’où le fait que je me prénomme Patrick et non Désiré ….. donc élevé par de brave gens, notamment   l’homme qui « a été mon père« , ne pouvait travailler et était constamment à mes côtés, est revenu de la guerre d’Algérie avec un beau fauteuil roulant, et m’a inculqué le sens des mots Valeurs (justement), Respect, Politesse ( je ne confonds pas politesse et grossièreté !!! ), la Foi ,… etc… et m’a donné ce que l’on appelle une bonne moralité, dans l’optique qu’est la mienne, et dans le sens traditionnel et premier de ce mot .

.

D’excellentes études avec un BAC A à la clef, puis entrée très tôt dans la vie active, en tant que militaire puis gendarme jusqu’à ce que … etc…bla,bla,bla, etc… la maladie !!!!

.

.

donc,

Marié, 3 enfants, divorcé, puis remarié, et  un dernier enfant, plus les deux qu’avait mon épouse de son premier mariage; ce qui fait que la tribu compte 6 enfants et …..12 petits enfants le treizième devant être intégré dans notre «  »secte de vikings », au  mois de juillet prochain !

Belle famille qui demande de l’espace …. et nous en avons, demeurant en pleine campagne dans le Nord Cotentin ; pour vous situer : en Basse Normandie, à une vingtaine de kms de Cherbourg …… donc avec les avantages et inconvénients de la mer et de la campagne …..

.

Amateur d’Histoire, de nature et d’actualité, je me propose en toute modestie, de traiter ici de divers sujets liés à la vie, mais aussi à notre Histoire …. éventuellement sur la politique, souvent sur la Religion Catholique, étant fier d’être Chrétien, et ne comptant nullement m’en cacher !!!!

.

Je compte également dénoncer ce que j’estimerai être, à mes yeux, des injustices …..

.

de par ma profession, notamment mon passage au sein de la Gendarmerie, il m’arrivera également d’en discuter et de vous « imposer » quelques pages afférentes à mon ancienne  profession…… que j’ai du interrompre pour raison de santé, la vie m’ayant imposé une invalidité totale et définitive  par  poli-pathologies particulièrement invalidantes, contraignantes et surtout DOULOUREUSES !!!! ( dont des maladies rares et très, très orpheline, un peu comme moi, quoi !!)

.

.

Aussi, il m’arrivera  du fait de ces maladies, de ne pas envoyer de pages certains laps de temps (un ou plusieurs jours), alors ne pensez pas que la boutique est fermée ……j’me soigne !!!

.

——===ooOoo===——

.

Le tout dans la bonne humeur, en toute quiétude et sérénité, mon état de sante pitoyable m’interdisant «  » l’énervement imbécile » » ……

.

Etant moi même courtois, je l’espère tout au moins aux yeux de « l’autre », j’aimerais que les échanges se fassent dans la plus totale courtoisie, voire l’humour et ce  y compris sur la religion ou mon ancienne profession !!! (( be ouais, j’ai appris aussi la tolérance, et cadré ses limites selon mes critères d’ordre moral ))

.

.

——===ooOoo===——

.

Pour commencer,  je voudrais vous faire partager ceci :

.

——===ooOoo===——

.

L’« HENDÉCALOGUE » DE L’HISTORIEN

——===ooOoo===——

.

1. L’histoire, connaissance du passé humain fondée sur le témoignage, est
une discipline scientifique « riche de longs siècles d’expérience » (H.I. Marrou).
Elle est, comme les autres sciences, évolutive et perfectible.
2. L’histoire a pour but et pour raison d’être la recherche d’une vérité
qu’elle sait d’avance relative. L’imperfection congénitale des moyens dont
l’historien dispose pour atteindre cette vérité ne doit pas lui être un motif
de découragement mais, au contraire, un stimulant, pour tenter de s’en
approcher toujours davantage.
3. L’histoire est une science sociale, liée indissolublement aux autres
sciences de l’homme qu’elle ne doit jamais perdre de vue et avec lesquelles
elle doit collaborer fraternellement.
4. L’histoire doit être totale. Rien dans le passé de l’homme ne doit lui être
étranger. Tout est objet d’histoire. Il n’y a pas de « faits historiques » et de
« faits non historiques ».
5. Il n’y a pas d’histoire sans documents, le mot « document » étant pris
dans le sens le plus large : document écrit, figuré, transmis par le son,
l’image ou de toute autre manière.
6. Il n’y a pas d’histoire sans érudition, c’est-à-dire sans élaboration critique
des témoignages, soit par l’historien lui-même, soit par un ou plusieurs
spécialistes. De toute manière, on ne s’improvise pas historien, il y
faut, outre la « vocation », une préparation méthodique.
7. La méthode historique peut être définie comme l’ensemble des procédés
techniques, toujours perfectibles, que l’érudition met à la disposition de
l’historien.
8. L’honnêteté d’esprit et le courage moral sont les qualités essentielles de
l’historien. « La première loi qui s’impose à lui est de ne rien oser dire qu’il
sache faux, la seconde, d’oser dire tout ce qu’il croit vrai » (Cicéron).
9. L’honnêteté d’esprit implique le sens critique, l’historien devant être
sans cesse attentif aux dangers qui le guettent, et dont le plus insidieux
est l’anachronisme. Il doit, en particulier, être toujours prêt à « résister à
ses propres préjugés, à ceux de ses lecteurs, enfin aux illusions que les
contemporains eux-mêmes ont consacrées » (Michelet).
10. Honnêteté d’esprit ne signifie pas indifférence : « L’histoire est une
aventure spirituelle où la personnalité de l’historien s’engage tout entière »
(H.I. Marrou).
11. Enfin l’historien doit s’efforcer d’être un écrivain et un artiste en
même temps qu’un savant, sous peine de manquer l’un des buts de l’histoire,
qui est de rendre la vie aux choses mortes par la force mystérieuse
et incommunicable de la sympathie et du talent.

.
Ch. SAMARAN (dir.), L’Histoire et ses Méthodes,
Encyclopédie de la Pléiade, Paris, 1961, p. XII-XIII.
© Éditions Gallimard.

.

.

Ce petit texte de « commandements à l’usage de l’Historien » me plaît beaucoup et devrait s’appliquer à toutes  les bases de notre société ….

.

les choses ne seraient elles pas plus saines, plaisantes et  claires ? 

.

Au plaisir de vous relire ……

.

——===ooOoo===——

.

Patrick  alias Lazare 

.